29 mai 2014

Luttons contre le FN et le racisme avant l'apéro

L’ami Bembelly défilait contre le racisme avec les jeunes, ce matin. Didier Goux défilait avec les racistes contre les jeunes, probablement. Même s’il est toujours réjouissant de voir les jeunes se mobiliser, je ne suis pas sûr que ce genre de manifestation soit utile. C’etait d’ailleurs l’objet de mon billet d’hier soir, suite à mon engueulade avec le Community Manager de SOS Racismes. Pour tout vous dire, je pense même que c’est contre-productif. 30 ans après la création de ce machin, le Front National est arrivé en tête.  

Il faut le reconnaître : c’est un constat d’échec que nous devons faire.  

Je voyais des commentateurs pour minimiser ce score en sortant des chiffres dans tous les sens. C’est grotesque. Le résultat est bien là. La peur n’evite pas le danger et fermer les yeux ne sert à rien.  

S'il faut lutter contre le racisme et le FN, il faut changer de méthode. J’ai bien dit « S'il faut » car je n’en suis pas sûr... A première vue, pourtant, ça parait nécessaire que l'on s'y attarde vingt-sept secondes. 

Lutter contre le racisme

Imaginez que je n'aime pas les bistros. Un petit effort, je vous prie. Je suis bistrophobe. C'est mal. Je suis persuadé que les bistros sont responsable de tous les maux du monde, dont l'alcoolisme, les accidents de voiture à cause de l'ébriété,… J'ai le droit de le penser, non ? J'ai même le droit de le dire. Par contre, je n'ai pas le droit d'appeler à bruler les bistros parce que cela serait un appel au crime. 

J'ai le droit d'être bistrophobe, je n'ai pas le droit de faire de l'incitation à haine bistrophobière. 

Le lecteur aura compris mon habile parallèle. Il y a quelques temps, une phrase circulait dans Twitter : le racisme n'est pas une opinion, c'est un délit. C'est faux. Enfin presque, ce n'est pas une opinion, non plus (mais le sujet n'est pas là : le racisme ne vient pas d'une réflexion). Il n'est pas interdit d'être raciste. On ne peut pas empêcher un con de penser qu'il est supérieur à un autre parce qu'il n'a visiblement pas les mêmes origines ethniques.  

Ce n'est pas contre le racisme qu'il faut lutter mais contre ses conséquences : les agressions physiques ou verbales, les discriminations,…  

Lutter contre le FN 

C'est dommage qu'internet soit récent. J'aurais pu vous proposer un jeu : comparer le site web du Parti Communiste Français de 1980 et celui du Front National presque 35 plus tard. A part ce qui est lié à l'évolution du monde (l'Union Européenne n'existait pas), vous y auriez probablement  trouvé à peu près la même chose : la lutte contre le libéralisme et contre le méchant immigré qui prend notre travail. 

Mon parallèle s'arrêtera là. L'idéologie n'est pas la même. Il faut lutter contre le FN parce que c'est un parti concurrent aux nôtres et parce qu'il s'est construit sur le fond de xénophobie, de racisme et tout ça... Il faut lutter contre, car c'est bien un parti d'extrême droite, dont les dirigeants semblent très proches. 

Il n'empêche que Marine Le Pen, après son père, a réussi à le "dédiaboliser". Je suis tombé sur un article du Monde, ce matin, racontant comment des intellectuels ont dédiabolisé ce machin. Nous ne sommes pas des intellectuels mais des citoyens qui s'intéressent à la politique On peut se demander si, nous-mêmes, nous n'avons pas participé à cette dédiabolisation. 

Parce qu'à force de traiter les autres de racistes et de gros cons, ils se disent : ah bon, je suis raciste. Ce qui était tabou est devenu naturel. Tout comme le vote FN. 

Tu es raciste ! 

Il y a un tas de propos qu'on ne peut plus tenir sans être taxé de racisme et c'est une erreur grave. J'avais été traité de raciste après un billet au sujet de l'islam. Cela n'a rien à voir. Un type qui dit "ils font chier avec leurs prières de rue" serait traité de raciste. Si, pour le "ils", il pense à "les arabes", il est raciste. S'ils pensent "ceux qui font des prières de rue" ou "les musulmans", ce n'est pas du racisme.  

Ainsi, à force de parler de racisme à propos de tout et de rien, on banalise... 

Je vais aller plus loin. J'ai des amis noirs. Je ne vous dis pas ça pour prouver que je ne suis pas raciste. Les lecteurs de mon blog en connaissent un par son pseudo : Tonnégrande, du nom de sa ville natale, en Guyane. Il a du arriver en métropole au début des années 2000. Le temps de se faire au pays (c'est-à-dire d'avoir des copains de bistro), il a commencé à s'intéresser à la politique et à ces histoires d'intégration. Il s'est donc mis à suivre certaines associations et me présentait des trucs (j'en faisais parfois des billets comme celui-ci, en 2008, à propos du Pari(s) du vivre ensemble). Il y avait un slogan : "Ensemble mais différents". 

A force d'étudier ces machins, on s'est aperçu que c'était sans intérêt, voire néfaste. Lui et moi n'étions pas ensemble. On se voyait au bistro, on discutait des heures par semaine, mais nous n'étions pas ensemble. Surtout, nous n'étions pas différents, à part par la couleur de peau (et de la boisson de prédilection). Il y avait beaucoup moins de différence entre lui et moi, voire les autres crétins du comptoir, qu'entre nous et la plupart des gens passant dans la rue en courant pour rentrer chez eux... 

Pourquoi la montée du FN ? 

Après mon engueulade avec le CM de SOS Racisme, avec Bembelly, ils ont parlé de moi, dans Twitter. Leur conclusion est que je me trompais sur la montée du FN, qu'elle n'était pas liée à la lutte contre le racisme, ce que je n'avais d'ailleurs pas dit (j'ai dit qu'en trente ans de lutte contre le racisme, le FN était monté). Beaucoup de gens ont des explications pour la montée du FN et beaucoup sont valables. Le problème est que chacun est sûr de lui et arrive à nier l'impact négatif de certaines actions.  

