26 juin 2014

La rigueur est de rigueur

La coupe du monde fait des ravages : hier soir, je me suis couché tard, ce qui fait que je suis arrivé en retard au boulot et que j'ai bossé comme un fou, sans le temps de regarder l'actualité. J'ai seulement reçu une alerte m'informant des très mauvais chiffres du chômage. Arrivé à la Comète à 21h30, je regarde Twitter et un copain ironisait, du genre : "dans vingt ans, on comprendra que mener une politique de rigueur était une funeste connerie."

Je vais lui répondre : quand on dépense 70 ou 80 milliards de plus que ce que l'on gagne, on ne peut pas appeler ça une politique de rigueur. 

Je vais lui répondre une deuxième fois : ça fait à peu près 40 ans que le chômage et les déficits galopent de concert. Quand l'Etat gagne plus que ce qu'il dépense, on appelle ça aussi une politique de la demande. Ça ne fonctionne pas. 40 ans d'une telle politique et la barre des cinq millions d'inscrits à Pôle Emploi vient d'être franchie. 

Je ne sais pas si ça s'arrose. 

Toujours est-il qu'il apparaît urgent de faire baisser ces putains de déficits pour inverser 40 ans de politique. Toujours est-il que François Hollande a été élu non pas parce que son adversaire c'est la finance mais parce qu'il a promis de réduire les déficits, ce qui fait que François Bayrou a suggéré à ses électeurs de centre droit à voter pour lui. Toujours est-il encore que nous avons fait campagne en tapant sur l'augmentation de la dette sous Sarkozy et que voir des militants exiger une augmentation de la dette m'amuse beaucoup. Les voir oublier à qui bénéficie les intérêts de cette dette m'amuse aussi mais je suis joueur. 

En gros, ils voudraient que l'on poursuive la politique menée depuis 40 ans, bonne sous la gauche, mauvaise sous la droite, qui nous a envoyé dans le mur. Si Hollande change de politique, on pourra dire : au bord du gouffre, on a fait un grand pas. 

François Hollande et Manuel Valls doivent continuer. Tant pis si ça déplaît. Tant pis aussi si le chômage augmenté de 10% pendant un temps. Il faut le dire : la sortie de crise sera douloureuse. C'était l'objet d'un billet d'Elie Arié récemment. 

Ce matin, j'ai commenté le billet de Sarkofrance. Un des autres commentateurs a cru intelligent de dire qu'avec Élie, Captain Haka, Bob,... on sentait obligés de défendre Hollande. Ben non. On s'en fout. On n'est pas payés par le SIG pour faire de la propagande ou de la riposte. 

Sans être leur porte parole, je pense qu'on est d'accord pour dire que rétablir les comptes est nécessaire. 

L'endettement ne résoudra rien. 

15 commentaires:

  1. J'ai répondu sur le blog de Juan au commentateur intelligent que, dans sa logique, on pourrait embaucher la moitié des chômeurs pour creuser des trous, et l'autre moitié pour les reboucher: fini le chômage ! Suffisait d'y penser, non?

    RépondreSupprimer
  2. Et ça cause de Shadoks en plus !

    RépondreSupprimer
  3. C'est un peu plus compliqué que ça le problème de la dette, même le FMI en convient.
    5 millions de chômeurs en France, avec la politique actuelle menée dans la zone euro on est à plus de 25% en Espagne, l'austérité est une vraie réussite.

    "Si la dette a augmenté c’est d’abord parce que tout au long de ces années l’État s’est systématiquement privé de recettes en exonérant les ménages aisés et les grandes entreprises. Du fait de la multiplication des cadeaux fiscaux et des niches, la part des recettes de l’État dans le PIB a chuté de 5 points en 30 ans."


    http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2014/05/30/59-de-la-dette-publique-francaise-est-%C2%AB-illegitime-%C2%BB-alors-on-fait-quoi/

    RépondreSupprimer
  4. Pour le PS, qui veut économiser 50 milliards, n'écoute pas l'UMP qui demande à économiser 80 milliards. Ce qui supprimerai la dette. C'est pas une bonne idée ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce c'est une idée foireuse comme tout ce qui vient de l'UMP.

      Supprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  6. Rappeler que Hollande avait demandé un budget de relance européenne, refusé.

    Il retente actuellement avec 1000 milliards de projets :

    "le « clash » entre l'Allemagne et les pays latins, France et Italie en tête, est inévitable "

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20140625trib000836970/il-faut-que-la-france-et-l-italie-s-opposent-franchement-a-l-allemagne.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merkel grande pourvoyeuse de l'extrême droite !

      Supprimer
    2. Pas d'extrême-droite en Allemagne, justement, où Merkel gagne les élections depuis 2005, ce qui lui fera 11 ans à la tête de l' Etat en 2016: il faut croire que la majorité des Allemands n'en sont pas si mécontents que ça...

      Supprimer
    3. certes, mais dans le reste de l'Europe , c'est une affaire qui marche

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.