03 septembre 2014

Le livre indigne

Valérie Trierweiler sort un livre édité à 200 000 exemplaires. Elle a reçu une avance de 100 000 euros. Cela ne nous regarde pas. J’espère qu’elle n’oublie pas de dire qu’elle était encore mariée quand elle a commencé à sortir avec François Hollande. Je n’ai pas lu le livre mais uniquement certains extraits parus dans la presse. Je ne le lirai pas. Je n’ai d’ailleurs rien à dire.

A part qu’il est assez lamentable de sortir un livre par vengeance.

J’espère qu’elle va gagner beaucoup d’argent, au moins ce probable torchon aura servi à quelque chose. Ce qu’il y a de rigolo est que la dame fait l’unanimité contre elle dans Twitter. Quand on en vient à déballer se vie intime dans un bouquin après avoir gueulé contre la peoplisation de la vie politique, je me demande si on peut encore parler de dignité.

Je n’ai rien à dire, disais-je, mais je le dis quand même. Ce n’est pas le capital de sympathie que j’ai pour François Hollande qui va s’effriter avec cette histoire mais celui que je peux avoir pour cette dame. 

31 commentaires:

  1. Réponses
    1. C'est ce que dit René Paul Henry sur son blog.

      Supprimer
  2. Je viens de "tomber" 12 000 signes en moins de deux heures sur le sujet ! Je peux vous dire qu'il y a des choses assassines (si elles sont vraies) à propos de votre idole. Par exemple, le fait qu'il surnomme les pauvres les "sans dents"…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu ça dans la presse.

      Question indiscrète : vous avez lu le bouquin ?

      Supprimer
    2. (Je pose la question pour savoir. Je me doute que le cas échéant l'éditeur vous empêche de sortir trop d'extrait.)

      Supprimer
    3. Non, je ne l'ai pas lu. Et j'avoue que je ne me consume pas d'envie de le faire…

      Supprimer
    4. Je comprends ! Pour ma part, seule la vie à l'Elysee m'intéresserait. Pas leurs trucs intimes.

      Supprimer
  3. Livre indigne, je vous l'accorde. Cependant, l'indignité est partagée. Que penser d'un type qui a trompé la mère de ses enfants avant de se mettre à la colle avec sa maîtresse pour la tromper ensuite ? Et puis la répudiation publique de Valoche n'a pas été non plus un grand moment de dignité. En agissant ainsi votre chouchou a abaissé la magistrature suprême au niveau d'une satrapie moyen-orientale. D'une manière générale, il faut bien reconnaître que les fluctuations de la fesse s'accordent rarement avec la dignité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bof. Ce ne sont pas nos histoires. Par contre là, c'est elle qui diffuse.

      Supprimer
    2. Qui a communiqué le premier, bien malin celui qui peut imputer la faute à l'un ou l'autre. Après tout, qui a voulu affirmer son statut avec le ridicule baiser de la Bastille, et qui a publiquement fait état de sa séparation ? Les deux sont coupables mon capitaine.
      Ceci dit, ils sont les purs produits de l'époque. On ne peut pas passer son temps à réclamer de la transparence et exiger dans le même temps une attitude décente et réservée. La transparence et la vie privée sont antinomiques. Un peu comme la liberté et l'égalité.

      Supprimer
    3. Je ne réclame pas de transparence pour ces sujets. Je m'en fous. C'était pareil avec Sarko sauf quand il a mis en scène l'annonce de sa liaison parce qu'il a lui même convoqué les caméras chez Disney. J'ai mon job de blogueur quand son ex l'a largué avec des trucs du genre : s'il n'arrive à tenir son ménage, il arrivera pas à tenir le pays. Pour le fond je m'en fous.

      C'est bien elle qui sort un livre.

      Supprimer
    4. Je ne dis pas que vous faites partie de ceux qui réclament la transparence à corps et à cris, mais il faut bien reconnaître que c'est une marotte de la gauche morale de gouvernement. Débrouillez-vous avec votre camp.

      Supprimer
    5. J'essaie de me débrouiller... Mais ils font une erreur. Ce n'est pas un truc de gauche et ça n'existe pas.

      Supprimer
    6. Koltchak, mon ami, en tant que réactionnaire, vous vous devriez de donner l'exemple, et donc d'écrit le français correctement, contrairement à ces semi-mongoliens de gauche avec lesquels vous vous compromettez stupidement. Donc : « à cor et à cri », et non « à corps ».

      Rompez, bitard !

      Supprimer
    7. Voilà ce qui arrive lorsqu'on fait deux choses à la fois et qu'on ne se relit pas. Dont acte, pan sur le bec comme on dit au canard enchaîné.

