23 avril 2014

L'Europe, ses institutions et ses élections

« J’ai entendu à la radio qu’on vote, encore, mai, mais je n’ai pas compris pour qui ou pour quoi ? » me dit le vieux Joël, camarade de comptoir. « Oui, ce sont les européennes, comme tous les cinq ans. » que je lui réponds. « Ah, mais on vote pour quoi, un homme, un projet ? » « Ben pour une liste, c’est pour l’élection des députés européens ? » « Oui, mais qu’est-ce que l’on choisit, un député, un programme,… » « Ben, une liste de députés. »

J’ai posé mon iPhone, mon demi (après une dernière gorgée…) et je lui ai expliqué. J’aurais pu lui dire d’aller voir les blogs, comme chez Cyril ou Bembelly. Non. J’ai tout repris à la base.

Nous avons la Commission européenne avec un président. C’est un peu comme un gouvernement. Nous avons le Conseil européen qui est la réunion des chefs d’Etats, avec un président. C’est lui qui nomme le président de la Commission et fixe les grandes orientations. Nous avons le Conseil de l’Union européenne, appelé aussi Conseil des ministres. Ce sont les ministres des Etats qui y participent, selon les thèmes abordés. C’est lui décide des machins législatives et budgétaires, avec le Parlement. Nous avons enfin ce Parlement, pour qui nous allons voter.

« Ah ben dis donc, c’est un bordel, ton truc. » qu’il me dit le vieux. Il faut dire qu’à l’écrit c’est assez facile. On sort Wikipedia du tiroir et on tape des conneries. A l’oral, les explications sont plus hachées et ponctuées de « Ah merde, je sais plus comment s’appelle ce truc. »

Attends ! Vieux ! Je n’ai pas fini… Il y a aussi la Cour de justice de l’Union européenne, la Banque Centrale Européenne et la Cour des comptes mais elle ne sert pas à grande chose. Et je te passe le Conseil de l’Europe et la Cour européenne des droits de l’homme qui ont aussi les pays qui ne font partie de l’Union européenne, comme l’Ukraine.

« Je ne comprends plus rien, il y a deux Europe, maintenant ? »

Joël, ça a toujours été le cas. Nous avons d’un côté le Conseil de l’Europe et de l’autre l’Union Européenne.

Le Conseil de l’Europe regroupe 47 Etats dont la Russie ce qui fait que ce machin va de l’Atlantique au Pacifique. Il y a un Comité des ministres, avec les ministres des affaires étrangères, qui décide de tout ce qu’il y a à décider. Il y a l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe qui ne sert pas à grand chose. A l’oral, ça donne : « heu oui, c’est un machin plus large qui ne sert pas à grand-chose sauf pour les droits de l’homme et ces trucs là. »

« Et c’est pour ça que l’on vote ? »

Ben non. C’est pour le Parlement européen, l’organe démocratique de l’Union européenne, créée par le Traité de Maastricht, modifié par les traités d’Amsterdam, de Nice et de Lisbonne.

« Ah ben ça bouge tout le temps. » « Ben oui, faut bien qu’on s’engueule à chaque fois. » « Donc, ce sont les pays qui ont l’Euro ? » « Ben non, certains seulement. » « C’est vraiment le bordel, ça nous fait donc une troisième Europe ? » « Si tu veux… »

Nous avons l’Union économique et monétaire de l’Union Européenne (l’UEM), définie par les traités de l’Union européenne) qui vise à rapprocher les économies des 28 pays de l’Union Européenne, composée de :
-         18 pays qui sont passés à l’euro,
-         8 pays qui passeront obligatoirement à l’euro quand ils auront rejoint les critères de convergence,
-         2 pays qui ont des dérogations pour ne pas passer à l’euro (le Royaume-Uni et le Danemark).

La politique monétaire des Etats de la zone euro est définie par la Banque Centrale Européenne (BCE) qui est indépendante. La politique des autres Etats est définie par leurs propres banques centrales qui doivent être indépendantes. Tous ces machins sont regroupés au sein Système européen des banques centrales (SEBC) qui définit la politique monétaire de la zone euro que devrait suivre la BCE mais aussi toutes les autres banques centrales.

