04 septembre 2014

Le coup de grâce ou la faute politique ?

Madame Bovary se demandant ce qu'elle vient foutre dans cette galère.
Le jour de sa sortie, le livre de Valérie Trierweiler fait encore la une de l’actualité. Il est qualifié de « livre de rupture dévastateur » par la presse. Dans ma TL, une majorité de twittos condamnent ce livre et son auteur, assez violemment. C’est le cas, d’ailleurs, de celui qui est l’auteur du tweet que je mets en illustration de ce billet. Néanmoins, il prend, ici, la peine de préciser que François Hollande est « un sale type ».

Je trouve amusant que l’on puisse dénoncer un livre et tirer des conclusions de son contenu, d’autant qu’il ne l’a probablement pas lu… C’est une espèce de paradoxe de la vie politique française. Pour résumer, tout le monde dit que la vie privée des politiques de nous regarde pas mais on ne parle que de ça, moi le premier d’ailleurs, vu que je me fous totalement de ce que peut faire pépère dans le privé, voire comment il appelle les pauvres, mais je suis au troisième ou quatrième billet sur le sujet…

Avant de défendre son ex, Ségolène Royal a déclaré : « Je n'alimenterai en aucune façon ce débat. » puis : « il faut avoir une certaine dignité de la fonction politique que l'on exerce et ne pas s'en laisser dévier. »

Je vais citer, là, immédiatement, pour vous faire plaisir, les trois premiers paragraphes d’un article des Echos. Tenez-vous prêts.

« Selon le baromètre Ifop pour Paris Match publié mercredi 3 septembre, la cote de popularité du président de la République s’établit à 19% en septembre. C’est le dernier sondage qui montre, une fois encore, la désaffection des Français pour ce président qu’ils ont élu à 51,7 % des voix en 2012.

Le passage de quelques chaînes traditionnelles à un grand nombre de chaînes et l’émergence grandissante des chaînes d’infos en continu ont favorisé une concurrence accrue de l’information, et donc une surenchère permanente qui les a fait s’orienter vers une zone grise, plus nuageuse, où les frontières de la vie privée sont parfois franchies.

A n'en pas douter, la publication du livre de l’ex Première Dame de France, en alimentant la machine médiatique, va accompagner, si ce n'est amplifier le mouvement de désacralisation de la fonction présidentielle. Malgré sa forte impopularité, le président de la République avait gardé jusqu’alors une image personnelle relativement bonne : sympathique, intègre et proche des gens. Le livre ne peut qu’entacher gravement et durablement cette image. »

Vous pouvez lire la suite. J’aurais d’ailleurs pu tout citer. L’article montre comment François Hollande a accumulé les erreurs de communication depuis le début. Voilà comment un twittos arrive à dire que le président de la République est un sale type. Vous pouvez lire. D’ailleurs, il est aussi disponible dans Le Figaro, c’est étrange…

Je ne vais citer une autre partie, la conclusion : « De son absence totale de maitrise du temps jusqu’à la multiplication répétée d’erreurs de communication en passant par la dramatique mise en scène de son action politique, l’opinion publique ne retiendra de lui que l’image d’un président impuissant. Ajoutez à cela le livre déconstruisant le seul élément positif attribué par l’opinion à son image et vous obtenez une situation inédite : jamais un président n’a paru aussi éloigné des Français et de leurs préoccupations. A vouloir apparaître comme l’anti-sarkozy absolu, il a fini assimilé à un René Coty molettiste. »

Parlera-t-on un jour du « François Hollande vallsiste » ?

Avec cette histoire de « président normal », François Hollande a voulu désacraliser la fonction présidentielle et force est de constater qu’il a réussi au-delà de ses espérances.

Je suis évidemment convaincu de la bonne foi de François Hollande, je ne le crois pas capable, par exemple, de tenir les propose que rapporte son ex de manière méprisante. Il n’empêche que le mal est fait. Que restera-t-il de cette histoire ? Ce qu’il y a de sûr, c’est que Valérie Trierweiler conservera l’image d’une femme antipathique, celle qu’elle a toujours eue. Elle a voulu se venger, elle a probablement raté son coup puisqu’elle risque de prendre des baffes dans tous les sens.

Pour ce qui concerne François Hollande, je ne sais pas si les dommages seront terribles dans la mesure où il est déjà au fond du trou. Il reste une petite vingtaine de pourcents de braves gens qui lui font confiance et ils ne sont pas intéressés par ce genre de bordel mais uniquement par la politique menée. Je les connais bien, j’en fais partie. D’ailleurs, un sondage IFOP pour Paris Mach, sorti hier, disait que les français étaient de plus en plus nombreux à penser que la droite ne ferait pas mieux si elle était au pouvoir. La déprime se stabilise…

Un autre article du Figaro part de ce thème : il ne faut pas raisonner en termes de popularité dans la mesure où elle est au plus bas. Lisez-le aussi, je vais en citer des extraits.

