25 décembre 2014

Brûlons Angoulême pour l'exemple !

Je voulais commencer ma série de billets de rétrospective de l'année 2014 en évoquant ces sujets qui sont traités sous l'angle de l'indignation et du bashing systématique, provoquant le buzz et la colère des twittos de gauche. Parmi mes sujets de prédilections, les exemples se multiplient...

Notre-Dame-des-Landes ? Ah mon dieu c'est con de faire un machin qui privilégie le transport aérien à l'heure où le pétrole manque et tout ça. Et pourtant, on apprend ce mois que le trafic de l'aéroport de Nantes croît plus vite que prévu et qu'il est urgent de trouver une solution.

L'ouverture des commerces le dimanche ? Ah mon dieu c'est con de revenir sur un avantage acquis par les luttes sociales (ce qui est par ailleurs faux) alors que l'on sait (à juste titre) que cela ne créera aucun emploi et aucune activité économique sauf en zone touristique. Et pourtant, on s'en fout. On (Martine Aubry) nous parle de projet de société mais elle ne propose rien à part un projet de société de chômage de masse, le tout pour un sujet dont on se fout.

C'est l'actualité qui me donne un meilleur exemple, tout neuf, avec ces bancs entourés de grillages pour empêcher les SDF de s'y installer.

Les SDF ?

Dans Facebook, je voyais beaucoup de statuts formulés ainsi : je souhaite un joyeux Noël à tous et surtout à ceux qui n'auront pas la chance de le fêter en famille et avec des amis. Comment voulez-vous qu'ils passent un joyeux Noël ? En écoutant les pochetrons ou les catholiques chanter ? En regardant les ivrognes rentrer en vomissant ?

Je voyais aussi des statuts du genre : je pense beaucoup à ceux qui n'auront pas la chance patati patata. Je vais répondre à ceux qui écrivent ça : non, tu n'y penses pas, tu écris un statut sous forme de posture politique puis tu fermes Facebook et te précipites dans la cuisine pour préparer les toast car ta belle famille ne va pas tarder à se pointer. Est-ce que tu penses, par exemple, à tous ces chrétiens d'orient qui ne pourront pas, pour la première fois depuis des siècles, faire sonner les cloches pour Noël ? Est-ce que tu penses à ces gamins qui n'auront pas de cadeaux ou à ces parents qui se saigneront aux quatre veines pour trouver une bricole à offrir à leurs mômes ? Est-ce que tu penses à ses types qui passeront le réveillon tout seul parce qu'ils n'ont personne avec qui le passer, parce que leurs amis sont en famille et qu'ils n'ont pas d'autre occupation possible mais qu'ils s'en foutent, Noël aura été une soirée comme les autres, les rillettes auront été remplacées par du foie gras, du foie gras de mauvaise qualité parce que ça ne sert à rien de faire des frais pour rien.

Les SDF ?

Je dirais bien que j'ai des amis SDF mais quand je dis ça, ça me fait penser à Nadine Morano quand elle a dit qu'elle avait une amie noire, non pas que je la critique pour ces propos, seulement pour sa maladresse et je la plains pour les hordes d'andouilles qui lui sont tombées dessus.

J'ai des amis et parmi eux, il y a des SDF. Ils ne sont pas amis parce qu'ils sont SDF (ni le contraire, ouf...). Ils sont amis, point. Il y a par exemple Ervé, figure de nos réseaux sociaux. Il y a aussi les copains des marches entre Leclerc et La Comète. Il y a eu Simon, remplacé par Johnny, lui-même remplacé par Laurent. 20 ans de ma vie. Tous les matins « Salut Laurent ! » « Bonjour Nicolas, tu vas bien ? »

Je ne fais rien pour eux. Je suis à leur écoute et ils savent qu'ils peuvent me trouver quand les poches sont vraiment vides. Le dernier recours, celui qui ne sert que deux fois par an... Je leur paierais bien des tournées au comptoir mais quand ils viennent au bistro, à notre bistro, c'est parce qu'ils ont eu une rentrée d'argent et qu'ils ont envie de montrer qu'ils appartiennent bien à la société. Alors ce sont eux qui nous rincent la gueule...

