10 juin 2014

Faut-il sauver l'UMP ?

L’ami El Camino espère l’éclatement de l’UMP. Pourtant, depuis que j’ai lu le billet de Sarkofrance, ce matin, la question qu’il se pose, « Pourquoi se préoccuper de l’UMP ? », me tourne dans le crâne. Pire, elle se retrouve formulée ainsi : « Comment sauver l’UMP ? ». La réunion du bureau politique de ce parti fait la une de la presse, ce matin. « Mais derrière les divergences politico-juridiques entre sarkozystes, copéistes, fillonistes, juppéistes ou non-alignés à propos de la prochaine direction du mouvement, se profile le véritable enjeu de la bataille: le nom du candidat UMP à la présidentielle de 2017. Le sujet est particulièrement sensible dans un parti meurtri en 2012 par deux défaites (présidentielle et législatives) et la guerre Copé/Fillon, puis dépassé par le Front national aux européennes. Le parti, fondé en 2002, affronte en plus la tempête Bygmalion et une crise financière sans précédent le plaçant en quasi-faillite. »

Twitter et les blogs s’amusent. Le grand jeu de la matinée semblait de trouver un nouveau nom au nouveau parti qui devrait éclore après l’explosion. Je vais proposer : Union des Travailleurs Enjoués dans un Rassemblement Utile à la Société. Faudra trouver autre chose, pour le « E », mais je n’ai pas le temps.

Alors que la gauche ne va pas bien, les socialistes en tête, je devrais me réjouir de la situation à l’UMP.

Il y a en France des partis dits « républicains ». Plus exactement, il y a en France un parti qui est dit « non républicain ». C’est amusant. J’ai l’impression que chacun met n’importe quoi derrière ce mot, y englobant un certain nombre de valeurs dans un contour flou.

Toujours est-il qu’il me semblerait sain qu’il existe en France un grand parti républicain d’opposition de droite et que cette opposition ne soit pas laissée au Front National qui a encore montré ce week-end de quoi il est capable. D’un autre côté, ça fait longtemps que l’UMP fait n’importe quoi et ne se comporte plus en parti républicain, probablement depuis avant l’élection de 2007 (et l’annonce par Nicolas Sarkozy de la création d’un ministère de l’Immigration et de l’identité nationale) avec un point d’orgue avec le fameux débat sur la laïcité lancé par Jean-François Copé, vite remplacé par un débat malsain sur l’islam.

Par ailleurs, l’UMP n’a plus, depuis longtemps, de projet économique à part la sortie des 35 heures qu’elle serine depuis longtemps. De fait, la critique des actions économiques du gouvernement vient essentiellement de la gauche, ce qui vient de la droite est totalement inaudible ; il en ressort un profond cafouillage. On pensera ce que l’on voudra du fait que la critique vienne de gauche, il n’empêche que la gauche de la gauche est également inaudible.

On se retrouve donc avec deux acteurs politiques : le gouvernement et le Front National, le tout sur le fond de couacs au sein du PS et de l’UMP.

Pourquoi faut-il sauver l'UMP ?

Le Front National l'a montré : il est dorénavant apte à faire plus de 20% à une élection nationale. On peut se consoler en disant que les dernières furent un épiphénomène mais c'est une maigre consolation. Il peut donc se trouver au second tour d'une élection présidentielle et pas uniquement en bénéficiant de la division d'un camp.

La stratégie de dédiabolisation a fonctionné au maximum et une nouvelle couche a été passée ce week-end. Une partie de l'UMP n'a dorénavant plus de raison de ne pas faire alliance avec le Front National.

Pour 2017, on peut inventer n'importe quel scénario y compris l'élection d'un candidat UMP sans majorité à l'Assemblée, obligé de donner Matignon à une Marine Le Pen rigolarde pour réussir à gouverner. Ou un deuxième tour entre Marine Le Pen et François Hollande dont l’issue serait incertaines.

Vu d'un autre côté, le Front National est probablement pas loin du nombre maximum de suffrages qu'il peut recueillir tout simplement parce qu'il est très rare, en France, qu'un candidat à la présidentielle dépasse 30%.

