16 avril 2014

M'sieur Paul, pas dans les pas de Valls !

Le Lab nous le dit, ce qui ne nous surprend pas, des députés socialistes sont mécontents des annonces de Manuel Valls. Christian Paul semble en première ligne pour la protestation.

« Nous n'avons pas été élus en 2012 pour organiser l'appauvrissement des Français les plus modestes, des salariés, des retraités, des exclus, des jeunes. » Certes. Nous avons été élus pour diminuer les déficits. Sans cette promesse de retour aux 3%, François Bayrou n’aurait pas appelé à voter pour François Hollande mais pour Nicolas Sarkozy. Nous avons été élus pour virer ce dernier.

En outre, qui paye ses dettes s’enrichit. La dette est souscrite auprès d’opérateurs privés à la plus grande joie de leurs actionnaires. Les leçons de gauchisme me fatiguent. Nous avons une monnaie commune suite à des accords avec d’autres pays avec qui nous avons des accords. Si ces accords sont mauvais, il faut les revoir mais, mémère, elle ne veut pas.

« Les propositions qui sont faites ne sont pas votables par beaucoup de députés socialistes, en l'état. » C’est bien pour ça qu’il y a un Parlement qui pourra discuter des textes de lois et passer des amendements. « Donc, le dialogue qu'il n'y a pas eu avant ces annonces, il faut qu'il ait lieu maintenant (...). » C’est bien ce qui va avoir lieu ? Il aurait voulu quoi ? Que le texte passe à l’Assemblée avant que le premier ministre fasse des annonces ?

« Ce programme d'économies nous a surpris beaucoup. » Il s’attendait à quoi ? Manuel Valls avait annoncé 50 milliards de diminution des dépenses. Il pensait qu’on allait les prendre où ? Ca fait des années qu’on nous parle de diminution des dépenses. La droite l’a fait pendant des années sans détailler où elle prendrait le pognon. Manuel Valls le fait. Où est la surprise ? Et la virgule, entre surpris et beaucoup ?

« Nous sommes prêts à considérer qu'il faut faire des économies, sans organiser le recul des droits sociaux. Faire des économies, en modernisant le service public, mais pas en réduisant les services publics sur nos territoires. » Nous y voilà ! Il fait du Sarkozysme… Il veut bien faire des économies mais sans dire où (et sans diminuer les dépenses, visiblement !). Qui a parlé de réduire les services publics sur les territoires ?

« J'en appelle au Premier ministre pour que, puisse avoir lieu, ce qui est normal, même sous la 5è République, entre un gouvernement et sa majorité, c'est-à-dire un échange franc, loyal. » Il aura lieu à l’Assemblée. Où veut-il qu’il se passe ? Il n’y a quasiment plus de majorité. Non seulement l’information a été donné par les urnes mais les instances du Parti Socialiste sont en vrac.

« Ce matin, le signal n'est pas bon. » Il n’est pas bon. Certes. Avec des socialos qui sont les premiers à charger la barque et à casser le gouvernement avec une annonce qui n’a strictement rien de surprenante.

Avant de revenir sur les détails des annonces, je voudrais revenir sur un billet de blog (RT par Sarkofrance), blog qui s’appelle « A gauche pour de vrai ». Pour vous dire à quel point il y croit. C’est la vraie gauche, quoi. Je le lis parfois. Cette fois, il se demande comment certains peuvent rester proches du PS. Je vais lui répondre : par solidarité. Je vais citer une partie qui m’a fait bondir : « Rester au parti socialiste c’est endurer Valls, c’est endurer la nomination d’un nouveau premier secrétaire sans congrès, c’est endurer la légalisation du travail au noir. Car verser un salaire sans cotisation pour alléger le « coût » du travail, c’est bien le but que poursuit un employeur au black. Cette légalisation du travail au noir Valls n’en est même pas l’inventeur. » Je me fous du premier secrétaire : il n’était pas possible d’organiser un congrès en urgence et un congrès du parti de gouvernement n’a pas beaucoup de sens. Ce ne sont pas les militants du PS qui vont déterminer la politique du gouvernement mais les députés élus par le peuple… C’est le coup du travail au noir qui m’irrite. Ils inventeront tout. A gauche pour de vrai. Vive la progressivité des cotisations sur le travail. Et paf !

N’allez pas croire que je sois particulière réjouit des annonces de Manuel Valls, d’autant que la presse ne parle que du gel des salaires des fonctionnaires et de certaines prestations sociales. Qu’a-t-il dit d’autre ?