Denis, le taulier de Voie Militante, en présente une dans son billet de ce matin, qu'il m'a signalé dans Twitter suite à l'engueulade en question. Lisez-le, le texte est très court. Je suis assez d'accord. Dans sa "campagne", les gens, venus des banlieues de Rouen, votent FN pour marquer leur volonté de vivre entre eux. De vivre ensemble, sans différence, en quelque sorte. Dans sa ville, le Front National a fait plus du double que dans la mienne, en proche banlieue Parisienne, où l'immigration est évidemment beaucoup plus importante, où des gens différents vivent ensemble et finissent par se rendre compte qu'ils ne sont pas différents. 

A un moment, Denis dit : "Le paradoxe est que la réponse au communautarisme socio-ethnique des banlieues est la constitution d’une identité retrouvée". C'est bien l'utilisation de "socio-ethnique" qui me frappe. On en revient au "racisme" qu'on mélange à d'autres choses, comme le niveau social,… 

Pendant que j'y suis à déblatérer sur les causes de la montée du FN, voila un intéressant texte sur la montée de l'électorat du Front National (merci Apo). Il évoque l'électorat Front National au sein des syndicats, y compris Solidaires... qui dit : "des informations complémentaires sur une méthodologie qui à l'évidence est source de marges d'erreur phénoménales »« des informations complémentaires sur une méthodologie qui à l'évidence est source de marges d'erreur phénoménales" ! Encore des braves gens qui trouvent un moyen de nier une cause de la montée du FN. 

Que faire pour lutter contre le FN et le racisme ? 

Ne nous leurrons pas. Outre le fait que je pose des questions sans avoir la réponse, le FN ne diminuera pas tant que nous serons dans cette crise économique qui angoisse les gens pour leur avenir, celui de leurs enfants,… Ce n'est pas le tout de lutter contre le FN en disant que sa politique ne tient pas la route : ça fait plus de 40 ans qu'on vit en crise, depuis le fameux premier choc pétrolier qu'on date de 1973. Autant dire que la politique des autres formations politiques ne tient pas la route non plus... 

Je ne sais pas que faire pour lutter contre le racisme, ou, du moins, ses conséquences, mais je sais, car c'est évident, que ce qui a été fait jusque là n'a pas fonctionné, voire a empiré le tableau. 

Tout d'abord, je pense qu'il faut être très ferme au sujet de la laïcité et du respect des coutumes des gens. Il faut lutter contre l'intrusion de l'islam dans la vie comme nos ancêtres ont lutté contre l'importance du catholicisme. Le faire n'est pas du racisme.  

Je vis dans un coin où 43% de la population est originaire de l'immigration et je m'en contrefiche (sauf autrefois en période ramadan, avant les travaux, les musulmans se garaient n'importe comment devant le bistro pour aller à la boucherie à côté). 

Je ne sais pas ce qu'il faut faire mais il faut changer de discours... 

Du côté des blogs 

L'ami FalconHill, qui n'est pas de gauche, est plus direct que moi : ces manifestations et pratiques contre le racisme, sont en grande partie à l'origine de la montée du Front National. 

L'ami Sarkofrance, qui n'est pas de droite, dit qu'il serait temps que la gauche lutte contre le FN. ""S’occuper du Front national", ce n’est pas se contenter de cris d’orfraie contre lui. Bien sûr, le FN est l’ennemi, l’ennemi de la République, de notre histoire, de notre avenir." : on est d'accord. Pas sur tout, puisqu'il estime qu'il ne peut pas parler avec des gens du FN... Vu que le FN est à 25%, on finira par ne plus parler à personne ! Il propose trois points pour lutter contre le FN. Je ne suis pas spécialement d'accord avec les deux premiers. Disons que je les aurais formulés différemment. Je suis parfaitement d'accord avec le troisième : il faut arrêter la théorie et les incantations.  

Et moi, et moi, et moi ? 

Je reviens sur le premier point de Sarkofrance : "Nier que l’immigration est un problème, mais veiller à ce que l’intégration soit réussie." On ne peut pas nier qu'elle est un problème, sinon on n'en parlerait pas. Veiller à ce que l'intégration soit réussi, je veux bien, mais je fais quoi quand des arabes ou des noirs se promènent en tenue "musulmane" sur le trottoir devant le bistro ? Ce n'est pas moi qui les intègre mal... 

Le droit de vote des étrangers aux élections locales semble avoir été enterré par le ministre de l'intérieur cette semaine. Il est temps. C'est typiquement le genre de truc qu'il aurait fallu éviter. Il faut travailler à l'intégration, à faciliter l'accès à la nationalité (et donc au droit de vote), à la lutte contre le travail au noir ou le travail dans des conditions que ne voudraient pas un non immigré,… à plein de choses. Il faut travailler. Et pas sortir des grosses conneries... 

Vous vous rappelez l'élection de 2012. Au lendemain du premier tour, François Hollande était donné vainqueur du second avec plus de 55% tant les gens en avaient marre de Nicolas Sarkozy, tant il était évident qu'il n'avait rien à proposer, que sa politique était mauvaise Mais l'ancien chef de l'Etat et son parti on fait campagne contre le vote des immigrés. François Hollande a gagné de justesse. 

Je suis fatigué des postures morales de cette gauche. Un de ces jours, Marine Le Pen sera présidente de la République. Vous verrez comment seront traités les immigrés... 

On voulait supprimer le mot "race" de la Constitution. Pourquoi parle-t-on toujours de racisme si les races n'existaient pas ? 

Que Jean-François Copé garde son pain au chocolat.  

83 commentaires:

  1. Très bon billet.

    ils sont davantage que consternants...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est pas très bon : il y a plein de fautes.

      Supprimer
  2. "Veiller à ce que l'intégration soit réussi, je veux bien, mais je fais quoi quand des arabes ou des noirs se promènent en tenue "musulmane" sur le trottoir devant le bistro ?"
    Dans cette démarche, qu'est ce qui est le plus gênant ? Le fait des "tenues musulmanes" ou bien celui que tu ne sais pas quoi faire ?
    Pose toi la question quand tu vois un curé en tenue de combat qui passe devant le bistro.

