19 novembre 2014

Rigolons avec l'UMP !

Côté blogage, je suis à l'ouest faute de temps. Il n'empêche que se foutre de la gueule de l'UMP devrait être une obligation des blogueurs de gauche, y compris de la fausse, au quotidien. Les amis Elie Arié et Sarkofrance débattent par blog interposés pour savoir si Juppé a une chance de devenir président. 

Vous trouverez les liens ci-après mais copiez les à la main pour les rendre accessibles. Je ne peux pas tout faire non plus. 

Il me faudrait, en toute logique prendre parti entre les deux. Nicolas Sarkozy a déclaré récemment que l'UMP allait gagner l'élection présidentielle. Je suppose qu'il pensait surtout à lui mais Elie semble penser que Nicolas Sarkozy pourrait faire gagner Alain Juppé. 

A ce stade de nos réflexions, je cherche un violon pour pisser dedans. Voire une contrebasse. Une histoire de capacité. 

L'affaire Jouyet-Fillon qui domine la non actualité politique de la semaine est rigolote. Résumons. Un des deux dit que ci et l'autre dit que non et patati patata. Hier, on voyait dans la presse que le type qui bouffait avec eux avait reçu un appel de Sarkozy ce qu'a confirmé et démenti le cabinet de Sarkozy. Je n'arrive pas suivre. Vous non plus, j'espère. C'est quand même moi le fin analyste de la vie politique, bordel et malgré une légère surcharge pondérale qu'aucun fait, à part une erreur de Dieu, ne pourrait expliquer. 

Il y a deux solutions : soit Fillon ment, soit Jouyet ment. Au fond, on s'en fout. De toute manière l'histoire nuira à Fillon et elle oubliera vite Jouyet. Admettons que Jouyet ait raison. Ce que je crois même si Fillon pourrait gagner en justice, faute de preuves de Jouyet. Essayez de suivre. 

Admettons. En restant assis pour essayer de comprendre la suite. Pour ma part, je suis debout au comptoir. Admettons que Jouyet ait raison. 

On pourrait se scandaliser qu'un gugusse, néanmoins co-president d'une imminente formation politique et ancien pommier sinistre, demande à  l'Elysée d'intervenir dans une histoire judiciaire. C'est normal. Et c'est tout à l'honneur du château de refuser. Il n'empêche que l'on pourrait voir l'histoire sous un autre angle. 

Imaginons que Fillon ait dit à Jouyet : putain de bordel les gars si vous n'intervenez pas l'autre va revenir malgré toutes les casseroles qu'il a au cul dont au moins une partie est véridique et justifiée et qui en plus a déjà été très mauvais et a coulé la France, bougez-vous les fesses, bordel ?

Serait-ce scandaleux ? On pourrait ainsi penser que Fillon ne veut que le bien de la France et de ses opinions politiques. Certes, des notions d'indépendance de la justice pourraient nous inquiéter mais son amour de la République et mes capacités à raconter des conneries ne pourraient être remis en cause. 

Alors imaginons aussi que Sarkozy sache qu'il sera prochainement coulé par la justice mais qu'il est le seul à avoir la capacité à remette l'UMP en ordre de marche et veuille rester dans l'histoire celui qui aura permis à la droite, avec Juppé, reprenne le pouvoir. 

D'un autre côté, le Juppé en question se dit qu'il est vieux et a d'autres choses à foutre que de présider nos conneries. Il a compris le jeu de Sarkozy. Il se dit néanmoins qu'en enclenchant la machine, les centristes de l'UDI pourraient se rallier à son panaché bien blanc. Du coup, en se désistant au profit de Fillon dans la dernière ligne droite, il passerait aussi pour le type qui a sauvé la droite tout en restant un vieux sage reconnu par l'histoire comme tel. Il pourra donc consacrer le reste de sa vie à sauver l'honneur de Sarkozy qui aura rendu cela possible. Et en plus, il laisserait Fillon se demerder avec tout ce bordel. Ni vu ni connu. 

Je préviens l'UMP : s'ils n'arrêtent pas de deconner, on va se retrouver avec Mariton président. 

Un peu de sérieux, bordel !