Le Front National devra donc initier un changement de stratégie afin de faire des alliances lui permettant d’obtenir une majorité. Ce changement est commencé ; on l’appelle dédiabolisation. Le FN multiplie les actions pour se détourner de son fondateur. Aujourd’hui, le parti a annoncé qu’il ne diffuserait plus les vidéos « journal de bord » de Jean-Marie Le Pen. Ce dernier se dit « blessé » par sa fille. « Je n'ai plus aucune communication avec elle » a-t-il déclaré. La voie est libre pour Marine Le Pen. Elle n’est plus l’héritière de son père.

Pourquoi faut-il sauver l'UMP ?

Parce que s’ils continuent à merder, ils vont être remplacés par le Front National.

Je lisais un blog réac, ce matin, où le taulier disait qu’il voterait FN parce qu’il aime la France. Nous n’habitons probablement pas le même pays.

Mais la mayonnaise est montée.

24 commentaires:

  1. ... et comment s'y prendre pour sauver l'UMP quand on est un blogueur de gouvernement, même pas inconditionnellement de gouvernement ?
    Laissez tomber l'UMP. La droite classique est agonisante.
    Il FAUDRA débattre des sujets/problèmes qu'on a offert en cadeau au FN: la laïcité, l'avenir de l'école, et l'immigration, et autre chose encore. Ce serait bien de dépasser les miaulements de pucelle chouineuse "oh, non, on va pas parler de ça, et on va surtout pas s'en occuper, sinon on va faire monter/le jeu du FN". J'entendais ce matin quelqu'un qui disait, à la radio (désolée, j'écoutais d'une oreille distraite et je n'ai pas reconnu la voix ni retenu le nom) qu'une semaine avant les dernières élections, Libé avait publié un dossier "sortir de l'Euro" avec intervention de personnes de gauche favorables à cette sortie (mais que si on en parlait, ça f'rait monter le FN) Eh bien, disait la voix de la radio, il faut débattre, au contraire. Avec tout le monde.
    J'avais écrit un billet) sur les idées de (vraie) gauche de Marine LP concernant l'école, face aux crétins de gauche (officielle) qui sont en train de la pourrir à tel point qu'on se demande qui les paie pour le faire et où, eux, ils mettent leurs gosses.
    Il faudra débattre avec les politiciens du FN, sans se pincer le nez (moi ? Jamais je ne parlerai à des xénophobes, racistes, fachos, etc...) C'est faute de l'avoir fait qu'il a monté, le FN. Pour l'école, c'est pourtant pas bien compliqué: le langage est beau, la théorie crève de bon sens, mais dans les villes FN, les enfants de chômeurs n'ont pas droit aux activités périscolaires par exemple.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord. Mais il y a un autre phénomène : la droite va de jeter dans les bras du FN. Pas les électeurs, le mal est est fait, mais les cadres. Pour l'éviter, il faut une UMP forte. Pour les électeurs, c'est autre chose et vous avez raison : il faut traiter les sujets et ne pas dire simplement : ouh la la on ne veut pas des clochards à notre porte disent les fachos.

      Supprimer
  2. « Je lisais un blog réac, ce matin, où le taulier disait qu’il voterait FN parce qu’il aime la France. Nous n’habitons probablement pas le même pays. »

    Mais si ! Et c'est bien pourquoi la politique est intéressante !

    D'autre part, j'ai beaucoup de mal à croire au type de discours que Sarkofrance et vous tenez sur ce sujet (il faut une droite républicaine, un vrai parti d'opposition, gnin gnin gnin). Soit vous n'êtes pas honnêtes avec vous-mêmes, soit vous êtes d'une totale incohérence : on ne peut pas en même temps vouloir que l'UMP contienne le FN et se mettre à hurler dès que les pontes de l'UMP font mine (seulement mine…) de s'intéresser aux sujets qui font que les gens votent de plus en plus nombreux pour le FN.

    Comment est-ce qu'un Juppé, par exemple, pourrait-il faire barrage au FN alors qu'il est un européiste béat, un fervent défenseur de l'immigration, du mariage guignol, etc ? Et quand se pointe un cadre de l'UMP qui n'est pas tout cela, vous poussez des cris d'orfraie en l'accusant d'être un sous-marin du FN ! Faudrait commencer à réfléchir un chouïa…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que Juppé se débrouille. Vous croyez vraiment que les électeurs du FN sont contre le mariage zinzin ?

      Supprimer
  3. "Pourquoi faut-il sauver l'UMP ? Parce que s’ils continuent à merder, ils vont être remplacés par le Front National."