    Passée cette anecdote, je suis bien d'accord que les postures anti-fn sont souvent contre-productives et, à mon avis, il est beaucoup plus intéressant de démonter les conneries déblatérées par la fille et du père et d'ajouter des propositions sensées. Il ne sert à rien de dénoncer si on ne propose pas dans la foulée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a plus de curé en soutane. Et ça n'a rien à voir. Un curé est un officiel de l'église. Les pratiquants ne se déguisent pas.

      Supprimer
    2. Plus de curé en soutane ?
      J'en vois tous les jours dans Marseille.

      Supprimer
    3. Non, non, vous faites erreur, mon bon ami : les trucs en longues robes et en surchage pondérale que vous croisez dans les souks marseillais, ce sont des femmes, pas des curés !

      Supprimer
    4. Didier,

      Z'êtes en forme, côté trollage, ce soir.

      Pierrot,

      Je n'ai jamais vu un seul curé à Marseille ! Je réponds plus précisément à Philippe, ci-dessous.

      Supprimer
    5. C'est pas Philippe, mais Daniel.

      Supprimer
    6. C'est pas Philippe mais Daniel.

      Supprimer
  3. On trouve à nouveau des curés en soutanes, des jeunes même, ce qui est logique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cherchez "soutane Bicètre" dans Google.

      Supprimer
    2. M. Duret a raison : vos histoires d'immigrés, c'est du pur fantasme nauséabond : le vrai danger, celui qui nous menace tous, ce sont les curés en soutane.

      (Entre nous, avec des imbéciles pareils à gauche, ne vous demandez plus pourquoi le FN continue de progresser tranquillement. Le pis est qu'il y en a à droite aussi.)

      Supprimer
    3. Didier,

      Il y en a autant à droite, largement ! Je le vois dans les commentaires des blogs, aussi...

      Daniel,

      La réponse de Didier m'inspire une deuxième réponse : s'il y a de plus en plus de musulmans en tenue, je ne vois pas pourquoi les catholiques ne feraient pas pareil.

      L'intégrisme musulman est aussi dangereux que l'intégrisme catholique... Et c'est de l'intégrisme. Surtout quand c'est un croyant qui s'habille ainsi et pas un "officier" comme dans l'église catholique. Il ne faut pas tout confondre.

      Un curé s'habille en curé parce qu'il est officier de l'église catholique, qu'un imam s'habille en curé parce qu'il est imam (ce qui n'est pas l'équivalent du curé, l'imam n'est pas désigné par une autorité religieuse et ne fait pas le petit séminaire....), tout cela et normal. Qu'un juif mette sur la tête ce petit machin dont j'ai oublié l'orthographe (kippa ?) me parait logique et ne me choque pas. Pas plus qu'un sikh qui met un turban.

      Par contre, quand un musulman met une djellaba ou un truc comme ça en banlieue parisienne, c'est de la provocation, une manière de montrer sa différence, de l'intégrisme. La djellaba est la tenue traditionnelle du Maghreb (de canard), adapté à la vie là-vas, pas un machin musulman.

      Le catho avec sa croix, le juif avec la kippa, le boudhiste avec (avec quoi, au fait, son crane rasé ou sa cigarette mal roulée ?), le sikh avec son turban, a aussi un costume trois pièces s'il bosse en bureau, un jean taille basse s'il a un beau cul, un survêtement si c'est un jeune connard des banlieues ou un sportif (ce qui revient au même, en gros).

      Supprimer
    4. « L'intégrisme musulman est aussi dangereux que l'intégrisme catholique... »

      Celle-là, il faudrait l'encadrer !

      Supprimer
    5. Ben non... Je réponds à un type qui semble prétendre le contraire.

      Supprimer
  4. Le grand détournement sémantique vient pour moi du fait que certains disent que ce genre de manifestation fait "justement" monter le FN.
    Là, c'est tout de même hallucinant de connerie (et de cynisme et de saloperie, si je peux m'exprimer ainsi). On toucherait presque au sublime. Que les interprétations fusent parce que tout le monde est à la ramasse, je veux bien.
    Que ces manifs ne servent pas à grand-chose, ça c'est pas un mystère, et même qu'elle serve à rien du tout, ou à pas grand chose, c'est même très probable, sinon surtout à se compter un peu les troupes et à se rassurer au contact d'autres gens.
    Mais que ces gens qui manifestent tranquillou (300, environ, à Rennes, tous les âges, vieux, jeunes, couples, avec poussette ou non, avec gamins, sans étiquettes, et ce 4 jours après une élection que d'ailleurs ils ne contestent même pas (On ne conteste pas un fait/ par contre il conteste le fait que la connerie se répande, si j'ai bien compris moi-même)) seraient à l'origine de la montée du FN, alors là, excuse moi, mais je me permet d'halluciner avec de ces grands yeux qui vous débordent d'incompréhension.
    Si l'on voulait désespérer tous (le reste) de démocrates et obliger les jeunes (et les autres) à se coller dans des chaussons devant TF1, on ne ferait pas mieux.
    Et effectivement, on finira par y arriver, en raillant d'une façon hautaine à tout bout de champs. D'ailleurs je crois que l'époque est malheureusement à la hyène (et au rire qui va avec).

    Généralement, dans ce cas de figure, j'ai bien plus l'habitude d'observer et de me poser des questions que de parler, à tout bout de champs, ce que tout le monde fait tout le temps, voulant imposer "son " point " de vue.
    Bientôt on finira par dire que manifester quand tu crois en certaines valeurs, outre le fait que c'est "ringard", "stratégiquement", c'est "négatif".
    Bientôt, envisager (et essayer de travailler) à un monde fréquentable, ça va devenir dangereux. On rêve, ou plutôt on cauchemarde. Et moi je trouve que c'est très grave. On voudrait dégoutter la jeunesse (en partie, je sais bien/ le reste est DÉJÀ dégoutté) de désirer et de croire en un avenir un peu meilleur, on ferait pas mieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut croire en un avenir meilleur tout en disant que ce genre de truc est néfaste. 30% des jeunes votent pour le FN.

      Supprimer
    2. Je note que lorsqu'il s'agissait des manifestations contre le mariage guignol, y emmener des enfants et des poussettes (avec d'autres enfants dedans) était un truc ignoble. Mais quand il s'agit de gentils manifestants qui combattent le méchant fascisme, cela redevient mignon tout plein.

