03 mars 2014

Pacte de responsabilité : revenus du travail vs. revenus du capital

C’est un billet d’Elmone qui retient mon attention. Il y évoque des propos de Benoît Hamon qui semble dire tout haut ce que l’on oublie de dire tout bas, moi le premier. A propos du pact de responsabilité : « Citant en exemple les patrons allemands qui se sont « serrés la ceinture », le ministre délégué à l'économie sociale, Benoît Hamon, a appelé dimanche à considérer « la baisse du coût du capital » comme une contrepartie possible au pacte de responsabilité. »

« Jusqu'en 2008, les entrepreneurs allemands se sont serrés la ceinture puisqu'ils ont consenti une baisse des taux de distribution de dividendes de 10%. Pendant la même période, les chefs d'entreprises français faisaient quoi ? Il augmentaient les distributions de dividendes de 50 % » « Si les marges des entreprises sont plus basses aujourd'hui qu'elles ne l'étaient auparavant, c'est aussi qu'il y a une captation des marges par la distribution des dividendes. »

En d’autres termes, le Gouvernement propose aux entreprises un pacte de responsabilité permettant une baisse du coût du travail permettant l’amélioration de la compétitivité des entreprises pour leur permettre de lutter contre la concurrence étrangère et générer de l’emploi. Mais les entreprises doivent pouvoir continuer à investir pour innover, améliorer leur productivité,…

Si la baisse du coût du travail (avec la diminution des cotisations sociales) permettra aux entreprises de baisser leurs prix, une des compensations du pacte peut être une baisse du coût du capital (une moindre rémunération des dirigeants et, surtout, des actionnaires) qui pourra permettre aux entreprises d’investir.

Ce qu’en dit Elmone : « Depuis quelques temps, on ne parle plus dans les média d'actionnaires,  mais d'investisseurs. De quoi oublier en effet que les fonds de pensions US exigent toujours un taux de rentabilité de leurs placements de 15% minimum par an. » Il n’a pas tort ! Les lascars investissent 1000 euros et souhaitent en retirer 150 euros par an.

L’expression coût du capital n’est pas spécialement heureuse. Elle sonne bien à gauche mais ne veut pas dire grand-chose. Toujours est-il que la part du revenu du travail dans le PIB a chuté d’environ 10 depuis le début de la crise économique des années 70 à celle des subprimes.

C’est une piste à étudier dans le cadre du pacte de responsabilité même si, à ce jour, je ne sais pas comment le mettre en œuvre. Toujours est-il qu’indépendamment du pacte responsabilité, c’est un élément clé pour réduire les inégalités et ce cercle vicieux dans lequel on est rentré : les travailleurs gagnent de moins en moins de pognon et dépensent moins dans l’économie. En Français : l’augmentation des plus gros revenus est beaucoup plus importante que celle des bas revenus.


Il faut que ça change…

18 commentaires:

  1. "Depuis quelques temps, on ne parle plus dans les média d'actionnaires, mais d'investisseurs."
    surtout quand c'est des ordi qui vendent et achètent en qq millisecondes

    si ça bouge de ce côté , ça nous fera une chronique de plus pour l'anti-bashing

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous parlez du vrai problème, Elmone et toi.
      Bonne journée!

      Supprimer
    2. ATTENTION y'a de vrais investisseurs (et actionnaires) qui financent, prennent des risques et travaillent , y'a aussi des bons à rien et des spéculateurs pénibles, ce n'est pas la même chose. Je me fais traiter de libéral quand je dis ça, mais j'assume : j'en connais donc ça existe.

      Sinon la comparaison France Allemagne est assez cocasse quand on voit que certains UMP/MEDEF nous disaient que c'est le modèle, hahahahahahaahah les gros cons.

      Supprimer
    3. Oui. Il ne faut pas confondre ceux qui investissent pour développer une activité et ceux qui ne le fond que par opération financière.

      J'ai été dans un cabinet de conseil où je pensais que l'intestisseur voulait développer l'activité alors qu'il ne pensait. À l'origine qu'à la revente.