Le quartier a changé. Il a connu près de vingt de ans de travaux. Les SDF ont changé. Ceux d'aujourd'hui sont calmes. Du temps de Simon et de Johnny, par contre, on avait de sacrés loustics qui se bourraient la gueule, assis sur ces marches et qui importunaient les passants, qui sortaient de chez Leclerc, les insultant franchement,... L'hiver, ils faisaient moins les fiers, évidemment. Soit ils se réfugiaient à la Comète, soit ils partaient à la recherche d'un hébergement, soit ils se finissaient à l'alcool dans l'espoir qu'un brave type appelle le SAMU Social.

Et ils insultaient les autres. Alors nous sortions, parfois, tenter de calmer le jeu. « Dis donc, Johnny, tu crois pas que tu abuses un peu, là ! Allez, viens, je te paye un coup dans le bistro mais tu fermes ta gueule sinon le patron va m'engueuler ! » « Mais, c'est l'autre fils de pute, là, avec son caddie, il m'a mal regardé... »

Alors, nous voilà à Angoulême. Je crois bien que je ne suis jamais allé à Angoulême. Je suis allé à Civray, à Confolens,... mais c'est probablement le bout de la Nationale 10 pour moi. Qu'irai-je faire à Angoulême ? J'avais été à Jarnac, deux ans après la mort de Mitterrand, pour voir, mais je m'étais dit que c'était complètement con de sortir de la voiture pour aller voir une tombe. J'étais avec des copains et on avait poursuivi notre route vers le sud.

Qui connaît Angoulême ? Qui parmi les lascars qui hurlent depuis hier contre la municipalité d'Angoulême connaît ce patelin autrement que pour le festival de Bande Dessinée ?

Nous voilà avec une mairie qui, dans le cadre de l'aménagement de son centre ville, pose du mobilier urbain. Ils l'ont mis pour empêcher les voitures de se garer trop près des magasins, pour éviter les accidents et laisser passer les piétons. Ben oui, on ne met pas du mobilier urbain uniquement pour faire joli. Tiens ! Nous, dans les banques, on met des grosses jardinières de géraniums dans devant les agences. Elles sont en béton armé et scellées jusqu'à trois mètres de profondeur. Ca empêche les voleurs de se rapprocher avec des bulldozers pour arracher les distributeurs de billets. D'un autre côté, c'est très joli, les géraniums mais un peu tristounet, l'hiver.

Alors, les andouilles d'Angoulême, ils ont mis du mobilier urbain en forme de banc plutôt qu'en forme de bitte ou de jardinière. Pourquoi pas ? Mais ces andouilles de SDF ont décidé de squatter ces bancs pour se bourrer la gueule et ont probablement importuné les passants : « Hé ! Fils de pute ! Arrête de mal me regarder ! » Je dis ça au hasard. Je ne connais pas Angoulême. C'est ce que j'ai déduit en lisant un article d'un journaliste ayant interrogé un représentant de la mairie.

Alors, les andouilles d'Angoulême ont décidé de mettre du grillage pour empêcher l'accès des SDF au mobilier urbain en oubliant trois inconvénients :
Petit 1 : c'est quand même très moche.
Petit 2 : ils vont passer pour des ânes à empêcher l'accès à des bancs aux gens qui veulent s'asseoir.
Petit 3 : ils vont provoquer des cris d'indignation dans les réseaux sociaux.

Ce sont des andouilles et je ne sais pas ce qu'ils font, par ailleurs, pour les SDF. Angoulême a-t-il des lieux d'accueil ? La mairie met-elle des moyens à disposition des restos du cœur ? Je n'en sais rien.

Ceux qui hurlent non plus. C'est facile d'hurler.

Tant pis s'ils ont approuvé la pose d'un digicode dans l'entrée de leur immeuble (pour empêcher aux SDF de dormir dans le hall avec les boites à lettres). Eux, ils ont le droit. Ce sont leurs enfants qui risquent d'être agressés. Ce sont leurs SDF qui sont très méchants.

Ce sont toujours les autres qui font le mal.

Quant à faire le bien, c'est facile : il suffit de crier dans les réseaux sociaux.

16 commentaires:

  1. La France a la droite la plus bête du monde, Angoulême a la droite la plus bête de France...

    J'habite en Charente, chuis bien placé pour le savoir et mon meilleur voisin est président de l'UMP départementale...

