21 octobre 2014

Les cieux de Bayrou

Yo ! Tu sais ce que j’ai fait lors de mon apéritif dominical de dimanche dernier ? Non ? J’ai regardé François Bayrou à la télé. Non, ce n’est pas du vice. C’est une tradition multiséculaire que nous avons depuis plusieurs années. Comme nous sommes issus d’une longue lignée démocrate chrétienne, nous regardons François Bayrou à la télé à l’heure de la messe.

François Bayrou est un grand monsieur de la politique française, une des personnalités les plus connues des Français. Ministre de l’Education Nationale de 1993 à 1997, trois fois candidats à la présidence de la République, grand spécialiste de tracteurs devant l’éternel et très bien coiffé mais moins que François Fillon.

Néanmoins, j’avais oublié à quel point il était vide. Tiens ! Il pourrait servir de plug anal Place Vendôme.

Il était interviewé par un gugusse de France 3 et Françoise Fressoz du Monde. Tiens ! Depuis le  temps que je la lis, elle, j’ai l’impression qu’elle fait partie de la famille. La voir parler dans le poste, ça fait bizarre. Je pensais qu’elle était muette et se contentait d’écrire des machins dans le truc. Ben non… Tous les dimanches, elle cause dans le poste. Heureusement qu’il n’y a pas Bayrou à chaque fois, elle s’emmerderait sérieusement.

Je retiens deux passages de l’interview. Il faut dire que j’ai écouté en diagonale, seulement. Pendant l’apéro, on a mieux à faire comme tweeter et parler avec la famille.

A un moment, on lui demande comment ça se fait que, depuis Giscard, aucun candidat du centre n’avait atteint le second tour des présidentielles. Je cite sa réponse de mémoire (la mémoire n’étant pas ma principale qualité) : ah mais détrompez-vous, en 2007, on a fait un très bon score.

A un autre, ils discutaient du plafonnement des allocations familiales. Il a dit qu’il ne fallait pas y toucher parce que ce n’est pas de la politique sociale. Dois-je comprendre que l’on doit toucher à la politique sociale et pas au reste ? Toujours est-il que vous seriez bien aimable de lui expliquer que la famille est une des branches de la sécurité sociale.

Il a dit qu’il fallait réduire le train de vie de l’Etat, des collectivités locales, de la sécu… pour diminuer les déficits. La routine. Il n’a fait aucune proposition concrète, néanmoins, mais il a cassé l’exemple du jour, le plafonnement en question.

En l’occurrence, il nous a expliqué qu’il fallait tout faire pour réduire les dépenses mais qu’il ne fallait réduire aucune dépense.


Après, il se demande pourquoi il n’est pas président de la République.

1 commentaire:

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.