04 novembre 2014

A la rencontre de la fausse gauche !

Ce soir, les blogueurs reçoivent Jean-Luc Bennahmias à La Comète. C’est une personnalité qui se dit de gauche mais non socialiste. Néanmoins, je ne suis pas son porte-parole, vous n’aurez qu’à venir l’écouter. C’est à partir de 19h30 au Kremlin-Bicêtre. J’ai même invité Jean-Luc Laurent, je crois bien. C’est le député-maire du Kremlin-Bicêtre, président du MRC. Ca nous ferait donc deux présidents de parti qui soutiennent François Hollande. Il ne viendra pas, je suppose.

Ce concept de type de gauche pas socialiste m’intéresse beaucoup surtout par les temps qui courent, quand une partie de la gauche semble complètement à la ramasse pour l’autre partie.

JLB (appelons-le ainsi, maintenant que je sais écrire son nom sans faute) est un des rares, hors du PS, a dire que la politique économique menée par le gouvernement va dans le bon sens mais il nous précisera cela.

Toujours est-il que je suis d’accord avec lui.

Dans un autre blog, je parlais récemment de l’Aéro, un petit bistro à côté de chez moi. Il est tout seul à bosser. Il pourrait augmenter son activité en faisant de la restauration mais il serait obligé d’embaucher un serveur et un cuisinier. En fin de compte, il augmenterait significativement son chiffre, créerait deux emplois, mais gagnerait moins d’argent pour lui. Ce n’est pas un philanthrope. C’est peut-être un fumier de patron qui gagne du pognon mais c’est ainsi.

Il faut observer le fonctionnement de l’économie dans les bistros. Ça permet, en plus, de s’enfiler quelques gorgeons, ce qui est plus drôle qu’une réunion de cellule. Je vais donc citer deux exemples supplémentaires, dans les bistros.

Le premier : le bar à côté, l’Amandine, fait de la restauration. Il y a quatre ou cinq ans, sa cuisinière est tombée malade. Il n’a jamais su ce dont il s’agissait et c’est très bien ainsi. Elle a multiplié les arrêts de travail, de trois mois en trois mois. Il ne pouvait pas la licencier. Le patron, Michel, a donc dû prendre des  cuisiniers en CDD, renouvelés dans la limite du possible, créant ainsi des emplois précaires tenus par des gens qui cherchaient des CDI ailleurs.

Ce cas de figure ne devrait-il pas être pris en compte par le droit du travail, par exemple, par la création d’un CDI plus facilement interruptible mais mieux rémunéré utilisable uniquement que dans des cas précis ?

Le patron serait-il plus enfoiré s’il utilise ce genre de contrat plutôt que des successions de CDD ou le recours à l’intérim, ce qui  revient au même ?

Le deuxième : à la Comète, il y a ce soir une réunion de blogueur à la Comète. Il est possible qu’il y ait plus de monde que d’habitude. Si nous sommes nombreux et qu’il y a, par hasard, beaucoup d’autres clients, les deux serveurs pourraient être dans le jus. La patronne devra donc rester. C’est la seule solution qu’elle a : elle ne peut pas avoir une masse salariale qui s’adapte à l’activité (elle ne peut pas faire venir un serveur supplémentaire et lui dire : bon tu viens, mais je te paye seulement s’il y a du monde), ce qui est heureux dans notre cas précis…

Ne ronchonnez pas en me lisant. Ce n’est pas pour rien que c’est dans les bistros où le droit du travail est le moins respecté, ou presque. Forcément. Tiens ! Comment voulez-vous qu’un serveur qui embauche à 12 heures et termine à 23 heures cinq jours par semaine puisse ne pas dépasser les 48 heures par semaine ?

Quand un politique dit : « il n’y a pas de tabou », il se fait engueuler. Je ne sais pas si JLB le dit. Ce que je dis, moi, c’est qu’on ne peut pas ne pas envisager de ne rien modifier. Alors le gauchiste me répondra que je ne suis pas vraiment à gauche, grâce à son iPhone 6 qu’il a acheté le jour de la sortie.


Jean-Luc Benhemmias fait l’objet d’une page entière dans Libération. Très intéressante (mais réservée aux abonnés).

18 commentaires:

  1. je viens de réviser et de ranger par devers moi moi matériel à interview en changeant les piles du bouzin.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai croisé le gauchiste qui a acheté son iPhone 6 le jour de sa sortie, il m'a transmis un message pour toi :" il t'emmerde! "
    Sinon, ça va mieux? Smiley.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est de la merde Apple, du vécu encore hier soir.

      Supprimer
  3. C'est plus un voyageur politique qu'un homme politique, Vert, MODEM puis Front Démocrate, va t-il s'arrêter là ?

    RépondreSupprimer
  4. Je n'y serais pas malheureusement, j'aurais bien voulu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis d'accord. Faut dire qu'avec tout ces changements de date...

      Supprimer
    2. Zut alors, ça aurait été encore + lol et de bon aloi

      Supprimer
  5. C'est pas très éthique un iphone. C'est fabriqué par des chtits nenfants. Non, cépabiendutout. Mais c'est comme ça qu'un marché se crée et permet aux gens d'améliorer leurs conditions de vie, puis d'envoyer les enfants à l'école plutôt qu'à l'usine. Il a fallu 2 siècles chez nous, ça prendra peut-être un peu moins chez eux, mais les vrais progrès prennent du temps. Après, les incantations sur le mode yakafokon ça fait reluire le militant, mais ça n'a jamais rien changé dans la vraie vie.

    RépondreSupprimer
  6. Déçue de ne pouvoir en être. Bises à tous. Je lirai vos compte-rendus

    RépondreSupprimer
  7. Comment peut-on avoir envie de partager ne serait-ce qu'un quart de verre avec ce genre de personnage ? Ça reste pour moi un grand mystère.

    RépondreSupprimer
  8. Pas là ce soir.
    Je n'avais pas suivi et ne savais pas que le Front Démocrate c'était lui ..

    RépondreSupprimer
  9. J'avais lu "à la rencontre de la fesse gauche" comme titre.
    Du coup, je suis déçue, le billet ne m'a pas plu..

    RépondreSupprimer
  10. Personne ne répond aux commentaires, ici ? C'est le bordel.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.