Petit 1 : 18 milliards d’économie de la part de l’Etat

« Ces économies s’appuieront sur la maîtrise des dépenses de fonctionnement des ministères. Elle passe par des économies sur les dépenses immobilières, la mutualisation des fonctions support (achats et systèmes d’information notamment), et une réduction du train de vie de l’Etat. » Je n’invente rien, je cite un document officiel qui est arrivé sur mon bureau.

Dites, M’sieur Paul, vous êtes contre ?

« Les créations d’emplois prévues dans l’Education nationale, la sécurité et la justice seront maintenues, dans le cadre de la priorité donnée à la jeunesse, et à la sécurité des Français. »

Ah ! Voila, M’sieur Paul, z’auriez préféré qu’on fasse des économies en ne respectant pas les paroles de campagne ?

« Les interventions de l’Etat seront également recentrées pour être plus efficaces. » Si on savait ce que cela voulait dire… « Les opérateurs et autres agences de l’Etat verront leurs dépenses de fonctionnement et leurs interventions revues à la baisse. Leurs moyens avaient augmenté de 15 % sous le précédent quinquennat. » Ca manque un peu de précisions mais il n’est pas inutile de rappeler les conneries de la droite… M’sieur Paul, z’en pensez quoi ?

Je n’oublie pas le gel de la rémunération. Je ne suis pas pour et je trouve même complètement con de se foutre à dos l’électorat…

Petit 2 : 11 milliards d’euros d’économies sur les collectivités locales

L’essentiel des économies viendra de la réforme territoriale que personne ne critique réellement à gauche : le tout a déjà été annoncé. Pourquoi ruer dans les brancards maintenant ?

« La Dotation Globale de Fonctionnement sera reformée dans le projet de loi de finances (PLF 2015), pour encourager les comportements vertueux et renforcer les mécanismes de solidarité financière entre collectivités riches et défavorisées. »

M’sieur Paul, vous en pensez quoi ?

« Dans une logique de simplification, le Conseil National d’Evaluation des Normes, mis en place avant l’été, donnera plus de place aux élus dans la diminution des normes, anciennes et nouvelles. »

M’sieur Paul, vous allez expliquer aux élus locaux que les normes ne leur font pas gaspiller un fric monstre pour rien ?

Petit 3 : 10 milliards d’euros d’économies sur l’assurance maladie

« Mieux organiser les parcours de soins, en renforçant les soins de premier recours, en développant la chirurgie ambulatoire, en facilitant le retour à domicile après une hospitalisation, en améliorant le suivi des personnes âgées en risque de perte d’autonomie. » « Agir sur la pertinence médicale pour réduire le nombre d’actes et d’interventions inutiles ou évitables. »

M’sieur Paul, mieux organiser les soins, vous êtes contre ?

« Améliorer notre dépense de médicaments, grâce à une consommation plus raisonnée, à un plus grand recours aux génériques et à des prix davantage en adéquation avec l'innovation thérapeutique. »

M’sieur Paul, donner moins de pognon à l’industrie pharmaceutique, c’est du néo-libéralisme ?

Petit 3 : 11 milliards d’euros d’économies sur les dépenses de protection sociale

« Pour près de 3 milliards d’euros, ces économies résulteront de réformes déjà engagées : modernisation de la politique familiale décidée en 2013 ; loi garantissant l’avenir et la justice du système de retraites ; accord entre partenaires sociaux sur les régimes complémentaires AGIRC-ARRCO. »

M’sieur Paul, vous avez voté contre ?

« Au-delà, les caisses de sécurité sociale dégageront 1,2 milliard d’économies, en exploitant notamment les possibilités offertes par la dématérialisation, la simplification et la meilleure articulation entre les différents organismes. »

M’sieur Paul, vous ne pensez pas que l’on peut organiser le fonctionnement de ces machins un peu mieux ?

« Décidés dans le plan pauvreté de janvier 2013, les engagements de revalorisation exceptionnelle pour le RSA, le complément familial et l’allocation de soutien familial sont  confirmés. Mais elles seront décalées d’une année. »

M’sieur Paul, ça vous turlupine tant que ça, ce report d’un an ?

« Une nouvelle convention d’assurance-chômage, sur laquelle les partenaires sociaux se sont accordés, va permettre d’améliorer le fonctionnement du marché du travail, notamment en matière de sécurisation de l’emploi et de la formation professionnelle. Le régime d’assurance-chômage devra mieux contribuer au bon fonctionnement du marché du travail, et permettre de rétablir l’équilibre financier de l’UNEDIC à l’horizon 2017 (2 milliards d’euros au total). »

M’sieur Paul, cela vous défrise les accords entre les partenaires sociaux ? C’est vraiment une annonce, ça ?

