28 mars 2014

L'immense solitude des pro-Hollande

Olivier Pasté, économiste, professeur à Paris VIII décrit la difficulté de défendre la politique du gouvernement dans les diners en ville… Cliquez sur l’image pour agrandir (trouvée ici par @estelle058 ; merci à elle) pour lire dans des conditions à peu près bonnes…

Il raconte de manière ironique les conversations qu’il a pu avoir au fil de l’avance des projets du gouvernement. Extrait : « Puis vint la réforme bancaire et la situation devint intenable pour moi. Soit je défendais la limitation de certaines activités spéculatives des banques et j’étais traité de dangereux gauchiste, soit je critiquais l’idée de couper les banques en deux et je me voyais ravalé au statut de suppôt de la finance. Aucune issue possible. »

Il conclut en disant qu’il n’a plus de vie sociale et qu’il va finir par préféré les diners de droite aux diners de gauche. « D’abord parce que dans les diners « de droite », la maitresse de maison, connaissant mes positions, me protège, pendant un temps au moins. Ensuite, parce que le « Hollande Bashing » de la « gauche caviar » d’aujourd’hui m’est de plus en plus insupportable. Quand j’étais à l’école primaire, on appelait ça « faire pipi dans ses chaussures ». C’est à la fois bête et méchant. »

Ensuite, pour contrebalancer, il évoque les erreurs de ce gouvernement, notamment celle d’avoir trop cru que la reprise de la croissance permettrait de différer certaines réformes. Enfin, il s’interroge sur la poursuite de son positionnement politique. « Si François Hollande continue au rythme d’une réforme structurelle, certes imparfaite, par semestre, à la fin du quinquennat, cela commencera à mériter le respect, y compris de ceux qui n’ont pas voté pour lui. » Il conclut en énumérant des réformes qu’il reste à faire, celle que, si Hollande ne les met pas en œuvre, le ferait rentrer à nouveau dans l’opposition. Ce qui est extrêmement plus confortable.

Inutile de dire à quel point je me retrouve dans ces propos. Pas nécessairement sur les détails mais sur les difficultés rencontrés et les réactions des gens dans les réseaux sociaux, surtout à gauche, d’ailleurs, comme il le souligne (j’y reviendrai) et cette manie qu’ont certains à adresser des brevets de vraie gauche ! François Hollande a défendu une ligne politique parfaitement claire avant la primaire et a été désigné par une majorité des sympathisants de la plus grande force politique en France… Pour une phrase dans un discours, lancée pour dynamiser la campagne, la gauche a cru qu’il était devenu cryptocommuniste !

La vie sociale ?

Je ne vais pas dans des dîners mais il m’arrive très souvent de discuter politique au comptoir, y compris avec des gens de droite, voire simplement d’écouter des conversations, y compris dans le métro. Quand deux collègues rentrent de la Défense ensemble, c’est très souvent qu’ils parlent politique (bossant à la Défense, ils sont probablement cadre dans des grandes entreprises ou dans des boites de service, donc pas spécialement significatifs de l’électorat… Si les mecs qui passaient en métro ou en RER à Neuilly-sur-Seine votaient, la ville passerait probablement à gauche…).

Je me fous de ce que j’entends de la droite : l’opposition est de principe. Plus exactement, elle vient du cœur, exactement pour les mêmes raisons que nous critiquons la plupart des actions de la droite, ce n’est pas objectif… L’électeur est ainsi. Je m’en fous mais j’écoute, j’apprends,… C’est peut-être ce qui fait défaut à beaucoup, qui rentrent dans le débat pour tenter de contrecarrer l’autre sans se rendre compte qu’il ne pourra pas le convaincre. Ainsi, chaque militant politique est persuadé comprendre ce que ressentent les gens alors qu’il ne les écoute pas vraiment, uniquement dans le but de prouver, éventuellement à lui-même, qu’il a raison…

