08 juillet 2014

L'appel des mille (et pas la pelle d'Emile)

C'est à lire (et à signer) ici. Extraits : "Nous voulons que le gouvernement de la gauche réussisse et que la France progresse à nouveau. Il faut pour cela que la  gauche évolue, qu’elle reprenne sa marche en avant, qu’elle s’adapte et participe aux transformations du monde et qu’elle devienne enfin, loin des postures et des solutions simplistes, une gauche moderne, dynamique et créative, en prise avec le réel et la société. Une gauche qui concilie justice sociale et efficacité économique." "Nous ne sommes plus à l’époque des Trente Glorieuses, mais dans une économie mondialisée, où notre capacité à innover et à mobiliser toutes les énergies sera déterminante. Nous devons aujourd’hui nous en donner les moyens.  Il nous faut remettre la société en mouvement, vaincre l’immobilisme, en ayant le courage de résister aux conservatismes et aux corporatismes de tous bords, qui entravent notre pays et l’empêchent de prendre toute sa place en Europe et dans le monde."
Dans son billet, mon confrère Sarkofrance nous dit qu'il comprend les syndicats ont raison de boycotter la conférence sociale. Je ne suis évidemment pas d'accord. Ces braves gens feraient mieux de s'interroger sur les mutations de la société et sur l'avenir du salariat...
 Vous pouvez signer...

15 commentaires:

  1. Pour Sarkofrance, tout ce qui va contre le Gvt est bon
    Pauvre France de l'opposition

    RépondreSupprimer
  2. Un truc à ne pas oublier tout de même :

    le boycotte du tissus associatif en charge de lutter contre les précarités parce c'st aussi de ça qu'il s'agit.

    Mais bizarrement, on en cause pas ou peu.

    Perso, j'emmerde les syndicats qui ne représentent qu'eux-même en se titillant le nombril.

    @Jacques Ambroise : je ne pense pas que Sarkofrance soit dans l'anti-gouvernement de façon primaire mais plutôt dans la réflexion face à cette sans cesse incompréhension/question : où va-t'on ?

    RépondreSupprimer
  3. La "conférence sociale" n'étant destinée à servir à rien, il est sans importance que des syndicats la boycottent ou non. D'ailleurs, si la conférence devait avoir une quelconque utilité, la CGT et FO y seraient évidemment restés. Leur sortie est juste un effet de manche.

    RépondreSupprimer
  4. Ouarf, encore la faute de Keynes, toujours la même tarte à la crème que servent les libéraux bornés, alors que ça fait 40 ans et encore maintenant que ses principes ne sont pas appliqués. Vraiment à côté de la plaque et du beau verbiage sur l'innovation dont probablement pas un de ces gus n'a inventé un clou.

    Aux US ça commence aussi à peiner l'innovation, faute de financement, et c'est l'état qui doit s'y coller. D'ailleurs, c'est l'état US avec la recherche publique, spatiale et de défense qui a boosté l'innovation. Ce qu'oublient toujours les dévots de Hayek. La recherche en France avec toutes les coupes et les aberrations, ça continue avec Hollande, se retrouve dans un état épouvantable :

    -L'Etat fédéral tente de le faire. L'administration Obama finance des « Manufacturing innovation institutes », le premier créé l'a été dans le domaine des imprimantes 3D. Les industriels hésitaient à investir dans cette technologie, dont les débouchés sont encore incertains, l'Etat a donc pris le relais. Plus que jamais, il joue donc un rôle majeur, mais il risque d'être insuffisant.

    http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20140707trib000838832/suzanne-berger-aux-etats-unis-le-processus-de-recherche-innovation-est-bloque.html

    http://alireailleurs.tumblr.com/post/89047224405/lauthentique-entrepreneur-innovant-est-letat

    http://www.arretsurimages.net/emissions/2014-07-04/Sur-la-recherche-comme-sur-le-reste-Hollande-a-renonce-id6887

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel rapport ?

      Tu vas finir par te faire éjecter de ce blog.

      Supprimer
  5. En clair, votre truc propose à la gauche de faire ce que les autres gauches européennes ont fait entre les années 60 et 70. La gauche française ne serait donc pas à la pointe du progrès, connectée avec son temps ? Douloureux aveu.

    Merci pour ces quelques lignes qui m'ont donné une bonne occasion de rire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben non. C'est une réponse aux frondeurs minoritaires. La gauche a toujours fait l'inverse de ce que les militants disent.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.