22 juillet 2014

La guéragaza et les rézocios

Balladur jeune faisant le guignol en Egypte
Hier soir, j’étais de mauvaise humeur. J’ai fait un tweet pour dire que j’étais fatigué des avis péremptoire en 140 caractères à propos de la guéragaza. Aujourd’hui, l’ami El Camino dit, à propos de certains blogs de droite comme de gauche : « On se demande s'ils ne souhaitent une bonne émeute sur notre territoire pour montrer qu'ils sont encore plus cons que ceux qui se foutent sur la gueule à la frontière israélo-palestinienne. »

Je ne lui donnerai pas tort même s’il est parfois difficile d’avoir une position mesurée. Le blogueur de gauche en question dit que c’est de la faute aux méchants Israéliens qui veulent anéantir tout le monde. Le blogueur réac en question dit que c’est de la faute à l’immigration si les manifestations tournent mal. Un peu plus, le blogueur de gauche ajoutera : ah, vous voyez, je ne suis pas antisémite, je ne dis pas « les juifs », il y en a des bons. Les blogueur réac dira, quant à lui : ah, vous voyez, je ne suis pas raciste, je ne dis pas les arabes mais « ce n'était rien d'autre que des membres, première, deuxième ou troisième génération de la communauté musulmane, que des représentants d'une intégration ou d'une assimilation parfaitement... foirées. »

Il faut raison comme disais Balladur… Tiens ! Je pourrais mettre sa photo pour illustrer le billet. J’espère que ça ne va pas provoquer une émeute.

Nous avons une urgence : que les méchants d’un côté arrêtent de tuer tout le monde de l’autre, ce qui nécessite que les méchants arrêtent de leur envoyer des bombes sur la gueule. On appellerait cela un « cessez le feu ». Après, il faudra négocier pour que le cessez-le-feu soit durable et il faudra bien que certains fassent des concessions. Voila ce qu’est un propos mesuré.

Pour que le cessez-le-feu se fasse, nous n’avons pas d’autre choix que de faire confiance dans la diplomatie internationale, ce qui n’est pas gagné, je sais. Du coup, on a Messieurs Ban Ki-Moon et John Kerry qui sont en quelque sorte les chefs de la diplomatie mondiale même si on aimerait bien que les Européens, voire la France, y réussissent, qui sont partis voir là-bas. D’autres interviennent comme Monsieur Nabil al-Arabi qui est chef de la ligue Arabe et les Égyptiens qui se sentent coupables depuis la sortie des 10 Commandements en 1956. J'aime bien refaire un peu l'histoire, aussi... 

Advienne que pourra mais arrêtons de raconter des conneries immondes dans les réseaux sociaux, on n’a pas besoin d’une nouvelle guerre mondiale thermonucléaire. Du moins, avant l’apéro.

8 commentaires:

  1. Quand on pense qu'il faut que les deux leaders palestiniens (gaza/Cisjordanie) doivent aller jusqu'à Doha pour pouvoir se parler, y a de quoi se poser des questions, non?

    RépondreSupprimer
  2. Tant qu'il n'y a pas décolonisation par Israel avec la garantie pour elle de bénéficier d'une force d'interposition internationale pour ligoter le Hamas si dans cette éventualité il persiste à mettre le boxon, alors ça va continuer à se mettre sur la gueule...

    RépondreSupprimer
  3. Et si Poutine colonisait Israël et Gaza tiens?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tiens ! Tu moment qu'il force pas les Bretons à boire.

      Supprimer
  4. Ce Balladur-Bashing est insupportable

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.