« Or, l'homme qui exerce le pouvoir est depuis devenu un homme ordinaire, recherchant avant tout le lien affectif, la proximité avec ses compatriotes, la sympathie du public: toutes les mises en scène des enfants et des femmes des hommes de pouvoir vont dans ce sens.

Ce qui me frappe, c'est qu'on assiste à une rupture. Jusqu'ici, ce système fonctionnait car il était sous contrôle. Là, François Hollande semble être dépassé par la machine médiatique et la communication présidentielle est juste mobilisée pour tenter d'éteindre l'incendie. »

Ce n’est pas pour se faire du bien, mais à l’occasion du précédent quinquennat, c’était déjà le cas… Rappelez-vous les interventions désastreuses des proches de Nicolas Sarkozy, les éléments de langage sortis par l’UMP qui nous faisaient tant rigoler dans les blogs… D’ailleurs (selon TNS Sofres, cette fois), si François Hollande a obtenu un record d’impopularité, en juin (16% d’opinions positives), Nicolas Sarkozy avait aussi atteint des planchers (certes supérieurs, à 20%). Jacques Chirac était tombé à ce faible niveau (16%) également, à une époque où Twitter n’existait pas et où l’information était traitée différemment et où la conjoncture économique était plus favorable, avec une nouvelle période de baisse du chômage.

Le journaliste pose la question : « Alors que le président accumule les crises (politique, diplomatique avec la Russie, économique), ce nouveau camouflet peut-il être tourné à son avantage? Peut-il utiliser cette publication pour regagner la sympathie des Français ? » La personne interviewée répond : « A mon avis, François Hollande a surtout intérêt à baisser la tête, laisser passer l'orage et montrer qu'il se bat pour la France. Plus que jamais, la séparation entre vie privée et vie publique doit être claire et sans faille. Tout ce qu'il dira sur Valérie Trierweiler le desservira ; il doit montrer qu'il ne se préoccupe même pas du dérisoire, des règlements de compte, et que seul importe son combat pour notre pays. »

Alors, François Hollande peut-il rebondir. La réponse est assurément positive… En politique tout peut arriver. Enfin d’article, l’interviewé démontre que François Hollande n’a probablement pas perdu la majorité de son électorat. De toute manière, seule la situation économique en fin de quinquennat devrait jouer, sauf crise diplomatique infernale… et nous n’en sommes pas loin.

On devrait faire un sondage auprès des électeurs de François Hollande. Pensez-vous qu’à part ces deux mots utilisés par Valérie Trierweiler pour montre que François Hollande méprise les pauvres, ce livre a-t-il le moindre intérêt ? On pourrait alors faire un deuxième sondage : pépère méprise-t-il réellement les pauvres ? J’ignore le résultat.

Continuons les questions de ce sondage… Ne croyez-vous pas que toutes ces histoires commencent à nous les brouter sérieusement ? Ne pensez-vous qu’il y a plus important ? Ne croyez-vous pas que François Hollande est la victime de tout ce pataquès et qu’il mérite un brin d’empathie ?

Ce livre sera oublié dans trois jours. Mme @Valtrier en vendra 20 ou 50000 exemplaires, essentiellement à des journalistes politiques et à quelques vieilles réactionnaires voulant un élément de plus les confortant que François Hollande est un salopard… Il laissera néanmoins des traces.

Une des questions que l’on pourrait poser est : n’estimez-vous pas que ce livre est une grave attaque contre les institutions, une déstabilisation de la Cinquième République ?

C’est ce qu’exprimer Renaud Dély, dans le Nouvel Obs.

« Et une menace pour nos institutions puisqu’il s’attaque à un de ses piliers, la fonction présidentielle, garantie de stabilité, qui perdurera après le passage de François Hollande à l’Elysée.

