23 août 2014

La rentrée de Cécile Duflot et François Hollande (et @sarkofrance !)

Oups ! Il paraît que j'ai loupé la rentrée politique. Il y a eu l'interview de François Hollande dans le Monde et la sortie du livre de Cécile Duflot, sans compter l'annonce de la candidature d'Alain Juppé qui m'intéresse moins vu que j'en ai déjà parlé, rapidement. L'ami Sarkofrance a fait quelques billets au sujet des deux premiers sujets dans ses deux blogs et je voudrais y revenir, un peu dans le désordre.  



A propos de François Hollande

L'ami Juan évoque différentes hypothèses (son billet du 18). Pourquoi Hollande ne change pas d'avis ? La deuxième hypothèse est : parce qu'il est convaincu. D'autres sont proches : parce qu'il est mal conseillé,... Je vais en ajouter une : parce qu'il a raison. Au risque de me répéter. 

Tout d'abord, une majorité des observateurs constate qu'une de nos grandes difficultés vient de la politique, notamment monétaire, de l'Europe. En quoi une politique dite "de la demande" en France changerait-elle cela ?

Ensuite, force est de constater que l'industrie française va mal. Les déficits commerciaux dérivent (sauf cette année, mais c'est surtout lié à la baisse des importations à cause de la crise). Il faut faire les modifications dites de structure pour permettre à ce déficit de se réduire pour faire entrer de l'oseille. 

Enfin, et je le dis souvent : avec 80 milliards de déficit du budget, on peut difficilement parler d'une politique d'austérité. Ça fait 40 ans qu'on fait de la relance en dépensant plus que l'on gagne : ça ne fonctionne pas. En outre, une politique de la demande ne bénéficierait probablement pas à l'industrie française. 

Alors on nous dit : il mène une politique de droite. L'argument qui tue. On peut donc en rigoler : Nicolas Sarkozy a fait en sorte que l'Etat augmente prodigieusement la dette et on voudrait que François Hollande fasse la même chose mais on trouverait ça de gauche ? Les gens de gauche gueulaient quand la droite baissait l'imposition sur le revenu et gueulent quand la gauche l'augmente, au point que le gouvernement est obligé de lâcher du lest. Mais ils vont gueuler aussi parce qu'il n'y a pas de réforme fiscale... Mais gueulent quand on fait en sorte que la branche famille de la sécurité sociale n'est plus payée par le travail. Bravo la gauche. 

Les gens, on se pose. On ne rétablira pas la situation en claquant des doigts. Et arrêtez de parler de 2017 sans recul : en 2002, la gauche avait eu d'excellents résultats économiques.. 




A propos de Cécile Duflot

Je n'ai évidemment rien à dire ce qui est la moindre des choses... Par contre, je voudrais faire une remarque à Juan. Il dit aujourd'hui : "L'attaque frontale de Cécile Duflot n'intéresse les médias que pour les phrases les plus assassines d'un livre que le grand public ne découvrira que plus tard. C'est de bonne guerre, et une sinistre habitude de Sarkofrance. "

Outre le fait qu'il te revient de sortir de Sarkofrance et de pratiquer de la politique autrement, le grand public ne découvrira jamais le livre de Mme Duflot. Il sortira à 10 ou 12000 exemplaire (je suis gentil). Mme Duflot a mis des petites phrases pour qu'elles sortent dans la presse. Nous sommes en pleine Sarkofrance. Les autres phrases du bouquin sont écrites pour rassurer quelques militants écolos un peu perdus. 

Rassurons-nous : d'ici quelques mois, les écolos reviendront à la soupe. 

N.B. : les blogs de Sarkofrance sont sur Sarkofrance.blogspot.fr et sur Sarkofrance.wordpress.com. Désolé de ne pas faire de jolis liens mais je suis avec ma tablette. 

17 commentaires:

  1. Donc, résumons-nous : le naufrage actuel de la France est imputable à 50 % au catastrophique passif de Nicolas Sarkozy et, pour les 50 % restants à la méchante Europe. Au milieu, vierge et pur comme au premier jour, ce magnifique et intouchable saint laïque qui a nom François Hollande.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce b´est pas ce que je dis. Mais qu'une politique de court terme ne peut pas fonctionner.

      Supprimer
    2. La droite le sait bien qui vénère le temps qui passe, la stabilité des choses immuables...

      Supprimer
    3. Il faudrait savoir si on vénère le temps qui passe ou la stabilité des choses immuables !

      Cette phrase est d'ailleurs doublement sans objet (pour rester courtois), dans la mesure où je ne vois pas comment on pourrait vénérer "le temps qui passe", et deuxièmement parce que personne n'a jamais pensé que quoi ni qui que ce soit (à part Dieu pour les croyants) puisse être immuable.