      Supprimer
  4. Puisque Valérie Trierweiller soutenait politiquement François Hollande, il y a beaucoup d'irresponsabilité et de mesquinerie à vouloir se venger en espérant lui nuire politiquement : c'est faire passer son amour-propre personnel avant (ce qu'elle croit être) les intérêts du pays.

    Valérie Trierweiller prouve ainsi qu'elle n'est digne ni d'être compagne/soutien d'un Président, ni d'être journaliste politique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben non, c'est juste une femme. On a tendance aujourd'hui à sous-estimer la haine qui peut naître chez une femme à la suite d'une infidélité, a fortiori lorsqu'elle a été publiquement humiliée.

      Vous introduisez de la politique alors qu'il ne s'agit que de solder un compte en laissant son possesseur sur les jantes. Si vous croyez que ce genre de considérations importe en telle circonstance, c'est que vous êtes naïf ou que vous ne connaissez rien aux femmes.

      Supprimer
    2. D'accord avec Élie. Et je ne cautionne pas le commentaire de Koltchak. Sinon je me ferais engueuler par les féministes.

      N'oublions pas qu'elle a foutu la merde dès avant l'élection. Son comportement relève de probablement de la médecine. Le tweet de soutien à Falorni en est presque une preuve. Indépendamment de la cause (c'est sa rivale qui est au bout), on ne fait pas un tweet de soutien à la candidate du parti qui a porté son couple à l'Elysée.

      Supprimer
    3. De la médecine, je ne crois pas. Je maintiens qu'il s'agit juste d'une femme avec ses craintes, sa jalousie. Quant aux féministes, elles peuvent bien passer leur temps à nier certaines constantes humaines, elles sont néanmoins réelles. J'en veux pour preuve ce coup de pied de l'âne.

      Supprimer
    4. Justement. Je ne crois pas à cette constante. Tiens ! Hollande a trompé sa "femme" à partir du moment où elle s'est déclarée à la primaire du PS.

      Pour la médecine, je maintiens. D'après ce qu'on peut voir, c'est une forme de jalousie maladive. Alors qu'elle était en couple, elle a continué à taper sur l'ex. J'ai un tas de détails croustillants mais ne peux pas les sortir en public ayant aucune preuve.

      Pour en revenir à "la femme", c'est bien Sarko qui a craqué quand sa femme est partie cet si j'en crois la presse c'est Hollande qui a déclaré à VT qu'il allait la reconquérir à nouveau.

      Supprimer
  5. Vengeance d'une femme trompée et déçue. Une affaire privée entre une femme et un homme, de quelque statut soient-ils, nous regarde-t-elle ? A un certain moment de sa vie, V. Trierweiler s'est-elle interrogée d'avoir pu provoquer une même colère chez Ségolène Royal ? Cela mérite-t-il un livre ?
    Ce qui m'agace le plus, c'est la place faite à cet "événement". Cette publicité gratuite de la part des divers médias, comme par soutien à quelqu'un de sa corporation. Mme Trerwieler ne prendra pas le temps de venir vendre son livre. Paris Match se chargera de le sponsoriser et les autres médias de l'écouler à grand renfort d'extraits : les "bonnes" pages, comme j'ai entendu dire ce matin, laissant supposer que les autres sont futiles et inutiles. Ajoutons à cela le manque total de confiance, à tort ou raison, envers les éditeurs français.
    Bref, on ne changera pas les moyens de se faire de l'argent dans certains milieux, laissant les autres à leurs galères.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rassurez-vous pour elle : les 100 000 € d'avance sur recettes lui restent acquis, même si elle ne vend pas un seul exemplaire.

      Supprimer
  6. Tu imagines la rentrée scolaire des enfants ? C'est l'histoire du manteau de Noé, leur mère couchée par terre, saoule et à poil devant l'école ! ...Quelle violence à leur égard !

    RépondreSupprimer
  7. Le problème n'est pas tant que ton capital sympathie ou le mien reste intact, c'est l'effet des ces "révélations" sur le reste de l'opinion, car enfin, il y a un moment ou l'impopularité devient un empêchement de gouverner en rond.

    Cela dit, peut être qu'il faut remercier Trierweiler pour ce livre qui va agiter un peu plus l'opinion le temps qu'on oublie : les députés socialistes seraient inconscients de prendre le risque de provoquer une dissolution en ne votant pas la confiance à Valls dans l'état actuel de l'opinion.

    RépondreSupprimer
  8. Ce qui me déprime, dans cette histoire, c'est que si, moi, je trompais et je plaquais ma femme, et qu'elle en faisait un bouquin, personne ne l’achèterait ni n'en parlerait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne dites pas ça, vous n'avez peut être pas essayé

      Supprimer
    2. Et il est même probable que personne n'édite le livre...

      Supprimer
  9. Je n'avais pas encore lu ton billet, je n''en pense pas moins.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.