24 août 2014

Batave jusqu'au bout !

J'en suis au point où je deviens de plus en plus confiant quand tout va mal. Après la crise de Cécile Duflot, voilà Arnaud Montebourg, suivi de près par Benoit Hamon, tentent de se rapprocher des frondeurs... La côté de popularité de Manuel Valls s'effondre (celle de François Hollande aussi, mais, au point où il en est...). Tout va mal. 

N'allez pas croire que je me réjouisse de la situation, bien sûr !, mais quelques propos m'amusent, comme ceux de Jean-Luc Mélenchon qui explique que Hollande est pire que Sarkozy et dit un peu après qu'il faut dépasser le Front de Gauche, appelant ainsi à refaire ce qui a échoué avant... Il veut donc le retour d'une droite dure ?

Redevenons sérieux. 

"La relance de la demande est la condition de la réussite de la politique de l'offre qui a été faite depuis deux ans. On ne peut rien vendre aux Français s'ils n'ont pas des revenus suffisants." C'est Benoit Hamon qui a déclaré cela (ou à peu près). Il a un peu le cul entre deux chaises : membre du gouvernement et leader de la gauche du Parti Socialiste. Quand je dis qu'il a le cul entre deux chaises, ce n'est pas un reproche. C'est presque un compliment. La voix de la sagesse... et un trait d'union entre la gauche et le gouvernement. Il entend peser au sein du gouvernement tout en aidant à la cohésion des socialistes. Z'avez vu ? Je suis fort aimable, aujourd'hui. 

Toujours est-il qu'en quelques mots, il a confirmé la nécessité de faire une politique de l'offre et de relancer la demande. J'étais un peu fatigué de voir une opposition entre les deux. Dans les deux sens : une politique de la demande nous ferait une belle jambe si les Français achètent des produits étrangers... 

Cela étant, la politique de l'offre est à peine commencée. Le pacte de machin entrera en vigueur à partir du budget 2015... François Hollande a fait quelques annonces comme la fusion de la PPE et du RSA. D'autres viendront prochainement. Des annonces sont annoncées. 

Arnaud Montebourg (que tous les journalistes aiment bien montrer comme opposé au gouvernement), autre leader de la gauche du PS, a, quant à lui, déclaré : "Il faut donner la priorité à la sortie de crise et faire passer au second plan la réduction dogmatique des déficits".

Je vais lui rappeler que nous sommes déjà loin des objectifs en matière de déficits publics... Je ne sais même pas s'ils seront inférieurs cette année à ceux de l'an dernier. 

Il rappelle aussi la faute de l'Europe, notamment de la politique de Mme Merkel, mais aussi de la BCE : "La BCE doit changer de braquet et se mettre à faire ce que font toutes les banques centrales du monde, notamment des pays qui ont su faire repartir la croissance, à savoir racheter de la dette publique."  Il dit ainsi à peu près la même chose que "le couple exécutif", mais la presse aime bien signaler des divergences (ce qui remonte d'ailleurs probablement me moral de la gauche de la gauche). Ce matin, elle dit même que Valls et Hollande sont à la ramasse pour démontrer que Montebourg dit comme eux. Elle s'amuse comme elle peut. 

Nous avons donc ainsi l'aile gauche du PS qui dit du bien de ce que dit Montebourg qui dit comme ses chefs. La politique c'est compliqué. 

Revenons à Mme Duflot qui déclarait : "Si on ne construit pas un modèle intense en emplois avec un bas niveau de croissance, nous n'arriverons pas à sortir de la crise et à lui apporter des réponses pérennes." Les verts sont contents des propos de Montebourg qui veut de la croissance alors que Mme Duflot dit qu'il faut apprendre à vivre sans croissance. Je ne sais pas ce qu'en pense Mélenchon. La politique, c'est compliqué. 

Hier, je citais un billet de Sarkofrance qui expliquait pourquoi François Hollande s'entête. Je gardais le point le plus important pour aujourd'hui que je vais traduire (et déformer !) sous la forme d'une question :

Existe-t-il une alternative crédible à gauche ? 

Quand je vois la diversité des positions de la gauche de la gauche, la réponse saute aux yeux : c'est non. Benoit Hamon fait une belle synthèse : il faut de l'offre et de la demande. D'ailleurs, c'est la loi des marchés... ce qui est aussi amusant. Mais l'homme de la synthèse, c'est ce qu'on lui reproche, c'est bien François Hollande. C'est comme ça qu'il a été élu d'abord à la primaire puis à la présidentielle. 

La question n'est pas de savoir si on va pouvoir faire baisser le chômage de un ou deux points en dessous de ce qu'il était après les années Sarko (voire même de le faire redescendre au même niveau...). L'Etat peut embaucher deux millions de fonctionnaires et supprimer les charges sur les bistros : le chômage baisserait mécaniquement. 