      Supprimer
    4. Je pense, sans me tromper, que seule la connerie est commune à tous cas de figure.
      Sinon, quel intérêt !

      Bisous Didier !

      #Burps

      Supprimer
  2. Vous savez très bien ce que je veux dire. Ne jouez pas avec mes mots, même s'ils sont mal choisis ou pas assez pertinents. La droite et les conservateurs, ce n'est pas pareil ? Et quoi de plus jouissif qu'une politique qui prend son temps, qui n'est pas obsédée par l'immédiat, que l'on caresse comme un vieux buffet car on sait qu'il tiendra debout longtemps encore.
    Voilà, on aime la patine, le temps qui passe, comme les vieux écrits chez vous...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas une question de conservatisme. Depuis 12 ans (je fixe la date volontairement, mais vous pourriez en dire autant pour la gauche), on sort des réformes tous les trois mois ou tous les deux ans sans vouloir les laisser être efficace (la faute à l'alternance ou à la connerie). Par ailleurs, on espère qu'elles vont avoir un effet immediat ce qui est une des conscience de l'activisme de Nicolas Sarkozy, en partie.

      Par exemple, François Hollande a lancé le CICE en 2013 et il a commencé à s'appliquer en 2014. Comment voulez vous qu'il ait déjà porté ses fruits ? Depuis, il le renforce avec le pacte de machin dont les mesures fiscales seront votées pour le budget 2015 ! Et les mecs de gauche disent déjà qu'il n'est pas efficace, qu'il ne fonctionne pas, alors qu'il n'est pas lancé.

      Alors je reprends mon exemple de 2002. Avant la gauche avait dit : il faut partager le travail (je comprends qu'à droite on puisse ne pas être d'accord). Ça avait commencé à porter ses fruits (ce qui se discute). La droite a multiplié les possibilités de faire des heures supplémentaires pour que les gens puissent gagner plus d'argent. La gauche a gueulé. Sarko a fait la défiscalisation des heures supplémentaires. La gauche les a supprimées, toujours dans optique de favoriser le partage du travail... À la grande joie de toute la gauche.

      Or, il se trouve que permettre aux gens de travailler plus pour gagner plus est typiquement une politique de la demande, ce que demande la gauche aujourd'hui. C'est délirant. La droite a fait dix ans de politique de la demande pour permettre aux gens de gagner plus pour dépenser plus, c'est l'échec complet et la gauche voudrait maintenant faire pareil (avec ce qu'elle appelle de la justice sociale, ça fait joli).

      C'est délirant, c'est le sens de mon billet.

      En outre, on sait que les augmentations du pouvoir d'achat ne vont pas vers une augmentation des achats français. En 10 ans, on a vu l'explosion des smartphones, des tablettes,... Dire que favoriser les entreprises n'est pas une priorité est affligeant.

      Bref, arrêtons de philosopher sur les mots. Laissons les mesures agir.

      C'est à la droite de gueuler contre les mesures du gouvernement, pas à la gauche.

      Supprimer
    2. Heu oui, le malthusianisme ça fait plus que se discuter... Ça n'a jamais marché (compenser par de la dette, je n'appelle pas ça "porter ses fruits"...).

      Mais bon, ce n'est pas le sujet.

      Je vous rejoins totalement sur l'austérité qui n'existe pas en France. La blâmé c'est donc mentir au français.

      Je vous rejoins sur la politique de la demande qui ne favorise jamais l'économie française.

      Je vous rejoins totalement sur l’incohérence politique et intellectuelle dont font preuve beaucoup de degôches qui reprochent à Hollande de ne pas faire ce que Sarko fit...

      Quand à Duflot, personne ne lira son livre. Elle n’intéresse personne et son échec en tant que ministre du logement est tel qu'elle ne fait que se ridiculiser un peu plus.

      Supprimer
    3. « Quand à Duflot, personne ne lira son livre. »

      Si, les journalistes politiques…

      Supprimer
  3. Tiens, je t'ai relayé là => http://dozoneparody.wordpress.com/2014/08/23/duflot-en-mode-sqaw/

    Santé !

    RépondreSupprimer
  4. Marrant...
    Quand je dis autours de moi que Pépère bosse et n'en fait pas tout un foin comme le précédent agité (désolé, me souviens plus de son à gugusse 1er) et que je pense qu'il bosse vraiment en fait, je me fais rembarrer.

    Je me gausse un peu d'eux.

    Le seul problème de Hollande (que je pense sincère) c'est Valls. Mais là est un tout autre sujet ! Quoique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui il bosse.

      Pourquoi Valls serait un problème ? Ils sont sur la même longueur d'onde !

      Supprimer
  5. Je retiens ça : "Rassurons-nous : d'ici quelques mois, les écolos reviendront à la soupe. "

    Duflot et Placé sont des clowns

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.