05 juin 2014

Frémissements

Le chômage a baissé en 2013, disons-le. Que font mes confrères blogueurs de gouvernement ? Ils roupillent ou quoi ? Cela étend, je ne suis pas là pour fanfaronner... La baisse est minime, les chiffres de l'Insee ne font que contredire ceux de Pôle Emploi qui a constaté une hausse des inscriptions et le résultat global est en demi-teinte.

Il n’empêche que les blogs m’amusent. Hier soir, je me suis engueulée avec des commentatrices de droite dans un blog de droite que j’aime bien, pourtant. J’ai fini par leur dire de rester discuter entre vieilles connes, à peu près textuellement. J’en avais tellement pris dans la gueule que j’ai trouvé que j’avais été particulièrement aimable. L’une d’entre elles avait fini par traiter François Hollande de gros con parce qu’il n’avait pas accepté les premières demandes de démission de Valérie Fourneyron atteinte d’un cancer. Je ne sais pas où elles ont été chercher cette histoire de cancer. Je n’en ai trouvé aucune trace ailleurs. Elles ont tellement de haine contre la gauche qu’elles en arrivent à imaginer des maladies à des ministres. J’ai trouvé ça délirant.

Tout au long de la discussion, elles insistaient sur le fait que la France allaient de plus en plus mal depuis 2012 alors qu’elle était très bien gérée auparavant, notamment à l’occasion de la crise. Le contraire étant évident, le fait que la France était mal gérée, que j’ai eu la flemme d’argumenter d’autant qu’elles n’argumentaient pas non plus se contentant de sortir ce qu’elles croyaient des vérités. Affligeant.

Je vais leur rappeler les faits : en 2002, la France allait mieux que l’Allemagne et a décroché ensuite.

Ce n’est pas une question de droite ou de gauche mais bel et bien une question de personne et de politique menée, voire de politique annoncée. Ca a commencé dès 2002, lorsque Jacques Chirac a voulu faire une baisse de l’impôt sur le revenu qui n’a, évidemment, profité qu’aux plus riches. La droite française, celle que supporte les dames en question, sont incapables de bâtir un projet politique et multiplie les erreurs. Je n’arrive que difficilement à imaginer le fait qu’ils souhaitent le retour de Nicolas Sarkozy (depuis hier le sujet fait la une de Google News alors que nous recevons des chefs d’Etat du monde entier pour les cérémonies d’anniversaire du débarquement) alors que l’affaire Bygmalion vient d’éclater. Je n’arrive pas à imaginer qu’ils souhaitent faire revenir celui qui a d’aussi mauvais résultats à son actif, de mauvais résultats incontestables.

La France était dans le top 10 des destinations préférées des investisseurs étrangers et est tombée à la 17ème place pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Cette droite – je n’ai pas dit LA droite – n’a aucune perspective.

La France est revenue dans le top 10. En deux ans, notre gouvernement a redonné le moral aux investisseurs, avec des mesures qui vont dans le bon sens, que certains à gauche qualifie de droite mais ce genre de bêtise m’intéresse peu.

A un moment, une des dames m’a dit : jegoun, tu es nul en économie.

Je ne sais pas. Mais il ne suffit pas de crier des bêtises dans les blogs pour faire une démonstration…

Dans le civil, François Hollande était prof d’économie. Nicolas Sarkozy n’a pas réussi à obtenir son diplôme de Sciences Po.

Je suis nul en économie et la droite a coulé la France.

La situation économique de la France a arrêté de se dégrader et des vieilles blogueuses de droite n'y pourront rien.


36 commentaires:

  1. Il y a des jours où vous êtes vraiment impayable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai fait ce billet en 12 minutes pour meubler. Il y a qu'un autre abruti pour écrire n'importe quoi en si peu de temps.

      Supprimer
  2. Les IDE ne veulent pas dire grand chose :

    Si vraiment les IDE d'une année sur l'autre étaient significatifs, il faudrait surtout s'interroger pour la Suisse, dont les IDE entrants ont diminué de 98% si l'on en croit le même rapport!

    http://blog.francetvinfo.fr/classe-eco/?s=investissements

    RépondreSupprimer
  3. Comme Merkel, Hollande ne capte pas grand chose à l'économie :

    http://econoclaste.org.free.fr/econoclaste/?p=7579

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont surtout les économistes qui ne captent rien politique.