      Vous êtes vraiment des zozos, par moment.

      Supprimer
    3. « sinon surtout à se compter un peu les troupes et à se rassurer au contact d'autres gens. »

      Pour ce qui est de "se compter les troupes", ç'a dû être vite fait…

      Supprimer
    4. Tes gamins à poussette, à ce moment-là, ils étaient collés devant pour servir de barrage voir d'absorbeur de gaz lacrymo (ou plutôt d'alibi, voir de justificatif, évidemment).
      Comme ça on pouvait pigner sur le fait d'"une nouvelle attaque sur la famille" (cette fois, physique).

      Supprimer
    5. Didier a raison.

      MHPA, maintenant que j'ai un clavier je peux te répondre plus longuement.

      "Le grand détournement sémantique vient pour moi du fait que certains disent que ce genre de manifestation fait "justement" monter le FN." pourquoi sémantique ? Quand la gauche luttait contre l'immigration (parce que le patronat faisait venir des immigrés pour avoir de la main d'oeuvre à bas coût et sans revendication sociale), le FN était à 0%. Quand elle a arrêté, il est passé rapidement à 10% (de mémoire aux européennes de 1984), puis à 14% aux présidentielles suivantes, et vient d'atteindre 25%.

      Il va peut-être falloir commencer à se poser des questions ! Et arrêter de parler de sémantique.

      Ce n'est pas une manifestation qui est à l'origine de la montée du Front National mais trente ans de conneries de la gauche... et une droite de gouvernement la plus bête du monde.

      "ce que tout le monde fait tout le temps, voulant imposer "son " point " de vue. " c'est aussi un truc que je dis dans le billet. Les raisons de la montée du FN sont nombreuses mais chacun nie celles qui pourraient le concerner. En l'occurrence, c'est donc toi qui impose ton point de vue. Je n'ai jamais dit que les machins antiraciste de la gauche était LE truc qui a fait monter le FN. Ni même FalconHill.

      Et tu deviens intolérant. Tu ne supportes plus les gens qui ne sont pas d'accord avec toi (j'ai lu les commentaires chez FalconHill). Alors, fatalement, le peuple, il va ailleurs.

      Supprimer
    6. Mike, il n'y avait pas besoin de lacrymo, les manifs ont été un relatif échec. Mais, sur le fond, ça revient au même.

      Supprimer
    7. Exactement ce que j'expliquais à l'un de mes fils : ça date des années 1981/82 : quand on commencé à défiler le 1er mai sur l'air des lampions "Français/immigrés, solidarité !".
      Oui, c'est vrai que ce qui se passait dans les foyers SONACOTRA était indigne. Mais c'est vrai que décider le "rapprochement familial" = importer la pauvreté, ça été la sottise du siècle. Si, pour satisfaire à un grand principe : le droit de toute personne à une vie familiale, on se met à importer de la misère absolue, on fait un chemin de roses au FN.
      Celui qui fait le choix d'aller travailler à l'étranger au lieu de se retrousser les manches pour faire la révolution chez lui, il doit faire le choix pour lui-même.
      Il fallait obliger SONACOTRA et autres, à respecter des règles d'hébergement dignes et que les employeurs de cette main d'œuvre étrangère paye le billet d'avion pour les vacances en famille.
      C'est pas plus dur que ça.
      Si tu transformes Saint Gilles dans le Gard, en Kasbah, ça va pas le faire, même si la Kasbah, c'est beau là-bas (ex. La Kasbah des Oudayas au Maroc, un endroit sublime]

      Supprimer
    8. Oui. Ça été n'importe quoi...

      Supprimer
    9. Nicolas, d'une c'est Falconhill, qui, tout en se disant "tolérant","insulte" et "ironise" sur tout ce qui ne pense pas comme lui (bon, c'est vrai que c'était chez lui...).
      Deuse, le peuple ne fout pas les pieds dans les blogs (ou alors on ne côtoie pas le même peuple), t'inquiètes. Donc je ne vois pas comment il pourrait lire mes commentaires/coups de gueule et surtout prendre la décision de déserter ensuite (vu qu'il s'en fout royal. Non, pas Ségolène).

      Si on va par là, j'ai la solution de tous les problèmes (oui, j'ai décidé d'imposer mon point de vue...), c'est très facile, les solutions, et celui qui appliquera ces dernières passera haut la main aux présidentielles, encore faudrait-il que ce même "peuple" les trouvent acceptables (c'est à dire quand ça ne le concerne pas "lui", généralement, ouvert aux autres qu'il est, le bougre).

      1) Supprimer les allocations des chômeurs (toutes, ça simplifiera le dispositif, et ça permettra d'engranger des bénéfices)
      2) Supprimer la CMU. (Chacun sa merde).
      3) Tailler dans le gras des profiteurs de la Cotorep, (pas parce qu'on a plus de bras à cause d'un incident de travail ou d'une bête maladresse qu'on pourrait pas bosser avec les pieds)
      4) Revaloriser les retraites.(Dispositif français de souche)
      4) Expulser les noirs et les arabes (tous, ça sera plus simple), mais préalablement établir des postes de gardes aux frontières parce que sinon elle passe quand même, l'immigration galopante (vu à la télé). Tirer à vue où, si l'on veut être un peu humains, remettre en mer dans des bateaux instables.
      5) Supprimer tous les financements dévolus à la culture (artistes, spectacles, subventions...), voir supprimer la culture tout court, qui sert à rien (de toute façon les gens préfèrent majoritairement le foot/Pourquoi se faire chier avec des poètes ou des pièces de théâtre ?))
      6) Lutter contre les profs, qui profitent, qui foutent rien et qui instrumentalisent les gens en osant leur apprendre des choses, leur supprimer leur poste pour les obliger à faire financer leur cours et surtout eux-même par la publicité. (Ex: Coca-Cola/ rentabiliser le domaine)

