22 avril 2014

Regroupement des régions : vive l'Armorique ?

A propos du rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne, on lit beaucoup d’âneries, y compris dans mes propres blogs, d’ailleurs. Entendons-nous bien : je suis assez favorable à ce rattachement mais je ne verrais pas, d’un mauvais œil, non plus, la création d’une grande région ouest, avec la fusion, en gros, des deux régions, la Bretagne et les Pays-de-Loire.

L’histoire de la Bretagne est compliquée, mais, pourtant, certains se basent sur elle ou les sondages pour formuler des exigences.

L’histoire de la Bretagne

J’avais fait un billet à ce sujet, cet été. Je résume. Au début, on avait les hommes préhistoriques qui étaient là. On ne sait pas comment ils sont arrivés là et on s’en fout. La civilisation Celte est arrivée.

On considère qu’il y avait cinq peuples celtes sur le territoire de l’actuelle Bretagne au début de notre ère. Voir l’illustration en haut à gauche. On ne parlait pas encore de la Bretagne, d’ailleurs. Les Romains sont arrivés. Ils appelaient ça l’Armorique qui, en gros, s’étendait de l’estuaire de la Loire à celui de la Seine. C’était le bordel.

Les peuples germaniques ont méchamment décidé d’envahir l’Ile de Bretagne, ce qu’on appelle aujourd’hui la Grande Bretagne. C’était il y a deux millénaires, en gros. Du coup, les peuples rosbifs ont été obligés de fuir et de se pointer chez nous. C’est pour ça qu’on appelle cela la Bretagne. Nos envahisseurs avaient une culture proche de la notre issue des Celtes.

Ceux qui venaient du pays qui deviendra la France ont envahi un tas de trucs ce qui fait que les coins qui n’étaient pas en France, s’étendaient de l’estuaire de la Rance à celui de la Vilaine.

Charlemagne est arrivé et a créé les Marches de Bretagne, avec Rennes et Nantes (qui étaient dans a lui) pour se défendre des méchants Bretons qui auraient pu l’envahir. Finalement, c’est cette andouille qui a fini par envahir la Bretagne, ou, du moins, l’ensemble des petits royaumes qui la composaient, pour avoir la paix. Il y a fusionné tout ça, avec les Marches et son fils a nommé un lascar, Nominoë, pour diriger ce bordel.

C’est ainsi que Charlemagne a créé la Bretagne, en gros, au nord de l’estuaire de la Loire, avec des Celtes envahis par des anglais…

Par reconnaissance, certainement, Nominoë a foutu dehors les Carolingiens et c’est son fils, Erispoë qui a finalement fini par reconnu comme roi de Bretagne par les rois de France. Ces andouilles ont continué à faire la guerre, ont gagné un tas de trucs et ont fini par perdre. Après 50 ans d’existence, le royaume devint un duché, le duc « prêtant hommage » à Louis IV en 942.

Toujours est-il qu’ils ont continué à se foutre sur la gueule. Le comté de Nantes ne voulait pas être intégré au duché de Bretagne. Du coup, le comté se balada un peu partout et fut même rattaché à l’Anjou. Nantes est revenu « définitivement » en Bretagne que vers le XIIIème siècle.

Finalement, François 1er a baisé les Bretons en devant usufruitier du duché avant d’être roi de France en se mariant avec la fille d’Anne de Bretagne en 1514. En 1532, la Bretagne était rattachée à la France. On peut dire que la révolution a fini de la tuer. C’était un peu le but du redécoupage par département même s’il a été fait plus ou moins sur la base des frontières de contés.

Pendant la guerre, en 1941, les régions furent recrées pour des raisons administratives et le découpage fut conservé après la guerre. On connaît la suite.

Des sondages ?

Si vous posez la question aux habitants de la Loire Atlantique : « Comme on va redécouper les régions, voulez-vous que votre département soit rattaché à la Bretagne ou à une autre entité ? » 90% des braves gens, au pif, vont répondre oui. J’imagine que la question n’a pas été posée ainsi.

C’est ainsi que les défenseurs du rattachement disent qu’une majorité d’habitants sont favorables au rattachement…

Par contre, « 29 % des sondés étaient favorables au rattachement administratif de la Loire-Atlantique à la Bretagne, contre 32 % pour le « maintien des structures régionales actuelles » et 36 % pour « La mise en place d'une grande région ouest dont ferait partie la Loire-Atlantique » ».

