03 avril 2014

Du lourd au gouvernement

Sarkofrance nous demande si on a vu le changement, avec ce nouveau gouvernement. La réponse est évidemment : non. J’ajouterais quand même : en deux jours, on ne peut rien voir. Il note aussi qu’on s’attache trop aux personnes. « Que le casting du gouvernement nous occupe autant est assez incroyable. » Il a raison mais cela à toujours été le cas !

Personnalisation ?

A la lecture du billet de RosaElle (dont je ne partage pas l’avis) qui suivait celle de celui d’Isabelle (même parenthèse…), je me disais que le changement passait aussi par un point clé de ce gouvernement : il y a de fortes personnalités à des postes clés, comme Arnaud Montebourg et Ségolène Royal, voire Laurent Fabius et Christiane Taubira (mais il n’ont pas changé de poste), des gens dont la voix porte.

La personnalisation est sans doute regrettable mais on n’y peut rien. Il n’empêche que l’étude des personnes nous en apprend beaucoup.

Christiane Taubira et Marylise Lebranchu

Toutes les deux sont maintenues dans leurs fonctions. Toutes les deux portes deux grands projets, l’une la réforme pénale, l’autre la décentralisation et la réforme territoriale. Beaucoup s’attendaient les voir écartées. Les deux projets ne donnent pas satisfaction.

La réforme pénale : je n’y connais rien et ne peux juger mais on connaît les passes d’arme entre la ministre et son collègue, quand il était ministre de l’intérieur. Son texte a été réécrit par la commission des lois…
La réforme territoriale : avec la déroute aux municipales, le texte est très mauvais pour la gauche et le volet « Métropole de Paris » ne satisfaisait que les socialistes (et encore…) et n’est manifestement pas bon.

Ces deux projets sont importants. Les ministres qui les portent restent en place.

Pierre Moscovici et Vincent Peillon

Les deux sont sortis du gouvernement. Ce sont des poids lourds du PS dont la parole porte assez peu auprès du grand public. Malgré toutes leurs compétences, ils ont foiré leurs missions apparaissant comme principales.

La réforme des rythmes scolaires : avant, les mômes allaient 4,5 jours par semaine. Un ministre de Sarkozy a dit : dorénavant ça sera 4 jours. Peillon devait revenir en arrière ce qui ne semblait pas très compliqué mais ça a créé un gros pataquès (je raccourcis, hein !).
Les comptes publics : Mosco devait surveiller nos comptes et négocier avec Bruxelles. Les comptes ne sont pas tenus et la négociation est à refaire et passera très difficilement, si elle passe.

Je ne dis pas qu’ils ont mal fait le job, je ne peux pas juger de la compétence des gens sur des sujets que je ne connais pas. Ils ont foiré le résultat.

Benoît Hamon

Sa voix ne porte pas dans le grand public. Il est connu au sein de la gauche pour être le « chef » de la gauche du PS. On dit donc maintenant qu’il est là pour donner un gage à cette gauche de gauche. Peut-être.

Et s’il était là pour donner un gage aux profs ?

Ségolène Royal

On parle de voix, c’est probablement la plus bruyante… Nul doute qu’avec elle, l’écologie sera au centre de la politique et que la fameuse transition énergétique avancera.

Jamais un ministre en charge de l’environnement est revenue à une telle personnalité (même si des pointures sont passées par là… comme Alain Juppé, un mois, en 2007…).

C’est un poste extrêmement compliqué. Beaucoup de ministres sont obligés d’avaler des couleuvres (quand ils ne le font pas par complaisance), comme Dominique Voynet avec les OGM tout en n’ayant pas la possibilité de faire avancer des projets qu’elle avait à cœur, comme ce truc sur l’eau.

Gageons que « mémère » ne se lassera pas marcher sur les pieds.

N.B. : ne voyez pas « mémère » comme un truc négatif, c’est comme cela qu’elle sera appelée en tant qu’ex à « pépère »…

Ainsi donc

La formation de ce premier gouvernement, resserré, avec essentiellement des personnes connues du grand public (seules Sylvia Pinel et George Pau-Langevin échappent à la règle) dont quelques voix fortes devrait montrer une équipe forte et cohérente.

Je suppose que c’est le but recherché, je ne préjuge pas du résultat.

Ces 16 personnes sont mises en avant par rapport à ceux qui complèteront la liste, parce qu’il y a du travail à faire, mais qui, aux yeux du public, compteront pour du beurre. C’est d’ailleurs le problème des remaniements trop fréquents : les gros blogueurs politiques mettent du temps pour connaître les ministres. Vous connaissiez Guillaume Garot ? Non. Il était ministre de l’agroalimentaire jusqu’à hier, depuis le début du quinquennat… Et Yamina Benguigui, vous la connaissiez avant qu’elle soit empêtrée dans des affaires qu’on aura oubliées dans deux semaines ? Pas plus. Ministre de la Francophonie.

Un ancien premier ministre. Deux anciennes candidates à la présidence de la République. Deux autres personnes ayant participé à une primaire au PS. Sur 16.

Reste plus à espérer qu’ils ne s’engueulent pas trop entre eux…

2 commentaires:

  1. "Royal : Jamais un ministre en charge de l’environnement est revenue à une telle personnalité " en 1992 qui était la ministre ? Du 3 avril 1992 au 29 mars 1993, elle est ministre de l'Environnement du gouvernement Bérégovoy. on a vu le résultat ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle a un peu changé... Notamment à l'approche de 2007.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.