31 juillet 2014

100 ans dans le peignoir

Il y a cent ans, Jean Jaurès était assassiné et Louis de Funès venait au monde mais il ne va pas beaucoup mieux maintenant. L’avocat de Nicolas Sarkozy, Me Thierry Herzog, a voulu lui rendre hommage dans cette scène racontée par Médiapart.

« Le 4 mars, une escouade de policiers débarque dans les bureaux et au domicile de Me Herzog, à Paris et à Nice. Ils sont chargés d’exécuter les actes d’instruction des juges Patricia Simon et Claire Thépaut, qui enquêtent sur les liens troubles de Nicolas Sarkozy et de son avocat avec le haut magistrat de la Cour de cassation, Gilbert Azibert. »

« Thierry Herzog était si sûr de sa stratégie téléphonique, digne d'un épisode de The Wire, que ce 4 mars, quand un enquêteur lui demande en pleine perquisition combien de téléphones il possède, il répond sans ciller : « Un seul. » L’enquêteur se permet d’insister, lui demandant s’il est vraiment certain de n’utiliser qu’une seule ligne. L’avocat est formel. Oui, une seule. C’est alors qu’un enquêteur tape le numéro de son téléphone secret, qu’il utilise avec “Paul Bismuth”, pensant ainsi tromper la vigilance des policiers. Une sonnerie retentit alors à quelques mètres de là. Le téléphone était caché dans un peignoir de l’avocat, suspendu dans sa salle de bains. »


Imaginez Louis de Funès dans la scène, jouant le rôle de l’avocat, est à mourir de rire.

4 commentaires:

  1. malheureusement il est plus là pour faire le film
    dommage

    RépondreSupprimer
  2. Je ne serais pas étonné de voir un jour Nicolas Sarkozy faire une petite carrière d'acteur, un peu comme Bernard Tapie.

    RépondreSupprimer
  3. C’est alors qu’un enquêteur tape le numéro de son téléphone secret, qu’il utilise avec “Paul Bismuth”, pensant ainsi tromper la vigilance des policiers.
    Heu…, c'est moi, ou cette phrase est mal formulée ?

    RépondreSupprimer
  4. He he he je vois tout à fait la scène :-)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.