      Supprimer
  2. Entendu ce matin sur le système de santé privé, les reversions de la sécurité sociale vont baisser de 0.24%. Le directeur d'une clinique se plaint de ne pas pouvoir augmenter ses salariés (dont les médecins ...). On lui demande le montant du loyer qu'il verse aux propriétaires des murs de l'établissement. On lui demande combien il verse aux actionnaires (ou invertisseurs) de son groupe de santé. NON, on gueule sur la sécu et on creuse le déficit. Les cons !

    Sinon "c’est une piste sérieuse pour participer au redressement de l’économie". J'ai bon ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bah oui de ca on ne parle pas , tout comme on ne parle pas trop des pressions sur prix à la baisse du grosCAC sur les PME/TPE , c'est abordé 30 secondes dans CDANSLAIR par le mec de la CGPME et le gros con de journaliste botte en touche.

      Supprimer
  3. Oui, je l'ai suivi hier sur BFMTV, l'autre oreille sur RTL où Najat débattait avec Bruno Le Maire qui a confessé le manque de courage de l'UMP 2007-2012 dans la lutte contre les inégalités en France.

    Il vrai que la réduction de la part des bénéfices des actionnaires (Revenu du Capital) serait une très bonne contre partie dans le Pacte de responsabilité. Il n'y a pas de raison qu'on baisse leurs charges (donc, moins de recettes publiques) pour qu'ils s'en mettent plein les fouilles comme en 2008 lorsque Sarkozy avait "sauvé les banques" avec notre blé.

    RépondreSupprimer
  4. Je souscris.
    Forcément.
    ps merci pour les liens.

    RépondreSupprimer
  5. Je travaille dans un Groupe qui affiche fièrement et tout sourire ses résultats 2013.
    "Chouette !" se sont dit les salariés, "intéressement et participation vont donc être meilleurs." Que tchi ! Les 2 baissent au prétexte d'une prétendue taxe inventée par Hollande, bla… bla… bla… bla…
    Moi qui ne suis pas très douée pour la finance, vu que ça fait 40 ans que je galère parmi les bas salaires, je ne crois pas être mauvaise langue en disant que les actionnaires, eux, vont voir leurs dividendes augmenter. Y'a comme un truc, là, qui ne passe pas…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La routine. Fallait être financier !

      Supprimer
  6. On critique les méchants investisseurs et les méchantes agences de notation mais QUI sont-ils? qui leur donnent du pouvoir? NOUS. Vous croyez que votre épargne, votre assurance-vie, vos retraites, vos dépôts, le pendant d'équilibre financier du livret a et des pel sont placés où? Tous les produits financiers de "bon père de famille" ont dans leurs statuts l'obligation de suivre les notations des agences. On va ne plus verser de retraite aux retraités américains? On n'achète plus de pétrole aux norvégiens (leur fonds est le premier investisseur sur les bourses européennes) et au moyen-orient? Les gens vont investir leur petite épargne directement dans les pme pour un rendement médiocre? Ils ne vont plus s'endetter sur la tête de leurs enfants?Oh bah non alors je veux faire 1000km pour aller en vacs dans le sud de la france.
    Les 10% les plus pauvres voient leurs conditions de vie se dégrader mais les autres se voilent la face, ils se plaignent alors qu'ils sont parties prenantes de ce système, ils n'ont aucun intérêt à la "révolution" contre les méchants riches parce qu'ILS SONT RICHES, ils n'ont aucun intérêt à l'effondrement des prix de l'immobilier, aucun intérêt à la vraie égalité (on va quand même pas se rendre compte qu'il est indécent de parler de prix des denrées elevé alors que ces prix ne rémunèrent même pas un paysan du tiers-monde décemment, non vaut mieux chouiner sur tf1 que le pouvoir d'achat s'est dégradé et qu'on peut plus se payer d'écran plasma tout de suite (c'est vrai quoi les pauvres du sud pourquoi ils veulent manger et rouler en bagnole comme nous et ils font monter les prix? c'est trop injuste).
    La France est très loin encore de passer la barre suffisante de perdant pour qu'ils n'aient rien à perdre à tout casser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne perds pas ton sang froid. Et aère tes commentaires.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.