19 mai 2014

Copé, démission !

Exigeons la démission de M. Copé. Oui, là, maintenant ! Il a suffisamment exigé la démission d’autres types, dans sa carrière. Cette fois, il est englué dans une affaire financière à moitié louche concernant des copains à lui et l’UMP, le parti politique qu’il préside. Sans compter que ce parti est en passe de prendre une très grosse gifle aux prochaines élections. Surtout, ça fait trois fois en deux jours que je diffuse sur ce blog des billets qui n’ont rien à y faire.

Il me faut donc un sujet politique pour clore la journée : j’ai choisi, comme d’habitude, Jean-François Copé.

A noter que l’UMP aurait du être l’objet de mon billet de ce matin mais celui de mon camarade Sarkofrance m’a fait bousculer ma ligne éditoriale. Tant pis. Figurez-vous que j’ai passé une partie de mon dimanche matin à lire le programme de l’UMP pour les Européennes. Il tient en deux points.

Petit 1 : renforcer les frontières.
Petit 2 : virer François Hollande.

Ainsi, la brillante formation politique dirigée par Jean-François Copé n’a pas réussi à établir un projet qui tienne la route ou à écrire de manière un peu bandante ce que prévoient les droites européennes.

J’aurais pu parler de François Hollande, sinon. Figurez-vous qu’il a assisté à un « match d’impro » avec Jamel. J’aurais pu faire un billet pour expliquer qu’il pourrait même faire partie du juré en tant que professionnel de l’improvisation mais je suis un blogueur de gouvernement. Ma cible est donc Jean-François Copé. Il est hors de question que je prenne une cible plus difficile pour faire mon billet en urgence.

Nous voila donc avec Jeff et ses prétendues fausses factures. Il a changé de ligne de défense. Avant, il disait qu’il allait présenter une loi pour la transparence des partis politiques, oubliant que les comptes étaient déjà vérifiés par un organisme ad hoc, qu’il allait mettre les comptes du sien sous scellés. C’était rigolo. Cette fois, comme on n’a pas vu sa loi, il accuse presque directement Nicolas Sarkozy. Libération nous explique : « Tout en sous-entendus, son propos laisse assez clairement deviner sa ligne de défense : si l’UMP a commis quelques maladresses − sans doutes quelques infractions − dans la gestion de ses comptes, c’était pour financer l’insatiable appétit du candidat Sarkozy. »

On pensait au départ qu’il allait défendre un tantinet l’ancien chef de l’Etat en espérant être candidat pour le parti en 2022. Cette fois, il va tenter de le torpiller ce qui nous promet de belles tranches de rigolade. Selon Libération, « Exaspéré qu’on le soupçonne de se constituer un «trésor de guerre» avec l’argent de l’UMP, Copé a implicitement suggéré que les factures astronomiques d’Event & Cie, filiale de Bygmalion, société gérée par ses anciens collaborateurs, ont d’abord servi à financer la ruineuse campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Plusieurs cadres de l’UMP en sont convaincus. Selon eux, Sarkozy aurait explosé le plafond de dépenses autorisées de 22,5 millions. »

Le but de la manœuvre serait que la société des copains de Jean-François Copé émette des fausses factures vers l’UMP dont le type qui gère les comptes est un copain de Nicolas Sarkozy afin que la société en question règle les frais de campagne de Nicolas Sarkozy sans imputer ça à la campagne, ce qui ne sert d’ailleurs à rien puisque les comptes ont déjà été invalidés.

En fait, le dépassement serait largement supérieur à ce qui a été trouvé par la commission machin car tous les frais n’ont pas été imputés à la campagne.

« L’affaire Copé-Bygmalion serait donc aussi une affaire Sarkozy. Voilà qui pourrait compliquer la grande opération mains propres que beaucoup rêvent de lancer après le scrutin du 25 mai. »

Pour un peu, je pourrais exiger la démission de Nicolas Sarkozy mais je ne sais pas de quoi. En fait, je m’en fous de la démission de Jean-François Copé mais j’aime bien lancer des appels. Je ne suis pas membre de l’UMP et il revient aux adhérents de le foutre dehors s’ils le jugent utile ce qui ne saurait tarder car, même s’il n’est pas responsable de tout ce pataquès, il apparaît quand même, en tant que patron, complètement à la ramasse.

Revenons sur les européennes. Les zozos annoncent une débâcle pour le Parti Socialiste mais si on regarde de plus près, le PS pourrait très bien, malgré tout, recueillir plus de suffrages qu’en 2009 ! On pourrait difficilement considérer ça comme une victoire mais il n’y a pas de mal à se faire du bien.

Toujours est-il que le parti de Jean-François Copé, par contre, pourrait perdre 6 ou 7 points par rapport à 2009 et le PS faire plus que l’UMP en 2004. C’est compliqué.

Copé, démission, Copé, démission, Copé, démission !

3 commentaires:

  1. Réponses
    1. Mais je ne sais pas, moi ! Je ne peux pas être partout.

      Supprimer
  2. Il copie sur Le Pen qui compte exiger de Pèpère la dissolution de l'Assemblée si elle arrive en tête aux Europénnes.

    Tiens, je viens de voir une nouvelle suspiscion de détournement des fonds publics par de braves gens de l'UMP. Au détriment du Sénat ce coup-ci.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.