17 septembre 2014

Ne touchons pas à l'IRPP !

Au fond, vous savez ce qui me choque dans le discours de Manuel Valls, c'est que la principale annonce qu'il a faite, celle qui fait la une de l'actualité, ce matin, la baisse de l'impôt sur le revenu pour six millions de ménages, n'a été critiquée par aucun billet de blog de gauche (parmi ceux que je lis)...

Il faut donc qu'un blogueur de gouvernement bedonnant s'y mette : c'est typiquement une mesure de droite. Pour que l'impôt soit redistributif et efficace, il faut qu'il soit progressif et que les gens aient conscience de le payer, ce qui n'est pas le cas d'un impôt comme la TVA, par exemple. J'en parlais hier soir dans un court billet hier soir.

En fait, j'ai vu une personne ronchonner : Jules P., dans Twitter. Les autres semblent tétanisés comme s'ils jugeaient la mesure bonne : on va redonner du pouvoir d'achat aux plus pauvres. Un des ces jours, on va voir les blogueurs de la vraie gauche féliciter Valls pour la pire mesure qu'il puisse prendre. 

Redistribution ? Cékoissa ? On taxe du pognon à tout le monde, dans la mesure de ce que chacun puisse payer et on le dépense soit sous forme de service public dont tout le monde peut profiter de façons égalitaire, soit sous forme de prestations sociales répondant à des besoins spécifiques (famille, logement, pauvreté,...), soit sous une forme d'assurance sociale (chômage, retrait, maladie,...). (je n'ai pas mis la famille dans l'assurance sociale, je sais, c'est mal).

En outre, en revanche et notamment, supprimer une tranche est évidemment une reculade en matière de progressivité, mais un appel progressif à la suppression des suivantes. En plus, en complément et en arrière, des gens qui vont basculer dans la tranche supérieure vont avoir la "fausse impression" d'être victime d'un effet de seuil. Enfin, cela va foutre la merde, si je puis me permettre, pour ceux qui bénéficient de niches fiscales liées à l'IRPP puisque seuls ceux qui payent cet impôt en bénéficient.

Hop !

Bref, Manu, si tu veux prendre une mesure qui se voit et qui soit juste, supprime un machin que tout le monde paye de la même manière, riche ou pauvre, comme la redevance télé. En plus, les classes moyennes auront l'impression que tu fais quelque chose pour eux...

27 commentaires:

  1. Je vais aussi critiquer cette mesure dans mon prochain post. J'avais écrit le 12 septembre "Personnellement, au contraire, au risque de choquer, je ferais même payer de l'impôt, par principe, à chaque foyer, riche ou pauvre, pour les pauvres de manière symbolique bien entendu, mais ainsi tout le monde saurait que rien n'est gratuit, que rien n'est dû sans effort, et tous seraient alors à même d'apprécier tout ce que l'Etat fait pour eux, des routes, des écoles, des hôpitaux, de la protection sociale, des aides, etc... Chacun doit contribuer, pour certains de manière symbolique mais bien réelle, à l'effort collectif... "

    RépondreSupprimer
  2. Tout le monde ne paye pas la redevance
    http://droit-finances.commentcamarche.net/faq/1605-exoneration-de-redevance-tele-contribution-a-l-audiovisuel

    RépondreSupprimer
  3. de droite ou de gauche ,, je sais pas
    mais assurément une mesure populiste , voire démagogique

    RépondreSupprimer
  4. Je vais prêcher pour ma paroisse. Concernant la redevance, je ne suis pas sur que ce soit le meilleur exemple; Pour 11€/mois en gros, chacun dispose d'un bouquet radio et TV, (quasi) sans pub et plutôt de qualité (Y'a pas que France 2 et 3)
    Je suis d'accord en revanche sur la TVA.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le budget de l'Etat devrait payer. L'impôt, quoi... Pas une taxe spécifique. Et pourquoi pas une taxe spécifique quand on a des enfants à l'école ? Pourquoi la redevance subventionne radio France ?

      Supprimer
  5. Ouais donc on doit accepter la pauvreté ! Et donc la stigmatisation ambiante de plus en plus importante !

    On avance !

    Vive la droite de la gauche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais. Comme je te le dis dans Twitter je suis quasiment le seul à en parler alors que je ne suis pas gauchiste.

      Et oui, ceux qui ne payent pas d'impôts sont montrés du doigt (alors qu'ils contribuent au budget de l'état par la TVA).