    J'approuve ce message. Et la totalité de ce billet d'ailleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Blague à part, si Marine Le Pen veut vraiment dédiaboliser le FN, elle devrait carrément virer son père de son "poste" de président d'honneur...Non?

      Supprimer
    2. Pas d'accord! Non, l'UMP n'existe plus depuis que Sarko avait décidé de pomper leur programme. Qu'ils disparaissent et qu'on en finisse! Au moins, les choses seront claires: On aura la républicains (les vrais, la Gauche, le Centre) contre les fachos (les vrais aussi)

      Voilà! ;-)

      Supprimer
    3. Si tu assimiles toute la droite à des fachos ...

      Supprimer
    4. Pas toute la droite, Juppé fait plus centriste que UMP. La Droite Républicaine naître de l'alliance des tendances "Juppé" (Lemaire etc..) avec les centristes. Quant aux autres (Les Sarkosystes, les copéïstes etc.) Dieu seul sait ce qui les sépare du FN. Le grand nettoyage aura lieu et la Droite va se reconstruire avec d'un côté, la "fusion" des fachos (Aile Ultra-droite de l'UMP, tendance fachos) et de l'autre, les "pas fachos de l'UMP" avec le Centre.

      Voilà.

      Supprimer
    5. Dieu seul sait, on est d'accord ! Mais Juppé est quand même un gars de droite...

      Supprimer
    6. Elooooody, ton com était resté dans les tuyaux. Désolé.

      Elle ne peut pas tout renier. Notamment les 16% faits par son père en 2002.

      Supprimer
    7. Ouais je comprends. Mais c'était y'a 12 ans... Elle frapperait un grand coup en le virant. Enfin bon, je vais pas filer des conseils à Marine Le Pen non plus hein.

      Et fais venir un plombier bordel, c'est un scandale que mes com restent dans les tuyaux.

      Supprimer
    8. Bem, il était tard quand j'ai répondu. Juppé est bien un mec de droite. Le successeur désigné de Chirac, qui avait fait le coup du bruit et de l'odeur, qui a mis Pasqua à l'intérieur... Ils n'ont rien de centristes, d'autant que le centre, en France, est clairement à droite.
      Pendant des années, c'est le RPR qui faisait rempart contre l'extrême droite alors que des centristes recueillaient des gens venus d'Occident ou d'autres organismes d'extrême droite. Il me semble que les premières alliances avec le FN ont été faites par des centristes officiels.

      Supprimer
  4. faut faire crever l'UMP et foutre en prison les escrocs qui la dirigent. La droite doit purger et se recentrer comme la gauche tente de le faire et c'est bien.
    Centre droit/centre gauche est la bipolarité qui doit primer en démocratie : foin de conneries et de partis paravent, caisses enregistreuses et empoisonneuses du débat public.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai bien une idée pour le nom http://undessinparjour.wordpress.com/2014/06/10/du-passe-faisons-table-rase-2/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais il faudrait qu'elle apprenne à faire un lien clicable.

      Supprimer
    2. http://undessinparjour.wordpress.com/2014/06/10/du-passe-faisons-table-rase-2/

      Supprimer
  6. Flûte alors. Il est où mon deuxième commentaire?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il est arrivé...

      Le fond de Le Peb est l'antisémisme. Il ne peut pas s'en couper et la fille non plus.

      Supprimer
  7. "Le fond de Le Pen est l'antisémisme. Il ne peut pas s'en couper et la fille non plus."

    Mais si.

    Ce qui était vrai pour le père ne l'est plus pour la fille. Déjà, au temps du père, on est devenu de moins en moins ostensiblement antisémite dans ce parti. Le Durafour crématoire a fait perdre beaucoup de voix à un FN en pleine ascension. Même si, au fond, chez certains, on n'en pensait pas moins, il ne fallait plus le dire et, au contraire, tenir le discours inverse. La fille n'est pas le père, elle a envie de gouverner, elle.

    L'antisémitisme actif, dangereux, est devenu le fait d'une partie des musulmans. Le conflit israelo palestinien a débarqué dans la cour des écoles françaises, l'antisionisme politique et l'antisémitisme sont inextricablement mêlés, et c'est du pain béni pour le discours anti-musulman du FN, qui s'appuie sur des constats de réalité, hélas.

    RépondreSupprimer
  8. ce qu'il faut sauver c'est les idées s'il savent ou ils les ont mises ... le nom ...c'est pas comme si on s'en foutait mais c'est pas loin

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.