02 septembre 2014

L'erreur de Rebsamen

Fainéants (mais étrangers...)
Tiens ! Je reviens sur les propos de Rebsamen puisqu’elle fait encore la une de sites d’information et que je vois des loustics se demander pourquoi nous ronchonnons.

Petit 1 : il faut toujours ronchonner.

Petit 2 : nous avons gueulé quand la droite faisait ce genre de communiqué. Ca ne sert à rien de stigmatiser les chômeurs et tout ça. Et on passe pour des cons. C’est typiquement une mesure Sarkozyste, je ne dis pas droite ou autre, simplement Sarkozyste. La stigmatisation et l’appel aux pleurnicheries : ben voyons, ma bonne dame, il y a des chômeurs qui ne cherchent même pas du travail, ce sont des fainéants et tout ça.

Petit 3 : obliger les gens à chercher un boulot et contrôler s’ils le font ne permettra pas la création d’un seul poste, à part de contrôleur.

Petit 4 : amis chômeurs, faites le tour des bistros avec des CV et faites-les « tamponner » par les patrons pour prouver que vous êtes passés. Prenez le temps de boire quelques bières pour montrer que vous êtes sympathiques.

Petit 4 bis : relevez des séries de noms de domaine sur internet et envoyez des CV à contact@nomdedomaine.machin. Vous pouvez même essayer avec mes noms de domaine voire avec des noms de domaines fictifs, personne n’ira vérifier à Pôle Emploi si la boite existe réellement.

Petit 5 : faire des contrôles permettra de radier les chômeurs donc de faire baisser artificiellement les chiffres. Nous ne voulons plus ce genre de conneries et le public n’est pas dupe.

Petit 6 : on aimerait bien que les agents du service public soient occupés plus utilement que contrôler d’éventuel fraudeur, d’autant qu’ils seraient mieux à contrôler de potentiel vrais fraudeurs, comme les fraudeurs fiscaux, ceux qui embauchent des gens au noir,…

Petit 7 : ce genre de communiqué fait la une de la presse ce qui fait passer à la trappe le reste, comme cette interview d’Emmanuel Macron dans Ouest France et les vrais problèmes économiques du pays.


Petit 8 : quelques jours après la mise en place du nouveau gouvernement et les polémiques crées par ce Macron, notamment au sujet des 35 heures (ses propos sont salués par le Wall-Street Journal !) et par le retrait de la loi Duflot, ce n’est pas le moment ! C’est même franchement exaspérant (notamment pour le blogueur qui tente de soutenir le gouvernement parce qu’il est d’accord avec une grande partie des mesures prises).


Des fois, on se demande s’ils ne font pas des bourdes volontairement pour des raisons qu’il reste à identifier, comme faire chier la droite qui n’a plus rien à dire…

9 commentaires:

  1. Peut être est ce maladroit... Mais peut être aussi beaucoup de gens pensent qu'il faut que les règles du jeu soient respectées par tout le monde. Les déclarations de Rebsamen sont peut être politiquement maladroite, mais elles sont appréciables.

    Y a du mal à dire que tricher et profiter du système, c'est pas bien...

    RépondreSupprimer
  2. je note toutes tes astuces ! sauf celle de boire des coups, c'est mal ! :)

    RépondreSupprimer
  3. D'accord avec toi. Ils commencent vraiment à faire suer...

    On veut vérifier que les chômeurs cherchent bien du travail quand ils touchent le chômage ? Pourquoi ne vérifie-t-on pas aussi que les entreprises créent des emplois, quand elles touchent le CICE (Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi) ?

    On ne peut pas tenir un discours quand on est dans l'opposition et faire l'exact opposé quand on est aux affaires. J'en suis désolé !

    RépondreSupprimer
  4. En Belgique, on est contrôlés et c'est assez comique, si l'on a de l'humour.
    Ça commence par une convocation à 14h à la Kommandatur, c'est à dire l'Onem, organisme public de gestion du chômage.
    Une première file d'attente d'environ 45 mn permet d'accéder à un guichet. On explique pourquoi on vient : se faire contrôler. On se voit attribuer un numéro d'attente.
    On attend.
    Il n'y a rien à lire parce que l'Onem à Bruxelles est très flamandisée et que donc toutes les revues sont en néerlandais.
    On attend.
    Des gens viennent avec leurs enfants, d'autres s'occupent avec leur GSM, ça passe le temps.
    On attend.
    Arrive 15h30, soit une heure trente après l'heure du rendez-vous, c'est mon tour.
    La dame me dit à peine bonjour. Ça commence mal.
    J'explique que je travaille sur les internets.
    Elle me dit qu'il lui faut des preuves sur papier.
    Heureusement, j'ai pensé à imprimer sur papier toutes mes candidatures envoyées par mail, coucou la planète.
    Elle ne lit aucune des feuilles.
    Elle compte mon nombre de candidature.
    J'ai le bon total.
    Elle me fournit un document papier, je suis apte à continuer à chercher du boulot.
    J'ai perdu 4 heures pendant lesquelles je n'ai pas pu ni chercher du travail ni être présent sur les réseaux sociaux, mon milieu professionnel.
    Remarque : j'aurais pu tout aussi bien lui imprimer des mails persos, elle n'aurait pas vu la différence.
    Au moins, la kommandatur a du boulot…
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage.

      Ça pourrait être pareil en France... Ça pourrait même être pire.

      Supprimer
  5. Je suis fichtrement d'accord...
    C'est à se demander ce qu'ils cherchent en effet.
    Faudrait créer un poste de coach interministériel je crois.

    RépondreSupprimer
  6. Ouaip, ça serait bien qu'ils arrêtent les boulettes ces cons là.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.