      Supprimer
  6. comment tu finances france téloche si tu supprimes la redevance ? Comment tu finances l'accès à la culture ? comment tu finances l'aide à la création ?

    qui finance ?

    des mécènes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est au budget de l'Etat de financer. Je veux bien financer l'accès à la culture en tant que contribuable pas en tant que possesseur d'une télé.

      Supprimer
  7. Je suis plutôt d'accord avec toi par contre ce qui m'embête c'est qu'alors qu'on attend toujours de savoir où l'Etat va trouver 50 milliards d'euros pour financer le pacte-machin, on nous annonce une baisse de l'IR, des aides à la rénovation thermique, on nous dit qu'on ne touchera pas à la tva etc etc. Donc, le gouvernement fait des annonces isolées qui vont à contre-courant de sa grande ambition à savoir, financer le pacte-machin + diminuer le déficit.

    RépondreSupprimer
  8. Certains propos m'énervent un peu. En effet, j'ai pu expérimenter, ayant élevé cinq enfants, qu'à salaire égal avec une personne sans enfant, j'avais contribué à la richesse collective beaucoup plus qu'elle : en effet, à l'époque, la déduction pour enfant à charge représentait 1/2 part, soit 1582€ pour l'exercice = soit 132€ par mois, alors qu'un enfant coûtait selon l'INSEE, en moyenne 782€/mois.
    J'ajoute que j'ai fait vivre pas mal de monde, avec la TVA payée sur les paquets de nouilles, les cartables, les trousseaux, l'électricité et l'eau pour faire tourner les machines et préparer les repas, le logement, les activités scolaires, périi-scolaires, les trousseaux pour classe-verte ... j'en passe et des meilleures.
    Il me semble donc hypocrite et absurde de considérer que la contribution fiscale et les cotisations sociales ouvrent une sorte de "droit de tirage", crée une sorte de créance sur la richesse collective.
    Il n'en est rien : la dégressivité actuelle des impôts n'appréhende pas le réel et reste insidieusement injuste.
    Il me semble plus acceptable et plus conforme à l'esprit de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen qui évoque l'impôt en son article 9, d'approcher cette question en parlant d'une universalisation des droits sociaux à des personnes non contributrices à partir de l'appréhension différenciée des besoins de chacun : c'est ça le projet socialiste = l'envers de l'approche Marine Le Pen.
    L'idée qu'il faille soupçonner chacun d'être un profiteur m'indispose. Il y aurait peu de profiteurs si nous savions développer une culture de la solidarité et des structures efficaces d'accompagnement vers l'autonomie économique et sociale des personnes qui n'y ont pas accédé ou n'y accèdent plus, en raison de la perte de leur emploi ou de la capacité de travailler due à l'âge ou à la santé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est compliqué. Je le suis fâché avec un pote à propos de la taxe d'habitation. Il trouvait anormal que je n'en paye pas plus du fait que je sois célibataire. Or en tant que célibataire, je ne bénéficie pas des prestations et investissements municipaux. Tu calcules le coût d'un enfant mais prends tu en compte ce qu'il coûte pour la santé, l'éducation,...

      Ainsi ta démonstration est fausse. Dans la mesure où je consomme la majorité de mon salaire au taux maximum de TVA, je contribue plus qu'une majorité des familles à la société.

      Cotiser selon ce que l'on gagne (je ne connais plus la phrase exacte de la constitution) est une mesure de justice fiscale et la progressivité la renforce.

      Par contre les mesures en faveur de la famille font perdre de vue le coût réel tout comme la TVA qui est indolore.

      Si j'étais législateur je renforcerais la progressivité et je supprimerais les avantages pour la famille au delà d'un plafond de ressource (du genre les parts ne s'appliquent que sur la tranche de revenus en dessous de 20000 euros par an).

      Supprimer
    2. Regarde sur ton bulletin de salaire ta cotisation sécu,Mutuelle & Prévoyance : cela représente des sommes astronomiques sur toute une carrière. Eh bien, pour notre part, nous avons cotisé à deux pour les mêmes enfants ! Or, la santé de nos enfants n'a plus été financée par nous dès qu'ils ont eu leur Bac, c'est à dire bien avant la fin de la carrière professionnelle des parents : ils ont fait leurs études par l'apprentissage ! Ils ont cotisé à leur sécu, leur mutuelle, leur prévoyance ! J'ajoute qu'ayant été bien nourris, bien entrainé au sport à travers quoi, nous avons payé de la TVA, ils ont toujours été en pleine forme !
      Pour moi, contrairement à une idée reçue, les familles de France entretiennent les citoyens ... je sais, je sais, ça bouscule, mais regarde ça de près ! La droite culpabilise les familles depuis la nuit des temps et cette répétition finit par faire son chemin dans le plus sain des esprits.