    Il est pas bête pourtant.

    RépondreSupprimer
  2. La politisation bête et méchante donne des buzzs totalement à la con, comme celui d'Angoulème... Comme tu dis, le nombre de bobos qui font de même et hurlent dans les rézosocios est énorme.
    Et même les mairies de gôches (y compris la pure et belle qui aime l'humanité mais pas quand elle ne pense pas comme elle) font de même. ON aura toujours des exemples locaux.

    La politisation bête et le militantisme à raslespaquerettes est terrifiant et édifiant. Mais quand je vois que Mélenchon ment ouvertement dans de grands médias, et qu'il le fait en toute connaissance de cause, je me dis que des militants de très-bases peuvent en faire de même...
    Ca fera de belles jambes aux SDF qu'ils prétendent défendre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Evidemment et heureusement que les mairies de gauche font pareil. Pendant un temps, la vrauche de Bicêtre tenait des réunions à la Comète. Je prenais des notes, discrètement. Le lendemain, j'appelais les copains de la mairie pour avoir des précisions sur les dossiers (je ne caftais pas ce que j'avais entendu au bistro mais ça n'aurait rien changé, les types dans les bistros savent que je suis proche de la mairie, ils n'ont qu'à fermer leurs gueules). C'était délirant comment les dossiers étaient déformés dans les réunions publiques.

      Supprimer
    2. Oui, je sais que même à ce niveau, et même en étant élus, ils mentent comme des arracheurs de dents. C'est une technique politique. Elle pue, mais leurs méthodes sont ce qu'elles sont...
      C'est délirant.

      Et c'est humainement quand même assez abject d'instrumentaliser la détresse humaine de ces SDF pour leurs basses oeuvres politiques... Même à Noël, ils ne cessent pas d'être petits et minables. C'est fou...

      Bonne soirée en tous cas

      Supprimer
    3. Merci. Toi aussi.

      Ils peuvent instrumentaliser. Ils perdent des électeurs, électeurs qui ne sont pas cons. Ils aiment bien les sdf...

      Supprimer
  3. Parmi les malheureux de Noël, vous avez oublié les nombreux fils et filles de pédophiles qui, non seulement n'ont pas eu de cadeaux, mais on en plus servi de cadeaux pour les amis de papa et maman venus pour le réveillon.

    Sinon, je ne connais d'Angoulême que ce que Balzac en dit dans la première partie d'Illusions perdues, et qui doit être légèrement démodé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si les enfants sont bien élevés, ils aiment rendre service. Pour peu qu'ils soient un peu cochons, ils aiment ça. Faudrait pas qu'on les plaignent non plus.

      Supprimer
  4. Tiens ! En cette période de fêtes, on mange dans le séjour et pas dans la cuisine. On était donc devant la télé (le côté con des fêtes...) et on regardait le JT de France 3 où il y avait un reportage au sujet de ces grilles...

    Parmi les lascars interviewés, personne pour critiquer les grilles. On se demande même pourquoi France 3 a fait le sujet...

    RépondreSupprimer
  5. il aime pas les SDF mais lui, il s'aime
    Xavier Bonnefont percevra 4181,62 € bruts d'indemnité par mois, soit +62% par rapport à celle de l'ancien maire. d'Angoulême

    RépondreSupprimer
  6. Y'a même des patelins qui veulent foutre des amendes (120 euros) en cas d'ivresse sur la voie publique ! Où va-t'on ?
    T'as déjà vu un SDF sobre ?

    #Oups

    Chouette billet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !

      Et même moi, je ne suis pas sobre...

      Supprimer
  7. Les SDF manquent de savoir-vivre, on ne s'installe pas dans du mobilier urbain acheté à bon prix , voyons ! ... donnons des cours de bienséance aux SDF, peut-être sous forme de BD ?

    RépondreSupprimer
  8. Votre billet n'est pas idiot, mais je ne vois pas où est le mal dans le fait de crier dans les réseaux sociaux. C'est quand même mieux que dans la rue, où c'est interdit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce que les gens qui hurlent s'estiment utile alors que ça ne sert à rien... Et les SDF continuent à crever.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.