Il n’empêche que je vis dans un milieu plutôt à gauche et que je discute souvent politique. Les gens sont beaucoup moins opposés à la politique de François Hollande que l’on peut le lire. Ils apparaissent résignés face à la crise et n’attendent pas une sortie immédiate. Encore une fois, les militants politiques se trompent souvent. Je prends l’exemple de l’ANI, ce fameux accord signé début 2013 à propos du droit au travail et tant critiqué par la gauche de la gauche. Dans la vraie vie, tout le monde s’en fout. Dans les réseaux sociaux, il faudrait faire une enquête mais il est probable que les principaux opposants de gauche à ce texte sont tous des salariés de grandes entreprises qui sont relativement protégés et qui sont assez peu représentatifs de l’électorat, composé aussi de chômeurs, de retraités et de salariés de petites entreprises…

Les critiques faites à pépère ou au gouvernement ne portent pas sur les lois, le budget,… Elles portent un peu sur le matraquage fiscal et sur l’âge du départ à la retraite (j’y reviendrai aussi). Elles portent surtout sur les couacs, sur le sentiment d’amateurisme dégagé par le gouvernement,… Je suis désolé mais un président qui va voir sa gonzesse en scooter et se fait avoir par les journalistes, ça ne fait pas professionnel… Les gens en rigolent mais jaune…

Cela étant, les gens qui me connaissent savent que je m’étais engagé avec François Hollande et évitent certaines discussions, contrairement aux invités des diners de gauche d’Olivier Pasté.

Dans les réseaux sociaux ?

Le comportement des intervenants est différent du fait qu’ils s’expriment en public. Il faut donc affirmer le positionnement politique plutôt que la raison. Ils font deux grosses erreurs. Soit ils pondent des tartines dans les blogs et les commentaires de blogs ne se rendant pas compte de l’inutilité. Soit ils font des réponses en 140 caractères. Je ne m’exclus pas du lot.

Venant de la gauche, elles visent uniquement à démontrer que les auteurs sont plus que l’autre (j’ai dit que j’y reviendrai, bordel !). Ce qui n’offre aucun intérêt, ne fait rien avancer à part la satisfaction d’un loustic.

Et c’est usant pour le sympathisant. C’est probablement ce que connaît Olivier Pasté dans ses diners. Parfois, j’évite de faire des billets de blog parce que je sais que des militants socialistes vont me tomber dessus et que je n’ai pas envie de subir ça. C’est le cas pour l’ANI, par exemple, puisque j’en parlais plus haut. Et ça sera le cas pour ce qui sortira du pacte de responsabilité.

Je vais donc préciser ma position pour vous faire plaisir. Feue France Télécom a perdu 40 000 salariés entre 1997 et 2008 alors que, pendant ce temps, sont apparus internet et la téléphonie mobile (du moins, ils sont montés en charge). On peut donc supposer que de plus en plus de gens ont travaillé sur le sujet. Donc France Télécom a augmenté la sous-traitance, la mise en « gérance » d’agence,… Les gauchistes qui défendent les salariés des grandes entreprises font peut-être une erreur : le nombre de salariés des grandes entreprises va fondre. C’est inéluctable. Il n’est pas interdit de penser, dans ces conditions, que le droit du travail doit bouger…

La vraie gauche

Je crois bien que j’avais promis d’y revenir. Je vais prendre un exemple récent, à l’étranger : en Allemagne. Le parti de droite est arrivé en tête mais n’avait pas la majorité absolue, détenue par trois partis de gauche. Le plus gros parti de la gauche, le SPD, n’a pas réussi à former une coalition, il sait qu’une partie de son programme ne serait pas passé parce qu’il aurait été bloqué le parti de la gauche de la gauche. Il n’avait aucun moyen de former cette coalition. Alors il a choisi d’aller voir le parti de droite et de discuter.