      C'est le début d'un programme. sans être un tant soi peu ironique, ou même cynique, je pense que réellement, le candidat qui propose ça, en ce moment, il passe haut-la-main.
      Comment en est-on arrivé là ? Sans doute une question de glissement, d'une pensée qui ne conteste plus, tout le temps dans l'acceptation, dans la compréhension, dans l'empathie tranquille avec le pire et globalement par ce prisme dégueu à la TF1.
      Evidemment, les problèmes sont là, et les exagérations d'un système (et les exagérations de groupes de gens également/ qui se base perpétuellement sur de la théorie) sans doute également, mais faut arrêter le cirque et un peu rappeler aux gens qu'ils ne sont pas en Ukraine à la frontière Russe, ni au Libéria en pleine guerre.
      Et qu'en plus de leurs deux bagnoles, ces "pauvres qui souffrent" ont encore deux écrans plats coins carrés, trois chambres au premier, un jardin où ils font pousser des légumes et leurs foutus putains de congés payés.
      Evidemment, si ça les "choque" qu'on leur dise ça en face, dis leur de ma part qu'outre des "enfants gâtés", ces pleurnicheuses au cerveau mou sont des enfoirés et que je les emmerde.
      Ah oui, c'est vrai, on va dire que je les comprend pas, que je ne me mets pas à la place du peuple (et que c'est pas en insultant qu'il faut faire...), ce peuple que je ne "comprends" pas (même si j'ai bossé et vécu dans tellement de milieux que je crois pouvoir dire à quoi il ressemble, le peuple), que ça fait monter le Front National, eh bé alors qu'il monte le Front National, juste hâte du jour où ça leur explosera à la gueule.

      Supprimer
    10. Pour ton point 5, on aurait beaucoup à redire. La gauche n'a pas à subventionner les intérêts privés des andouilles qui veulent gagner de l'argent sans formation (mais avec un cague don) le tout au prétexte de divertir le passant (donner leur des jeux !). En matière culturelle, la gauche doit donner accès à la culture à tous, en permettant l'accès aux écoles de musique, aux bibliothèques, ce qu'elle a très bien fait sous Lang. Mais le gauchiste n'a retenu que l'annexe : les subventions aux spectacle. D'ailleurs tu ne parles que d'artistes et de spectacles....

      Pour le reste, un tel programme ne convaincra jamais assez d'électeurs pour être élu.

      "Comment en est-on arrivé là ?" Je n'ai pas la réponse. Ce que je sais c'est que les propos de Jacques Chirac ("le bruit et l'odeur") sont beaucoup plus scandaleux que ceux de Marine Le Pen, mais beaucoup moins que les communistes qui détruisaient des foyers d'hébergement d'étrangers en 1980. Donc je ne sais pas comment on est arrivé là. Je ne sais pas si le monde à tellement bougé... (à part évidemment la société de consommation dont tu parles). Notamment pour les médias. Avant les chaines d'information publiques nulles, on avait les chaînes d'Etat qui n'étaient probablement pas spécialement objectives...

      "ça fait monter le Front National, eh bé alors qu'il monte le Front National, juste hâte du jour où ça leur explosera à la gueule."

      Oui.

      Supprimer
    11. Quand on en est à confondre les spectacles (de préférence "de rue", j'imagine…) avec la culture, la messe est dite.

      Quant à faire reculer le vote FN en allant expliquer aux chômeurs et aux salariés pauvres qu'ils feraient bien de s'estimer heureux dans la mesure les nègres du Libéria sont plus malheureux qu'eux, alors là, bon courage !

      Supprimer
    12. Les artistes, déjà, ne vivent pas de leur art, sauf exceptionnellement ceux qui font un best-seller (je parle des auteurs) ou des opportunistes arrivés au bon endroit et au bon moment genre Bruel.
      Si t'as pas un minimum de subventions pour des trucs genre Avignon, les Transmusicales à Rennes (par exemple) et même un statut (déjà suprêmement restrictif) permettant aux dits "artistes" de survivre entre les spectacles (toutes sortes, Théâtre,etc...), je vois pas comment un minimum de culture "vivante" pourrait exister.
      Mécènes ? hahaha
      Mendier à la KissKissBankBank sur le net, à la limite...
      (ça me rappelle mon frangin, gros bon ultralibéral, qui disait, en racontant ses vacances à châteaux : - C'est ça, et uniquement ça, la culture !)

      Pour les bibliothèques, je ne vois pas pourquoi tu voudrais les préserver puisque plus personne ne lit (à part quelques vieilles rombières chieuses / témoignage de ma copine qui a bossé en biblio).
      Plus personne n'en veut de là culture : Subventionner les écoles de musique ? Qui fout ses gamins en école de musique ? Et pour quoi faire ? pas comme ça qu'elle viendra la croissance.

      Contrairement à toi, je crois qu'un programme dur et efficace serait en ce moment très privilégié dans la tête des français. Une question de ras-le-bol, et également une question de n'importe quoi, dont la cervelle de nos concitoyens aime bien si souvent à être farci.
      Notre concitoyen marche en ce moment au gros bras et au coup de pied au cul, et je suppose que dans pas longtemps, il aura ce qu'il mérite.

      Supprimer
    13. Subventions aux spectacles ? (je me répète : musique, théâtre, danse, etc...)
      Juste conscience que c'est plus que nécessaire.
      Déjà pour rendre le truc le plus abordable possible aux gens qui en temps normal ne pourraient jamais s'y rendre.

      Supprimer
    14. Je ne suis pas aussi optimiste que toi. Si, je pense qu'un tel programme va devenir progressivement de plus en plus acceptable au niveau d'un paquet de gens.

      Supprimer
  5. Bon, sinon, billet excellent, mais trop riche pour que je le commente ce soir. J'essaierai d'y revenir demain, car j'aimerais le reprendre point par point (plus ou moins…).

    Dernière chose : personnellement, j'éprouve une haine viscérale envers Tonnégrande pour une excellente raison, c'est que, quand il picole autant que moi entre sept heures du soir et quatre heures du matin, il a trois fois moins la gueule de bois le lendemain. C'est bien la preuve que les nègres ne sont pas nos égaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et encore, vous verriez sa bite ! (je ne l'ai pas vue, c'est une commentatrice dénommée Catherine qui me l'a dit).

      Supprimer
  6. J'ai oublié de préciser que je n'ai jamais défilé de ma vie. Pas une fois, même quand je jouais aux gauchistes pour embêter papa !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, allez, j'ai assez trollé pour ce soir : je vais aller m'écrouler devant les Soprano en dégustant mon crumble aux abricots.