« Enfin, la modernisation de la politique familiale engagée en 2013 sera poursuivie, en renforçant l'équité des aides aux familles, et en orientant davantage les prestations vers l'emploi des femmes (0,8 Md€). »

M’sieur Paul, vous voyez où une annonce surprenante ?

Je n’ai pas oublié, non plus, le gel des retraites (que je trouve con : on vient de se taper une réforme des retraites… que je n’approuvais pas) et de quelques prestations sociales… sauf les plus basses.

Alors, M’sieur Paul ?

Ca ne vous dérange pas de ruer dans les brancards et dans les médias deux ou trois semaines après une cuisante défaite électorale, le lendemain d’une réorganisation de votre parti politique ?

Vous ne pouvez pas laisser une chance à votre parti politique ? Vous avez besoin d’une heure de gloire ? Vous ne croyez pas qu’on est suffisamment dans la merde ?

Faites donc comme Bruno Le Roux qui a déclaré, par exemple : « Le programme de réduction des dépenses qu'il a présenté ce matin ne sera ni un plan d'austérité ni une remise en cause de notre modèle social mais la résultante d'une réforme en profondeur des structures de l'Etat, des collectivités et de la sécurité sociale. »

Ou alors, rejoignez Méluche qui dénonce une politique d’austérité comme la plupart des vrauchistes. Par contre, si vous pouviez m’expliquer comment on peut qualifier d’austère une politique qui permet de dépenser plus de 80 milliards de plus que ce l’on gagne ?

M'sieur Paul, vous allez crier les mêmes trucs jusqu'à la fin de la législature ?

A part ça, une requête Google me révèle que le jeu de mot "pas de Valls" n'a jamais été fait en titre de blog et pas plus de trois ou quatre fois lors de publications.

7 commentaires:

  1. bonne analyse
    lu et approuvé
    et tant pis pour Mr Paul

    RépondreSupprimer
  2. « Agir sur la pertinence médicale pour réduire le nombre d’actes et d’interventions inutiles ou évitables. »
    Alors ça, si ça ne veut pas dire en parallèle réduire le personnel de santé...
    formidable ou fort minable ? qui vivra( sans soins) verra

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas la question. La question est de supprimer les machins inutiles. J'ai des exemples mais ce n'est pas l'objet du billet.

      Supprimer
  3. Je ne sais pas si t'as convaincu grand monde, moi, pas, j'ai un doute. Certains ne viendront pas te dire "Je ne partage pas ton avis" par politesse, voire par courtoisie. Perso ( je me mouille), je suis comme M'sieur Popol, Gauche2Combat et beaucoup d'autres: " Pas dans les pas des annonces de Valls". C'est une première, cette vague de protestation à gauche (la vraie, la fausse, l'approximative, la sincère, les députés, les syndicalistes, les militants, les blogueurs etc), ça commence à faire beaucoup...

    Il faut peut être qu'on regarde autour de nous, c'est la Zone, y a plus personne, le silence, et ce silence porte un nom. Tu me diras: "Arrêtez avec vos conneries! C'est pénible à la fin! Vous en faites un problème personnel etc...". Peut-être bien (ou pas), mais bon, quand un "problème personnel" devient celui de tout le monde, ça pose "Problème".

    Mais bon.

    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas là pour convaincre (surtout les potes quand je sais qu'ils ne sont pas d'accord) mais pour donner mon avis. C'est fait.

      Je dis clairement que je suis contre le gel des machins et pour le reste. Et je défie quiconque de démontrer que les autres machins sont mauvais, un par un.

      Il y a donc bien un problème de personnalisation. On ne réfléchit plus aux mesures on casse tout.

      Supprimer
  4. Ce qui m'étonne c'est que plus personne à Gauche ne dise : "c'est la faute à la droite" comme si ça devenait banal (au début, normal, une fois aux manettes) mais tenir le discours de cette Droite qui nous a flingué et de revendiquer deçi-delà à demi mot sous couvert de ou alors carrément façon "chant du cygne" qu'on a pas le choix, qu'on est dans la merde, toussa toussa ! Comme si on ne le savait pas !

    Lutin de mordel de berde ! Il nous a manqué des lanceurs d'alerte dans ce pays ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Blague à part, c'est ce je reproche au PS donc à Désir. Ne pas être "sur" l'alerte et la riposte.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.