Du coup :
Petit 1 : les salariés allemands vont avoir un salaire minimum. C’est une mesure de gauche.
Petit 2 : les Allemands ont à leur tête une coalition représentant 75% des électeurs. C’est démocratique. Donc c’est de gauche (je me comprends : la vraie gauche ne peut être que démocratique). Ils ont négocié, ont trouvé une plateforme de gouvernement,… Ca roule…

Le SPD est donc plus à gauche que la gauche de la gauche, en quelques sortes, vu qu’il arrive à faire passer des mesures pas de droite.

Les erreurs du gouvernement

Ce n’est pas le sujet du billet mais j’avais promis d’y revenir. C’est la réforme des retraites et l’augmentation de la TVA.

C’est une double erreur parce que ce sont des trucs contre lesquels on s’est battus quand c’est la droite qui les proposait. Comment voulez-vous qu’on soit crédibles ? C’est mauvais quand c’est la droite qui le fait et bon quand c’est la gauche… Bravo…

L’augmentation de la TVA est une erreur parce qu’on ne peut pas argumenter quand on nous parle de matraquage fiscal. La gauche a augmenté l’impôt le plus injuste. En plus, c’était pour récupérer 7 millions qu’il fallait absolument et on nous dit qu’avec le pacte de responsabilité, on va trouver 30 à 50 milliards supplémentaires…

La réforme des retraites est d’une bêtise absolue. Augmenter le nombre d’année de cotisations alors que le chômage des séniors est important est grotesque : les gens le voient bien. Tiens ! Le nombre de chômeurs de 60 ans a augmenté de 874% en un an. Ce n’est pas une erreur de frappe, il a réellement été multiplié par près de 10 !

Alors comme, en France, on commence à attendre la retraite à 45 ans… Ce n’est pas malin…

Et alors ?

Je continue.

J’ai beaucoup aimé les réactions quand on a créé Stopbashing, de la part de la droite comme de la gauche de la gauche. Ils n’ont pas compris qu’on s’adresse aux soutiens de François Hollande, pas à eux.

Qu’ils continuent à jouer entre eux dans les réseaux sociaux, nos braves critiques…

18 commentaires:

  1. Erreur 404 pour le lien vers le papier. Tout un symbole ;-) ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas surpris. C'est pour ça que j'ai mis la photo de l'article dans le billet.

      Mais tu as raison, c'est un symbole. Le fond y est (l'article). C'est la forme qui merde.

      Supprimer
    2. absolument , c'est le figaro qui joue au gorafi

      Supprimer
  2. Donc si stopbashing ne s'adresse qu'aux pro FH à 209% pourquoi certains de ses auteurs viennent me dire chez moi que je ne sais pas lire par ce que je pose des questions et que je ne saute pas au plafond de joie quand l'indice PMI bouge d'un iota comme il l'a fait 10 fois depuis 2002 ? je vais les envoyer voir les PG qui me disent "apprend a lire" sur les cartes de pollution (un comble), ça leur fera les pieds et les oreilles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel rapport ? C'est toi qui cites Stopbashing. Bembelly te répond. Bembelly (comme tout le monde) écrit ce qu'il veut sur SB (mais je censure ce qui ne va pas dans notre sens). Stopbashing n'est pas là pour être un lieu de débat mais pour rassembler les gens favorables à Hollande.

      Supprimer
    2. J'écris "des gens que j'apprécie", le lien est ces mots. Boum la réponse = apprend à lire + je te donne une semaine pour comprendre.. donc sinon votre site est réservé aux gens favorables à Hollande ? drôle de conception pour un blog. Comme si les réacs disaient "seuls ici rentrent les consanguins fans de Boutin et Poutin"... assez conceptuel.

      Supprimer
    3. Stopbashing n'est pas un blog. Ce ne sont pas les tauliers qui écrivent (sauf moi quand personne ne fait de billet, pour meubler).

      Le site n'est pas réservé. Il n'est pas destiné à devenir le lieu de regroupement des opposants. Au contraire.

      Supprimer
    4. Hé! Politeeks, t'es vraiment une chialeuse de 1ère..
      1. Tu cites mon papier sur SB en faisant le con et,
      2. Tu viens pleurer "Ah! ZavezVu? C'est bembelly, il arrête pas de m'embêter! Il veut pas me laisser faire de grosses flèches avec son billet, faites quelque chose!! etc" Et puis, je vais le dire à Trublyonne etc..