En agissant de la sorte, Valérie Trierweiler piège les commentateurs, contraints de se pencher sur ces secrets d’alcôve qui auraient dû le rester, et pollue un peu plus le débat public, qui n’avait pas besoin de ça. Puisque nous ne pouvons-nous forcer à regarder ailleurs, dépêchons nous d’oublier ce que nous aurons lu, et entendu. Car la démocratie ne repose pas uniquement sur la transparence la plus absolue, combat nécessaire et quotidien, pour connaître le ressort des décisions des responsables publics, elle exige aussi un droit à l’ignorance quant à l’intimité de ces mêmes responsables. »

A défaut d’y croire réellement, j’espère que cette histoire agira comme un vaccin auprès des Français et auprès d’une presse complètement à la dérive, forcée de parler de sujets sans le moindre intérêt (la crise en Ukraine n’occupe que la cinquième place de Google News, après le livre, l’ado qui avoue le meurtre de sa sœur, l’audition d’un type dans une affaire de Nicolas Sarkozy, le redressement judiciaire d’une société, la SNCM, qui n’en finit pas de se redresser). La presse va perdre ses moyens financiers. Amen.

Alors je laisse la conclusion à Renaud Dély.

« Au passage, en participant à la démolition de François Hollande, et en se détruisant elle-même, Valérie Trierweiler rehausse un peu plus la stature de son ancienne rivale. Mue par la vengeance et la rage d’être trompée, la "femme blessée" l’était moins lorsqu’elle était elle-même la maîtresse d’un François Hollande alors en couple avec Ségolène Royal, laquelle ne s’était pas abaissée à réagir publiquement de la sorte.

Sans doute, l’appât du gain, et un contrat de 500.000 euros, suffisait-il à justifier cette oeuvre de démolition. Cela peut se comprendre. On est loin des états d’âme d’Emma Bovary, qui elle n'avait rien touché. »


Pendant ce temps, une nouvelle affaire menace Nicolas Sarkozy. Ca n’est pas une consolation. C’est la vie politique en France.

28 commentaires:

  1. Entendu au bar-épicerie ce matin: "François Hollande a dit qu'il allait créer de la richesse. Vu le montant du contrat pour le recueil de souvenirs de Valérie T. il aura au moins enrichi une personne." (Auguste G., ouvrier carreleur)
    "Ah, ben comment qu'il l'a lourdée aussi, elle s'est bien vengée, tant pis pour ce cochon. Toute façon, les z'hommes... " (Nathalie, dite "la grosse Nathalie")
    "En juillet, on disait qu'elle avait coûté 500 millions à l'Etat. Si ça se trouve, elle va rembourser ce pognon avec son bouquin ? Quoi, je rêve ? Toute façon, les politiciens..." (Sabrina, en grattant un ticket de Loto)
    "J'savais pas pourquoi j'avais voté pour Ségo et pas pour Hollande. Maintenant, je sais toujours pas mais je regrette pas". (Loïc, agriculteur)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils sont bavards dans vos bistros.

      Supprimer
    2. Voui. Dix minutes dans un bistro le matin, devant l'écran de BFM TV, ça dégomme sévère.

      Supprimer
    3. Ah ! BFM dans les bistros... Je fuis. Sauf un bistro : ils coupent le son.

      Supprimer
    4. La dernière est superbe : une vraie brève de comptoir comme dans les livres !

      Supprimer
  2. « Je suis évidemment convaincu de la bonne foi de François Hollande, je ne le crois pas capable, par exemple, de tenir les propose que rapporte son ex de manière méprisante. »

    C'est sûr, un grand bourgeois ne peut en aucune façon mépriser les pauvres, et un homme qui n'a jamais fait autre chose que de grenouiller dans la politique "politicienne" ne peut absolument pas être suspecté de mauvaise foi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pensez ce que vous voulez. C'est sans doute le président qui a le moins grenouillé. Il n'a pas été ministre pendant des années, par exemple.

      Et je n'ai pas dit qu'il ne méprisait pas les pauvres mais je le crois incapable de s'exprimer de façon méprisante. En outre, ce sont bien des mots qu'on lui reproche. Il peut les avoir sorti avec humour et sans mépris. Si en parlant de Trierweiler vous l'appelez "la pute", ce n'est pas parce que vous méprisez les putes.

      Supprimer
    2. C'est ce que j'ai dit dès hier : même s'il a déjà dit ça, tout dépend du contexte et des gens à qui il s'adressait. Un peu comme moi quand je parle des "salauds de pauvres".

      En revanche, toujours si c'est vrai, ce qui ne passe pas du tout, c'est le fait d'avoir dit à Valérie Trierweiler que sa famille "craignait", alors même qu'il se trouvait invité chez eux : il y a là un mélange de goujaterie et de mépris très "grand-bourgeois".

      Pour ce qui est de porter au crédit de François Hollande le fait qu'il n'ait jamais été ministre, ni secrétaire d'État ni rien du tout (donc de n'avoir jamais rien fait qui justifierait un peu son contre-emploi actuel), c'est une acrobatie argumentative que je vous laisse bien volontiers !