La question est de faire bouger la France (et l'Europe) vers un autre modèle, ce que souhaite d'ailleurs Cécile Duflot). 

En voyant tout le monde hurler, je me demande si Hollande et Valls ne sont pas en train de réussir, avec Montebourg et Hamon. 

C'est beau, hein ?


Édit : finalement, ils vont réussir sans. 

26 commentaires:

  1. Ça s'arrose http://www.guidedesbieres.com/biere3424/oranjeboom.html avec celle là

    RépondreSupprimer
  2. « Batave jusqu'au bout ! »

    Heureusement pour vous, le bout ne semble plus très loin. Vous allez bientôt pouvoir vous reposer un peu…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il reste une trentaine de mois... Pendant lesquels on pourrait assister à un gros bordel à la gauche de la gauche et à l'UMP... De quoi rigoler.

      Supprimer
    2. Trente mois ? Pas si sûr, au train où ça va…

      Supprimer
    3. Au pire, il dissout l'assemblée... Il sera toujours là.

      Supprimer
  3. je se sais pas si tu as lu le billet de retour de Elie Arie ou si lui t'a lu
    mais vous dites la même chose ou presque

    http://www.marianne.net/elie-pense/Les-multiples-prophetes-de-l-autre-politique-quel-est-le-bon_a457.html

    RépondreSupprimer
  4. Il passe plus de gonzesses à poil ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment ça, " Non" ???

      http://www.marianne.net/elie-pense/La-belle-dame-du-dimanche_a456.html

      C'est même ce qu'il y a de mieux, dans mon blog !

      Supprimer
    2. si

      http://www.marianne.net/elie-pense/La-belle-dame-du-dimanche_a456.html

      Supprimer
    3. Il parlait de votre blog ? (La gonzesse de ce matin était floue).

      Supprimer
  5. C'est beau comme un camion en panne sur une route déserte entourée de zombies.

    (Je sais pas pourquoi je dis ça ! Sans doute les deux verres de rosé - ben oui, pas de bière - et la clope mal roulée !)

    #Burps quand même !

    RépondreSupprimer
  6. je n'ai pas répondu à ton billet d'hier, faute de temps. Un billet s'y prêterait mieux. Ce n'est pas parce que Hollande et Valls foncent dans un mur qu'il n'y a pas d'autres solutions. Le problème de l'opposition est son manque de cohérence et convergence. Je te l'accorde bien volontiers. Mais prétendre qu'Hollande cherche à réduire les déficits alors que 4/5ème des économies partiront en exonérations de charges sociales sans contreparties est un peu fort, camarade.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouh la ! Je ne te demande pas de répondre ! (Mes billets sont faits à l'arrache parce que je n'ai pas de PC. Et pour tout de dire, tu es le seul ou presque que je lise pendant mes vacances).

      Pour opposition on est d'accord. Pour le teste, moins, mais peu importe. Ce qui m'amuse est de montrer que Montebourg est pas tant que ça dans l'opposition même si beaucoup voudraient nous le faire croire.

      Supprimer
  7. Pas mal du tout comme billet !

    Effectivement, Hamon et Montebourg accuse une politique de l'offre qui n'est même pas encore en place alors que la politique de la demande à été utilisé de multiple fois sans produire d'effets à long terme excepté de la dette.

    Quand aux commentaires de Duflot, je crois qu'elle ferait mieux de regarder à quel point sa loi ALUR est un échec et prendre une grosse louche d'humilité...

    Elle a été une ministre du logement lamentable elle ferait mieux de faire profil bas quelques temps...

    Je ne suis pas sur que ce bordel nuise tant que ça à la gauche puisqu'à droite il n'y a rien ni personne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme bientôt tout le monde fait de l'offre en Europe, on voit pas qui va acheter...

      Supprimer
    2. Et comme ça ne veut rien dire.

      Supprimer
    3. @ Edgell
      Et la consommation incompréhensible, vous connaissez ?

      @Nicolas Jégou
      Tout à fait, il faudrait déjà commencer par définir ce qu'on entend par "politique de l'offre"...

      Supprimer
    4. Draghi a l'air de savoir, lui...

      http://www.ecb.europa.eu/press/key/date/2014/html/sp140822.en.html

      Supprimer
    5. Les marchés aussi...
      http://bourse.lesechos.fr/infos-conseils-boursiers/actus-des-marches/infos-marches/les-marches-europeens-dopes-par-les-commentaires-de-draghi-994494.php?xtor=RSS-2060

      Supprimer
    6. "Dommage" que Draghi ne soit pas président de la république...

      Supprimer
    7. Ca serait pas pire, et peut être même mieux.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.