23 septembre 2014

En cesser avec l'antisarkozisme primaire

Ami Sarkofrance fait un billet au sujet de l'antisarkozisme primaire, le défendant. Elie Arié en a fait un pour lui répondre et je voulais commenter chez lui (chez les deux, les commentateurs me gonflent et je n'arrive pas à commenter avec l'iPhone). Vous pouvez les lire (mais je ne peux pas faire de lien avec l'iPhone en question). 

"Je suis globalement d'accord avec vous." commençais-je à dire à Elie. L'antisarkozisme primaire a néanmoins un certains nombre d'avantages, outre celui de nous faire plaisir : il faut rappeler ses échecs (j'en ai fait un court billet ce soir pour reprendre un bon article du Monde), ses casseroles,...

Il n'empêche qu'en tombant dans le primaire, on oublie de parler à l'électorat et de faire de l'arithmétique électorale. Il est absolument dramatique que, depuis que les réseaux sociaux existent, les internautes arrivent pas à comprendre que l'autre ne raisonne pas comme lui et quand je vois l'assurance des commentateurs chez Juan, je suis effaré, de même quand je vois ce qu'ils lui répondent. Ces gens vivent entre eux. Ils représentent moins de 10% de la population alors que 25 ou 30% serait d'accord avec vous et s'imaginent arriver à convaincre. 

Pour en revenir au sujet, l'antisarkozisme primaire a échoué en 2012. Hollande aurait du être élu avec 60%, il l'a été au ras des pâquerettes. sarkozy a remonté parce que certaines propositions d'Hollande ont servi d'épouvantail à des gens qui ont cru en aux arguments anti Hollande primaires. Quinze jours de campagne en plus et Sarko aurait été réélu. Malgré tout. Si Hollande n'avait pas eu dans son programme le droit de vote des immigrés, voire s'il s'y était opposé, il aurait été "mieux élu" que Mitterrand en 88. 

Le "primaire" fait qu'on laisse passer les idées au second plan. Vouloir le droit de vote en question est primaire. Ce n'est pas un sujet pour les électeurs. 

Dénoncer les affaires dans lesquelles est mouillé Sarko ne sert a rien. Soit il est emporté par la justice et sera inéligible, soit rien. Mieux, les gens le considéreront comme une victime. Ils s'en foutent. Sarko a fait un million de chômeurs en plus. Et Hollande ? On verra c

Enfin, le "primaire" est chiant. Au FdG, ils peuvent faire de l'anti tout primaire, ils sont heureux. Mais n'intéressent que 10%. 

Quoi qu'en disent les sondages et les prévisions, si Hollande est opposé à Sarko au deuxième tour en 2017, ils finiront à 52-48 dans un sens ou dans l'autre. Les 4 points se joueront sur autre chose : les résultats réels de chacun et les projets. 

Si la gauche se bat sur l'antisarkozisme primaire, elle finira par montrer qu'elle n'a pas de projet. Et cet antisarkozystme primaire n'aura qu'un seul résultat : convaincre les électeurs de droite de voter pour Marine Le Pen au premier tour et écarter toute chance de voir un candidat qui ne soit pas de droite figurer au second tour. 

Ceci n'est pas un chantage au vote utile. Gauchistes, faites campagne contre Hollande si cela vous procure des érections mais faites attention dans votre campagne contre Sarkozy. 

Je n'ai pas fait de billet aujourd'hui. Je voulais en faire un sur le thème : revenant aussi tôt dans la vie politique, Nicolas Sarkozy a-t-il fait une erreur ? La réponse me paraissait de toute évidence positive mais j'avais un argument contre : il avait pas le choix. Il ne pouvait pas faire croire que la bataille pouvait se dérouler sans lui. 

Il a donc beaucoup réfléchi et parié en partie sur le fait que nous nous laisserions déborder dans l'antisarkozisme primaire et oublierons de penser au ressenti des électeurs. 

Sarkozy n'a aucun projet pour la France mais n'oubliez pas que ceux qui voteront pour lui s'en foutent. 

Que ca ne nous empêche pas de rentrer dans le lard. 
 
 

5 commentaires:

  1. je pense que tu te goures grave. sarkozy a été vaincu à cause d'une obstination grandissante chez ceux qui ont finalement constitué la majorité des votants de 2012 : Sarkozy nous prend pour des cons, voire, pire, il est dangereux.
    Hollande, gentil et flou, a surfé sur la vague. Qu'il ait perdu des points avec qq mesures qu'il n'a finalement pas tenté de faire voter comme le droit de vote des immigrés est une autre affaire.
    Sarkozy a perdu parce qu'il était primaire. Et il faut considérer les gens primaires pour ce qu'ils sont.

    RépondreSupprimer
  2. Je n'arrive pas à publier le commentaire de Juan...

    Le voila :

    je pense que tu te goures grave. sarkozy a été vaincu à cause d'une obstination grandissante chez ceux qui ont finalement constitué la majorité des votants de 2012 : Sarkozy nous prend pour des cons, voire, pire, il est dangereux.
    Hollande, gentil et flou, a surfé sur la vague. Qu'il ait perdu des points avec qq mesures qu'il n'a finalement pas tenté de faire voter comme le droit de vote des immigrés est une autre affaire.
    Sarkozy a perdu parce qu'il était primaire. Et il faut considérer les gens primaires pour ce qu'ils sont.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas d'accord ! Sarko a perdu parce qu'il avait échoué. Tu zappes totalement un truc : jamais un type de droite de votera pour type de gauche. En l'occurrence, les gens sont primaires. Sarko n'a pas perdu parce qu'il était primaire mais parce qu'il a été le pire président de la Cinquième et qu'il n'avait rien à proposer. Tu te rends compte que tu tiens un blog pour détailler des trucs et que tu as pour premier argument que les gens sont des cons ? On va aller loin.

      Supprimer
  3. Juan : vous confondez le côté primaire et bling-bing de la personnalité de Sarkozy avec un côté primaire imaginaire que vous lui prêtez en politique et qui n'existe pas : on n'arrive pas à se faire élire (et, sans doute, réélire bientôt) Président de la République si on est politiquement primaire.

    Côté politique, il a une ligne assez claire; ce sont ses échecs qu'il faut combattre, le pire étant la Libye par ses conséquences durables (les années qui viennent seront dominées par le terroriste djihadiste partout dans le monde, y inclus en France; nous entrons, pour longtemps, dans des années guerrières) dues à l'impréparation de la suite; mais il a eu des réussites, comme la gestion de la crise de 2008, ou le sauvetage de Alstom dont il s'est personnellement occupé (opération dont Montebourg aurait été bien heureux de réussir l'équivalent ).

    La gauche mélenchono-frondiste n'existera pas tant qu'elle n'aura pas compris que nous sommes dans des économies ouvertes - ce que les Français, eux, ont compris.

    RépondreSupprimer
  4. L'anti, je parle de la personne, est trop souvent un joueur de ping pong qui ne fait que renvoyer la balle à quelqu'un qui est en face et qui fait la même chose que lui.
    L'exemple des photos, truquées ou pas, en est un exemple.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.