      Supprimer
    2. Quant à vous, vous ne "captez" manifestement rien à la langue française.

      Supprimer
    3. Il ne manque qu'un mot.

      Supprimer
  4. Bon la situation économique de la France, je ne m'avancerais pas trop parce que c'est quand même pas gégène, mais j'abonde complètement sur le côté aberrant du soutien indéfectible à un âne pareil.
    QUI a-t'il été ? A part un international-Manager (ou un avide faiseur de ronds pour sa pomme) abordant Obama comme Kevin dans une cour de récré. Un arriviste, et un joli.

    Un type tellement doué dans la communication qu''il en arrive à dresser un rideau de fumée pour occulter ou mieux, tenter de faire disparaître la réalité du merdier laissé derrière lui.
    10 ans, putain, les 10 ans les plus merdiques de mon existence, me semble-t'il. Une longue veillée funèbre, avec une agonie qui n'en finissait pas. ... Tu me diras, peut-être était-ce cyclique, un peu comme le climat, ou le système solaire.
    Outre des kyrielles de casseroles pour tout le monde, "il faut dire une chose... "(comme il fit souvent, laissant le suspens s’égrener tout en remuant la tête au milieu d'un petit sourire devant tous ces journalistes qu'il savait béats) : il fut aussi remarquable s dans la'ssassinat politique que Chirac. Et c'est un sacré compliment.
    Copé et Lavrieux sont les deux dernières victimes, alors qu'il n'est plus au pouvoir depuis deux ans.Guéant fait flaque d'huile sous lui dans un garage cerné par les flics, et les autres sont prêts à accepter le retour de l'empereur dès lors qu'il voudra bien revenir leur écraser la gueule, parce qu'ils marchent comme ça : A la trique.
    Comme le pays semble parfois le réclamer, désormais, malheureusement, pris dans la trace de cette confusion psychologique grave qu'il a laissé traîné derrière lui.
    Fillon, toujours prudent, reste dans l'ombre, la jouant collective parce qu'il est tout sauf con.
    Sinon rien.
    Souvenons nous des caresses mielleuses à Markel, des footing en tee-shirt New-York qui résultèrent sur un malaise vagual, des guiliguili à Berlusconi, des ballades en amoureux avec Poutine et des agitations dans tous les sens dès lors qu'une actualité avait le bonheur de surgir afin qu'il s'en empare tout en faisant mine de régler le problème en braillant bien fort .
    Puis il y eut la crise.
    Ahhhh la crise. De subprime, elle en est devenu de la dette. D'une encore digne fellation le peuple dut donc accepter la sodomie. Pour réduire les dépenses. L'immense foirage bancaire se transmuta tout à coup et très bizarrement en peuples fainéants creusant la dette parce qu'il voulaient pas bosser plus.
    Ah, cette "poigne" dont beaucoup sont nostalgiques, comme d'un ordre ancien qui chercherait à revenir. C''est ça, uniquement, Sarkozy, je crois, rien d'autre, et le contraste étant saisissant avec le monsieur au pouvoir actuellement, c'est ça, qui fait que c'est le merdier, pour le suivant. (Ceci dit le suivant, hein...ouf...)
    Puis ce cirque récurrent (voir très inquiétant, psychologiquement parlant) sur les "tabous".
    Arrivé au pouvoir, le monsieur s'est débarrassé de ses névroses en nous les refilant. Dis à tes demoiselles, Nicolas, que des médecins existent. Des normaux, pas des agités, des dingues où des incontrôlables.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « des footing en tee-shirt New-York qui résultèrent sur un malaise vagual »

      Et, à part ça, il paraît que vous publiez des livres ?

      Supprimer
    2. Fenêtre de commentaires trop exiguë. Effectivement, ça m'avait échappé.
      On écrit pas des livres accoudé à un comptoir, devriez le savoir. Où peut-être pas, ce qui expliquerait tout, en particulier votre intense production.

      Supprimer
    3. Faites au moins l'effort de vous relire, alors : des comme celle-là, il y en a au moins cinq ou six dans votre (trop) long commentaire…

      J'dis ça, c'est pour vous, hein !