      Conseil: Si tu veux distribuer des baffes sur le web, il faut accepter d'en recevoir.. Amitiés toussa.

      (Bembelly)

      Supprimer
  3. Ceci dit c'est pas (ou pas que) la faute du gvnmt la hausse du chômage des seniors ( plus de 45 ans) mais des entreprises, et des directions , DRH et autres qui préfèrent employer des jeunes moins chers, moins syndiqués, moins "malades" dans l'année (m'a dit une d'elle) et surtout plus dociles... la saloperie est là , et certains ont une vision de la précarité limitée aux jeunes (les andouilles du MJS et autres) alors que beaucoup de vieux sont dans la mouise ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui les faites sont partagée. Il faudrait faire la retraite à 50 ans (voire à 48).

      Supprimer
    2. ou mettre en place des vrais système de bonus-malus avec des indicateurs qui font que telle ou telle cotisation est plus importante ou moins en cas de comportement vertueux. Et repenser au partage du travail là où c'est possible, la semaine de 4 jours.

      Supprimer
    3. On est d'accord. J'ai vu et RT ton billet.

      Supprimer
  4. Ce que je ne comprend pas très bien, chez vous autres, les progresso-hollandistes, c'est que vous passiez encore du temps à discuter avec ce parasite professionnel, qui s'est appelé Grouik-Grouik, qui est maintenant Politeeks, qui sera demain on ne sait quoi, et lui non plus.

    Si j'ai bien compris, vous souhaitez (et moi aussi) qu'il y ait dans ce pays moins de chômeurs, donc plus de travail. Lui tient à rester ce qu'il est, à savoir un type qui ne travaillera jamais, qui refuse absolument de travailler, qui fait croire qu'il va lancer je ne sais quel bouzin (il n'en parle déjà plus, d'ailleurs) et qui, donc, a évidemment intérêt à être socialiste, puisqu'il vit, petitement, des sommes que les gens qui travaillent lui allouent par le biais de leurs impôts. Si encore il prenait l'argent et fermait sa gueule, je suppose qu'on pourrait le supporter : après tout, il n'y a pas de société sans parasite braillard. Mais que cet improductif congénital continue à faire du bruit avec sa bouche, pendant qu'on le nourrit, il y a des moments où ça devient un peu pénible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Commentaire con.

      L'amitié que je peux avoir pour les gens de gauche ne regarde pas plus les gens de droite que ne regarde l'amitié que je peux avoir pour les andouilles de droite les andouilles de gauche.

      Je vais néanmoins répondre : toutes ces nouvelles entreprises, de droite comme de gauche ne vivent que par les subventions et par l'espoir d'obtenir une valorisation capitalistique (c'est Français) qui leur permette s'attirer des gens qui vont croire qu'ils vont gagner de l'argent en achetant des parts de la société.

      C'est le cas de Facebook, par exemple, qui a une valeur en bourse complètement délirante par rapport à son chiffre d'affaire.

      Je suis moi même employé d'une banque et de gauche. Je ne défends pas mes intérêts personnels en étant blogueur politique de gauche. De même, vous ne défendez pas vos intérêts personnels en défendant des idées politiques, sinon vous seriez de gauche.

      Supprimer
    2. Ce que je ne comprends pas, venant de quelqu'un à la réputation "flatteuse" de réac assumé mais pas neuneu, c'est une sortie aussi odieuse ad hominem. Sur la base du postulat "il y a des parasites nourris à l'assistanat", vous faites des listes, aussi, pour les fusiller à la libération ? Et pour établir ces listes, vous vous fondez sur quel degré de connaissance des individus ? A minima, il faudrait que vous ayez tâté le cul des vaches ensemble, ce dont je doute en l'espèce.

      Supprimer
    3. Mais non. Commentaire à 22h17 donc post apéro.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.