      Je lirai tous les commentaires demain matin à la fraîche : ne me décevez pas, les gens !

      Supprimer
    2. Vous n'avez jamais défilé de votre vie ?
      C'est bien les réacs, ça: ça se dit nationaliste et ça se fait réformer du service militaire avec un certificat médical de complaisance !

      Supprimer
    3. Je n'ai même pas eu besoin de certificat !

      Supprimer
  7. Si l’immigration semble poser problème, c’est à cause de la flambée de l’intégrisme religieux musulman ( que les autres religions ne connaissent pas, ou de façon très marginale, à l'exception de l'hindouisme absent de France, on ne peut pas tout avoir) dans le monde entier, donc aussi chez nous, et qui concerne aussi bien les immigrés musulmans récents que ceux qui sont là depuis plusieurs générations et qu’on ne peut plus qualifier d’ "immigrés".

    Conclusion: arrêter de laisser au FN, par peur d’être qualifié de "raciste", le monopole du discours sur la laïcité ferme, sans doute la dernière valeur de gauche à laquelle la majorité des Français restent encore attachés.

    On voit donc bien que la bonne approche n’est pas " Comment contrer le FN ?", c’est-à-dire de se situer par rapport à lui, approche qui a fait la preuve de son inefficacité depuis 30 ans – puisqu’elle consiste à lui laisser l’initiative de la problématique.

    La bonne approche est d’être soi-même, d’assumer sa laïcité intransigeante, sans se laisser influencer par la peur d’être "classé FN", ce qui revient à remettre encore le FN au centre du jeu.

    RépondreSupprimer
  8. Dommage que cette manifestation n'ait pas eu lieu AVANT le scrutin EPE ! Maintenant c'est trop tard, un seul de mes enfants sur 4 est allé voter ! On va se taper Junker à la Commission ! Et mon ami Bemb'y qui vire sa cutie ! Ch'suis trop dégoûtée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La manif avant n'aurait rien changé. Et ca ne devrait pas être Juncker, en principe. Certains parlent de Barnier.

      Supprimer
  9. Barnier, c'est l'UMP, mais il est très très honnête.

    RépondreSupprimer
  10. Depuis le temps qu'on se répète les mêmes choses sur les blogs...
    Il y a la réalité, les situations concrètes. Il y a ce qui se passe quand on décrit simplement la réalité: on se fait traiter de réac, de nauséabond, de pourri, de suppôt du FN.
    De belles âmes qualifient de fantasmes les récits de vies invivables, et nient la réalité parce qu'elle ne correspond pas à leur vision édulcorée des choses.
    On en a eu des dizaines de discussions à ce sujet, ça ne change rien... et les lendemains d'élection, c'est toujours le même refrain: oui, mais si on calcule l'abstention, bla bla bla, eh ben Sarko il a été élu que par 14% de Français, et il confisque le pouvoir au peuple, bla bla bla (ah, non, Sarko, c'était le coup d'avant, maintenant c'est Le Pen... ben c'est pareil. ) Vote de protestation et de colère, qu'ils disent. Méfiance envers les grands partis. Je connais personnellement six personnes qui, pour la plupart, ne votaient pas, et votent FN maintenant. Et je connais deux professeurs qui ont voté PS, puis EELV et FDG aux élections précédents, et qui ne se sont pas déplacées pour voter cette fois ci. Abstention par découragement et désarroi. L'école républicaine se casse la gueule à un point pas possible, Benoit Hamon ne trouve rien de mieux à faire que de céder une fois de plus aux islamistes (chouette, les mères voilées pourront accompagner les mômes lors des sorties scolaires, on ne sait pas si les voiles devront être fluos avec des bandes réfléchissantes pour la sécurité, on est en train d'en discuter en haut lieu.)
    Mais où sont passés les gens de gauche, les idées de gauche toutes simples, toutes fières ?

    RépondreSupprimer
  11. "en dégustant mon crumble aux abricots."
    et en écrivant le commentaire précédent, je n'arrêtais pas de penser au crumble aux abricots. J'imaginais les abricots fermes et tendres à la fois, et le sable du crumble avec des petits éclats dorés de poudre d'amande crépitant dans le beurre caramélisé aux quatre coins du plat.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas très hallal, tout ça...Je vous vois mal accompagner les mômes lors des sorties scolaires.

      Supprimer
    2. Le crumble était parfait, exactement comme vous le décrivez… sauf qu'il n'était pas "fait maison" ! Heureusement, nous avons, à Pacy, une pâtisserie digne de tous les éloges…

      Supprimer
  12. Je crois qu'il serait intéressant de ne plus parler du FN. En même temps, comme on dit maintenant, ne plus en parler c'est gommer une part de chacun d'entre nous, celle qui est la plus fragile, celle qui empêche de raisonner, celle qui existe parce que les besoins primordiaux ne sont pas satisfaits. Donc le racisme n'existe pas, seule l'intolérance peut être de mauvais conseil......le complexe de supériorité n'est pas terrible non plus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La tolérance n'est pas toujours une vertu et l'intolérance pas toujours un défaut. Quant au "complexe de supériorité", il est inhérent à tout groupement humain – de la tribu primitive au peuple contemporain –, aussi loin que peut remonter le regard de l'homme.

      Supprimer
  13. Je suis déçu par vos commentateurs : ça manque cruellement d'indignés musulmanolâtres, du genre Dame Rosa ou GdC !

    Sinon, je dois dire que j'ai moins envie de m'y recoller sur ce sujet ; comme le dit Suzanne, ça ne nous mènera nulle part.

    Juste ceci, à l'attention de M. Arié : je ne crois pas que la montée du FN dépende aussi étroitement qu'il le dit de l'intégrisme musulman (qui, à mon sens, n'en est d'ailleurs pas un), ni d'une quelconque question religieuse, même si, évidemment, celle-ci joue son rôle de révélateur et d'accélérateur. Ce qui est important, c'est – comme le soulignait très justement Brice Hortefeux en son temps… – le nombre d'étrangers et leur "visibilité" de plus en plus grande.