      (Quant à mon "intense production", vous retardez : voilà au moins trois ans que je ne branle plus rien !)

      Supprimer
    4. Je vous laisse, les gros.

      Supprimer
    5. Nan ! Je ferai pas d'efforts ! Suffit les efforts !
      (Didier, ça m'étonnerait. Z'avez plein de livres dans vot' blog-roll. Où alors recollez vous-y, que diable !)

      Supprimer
    6. Oh, ces livres-là ne comptent guère ! À l'exception du premier, les autres ne sont que la réunion du journal que je tiens quotidiennement : ils s'écrivent tout seuls…

      Supprimer
  5. Chômage qui baisse ? C'est beau l'optimisme. La demi-teinte est pourtant plutôt sombre .... Ah, flûte, pas le temps d'argumenter, faut que j'aille m'actualiser chez paul-emploi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas de l'optimisme.

      Supprimer
    2. Ah non ? Ben c'est quoi alors ...
      "Mais il faut tempérer en notant que l'emploi n'augmente que grâce au temps partiel" (un exemple ...)
      Je veux bien croire que vous y croyez vraiment ... mais j'ai du mal à en faire autant !
      Faut dire que nous ne sommes pas tout-à-fait dans la même situation semble-t-il ; alors forcément les points de vue peuvent diverger, spa ?

      Supprimer
    3. Prends tes cachets et arrête de me casser les burnes. Je prends les précautions dès l'introduction. Je vais donc être grossier parve que je n'ai pas que ça à foutre, de tolérer des gens qui ne comprennent rien. Fous le camp de mon blog. Tu as essayé d'en profiter pour assurer la gloire de ton forum débile. Va chier.

      Supprimer
  6. « Il ne manque qu'un mot. »

    Ce n'est pas à vous que je m'adressais, andouille ! C'était au guignol d'avant, qui semble croire que capter et comprendre sont des verbes synonymes.

    (Je mets mon commentaire en queue de peloton car je ne parviens pas à le coller à sa place logique, Dieu sait pourquoi.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si en plus vous commentez n'importe où, comment voulez vous que je suive.

      Supprimer
    2. C'est pas de ma faute, c'est Blogger !

      Tiens, d'ailleurs, là, ça remarche…

      Supprimer
    3. Blogger, c'est un arabe ?

      Supprimer
    4. L'académicien DG va nous donner des leçons de français maintenant...

      Sinon, si les économistes ne connaissent soit disant rien à la politique, c'est moins gênant que des politiques qui ne connaissent rien à l'économie.

      Supprimer
    5. Didier fréquente ce blog depuis sept ou huit ans. Pas toi. Ne te crois pas tout permis.

      Un politicien est là pour faire de la politique.

      Supprimer
  7. Ton bon billet est bien amusant. Il me fait penser à une chanson d'Alexis HK "charité populaire" où finalement il vaut mieux baiser les femmes de droite dans leur confort ouate qu essayer de discuter avec elles. Bien entendu tout ça est dit avec beaucoup de poésie et d'humour.
    Au fait, t'es vieilles blogue uses, elles sont bonnes ?

    RépondreSupprimer
  8. J'aime bien le "cela étend"... On sent l'habitué du fil à linge... Bref, laissons sécher.

    Faudrait que Mr Arié nous explique pourquoi ses commentaires sont fermés, chez lui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même pas fait exprès...

      Les commentaires sont rarement fermés chez lui. Mais il ferme s'il s'absente je crois. Par contre, il a pas à se justifier (pour info, son blog étant - étend... - chez Marianne, il est très trollé.

      Supprimer
    2. Se justifier, non, mais informer son aimable clientèle, oui !

      Supprimer
  9. Billet + commentaires = Bon moment.
    Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci.

      Je sors de chez toi mais je n'arrive pas à charger les photos sur l'iPhone. Je repasse plus tard.

      Supprimer
  10. "le chômage baisse et l'investissement reprend"... Ce sont des vœux pieux ou vous aves fumé la moquette ?

    RépondreSupprimer
  11. "le chômage baisse et l'investissement reprend".... Ce sont des vœux pieux ou vous avez fumé la moquette ?
    Ah oui, j'y suis, c'est du second degré !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on manque de fierté au point de signer "Marinette", on fonce se suicider et on ferme sa gueule.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.