26 août 2014

Le remaniement et les guignols de la presse en ligne

Depuis ce matin, je suis l'actualité en diagonale. Tous les journaux font croire qu'ils ont plus d'informations que leurs concurrents. Depuis, une demi-heure, j'attends de voir précisément la composition du nouveau gouvernement et je regarde la une de Google News. La dernière fois, c'était le Parisien qui était en tête et faisait croire que l'annonce est en cours (d'autres journaux l'ont fait avant lui). Bande de guignols.

Néanmoins, je vais leur expliquer : ça ne sert à rien. Les gens qui cherchent de l'information en direct sont des zappeurs et ne regardent pas la publicité. Votre chiffre d'affaire sera donc nul.

Le type qui veut connaître immédiatement le gouvernement regardera une chaîne d'information en continu ou suivra l'annonce sur le site de l'Elysée. 

Troisièmement (j'ai oublié de numéroter les deux premiers, tant pis), les types qui veulent l'information iront sous Twitter. A noter d'ailleurs qu'une partie des clowns qui veulent l'information immédiatement, c'est uniquement pour pouvoir la balancer dans Twitter, ce qui est franchement ridicule. J'en connais certains qui ont déjà des tweets tout fait pour être les premiers à balancer une fine analyse dont tout le se fout.

Enfin, il y a un seul type qui serait intéressé pour avoir l'information rapidement avec une raison valable : moi, pour pouvoir faire un billet de blog avant d'aller au bistro à 18h30.

C'est raté.

11 commentaires:

  1. "pour pouvoir faire un billet de blog avant d'aller au bistro à 18h30"
    raté, il est 18 h 57.
    Pépère est dur avec toi et tu vas être en retard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. Il n'y aura pas de billet. Je crois bien que c'est la première fous depuis que je blogue. La suite de ma réponse à ton com dans ma réponse à Didier, ci-dessous.

      Supprimer
  2. Belkacem à l'Éduc' nat' : on pouvait difficilement faire pire…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne le dites à personne mais nous ne sommes pas en désaccord mais pas pour les mêmes raisons (ne foutez pas cette phrase dans les modernoeuds ou précisez que je fais exprès).

      Nous autres, vieux blogueurs, devrions arrêtez les commentaires à chaud, comme le vôtre. Toutes les conneries ont été dites dans Twitter ce qui mériterait un billet.
      Entre les reacs qui gueulent contre Najat et Christiane mais se réjouissent du guignol à l'économie en se foutant de la gueule des cretins de la vrais gauche et ces derniers faisant l'inverse, c'est à mourir de rire. Ou de pleurs.

      Supprimer
    2. Personnellement, je ne risque pas de dire quoi que ce soit à propos du nouveau ministre de l'Économie : j'ai lu son nom pour la première fois il y a un quart d'heure…

      Ah, si ! je pourrais glisser qu'on va enfin s'occuper de macron-économie dans c'pays !

      Supprimer
    3. Ce jeu de mot a été fait 1736952 fois dans Twitter. Au moins, je crois bien que j'étais dans les 10 premiers (voire le premier mais c'est le hasard).

      Supprimer
  3. J'ai juste laissé la radio allumée dans la cuisine et une autre près de l'ordi pour avoir l'info du remaniement. J'ai vaqué à mes zozoculculpassion sans me presser, en sirotant un Chablis Blanc 2012 offert par la voisine qui a un chez-elle en Bourgogne et qui m'a demandé de bien vouloir arroser ses deux chattes et de donner du mou à ses plantes.

    Au final... #Burps

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je lisais les réactions dans twitter. Du coup, à part NVB et le type de l'économie, je ne sais même pas quels sont les changements.

      Supprimer
    2. Ah ! Si ! Fleur à l'horticulture.

      Supprimer
  4. Non, l'affichage rémunère. "Néanmoins, je vais leur expliquer : ça ne sert à rien. Les gens qui cherchent de l'information en direct sont des zappeurs et ne regardent pas la publicité." La publicité est comptabilisée !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.