01 octobre 2014

Ma petite histoire des réseaux sociaux

J'ai déjà 27 amis dans ello.co, le nouveau réseau social où il FAUT être. C'est grand ; ca me rappelle Twitter, au début (j'ai commencé vers mai 2007). On suivait tout le monde parce qu'on ne savait pas quoi faire. Ca a recommencé avec Google+, plus recemment. On suivait des mecs au hasard parce qu'on ne connaissait personne. J'ai fini par tricher et suivre un maximum de types pour gagner des abonnés ce qui fait que j'en ai environ 2000 alors que je ne publie rien.

Au moins, je n'emmerde personne. 

Avec  Facebook, c'est un peu différent : je suis aussi un utilisateur de la première heure mais j'ai mis des mois, voire des années, avant de comprendre l'intérêt. J'avais des potes, les mêmes que dans les blogs et dans Twitter puis j'ai commencé à avoir des contacts de la vraie vie : des copains d'enfance, des cousins et des relations professionnelles (mais aucun collègue). 

Ainsi Google+ est venu après et j'ai appris à faire le tri. Avant de m'en désintéresser plus ou moins. J'espérais y retrouver un peu de Twitter mais sans les andouilles prétentieuses qui polluent. Ces connards qui se croient autorisés à avoir un avis sur tout en 140 caractères. Ces débiles qui pensent diffuser l'information la plus importante. Ces crétins qui veulent la gloire. Ces trous du cul qui ont oublié le savoir-vivre et trouvent normal d'intervenir dans une conversation. Ces psychopathes qui n'ont aucune vie "IRL" et s'imaginent naturel de ne parler qu'à des inconnus. Ces journalistes, médias, personnalités politiques et autres peine-à-jouir qui sont là parce qu'ils pensent qu'il faut y être. Ces tarés de la vraie gauche qui croient que la révolution passera par les réseaux sociaux et qui se sont placés tout seul sur un piédestal, fiers de leurs 500, 1000, 10000 ou 100000 abonnés mais oubliant que 65 millions de Français ne les lisent pas. 

Alors, je lis les machins diffusés par les copains. Pas le reste. J'étais abonné à 1300 comptes. Je suis redescendu à 450. La paix. 

En tant que blogueur, j'ai tenté plusieurs trucs pour accroître l'audience de mes blogs avec les réseaux sociaux.  J'ai remis en ordre mes comptes, j'ai sauvé celui des leftblogs avec Dada. Nous sommes aujourd'hui le 1er du mois. J'ai donc étudié mes stats. Facebook et Twitter apportent un nombre dérisoires de visites. Moins de 8% je crois, peut-être beaucoup moins (difficile à estimer).  30 ou 35000 par mois avec les quatre blogs, la plupart avec des requêtes google sans rapport avec la choucroute et environ la moitié qui viennent "volontairement" visiter mon blog, via un lien chez quelqu'un, une bloguerolle ou un agrégateur.  

Que fera-t-on avec ello.co ?

On verra !

Tout cela est profondément inutile et c'est ce qui en fait l'intérêt.

Ah ! Et si maintenant je continue à multiplier les potes dans Facebook, c'est machinal, au comptoir. Il s'agit d'avoir plein de gens susceptibles d'envoyer des vies dans Jelly Mania et Jelly Flash. 

C'est beau, l'amitié. 

2 commentaires:

  1. Comptez-moi comme un pote si j'étais sur un réseau social, puisque je ne m'inscrirai jamais à aucun; vous pouvez même me compter quatre fois, puisque, si j'ai bien compris, il y a quatre réseaux sociaux ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. Il y a qu'un réseau social. Le vôtre. Dont fait partie votre boulangère. Vous la voyez, vous la reconnaissez. Il y a, par contre des outils de médias sociaux, les deux gros Facebook et Twitter et les deux autres dont je parle : Google+ et Ello machin. Et plein d'autres : Instagram, Pinterest, foursquare,...

      Et il y a les blogs. Les blogs sont un média social et font donc partie des reseaux sociaux. On ne s'est jamais rencontrés maos on se connait assez bien. Vous connaissez "Nicolas Jégou" ou "Jégoun" (et vice versa, hein !, je connais "Elie Arié"). Je fais partie de votre réseau social, comme, par exemple, Didiet Goux, que vous identifiez parfaitement, ou Sarkofrance, que vous identifiez parfaitement, comme la plupart des crevures (smiley) qui commentent chez eux. Ils font partie de votre reseau social, à savoir les gens dont vous arrivez "à percevoir les émotions en les identifiant".

      Ainsi, le "média social" (Facebook, Twitter,..) n'est qu'un outil.

      Pour en revenir à votre commentaire, ne dites pas que vous n'êtes inscrit à aucun réseau social, vu que vous identifiez parfaitement votre boulangère et des connards comme moi que vous avez rencontré que sur internet.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.