      Supprimer
    3. Ton raisonnement est délirant ! À l'ouest... J'ai cotisé toute ma vie pour les enfants des autres et le chômage des autres, voire la retraite des autres (à part que cotiser pour la retraite des autres est le principe de base mais compte tenue de mon hygiène de vie, je pourrais ne pas profiter longtemps de la mienne).

      En outre, ce n'est pas la droite qui culpabilise les familles mais la gauche avec des mesures que je défends comme la suppression du quotient familial.

      Supprimer
  9. Je suis d'accord avec toi. Je suis effondré... (mais bon je n'attendais rien de ce gouvernement... Quoique je ne m'attendais pas à un truc de ce genre)

    Et je suis totalement pour la suppression de la redevance qui est une taxe d'un autre temps. Qui ne finance plus rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça m'a fait rigoler quand j'ai vu ton billet (et comme je pensais bien que tu commenterais ici, j'ai preféré attendre le débat ici pour ne pas polémiquer chez toi).

      J'aime bien quand tu es d'accord avec mon billet le plus gauchiste que je puisse faire, bien plus que les blogueurs du FdG qui continuent à se branler sur des conneries.

      Supprimer
    2. Tu peux passer à la maison, ça fait toujours plaisir.

      Je ne sais pas si se positionner en "mesure de gauche" ou "mesure de droite" est vraiment utile... Surtout dans la situation de merde dans laquelle on est. Etre efficace et juste, c'est bien aussi.

      Supprimer
    3. Ce n'est pas à moi que tu vas apprendre que les commentaires font plaisir (mais je suis en phase d'abstinence à cause du boulot : je ne fais que des billets que je peux écrire en dix minutes).

      Si c'est utile ? Pour moi oui. N'oublie pas que j'en prends plein la gueule par les cons de la vraie gauche et que je suis le seul à faire une critique de gauche de l'annonce emblématique. Lis les critiques de la droite et du FdG : ce sont les mêmes.

      Vous le billet que j'ai fait après celui-ci. Cette fois, c'est avec Didier Goux que je suis d'accord.

      Alors quand je vous ces cons de la vraie gauche acclamer Kerviel et des types de droite être d'accord avec moi sur des sujets bien de gauche, ça me fait plaisir. Il y a encore des types en mesure de réfléchir et qui ne font pas une opposition de principe.

      Supprimer
    4. Ça me rappelle un billet d'un gauchiste que j'avais lu où le type gueulait parce qu'avec la refiscalisation des heures supplémentaires, le gouv avait nui au pouvoir d'achat alors qu'ils gueulait contre la mesure initiale faite par Sarko.

      Supprimer
  10. J'ai oublié ma phrase de conclusion : " Pour ma part, au nom de l'universalisation des droits sociaux, je suis pour la suppression de cette première tranche, qui concernera d'ailleurs, le plus souvent, des familles qui contribuent lourdement par la TVA non récupérable pour elle, ou des petits retraités qui ont, par le passé, largement contribué par l'IRPP et la TVA"
    Bz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton raisonnement est alambiqué. Je préfèrerais qu'ils payent plus d'IR et moins de TVA.

      Et n'oublie pas qu'un ménage à 2000 euros va en consommer 1500 par mois (laissons lui 500 pour le loyer) donc payer en gros 200 euros de TVA. Un ménage à 1000 euros par mois aura aussi un loyer et consommera 500 euros par mois, mais dès produits de première consommation soit 25 euros de TVA.

      Il vaudrait mieux que tout soit clair : la consommation et donc le taux de TVA payé dépendant du revenu autant taxer les revenus de manière plus juste.

      Supprimer
  11. Sur le principe, pourquoi pas, tu as raison. Mais comment moduler à la caisse le prix du paquet de nouilles ? Je ne vois pas la faisabilité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais ce n'est pas faisanle, je ne parle pas de ça. Mais diminuons la TVA sur les produits de première nécessité et augmentons l'impôt sur le revenu de tout le monde. Le pauvre paierait moins...

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.