02 octobre 2014

Keskidy Sarkozy ?

Nicolas Sarkozy a encore parlé. On ne s’en lasse pas, ça nous permet de faire des billets de blog sans avoir à chercher du bien à dire du gouvernement ce qui est parfois fatigant. Cette fois, c’est dans le Figaro qu’il parle. Il est sûr d’y trouver des journalistes encore plus complaisants que dans l’honorable maison du service public de l’audiovisuel qu’est France 2. Il est sûr de s’adresser à un public de droite. Mais le Figaro est en vente libre.

A propos du rapport droite – gauche, le monsieur nous dit : « Je ne partage pas cette conception d'une France divisée en cases et en camps! Je ne crois pas, je n'ai jamais cru, aux frontières infranchissables ni aux fossés idéologiques. » Rassurez-vous ! Tous ceux qui nient l’existence de l’auguste clivage sont des gens de droite.

Ensuite, il nous dit qu’il veut rassembler la France qui est plus divisée qu’elle ne l’a jamais été. Je pense que le monsieur était un peu isolé entre 2007 et 2012 et n’a pas vu la France. Elle est parfaitement unie, aujourd’hui : tous contre Hollande.

Ensuite, il nous dit, le monsieur, qu’il va construire une nouvelle formation large pour répondre au sectarisme du gouvernement. Notez bien l’invective habituelle de la droite : ce sont les autres qui sont sectaires. C’est une constante. Tant pis s’ils ne peuvent pas supporter les homosexuels, les musulmans, ceux qui ont du poil dans les oreilles ou une petite bite. Ce sont les autres qui sont sectaires. Vous pouvez prendre des notes pour ne pas oublier.

Vous vous rendez compte que je suis en train de lire une interview de Nicolas Sarkozy uniquement pour vous faire plaisir. Vous pourriez au moins m’offrir un léger rafraîchissement, par exemple une boisson à base de céréales un peu fermentées, enrichi d’une dose d’houblon pour l’amertume et la conservation !

Continuons ! « Le référendum, c'est le meilleur moyen pour répondre à la méfiance abyssale que nos concitoyens entretiennent à l'égard de la parole publique. » Ah ! Le referendum. Le sommet de la démagogie avec la sixième République. Le truc pour faire croire que l’on va sortir de la crise économique en changeant les institutions et en donnant la parole au peuple. Etes-vous pour ou contre une suppression des impôts ? Faut-il trouver une solution pour guérir le cancer, le sida et la chaude-lance ? La guerre est-elle bonne ? Raffarin est-il trop gros ? Il a de ces idées le monsieur. L’art de dire au peuple : je n’ai rien à vous proposer mais vous pourrez choisir.

« Ensuite, chacun comprend que tous les sujets ne se prêtent pas à référendum. Il faut que la question soit simple, que les citoyens puissent y répondre par oui ou par non. » Le monsieur veut-il dire que les électeurs sont cons ?

« La Constitution européenne et ses 448 articles ne se prêtaient nullement à une réponse binaire. » Ah ! Si Chirac avait organisé le referendum de 2005, c’est parce qu’il était gâteux ? Ainsi, ce qui concerne la souveraineté de la France ne doit pas être soumis au peuple mais les autres conneries, si ! Bravo…

Ensuite, il parle de son projet. Il dit qu’on paye trop d’impôt et qu’il faut les diminuer. Faut-il rappeler tous les jours que la dernière mesure importante qu’il a pu prendre est une forte hausse de la TVA, annulée ensuite par la gauche ?

Ensuite, le monsieur évoque l’ISF. Il veut le « désidéologiser. »  Il pose alors la question. Est-ce qu’il nuit à l’emploi et à la croissance. Il apporte de la réponse « Tout observateur de bon sens ne peut répondre que par l'affirmative. » Ah ! Ce n’est pas idéologique. Il faut taxer les pauvres consommateurs à la place pour relancer la croissance ?