Ainsi, moins d’un tiers des habitants du coin souhaitent réellement leur rattachement à la Bretagne.

Ce sondage date de 2002 et il y a plein de sondages dans Wikipedia.

En 2009, les Bretons, eux, étaient majoritairement pour mais d’une courte tête.

Ca vaudrait le coup de faire un sondage, auprès des habitants de la région et ceux du département 44. Je résume : le gouvernement va faire une réforme territoriale, deux projets s’opposent :
-         la création d’une nouvelle grande région par la fusion des deux régions,
-         la création d’une région avec les cinq départements.
Quelle solution préférez-vous ?

Une fois cela fait, dans le cadre d’une réforme qui va se faire, on pourra avoir une idée de « l’opinion publique ».

On pourrait aussi poser la question uniquement aux habitants du sud de la Loire…

Et moi et moi ?

Honnêtement, je m’en fous. Ce sont les élus qui travaillent au quotidien et connaissent les machins administratifs qui sont nécessaires.

Par contre, je n’aime pas l’argument de la Bretagne historique car si une Bretagne historique a existé, c’était entre 851 (de mémoire) et 1532. L’argument est nationaliste. Ou alors, arrêtons-nous à la Bretagne des cinq peuples Celtes qui a existé beaucoup plus longtemps. Mais on n'avait pas encore été envahis par les Anglais.

Recréons l'Armorique, qu'on n'en parle plus...


5 commentaires:

  1. J'ai arrêté de lire à : « L'histoire de la Bretagne est compliquée. »

    Non : l'histoire de la Bretagne n'est pas compliquée. C'est-à-dire qu'elle n'est pas plus compliquée que celle de n'importe quelle région de France ou d'ailleurs. D'un autre côté, oui, elle est effectivement très compliquée ; comme celle de la Bourgogne, de la Champagne, de la Normandie, de l'Île-de-France (ô combien !), de l'Aquitaine, etc.

    La France est la réunion de toutes ces régions, au départ dissemblables, et qui se sont solidifiées entre elles, bien avant 1789, contrairement à ce que croient les blogueurs de gauche incultes. Les régions sont pourtant demeurées : un Breton et un Alsacien, en dehors du fait qu'ils se sentent français, n'ont pas grand-chose en commun. Encore moins un Provençal et un Picard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. On est d'accord. C'est pour ça que je pense que ceux qui revendiquent des trucs au nom de l'histoire uniquement sont des ânes. Nos Bretons croient que leur région date de toujours.

      Supprimer
    2. Non, ce ne sont pas des ânes. Au moins, ils revendiquent au nom de quelque chose. C'est toujours mieux qu'un Dagrouik, qui finalement ne revendique rien du tout, hors le droit de de rien branler de son existence, ou qu'un Bembelly qui, se revendiquant français tous les matins, ne s'intéresse finalement qu'aux gens ayant par hasard sa couleur de peau.

      De ce point de vue, d'ailleurs, Bembelly est un individu très intéressant : il est le seul "Lyonnais" que je connaisse qui brandisse sa carte d'étudiant congolais comme une Légion d'honneur.

      Et, si ce garçon m'intéressait, je lui demanderais volontiers pourquoi, si fier qu'il est d'être africain, il n'est pas rentré chez lui pour sortir son pays de la merde, plutôt que de rester tout peinardement en France, comme il semble le faire.

      Supprimer
    3. Ce sont des ânes. Ils ne pensent pas à l'intérêt des Bretons. Au moins les deux copains ne revendiquent que pour eux.

      Supprimer
  2. Beau billet ! Il m'a fait sourire ... et je partage peu ou prou son contenu.
    Et moi je ne suis pas un âne, je suis crétine .... "être crétin comme un bas-breton" c'est J. Michelet qui l'a dit, et c'était une citation qui se trouvait dans mon dictionnaire Larousse de collège. J'avais beaucoup apprécié !
    C'est marrant cette question des Régions, ça soulève souvent des débats animés; Il y en a eu un plutôt chaud concernant la question "Europe des régions" sur notre forum politique.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.