09 juin 2014

La fournée d'adieux

48 heures après les propos de Jean-Marie Le Pen, les gauchistes de Twitter restent en émoi et sont, à la limite, béats d'admiration devant la réaction des cadres du parti, leur donnant raison, mettant ainsi le Front National en position de parti politique normal. 

Je suis un tantinet de mauvais poil, ce matin. J'ai pris un scud dans la tronche, dans Twitter, de la part d'un de ces gourous de la gauche morale pour avoir osé dire que la gauche avait sa dose d'antisémites, comme si cela était pas une évidence. Qui n'a jamais croisé un lascar qui pourfendait le monde la finance aux mains de puissances sémites ? 

Cette gauche morale m'afflige car elle ne voit pas que la famille Le Pen a réussi un coup magistral. Le père rappelle les outrances qui ont fait sa gloire, auprès de ces millions de Français qui sont d'accord avec lui, qui pensent qu'il est le seul à dire la vérité. La fille et ses copains ont réussi à faire de leur parti un parti normal. 

Sous le regard ébahi de ceux qui s'imaginent en nouveaux penseurs d'une gauche morale. 

Jean-Marie Le Pen vieillit. Il va finir par se faire de moins en moins entendre. Il laisse en héritage un pari qui est maintenant en position de conquérir le pouvoir et il faudrait continuer à s'émouvoir alors que le mépris serait une bien meilleure stratégie. 

Mais non ! Dans la bouche des opposants du FN, ce sont toujours les autres qui le font monter. Aucun recul.

24 commentaires:

  1. Entièrement d'accord. Le vieux est soit gâteux, soit volontairement malfaisant. Ou encore malfaisant par gâtisme. Enfin, bref, le mieux est de l'ignorer, en attendant que Monseigneur Cancer fasse son office, et en espérant qu'il le fasse vite.

    Du reste, il me semble bien que sa précédente "saillie" à propos d'Ébola n'avait pas ému grand-monde, y compris chez les professionnels de l'indignation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si ça avait fait du bruit mais pas autant. C'est l'indignation sélective à la Française.

      Supprimer
  2. Allez-y, c'est ma fournée... pardon, ma tournée.

    RépondreSupprimer
  3. L'antisémitisme n'est l'apanage d'aucun parti mais est partagé équitablement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y en a plus à gauche. Le type de droite n'ose plus être antisémite. Il ne dit plus rien (à part des clowns comme Le Pen). L'électorat populaire de gauche est anti semite, il suffit d'aller au bistro pour s'en rendre compte.

      Supprimer
    2. « L'antisémitisme n'est l'apanage d'aucun parti mais est partagé équitablement »

      C'est son côté rassurant.

      Supprimer
    3. Monsieur Goux, rassurant ? je ne sais pas

      Supprimer
  4. Et si c'était tout simplement un jeu de rôle entre le père et la fille. Pour cause de débarquement, il y a une semaine qu'on ne parlait plus d'elle.
    En plus, elle n'est pas "choquée" mais parle simplement d'une "faute"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'histoire du "jeu de rôles" ne me paraît pas tenir debout, honnêtement. Et puis, on nous a déjà fait le coup avec Pétain et de Gaulle, rappelez-vous.

      Supprimer
    2. Bah ! Pas spécialement préparé mais ça arrange tout le monde.

      Supprimer
    3. Le film de la "bourde" a été diffusé sur le site du fn. La fille ne pouvait pas ne pas être au courant. (comme Copé pour l'affaire Bygmalion)

      Supprimer
    4. Monsieur Goux, je suis d'accord avec vous

      Supprimer
    5. Eh bien, celle-là, Monsieur Glory, je vais la faire encadrer !

      Supprimer
  5. Je ne crois vraiment pas (et de moins en moins à mesure que j'y songe) qu'il s'agisse d'un jeu. Je pense que le vieux entend réellement savonner la planche à sa fille. Il veut qu'elle échoue, c'est "psychanalytiquement clair", si j'ose ainsi m'exprimer. Comme il connaît bien la connerie des journalistes (et des blogueurs…), il sait qu'employer un mot aussi innocent et banal que "fournée" à propos de Bruel (je suis d'ailleurs étonné qu'il ne l'ai pas appelé Benguigui…) suffira à déclenché un tollé imbécile. Mais c'est aussi un moyen de retarder l'adhésion au FN des Juifs, lesquels commencent à se rendre compte que l'antisémitisme, et pas seulement "de parole" hélas, est désormais l'apanage quasi exclusif des arabo-musulmans, et que ce qu'on nomme l'extrême droite par paresse de pensée n'est sans doute plus leur ennemie..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A lire vos arguments, Didier, il me semble avoir fait fausse route en m'orientant vers un jeu de rôle. Une chose est sure, le vieux n'a jamais voulu s'approcher du pouvoir et a toujours fait en sorte de ne pas aller plus loin que semeur de merde alors que la volonté affichée de la blonde fille est d'y arriver. En quelque sorte, il protège SON héritage.

      Supprimer
  6. Se documenter sur l'interwiouveuse apporte la réponse: c'est un duel entre le FN canal historique et l'autre, celui de la fifille.

    RépondreSupprimer
  7. je crois que nous pensons exactement pareil. http://sarkofrance.blogspot.fr/2014/06/apres-les-declaration-de-le-pen-le.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens ! J'ai zappé ton billet. Rare. Tu ne sais toujours pas faire un lien correct. Tiens ! Didier Goux va le refaire, j'ai la flemme.

      Par contre (?), je suis d'accord avec toi, pas avec lui. Même si ce n'est pas préparé, ça les arrange.

      Supprimer
    2. Nicolas : je ne crois vraiment pas que ça arrange Marine Le Pen. Qu'a-t-elle à y ganger, dans une France où l'antisémitisme n'existe quasiment plus, sauf chez les populations greffées, qui ne sont pas précisément son "cœur de cible" ? Au contraire, elle risque de s'aliéner l'électorat juif qui, lui, commence à apercevoir son véritable ennemi et à se dire que ce n'est pas du tout le FN.

      Supprimer
    3. Didier, à ce stade elle ne parle plus à l'électorat mais aux types de l'UMP à la ramasse. Elle leur dit : je ne suis pas mon père. Les idées antisémites ne sont plus chez nous, on peut faire des alliances.

      Supprimer
    4. Je vais peut-être en refaire un billet. Si elle veut le pouvoir, elle doit arriver au second tour (lapalissade...) mais être opposée à la gauche (les électeurs de gauche voteront vont le FN en cas de second tour à droite). Il faut donc qu'elle soit amie avec des types de droite pour empêcher un front républicain.

      Supprimer
  8. Mais qu'est-ce que vous réfléchissez beaucoup ! :-)
    Alors faut-il ne pas parler du FN sous peine de lui faire de la pub ou en parler pour montrer qu'il reste bien un parti d'extrême droite sans véritable programme ?

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.