    En réalité, je crains pour vous (ce "vous" est collectif) que la seule façon de faire baisser l'audience du FN soit de faire baisser le nombre d'étrangers (y compris ceux que l'on a naturalisés bien légèrement), et surtout de cesser de répéter aux Français qu'il n'y a aucun problème ailleurs que dans leurs cervelles nauséabondes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Baisser le nombre d'étrangers ne changerait pas grand chose (et serait pire puisque permettrait de confirmer les théories de Mme Le Pen).

      Supprimer
    2. Mais je crois que Marine Le Pen n'a aucune "théorie" (contrairement aux idéologues de gauche et encore plus d'extrême gauche) ! Elle a juste un très grand talent pour capter ce que pensent ou ressentent les Français. Ensuite, elle n'a plus qu'à prendre les patins et ça glisse tout seul…

      Supprimer
    3. Ca revient au même... Disons : "de confirmer le travail de Mme Le Pen".

      Supprimer
    4. Didier Goux,

      Je crois que c'est à cause des revendications et manifestations publiques religieuses, témoignant d'une résistance ou d'une difficulté à l'intégration, que certaines immigrations posent problème, ce qui n'est pas le cas des autres ( Portugais, Asiatiques, etc.) : : nulle réaction de rejet, par exemple, vis-à-vis des immigrés asiatiques, pourtant physiquement beaucoup plus reconnaissables.

      Vous noterez que l'immigration noire (également assez facile à reconnaître physiquement...), beaucoup moins religieuse, suscite beaucoup moins de rejet, sauf au stade de l'adolescence ( casquette à l'envers, fraude dans le métro, etc. ), mais, avec le temps, les ados noirs deviennent des adultes ( chez eux, c'est génétique ).

      Supprimer
    5. Élie,

      Pour les machins religieux, on est d'accord.

      Pour le reste moins. Les jeunes sont des jeunes quelles que soient leurs origines mais avec un phénomène d'entassement d'étrangers dans des quartiers.

      Par contre, pour les adultes, il n'y a pas une catégorie où tout le monde devient adulte, notamment dans les couches sociales basses. Si je m'entends aussi bien avec mes potes noirs de bistro, c'est parce que nous sommes de conditions sociales identiques.

      Par contre, un balayeur noir reste un balayeur noir dans le civil. De fait les Maghrébins sont bien mieux intégrés. Les asiatiques ne se mêlent pas aux autres et les Portugais sont souvent les pires communautaristes et traînent entre eux. Les européens de l'est essaient de s'intégrer mais, tout comme les Chinois, ont un problème avec la langue (qui n'ai jamais natale chez eux) donc reste socialement isolés.

      Les "de souche" ne sont pas mieux. Les barrières sociales sont très difficiles à franchir. De fait, si ma bande est très multiculturelle, c'est le fait du hasard.

      Mais vous avez raison : le rejet est avant tout vis à vis de la religion.

      Supprimer
    6. La non -intégration ne dérange que lorsqu'elle pose des exigences; j'ai connu un juif polonais, en France depuis 30 ans, qui ne parlait pas un mot de français, mais tout le monde s'en foutait, c'était son affaire, ça ne dérangeait personne; par contre, s'il avait exigé des repas kasher pour ses enfants à la cantine de leur école, ça aurait posé problème (pour moi, en tous cas).

      Supprimer
    7. Pas si simple ! La non connaissance de la langue provoque une forme de répulsion.

      Les Chinois : ils tiennent une majorité de bar tabac dans mon quartier. Ils parlent très mal français et sont incapables de faire la conversation aux clients, même pour les trucs simples, dire ce qu'est le plat du jour ou des trucs comme ça. De fait, ils ont mauvaise réputation et sont accusés de blanchir de l'argent en achetant des commerces.

      Les Européens de l'est : ils sont très solitaires et quand ils entrent dans les bistros, quand ils ont un peu bu, c'est pour parler avec du monde. De fait, comme il parlent très mal français, ils vous cassent les burnes, ils se mêlent des conversations,... A part un taiseux que je vois toujours souvent, j'en ai connu assez bien cinq ou six. Un seul était bien intégré dans le bistro parce que c'était le plus jeune et qu'il montrait une vraie envie de connaitre plus la France...

      Supprimer
    8. Oui, aux bars-tabacs, les Chinois remplacent les Auvergnats...Mais comme ceux-là, avec leur accent, on ne comprenait rien, ça ne change pas grand chose.

      Supprimer
  14. je vais préciser un truc: mon point est que c'est l'intégration qui est un sujet, et non le volume d'immigrés qui est un sujet. La droite extreme mélange toujours les deux sujets.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est lié... N'oublie pas Rocard : on ne peut pas accueillir toute la misère du monde... On ne peut pas intégrer trop d'immigrés.

      Sur l'intégration, on est d'accord à un détail près : c'est à l'immigré de s'intégrer. Nous, on fait ce qu'on a à faire : on lui crée des centres d'hébergement, on lui donne accès à l'AME et à un tas de trucs comme ça, on scolarise ses gosses,... Et heureusement...

      L'angélique gauchiste qui pense que la France doit en faire encore plus parce que certains immigrés ne s'intègrent pas font également partie de ceux qui font monter le FN. C'est tout le problème de la question Rom... Des mecs volent des poules (je caricature volontairement, je n'accuse pas) et il faudrait qu'on leur file des rôtissoires pour les faire cuire... Ben non, on les fout en prison ou on les vire.

      Supprimer
    2. Intégrer diux mille personnes, cent mille, est relativement facile ; en intégrer dix millions est rigoureusement infaisable. À plus forte raison si on ne cesse d'expliquer aux arrivants combien les Français sont des ordures qui n'ont cessé d'exploiter et de massacrer leurs grands-parents par plaisir, et combien ils ont de la chance d'avoir une "culture" si merveilleusement différente de celle de leur pays d'accueil.

      Supprimer
    3. Il y en a 7 millions, pas 10, pour la plupart facilement bien intégrés.