Des liens : 

10 commentaires:

  1. Quand je lis Sarkofrance et Élie Arié, j'ai l'impression d'écouter une fois de plus les "grandes voix autorisées" qui se succèdent soir après soir à C dans l'air, qui ont toujours la solution à tout, comprennent tout mieux et avant que les autres… et sont régulièrement démentis par les faits, sans qu'il leur vienne jamais à l'esprit la tentation de le reconnaître publiquement.

    C'est la pompeuse confrérie des ratiocineurs à vide.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le cas de la plupart des blogs politiques non extrémistes ! C'est même le but.

      Supprimer
    2. Non, non : ces deux-là ont un ton particulier pour dispenser leur savoir du haut de leur petite chaire imaginaire.

      Supprimer
    3. Bah ! Trop d'habitude peut-être.

      Supprimer
    4. Trop d'habitude chez Arié, qui blogue depuis un an et demi à tout casser ? Et pourquoi pas chez vous, alors, qui le faites depuis près de dix ans ? Non, non, c'est une certaine conformation de l'esprit qui les pousse à professoraliser. Du reste, pas besoin de blog pour ça : on rencontre les mêmes dans l vie "normale".

      Supprimer
    5. Ça fait des années qu'il écrit des articles pour Marianne. Mais il était le dernier "chroniqueur associé". Marianne a fermé Marianne2 et a prosélytisme à Élue d'ouvrir son blog.

      Pour le reste : bah. Beaucoup au Front de Gauche, par exemple écrivent sur un ton proche. Mais c'est vrai que certains sont comme ça dans la vraie vie.

      Supprimer
    6. @ Didier Goux

      Ce n'est pas ça du tout : j'écris des billets pour le plaisir de construire un raisonnement - d'où le ton "professoral" ; j'ai écrit ce biller " Pourquoi Juppé sera élu" parce que Juan en avait écrit un " Pourquoi Juppé va se planter" ; mais si Juan avait écrit un billet " " Pourquoi Juppé sera élu" , j'en aurais écrit un " Pourquoi Juppé va se planter " qui aurait tenu tout autant la route ; ne pas se prendre au sérieux, c'est justement ça .

      Supprimer
    7. J'entends bien. Mais c'est la construction de vos deux titres qui en dit long sur vos deux esprits : « Pourquoi il va se passer ceci. » Aucune place au doute ni même au questionnement, pour vos lecteurs : MM. Arié et Sarkofrance ont mûrement réfléchi, soupesé, analysé et, pour finir, ils vous livrent leurs conclusions, qui ne sauraient être remises en question, à moins d'être fou ou provocateur : Juppé va gagner (ou perdre), la chose est avérée par moi ; il ne me reste plus qu'à vous expliquer pourquoi.

      Supprimer
    8. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    9. Vous avez déjà assisté à des procès ( moi non, en fait) ? L'avocat de la défense construit un discours qui doit tenir la route pour prouver que son client est innocent , le procureur construit un discours qui doit tenir la route pour prouver que l ' accusé est coupable ; tous les deux ont assez de connaissances juridiques pour pouvoir permuter efficacement leurs rôles , sans que leurs discours soient incohérents , ou ne débouchent sur " Bon, au fond, je n'en sais rien : je ne voudrais pas être à votre place, Monsieur le Juge , ce sera vraiment du pile ou face " .

      Dans les billets de blog , je crois que c'est l' article et son titre qui doivent être provocateurs ( et les vôtres le sont souvent...) , justement par leur côté catégorique qui doit surprendre, et , si possible, choquer et prendre à contrepied l' opinion dominante du média qui l' héberge - majoritairement mélenchoniste et unanimement anti-UMP sur Marianne , sans pour autant se faire virer ( "bon, mon vieux, vous êtes gentil , mais allez exposer vos idées dans le Figaro" ) - exercice au fond assez délicat , et qui n'est possible que par la cohérence de l' argumentation ( "il est chiant, mais ce qu'il dit tient la route" .)

      Des articles plus nuancés, plus complets, tenant compte des arguments qu'on pourrait leur opposer ( " Certes" "Mais " "Synthèse avec réserves") , s'apparentant à des rapports remis par un expert à un ministre , sont incompatibles avec des billets de blog .

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.