L’Eurosystème, quant à lui, regroupe la BCE et les banques centrales des pays passés à l’Euro (si tous les états membres passaient à l’Euro, l’Eurosystème et la SEBC seraient une seule structure)… On s’en fout donc.

Le président de la BCE est nommé par le Conseil européen (le machin avec les chefs d’Etat, suivez un peu) sur recommandation du Conseil de l’union européenne (les ministres des finances, quoi…) après consultation du Parlement.

Rassurez-vous, je n’ai pas expliqué ça au vieux Joël. Je ne le savais pas. Pendant que j’y suis, nous avons aussi l’Eurogroupe qui regroupe les ministres de finances des pays de la zone euro qui a plus de poids que le Conseil des ministres des finances européens, qu’on appelle aussi ECOFIN ou Conseil pour les affaires économiques et financières.

C’est tout un bordel et je me demande comment ils s’y retrouvent.

Toujours est-il que l’on va voter pour un truc que tout le monde dénigre. Il est important de savoir ce que c’est.

Je résume donc devant vos yeux ébahis.

Nous avons le Conseil de l’Europe avec 47 pays qui sert essentiellement dans le domaine des droits de l’homme, de la démocratie, et qui intègre notamment la Russie. Ses institutions ont peu d’importance : ce sont globalement les ministres des affaires étrangères qui gèrent la boutique.

Nous avons l’Union européenne qui, elle, a un tas de pouvoir, qui est tenue par trois instances :
-         la commission,
-         des conseils avec les représentants des états,
-         le parlement pour qui nous allons voter.

L’Union européenne englobe l’Union économique et monétaire. 18 pays sont passés à l’euro, géré par la Banque Centrale Européenne, organisme indépendant dont les chefs sont nommés par les instances de l’Union européenne.

La Commission européenne a un président. La Commission a essentiellement un rôle dans le domaine de la concurrence, de l’agriculture et pour la négociation des traités internationaux. Ses autres jobs sont fournis par le Conseil de l’Union (les ministres). Ce président devra être élu par le Parlement européen. C’est une première cette année.

Je cite mon confrère Cyril : « Pour la première fois, le président de la commission européenne sera issu du parti majoritaire au Parlement Européen. Le dernier président de la commission, José Manuel Barroso, était un conservateur partisan d’une Europe toujours plus libérale choisi de façon assez obscur par le biais d’accord de couloirs. Le prochain président de la commission européenne aura une légitimité citoyenne. Il aura donc la responsabilité de composer une équipe de commissaires européens suivant la ligne majoritaire au Parlement Européen. »

Cinq partis européens ont désigné un candidat. En toute logique, le président élu sera celui d’un des deux partis majoritaires. En d’autres termes, si vous voulez ne pas avoir un président favorable d’une Europe plus libérale, vous devriez voter pour la liste du Parti Socialiste Européen.

Et j’en reviens au vieux Joël, parce que ça, il a bien compris ! Je lui ferai réviser ses leçons, ce soir.

Pour le reste, le parlement vote pour un tas de trucs généralement issus de compromis avec le Conseil de l’Europe (les ministres), donc une représentation des Etats. Quand vous entendez un gugusse dire que tous les partis sauf le sien votent ensemble, c’est très vrai. Ils votent à l’issue d’une phase de négociation.

Alors je vais répondre au vieux Joël : « Tu vas voter pour une liste menée par une certaine Pervenche qui ne te mettra pas à l’amende. C’est la chef de file du Parti Socialiste dans la région parisienne. Tu ne la connais pas, mais avoir sur Google, elle est expérimentée. Le Parti Socialiste fait partie du Parti Socialiste Européen qui est le seul l’équivalent à droite à pouvoir emporter quelque chose. »

Et je vais ajouter : « tu reprends une bière ? »

1 commentaire:

  1. pour la bière, c'est oui
    pour le reste, je verrais quand je serai dans le truc qui ressemble à une mini burka

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.