28 juillet 2014

L'Etat français et les transports publics

En errant sur Google News, je suis tombé sur cette information : « La RATP inaugure son premier tramway aux États-Unis » ! Cocorico me suis-je dit avant que mon sang ne fasse qu’un tour, me rappelant que le « P » de « RATP » voulait dire « Parisien ». Je me suis demandé ce qu’on pouvait bien foutre de l’autre côté de l’océan.

Je me suis donc renseigné et vais vous exposer ma science nouvellement acquise. Ne me remerciez pas. La RATP a créé récemment une filiale, RATP Développement SA (ou RATP Dev), qu’elle détient à 100% et qui opère dans 12 pays au monde, dont la France, hors Paris. En lisant ces machins, je me suis rappelé que j’étais déjà au courant qu’elle opérait dans quelques pays, notamment en Algérie, mais je croyais que c’était pour apporter une aide logistique du fait de ses compétences historiques et de la proximité de nos pays. Je ne savais pas qu’elle exploitait des lignes. 

Pourquoi évoquer le sujet aujourd’hui ? Je m’étais déjà interrogé à deux reprises récemment sur les groupes de transports français, une première fois à l’occasion de la grève de la SNCF, une seconde en cherchant l’organisation de la ligne de cars que j’utilise quand je vais en Bretagne, ligne de cars aux couleurs du Conseil Régional mais opérée par la CAT qui est une filiale de Transdev, un groupe qui appartient à 50% à la CDC et à 50% à Véolia Environnement, dont le premier actionnaire est aussi la CDC… mais qui était détenue à 25% par la RATP. Le patron de Transdev est l’ancien patron de RATP Dev (et a fait l’ENA avec François Hollande).

Transdev est des un des principaux opérateurs de transport public au monde, la RATP étant le cinquième acteur mondial… La liste des filiales de RATP Dev est impressionnante mais moins que celle de la SNCF (qui en a plus de 600), à peu près à égalité avec Transdev.

Tout cela est fort intéressant et je me demande si l’Etat français n’est pas le premier actionnaire de société de transport public au monde. Je ne sais pas si c’est son rôle et j’espère que, au moins, ça rapporte de l’oseille dans nos caisses.

Toujours est-il qu'on y comprend rien...

2 commentaires:

  1. Ils sont donc sur des marchés ouverts à la concurrence, mais n'en veulent pas dans leur cour intérieure...

    RépondreSupprimer
  2. j’espère que, au moins, ça rapporte de l’oseille dans nos caisses.

    comme le chantaient France Gall et Michel Berger
    Tout pour faire du fric
    tout pour faire du fric

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.