      Supprimer
  15. La montée du FN est liée au chômage et à la précarité, de même la montée du nazisme et de l’antisémitisme sont la conséquence des politiques économiques déflationnistes de l'époque en Europe. La gestion actuelle de la zone euro est similaire, donc montée de l'extrême droite dans nombre de ses pays.

    http://www.franceculture.fr/emission-la-grande-table-2eme-partie-luc-boltanski-l-extension-des-domaines-de-la-droite-2014-05-29

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans le billet, je critique les gens qui minimisent certaines cause de la montée du FN.

      L'immigration en est évidemment une.

      Fais gaffe...

      Supprimer
  16. La quantité d'immigrés est un vrai sujet et le FN ne devrait pas en avoir le monopole. Jusqu'aux années 80, ce sont les classes populaires qui permettaient d'intégrer les populations immigrées. Or aujourd'hui, ces classes, déjà fragilisées par la crise et la mondialisation, sont submergées et n'ont plus la capacité d'accueillir les immigrés et de les intégrer. On ne s'étonnera donc pas qu'elles réagissent en votant FN. Enfin, il n'est pas difficile de comprendre que si l'on ne maîtrise pas les flux migratoires, en continuant à accueillir en masse, on compromet l'intégration des immigrés qui sont déjà en France. On compromet aussi l'identité de la France, et notamment ses valeurs républicaines, mais ça, c'est un autre problème...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quoi un vrai sujet ? 200 000 immigrés par an sur 65 millions de Français... D'ailleurs vous le dite : le problème vient de la crise et de la mondialisation. Par contre, effectivement je ne m'étonne pas de leur vote et du fait que les immigrés servent de bouc émissaire.

      Pour ce qui concerne l'intégration, le problème que refuse de voir la gauche est que la non intégration vient des immigrés eux-mêmes... Comme je le dis dans le billet, je vis dans un quartier plein d'immigrés... mais je ne le dis pas : ils sont majoritairement "bobos", donc relativement aisés et parfaitement intégrés... Il n'y a aucun problème d'identité française et de valeurs républicaines sauf à la marge (genre les drapeaux algériens quand Marseille marque un but ou, comme je le dis dans le billet, ces cons qui se garent n'importe comment pendant le ramadan).

      Supprimer
    2. La France est quand même loin d'être envahie. Après, selon les pays, le profil des immigrants est très variable... :

      http://www.captaineconomics.fr/actualite-economique/item/401-immigration-ocde-statistiques-effets

      Une politique migratoire un peu plus cohérente serait aussi :

      http://blog.francetvinfo.fr/classe-eco/2013/10/13/sur-les-plages-de-lampedusa.html

      Supprimer
    3. La question n'est pas de savoir si on est envahis mais que des électeurs pensent qu'on est envahis. Elle est aussi de savoir si cet "envahissement" pose des problèmes. On ne peut pas nier que des problèmes liés à l'intégrisme musulman se posent.

      L'intégrisme musulman est plus un problème que l'immigration d'autant qu'il y a assez d'immigrés pour faire chier avec ça (en d'autres termes, le mal est fait).

      L'article du blog de France TV est intéressant mais partial. Par exemple, il évoque l'intégration, il ne parle que de délinquance (avec des données également partiales)...

      Enfin, les solutions sont grotesques. En gros, le type voudrait faire payer 5000 euros aux migrants au lieu des 2000 qu'ils payent actuellement. Comme si ça allait empêcher des pauvres types qui n'ont que 2000 euros de vouloir fuir leur pauvreté pour joindre l'El Dorado annoncé.

      Supprimer
    4. Si ceux qui peuvent mettre 5000 euros représentent une part importante des immigrés, ça une bonne part du problème, surtout pour eux au lieu de perdre 2000 euros en se noyant ou en se faisant expulser par la suite.

      Supprimer
  17. La quantité d'immigrés est un vrai sujet et le FN ne devrait pas en avoir le monopole. Jusqu'aux années 80, ce sont les classes populaires qui permettaient d'intégrer les populations immigrées. Or aujourd'hui, ces classes, déjà fragilisées par la crise et la mondialisation, sont submergées et n'ont plus la capacité d'accueillir les immigrés et de les intégrer. On ne s'étonnera donc pas qu'elles réagissent en votant FN. Enfin, il n'est pas difficile de comprendre que si l'on ne maîtrise pas les flux migratoires, en continuant à accueillir en masse, on compromet l'intégration des immigrés qui sont déjà en France. On compromet aussi l'identité de la France, et notamment ses valeurs républicaines, mais ça, c'est un autre problème...

    RépondreSupprimer
  18. Putain, on va dépasser les 70 ou 80 commentaires pour le billet avec le plus de fautes d'orthographe de ma carrière... que je n'ai pas encore eu le temps de corriger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme quoi on s 'emmerde pour rien des fois :-)

      Supprimer
    2. C'est pas grave. On ne les a pas vues !!!

      Supprimer
    3. Par contre soit je vieillis soit la taille de police de caractère du billet a changé.
      Sinon manif ou pas, rien ne change et le FN est bien ancré dans le paysage politique malgré un programme plus qu'utopiste.

      Supprimer
    4. Je ne suis pas vieille non plus!

      Supprimer
  19. Bonjour,
    Pour ce qui est des manifs' d'hier, je trouve également que c'est inutile, voire complètement stupide : concrètement, qu'est-ce que ça a changé hier et qu'est-ce que ça changera demain ? Rien. J'ai plus eu l'impression d'un mouvement décidé sur un coup de tête, histoire de faire quelque chose, qu'une réelle volonté de faire bouger les choses. C'est un mode d'action périmé.
    Le soir du 25 mai, Natacha Polony avait dit une phrase du style "Si le FN dit que le ciel est bleu, est-ce qu'on va arrêter de le dire pour ne pas être associé(e) au FN ?", ce qui me semble bien illustrer l'hypocrisie dans laquelle on se trouve, avec un parti qui s'accapare des idées sans rencontrer de contestation, grâce à la frilosité ambiante.
    On le retrouve notamment dans les revendications du "collectif enseignant" du FN, Racine, qui propose un joli vernis républicain de retour à l'autorité, à l'exigence et à l'excellence alors même qu'on sait qu'un FN au pouvoir ne serait pas vraiment tendre avec l'école.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais on trouve plus de trucs pourris derrière le FN que de trucs "sympathiques". Bien plus.

      Supprimer
    2. Nous sommes d'accord.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.