Il poursuit avec sa volonté de torpiller les 35 et de remettre la défiscalisation des heures supplémentaires, la mesure la plus injuste qui puisse exister et qui a prouvé qu’elle n’était pas efficace…

Après, il s’en prend au fonctionnaire : il faut en supprimer et faire travailler plus ceux qui restent en les payant plus cher. Il peut m’expliquer comment il va faire des économies ainsi ? Autant d’heures travaillées au total avec moins de monde, compte tenu des heures supplémentaires, ça pourrait même faire une augmentation du coût total de la fonction publique…

Il veut créer un contrat de travail de 5 ans pour la fonction publique. Vous avez bien lu. L’Etat aurait le droit de faire des CDD de cinq ans…

Peu après, il met l’échec du RSA sur le dos de Martin Hirsch. C’est osé.

A propos des allocations, justement, il veut faire un referendum : « Bien sûr. La question pourrait être posée ainsi: est-ce que toute allocation, doit avoir comme contrepartie une activité? Pour moi la réponse est oui. » Ah ! Un chômeur qui ne travaille pas ne sera pas indemnisé. C’est con mais c’est s’il travaille, il n’est plus chômeur.

A propos de mariage pour tous, il sort un nombre d’âneries, le monsieur, puis dit : « Pour le moins, je considère qu'il faudra inscrire dans la Constitution des verrous juridiques pour réserver la PMA (procréation médicale assistée) aux couples hétérosexuels infertiles et interdire complètement la GPA (gestation pour autrui). » Insérer ça dans la Constitution est évidemment du grand guignol. Est-ce qu’il ne pourrait pas arrêter de jouer avec et se dire que s’il peut modifier la Constitution dans un sens, d’autres pourront la modifier à leur guise ! Il n’a aucun respect pour les institutions ou quoi ?

A propos du gaz de Schiste : « nous importons du gaz, il serait bien meilleur pour l'économie et l'emploi de pouvoir en produire nous-mêmes, si nous pouvons le faire proprement ! » Encore un bel exemple de démagogie : on sait qu’il n’est pas possible de le faire proprement. On peut négocier sur le niveau des dégâts à apporter mais pas sur leur existence.

 J'ai tout lu. Je vais arrêter mes commentaires ici.

Il est clair qu'il s'adresse aux lecteurs du Figaro. Ca en rend la lecture de l'article amusante. Par exemple, il prend très peu de recul sur le temps qu'il a passé au gouvernement et sur le fait que la situation du pays soit, pour partie (on ne va pas polémiquer), de sont fait.

Alors il tape sur Hollande. Il a raison : il fera un parfait chef de l'opposition. Parfois, on croit lire du François Bayrou. Genre : il faut rassembler.

Les Français ne sont probablement pas d'accord pour une telle ligne. Pourtant, il avait réussi à rassembler contre lui...

10 commentaires:

  1. J'aime beaucoup ce paragraphe, en fait :
    "« Ensuite, chacun comprend que tous les sujets ne se prêtent pas à référendum. Il faut que la question soit simple, que les citoyens puissent y répondre par oui ou par non. » Le monsieur veut-il dire que les électeurs sont cons ?"

    ... je me suis égarée ici par la faute de "croise-pattes", et mon problème c'est que lorsque je commence à lire un truc, je vais toujours jusqu'au bout ...

    RépondreSupprimer
  2. il n'a pas changé , sauf de chemise

    RépondreSupprimer
  3. Le referendum...
    Il s'est bien assis dessus pourtant.

    RépondreSupprimer
  4. Cette lecture du Figaro me semble tout de même plus indigeste que gouvernement.fr

    RépondreSupprimer
  5. "... de sont fait." ?
    Le reste de l'article est trop bien ! Nécessaire et rafraîchissant. Une vraie bière d'abbaye.

    RépondreSupprimer
  6. Il se fatigue pour rien, ce sera Juppé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et si c'était Mariton, finalement ? Hollande aussi avait démarré à 2 % !

      Supprimer
  7. Heureusement que tu prends le relais de Sarkofrance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. FAut bien, il est occupé à taper sur Hollande.

      Supprimer
  8. MA-RI-TON PRÉ-SI-DENT ! MA-RI-TON PRÉ-SI-DENT !

    (pourquoi n'y a-t-il personne, derrière moi ?)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.