10 avril 2014

Grand Paris et urbanisme

La principale mission de la future métropole du Grand Paris tournera autour du logement et de l’aménagement du territoire et nécessite de repenser la conception des immeubles et des entreprises. C’est à lire dans le Huff : « la mixité, qui était naturelle à la ville, a été contrariée par ce qu'on appelle en termes techniques le zoning, par lequel certains quartiers ont été exclusivement dédiés au logement et d'autres aux bureaux. Le modèle traditionnel d'une ville fusionnelle, c'est-à-dire d'une ville où les fonctions se superposaient, s'est ainsi retrouvé délaissé au profit des principes du Mouvement moderne. »

Quand on parle de mixité, on pense souvent à la mixité sociale voire à la mixité des origines géographiques, ce qui est probablement important, mais on ne pense pas à « la mixité fonctionnelle ». Dans le temps, en ville, on avait le long des rues au rez-de-chaussée des usines, dans les cours, des ateliers, aux premiers étages des bureaux et, au dessus, des logements.

C’était mieux avant. Maintenant, on a des quartiers et des zones commerciales. On a la Défense et la Goutte d'Or.

« De ce fait, on est aujourd'hui arrivé à un point où il faut absolument remettre ce modèle en question: bénéficier d'une urbanité vécue, partagée, réellement sociale, implique que la ville le permette, le suscite, crée les conditions favorables à ces superpositions de fonctions. C'est véritablement l'objectif des architectes et des urbanistes pour le XXIème siècle. »

Z’avez qu’à lire la liste qui présente des enjeux pour le Grand Paris en matière d’urbanisme.

N.B. : Je ne suis pas nécessairement d’accord avec tout, notamment à propos des gares. Les propositions faites pourraient avoir des effets pervers (enlever des commerces aux rues). Mais la réflexion est intéressante.

4 commentaires:

  1. A Loudéac, nous avons la Zone Commerciale de Ker d'Hervé et les Blainfaux, c'est moins grand mais c'est pareil

    RépondreSupprimer
  2. Assez amusant de voir des technocrates redécouvrir le principe de la ville traditionnelle, de ce qui est à l'origine de ce fameux lien social qu'on essayait de créer au forceps en essayant de pousser artificiellement les gens à se rencontrer à travers des initiatives crétines comme la fameuse fête des voisins.

    Seulement voilà, maintenant que les gens ont goûté aux joies de la ville moderne débarrassée de ses ateliers de menuiserie, etc., je leur souhaite bien du plaisir pour expliquer maintenant qu'ils se sont gravement gourés et que c'est fun d'avoir au rez-de-chaussée ou au fond de la cour des types qui bossent sur des machines-outils de 08h00 à 18h00 avec une coupure le midi, que les odeurs de laque, de vernis, de décapant ça n'est pas une gêne, etc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord ! Źavez vu ? J'syis un bon réac...

      Une nuance (pour le principe) (mais tout aussi réac). S'il n'y a plus d'ébènisterie c'est parce que ces cons vont chez Ikea et parce que les loyers sont trop chers. D'une manière générale, il n'y a plus d'atelier. Quand je fais des billets sur le commerce à Loudéac, c'est un constat que je fais. Où faire réparer un vélo ? Pour en acheter, on a le choix...

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.