      Supprimer
  3. Les effets de ce livre ne dépendent absolument pas du nombre d'exemplaires vendus : les extraits publiés sur tous les médias (et même deux simples mots, vrais ou faux, les " sans dents" ) suffisent largement.
    Reste à savoir ce qu'il en restera dans quelques mois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il en restera peu... Les socialos vont s'engueuler.

      Supprimer
  4. Pitoyable histoire où VT découvre ce que cela fait d'être cocue et virée.... exactement ce qu'elle même avait fait à Ségolène Royal en 2007 quand VT est devenue la maîtresse de Hollande pendant la campagne électorale de Royal..... qu'il a quitté lors de la même campagne pour aller vivre avec VT.

    Cette conne a juste de la chance que nous soyons gentils et que les histoires de fesses ne nous intéressent pas sinon on pourrait faire des billets étayés sur le sujet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. On pourrait donner quelques détails.

      Supprimer
    2. Cela devient comique, le nombre de blogueurs qui, depuis hier, publient des avalanches de billets pour dire que cette histoire ne les intéresse absolument pas. Je me demande si je ne devrais pas faire à mon tour un petit billet pour me foutre un peu de vos binettes…

      Supprimer
    3. L'histoire ne nous intéresse pas mais les conséquences politiques, si...

      Supprimer
  5. Quelqu'un disait hier (chais plus qui et chais plus où) que c’était à a la fois un assassinat et un suicide. Surement un peu exagéré...Je pense aussi que le livre sera oublié dans 1 mois, mais peut-être pas son auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus j'y pense plus je crois que l'incidence sera nulle à part pour elle.

      C'est un peu pour ça que je finis par Sarko (mais je n'ai pas voulu insister) : les militants ne jurent que par lui malgré tout.

      Supprimer
  6. Une réplique imparable pour Hollande : décréter que les implants dentaires seront désormais remboursés à 100 % par la Sécu.

    RépondreSupprimer
  7. des millions de français qui ne l'auront pas lu seront convaincus que FH est un salaud
    pauvre France

    RépondreSupprimer
  8. "A n'en pas douter, la publication du livre de l’ex Première Dame de France, en alimentant la machine médiatique, va accompagner, si ce n'est amplifier le mouvement de désacralisation de la fonction présidentielle."
    Le problème, c'est que la machine médiatique, sans cesse emballée, courant après l'info du jour qui sera oubliée demain, si elle existe c'est bien parce que quelqu'un, un président socialiste, a cru bon d'ouvrir les canaux télévisuels et radiophoniques à la concurrence; sans compter que ceux qui ont suivi ont pensé qu'il était intelligent d'en rajouter. De fait, les différentes chaînes se retrouvent obligées de chercher le truc qui va leur apporter la primeur sur les autres, même (surtout) si c'est une connerie, les débats de fond étant relégués dans les tranches où le gros du public est occuper soit à rentrer chez lui, à faire la bouffe ou à dormir.

    Quant à l'article de Dély, si la démocratie et les institutions sont réellement affaiblies par la sortie de ce ridicule bouquin, c'est qu'elles méritent d'être balayées. Rarement lu d'article aussi crétin et pleurnichard, d'autant que le Nouvel Obs ne se prive pas de publier les mêmes extraits que les autres, de commenter, de relayer les réactions des uns et des autres, histoire de vendre du papier lui aussi. Alors, le Nouvel Obs veut-il participer à la mise à mort de la démocratie et de la république ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord sur les conclusions à tirer sur l'article. La constitution est à chier. Pas d'accord sur l'aspect pleurnichard. N'oubliez pas que "nous" ne sommes pas du même camp et que nous n'en avons pas la même lecture. Ne jouez pas au Skandal de base.

      Supprimer
    2. Et ho !!! J'ai rien dit encore !!! :)

      Supprimer
  9. Pour ceux qui douteraient de l'impact politique de ce livre - en fait, des extraits publiés dans les médias, et qui sont largement suffisants :

    http://tempsreel.nouvelobs.com/vu-sur-le-web/20140904.OBS8192/sans-dents-l-expression-qui-devient-un-slogan-anti-hollande.html

    RépondreSupprimer
  10. J'ajoute que Valtrier atteint les sommets du grotesque, décrivant aujourd'hui comme un repoussoir cynique l'homme dont elle disait jusque là, qu'elle avait inspiré tous les succès depuis 15 ans et dont elle se disait folle amoureuse ... ça m'évoque les mantes-religieuses ! :DDD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. C'est délirant. Tout comme sa défense depuis hier : la presse ne retient que les aspects négatifs pas toute l'admiration que j'ai pour lui.

      La médecine...

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.