07 janvier 2015

Tristesse, émotion, et tout ça

Depuis mon billet de ce midi, je commence à digérer l'information et toutes les réactions que j'ai pu lire. 

Je ne parle pas de quelques clowns de droite genre NDA mais de proches. D'ailleurs il semble que Twiitter ait rapidement détruit des comptes de connards divers. Je ne parle pas non plus des abrutis de gauche qui hurlent à la théorie du complot : le pouvoir socialiste aurait organisé cela pour justifier des mesures sécuritaires et mette un rideau sur le reste. 

L'attentat terroriste par des islamofascistes (l'expression est de DCB dans Libération, peut-être le seul à avoir trouvé des mots justes. À lire dans Libération) m'a évidemment bouleversé mais la plupart des réactions m'ont laissé froid, ce qui ne veut pas dire que je désapprouve mais, bizarrement, je n'ai été ému que par les réactions venant de l'étranger, de la page d'accueil de Google aux condoléances de la reine des rosbifs et aux manifestations organisées au Canada (que je suis grace à Ménilmuche). 

Deux choses m'ont énervé, elles se retrouvent en un mot : amalgame. 

Petit 1 : un journaliste connu dans dans notre milieu a dit sur Facebook qu'il casserait la gueule aux types qui diraient que les terroristes sont musulmans. Pourtant c'est probablement un fait (l'enquête nous en dira plus) mais ce n'est pas une raison de croire que l'on fait l'amalgame. 

Au bureau, j'ai trois collègues musulmans. Ils étaient gênés, disons qu'ils se faisaient discrets dans le malaise général. J'avais envie de les prendre dans les bras et de leur dire que je sais qu'ils n'y sont pour rien, que leurs proches n'y sont pour rien. Mais pourquoi nier que les connards étaient musulmans ? Ils auraient été gros et frisés, je n'aurais pas eu le moindre sentiment de stigmatisation. 

Petit 2 : j'ai vu un tas de types tweeter que le policier abattu s'appelait Ahmed (mes condoléances à la famille). Qu'est-ce qu'on en à foutre de son prénom ? Ces connards veulent dire : ah, ils tuent leur frère. Et ce sont les mêmes connards qui vont nous dire sinon fait l'amalgame. 

Les sympathisants musulmanistes sortent des extraits du coran pour dire que les connards ne sont pas musulmans. Le Coran ne dit rien sur les impies, sur les homosexuels ?

Des dizaines de milliers de gens manifestaient, ce soir. L'union nationale et tout ca. Il paraît que que Sarkozy et Valls vont manifester ensemble. Je ne suis pas sûr que cela soit une bonne idée. C'est émouvant, peut-être, mais côté communication.  

Alors je reprends à mon compte les propos de Daniel Cohn-Bendit et rajoute une couche : il faut combattre les islamofascistes. 

Ne faites pas un attentat à la Comète  avant que je ne règle l'addition. 

Toute mon amitié à mes copains ou collègues musulmans, mes condoléances aux proches, à la famille. 

Un denier mot quand même : j'ai vu beaucoup de messages de solidarite pour Charlie, pour qu'ils puissent continuer à publier, des appels aux dessinateurs de presse à leur filer des dessins. N'oublions pas que ce canard a perdu ses têtes, que les banquiers vont leur tomber dessus dans trois ou quatre jours. Les salariés de Charlie vont pleurer leurs collègues mais il faut aussi les soutenir parce que leur avenir professionnel n'est pas assuré. Appeler à s'abonner est bien facile. Les banquiers sont là. 

45 commentaires:

  1. Nicolas, tu sais bien qu'il faut éviter les amalgames. Les fachos zemouriens ne s'y sont pas trompés. Ils n'étaient pas les seuls. Bref, ces deux tueurs et leur complice sont musulmans, et visiblement, ils ont même des prénoms arabes (la belle affaire).
    Et ?
    Et rien. Rien. Ce sont des tueurs. Et j'en ai personnellement rien à foutre qu'on m'explique le rapport de l'Islam avec tout cela.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La question est pas de l'expliquer mais de ne pas le nier. Sinon d'autres expliquent très bien.

      Supprimer
    2. Répétez bien fort "fachos zemmouriens" et ne vous intéressez surtout pas du "rapport de l'islam avec tout ça."
      Bientôt (si ce n'est déjà le cas) ça va être Zemmour et Le Pen qui seront responsables de l'islamisme mondial. Et plus il y aura de morts (il y en a déjà tant!) plus ce sera leur faute...

      Supprimer
    3. islamofascistes... j'ai déjà du employer le mot, mais "islamistes", ce n'est pas suffisant et assez clair ?

      Supprimer
    4. "Comme si l'indifférence et l'assentiment s'imbriquaient l'un dans l'autre, liés par la crainte étrange de passer, en combattant l'islamofascisme, dans le camp des salauds islamo-xéno-phobes."
      J'écrivais ça en 2009 sur mon blog.

      On a perdu beaucoup de temps. L'islamisme est-il un fascisme ? Non, mais c'est un totalitarisme. Donc, à combattre. Et comment le combattre ? En faisant les yeux doux et en accordant concession sur concession aux revendications religieuses, en France ? En continuant à construire des mosquées pour les traditionnalistes parce que la mosquée d'à côté ne convient pas, avec son imam et ses musulmans modérés ? en continuant à subventionner des officines comme le CCIF ? En bêlant qu'il ne faut pas stigmatiser et en trépignant contre Zemmour et Lepen responsables du climat islamophobe ? Tous ceux qui ont gueulé contre Charlie au temps des caricatures, les rappeurs comme Médine, les soutiens affichés de Dieudonné et tous ces connards d'abrutis analphabètes d'antisémites de cité, ils n'ont pas fait plus pour l'antimusulmanisme que Houellebecq, fourest et Michel Onfray ? Allons....

      Supprimer
  2. Bref, tout ça m'a même pourri la nuit.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis globalement d'accord avec ton billet.

    Il me plait beaucoup ce terme d'islamofasciste.

    RépondreSupprimer
  4. Je trouve effectivemment les couvertures des canards ou les réactions à l'étranger plus émouvantes que les réactions officielles en France qui sont très axées sur une communication de crise. Comme toi

    RépondreSupprimer
  5. Après vous avez le réac de base qui se drape dans sa supposée dignité, refusant de se baigner avec le peuple, ce misérable.

    RépondreSupprimer
  6. C'est très amusant, de voir les gentils progressistes s'extasier sur ce terme d'islamofasciste, lequel est employé depuis plusieurs années déjà. Ah, oui, mais c'est que, jusqu'à hier, il n'était pas employé par les bonnes personnes, tout est là…

    Sinon, votre guignol de Cohn-Bendit serait plus crédible dans ses postures si, au moment des caricatures, il n'avait pas tancer Charlie-Hebdo pour les avoir publiées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Didier, je n'avais jamais entendu ce mot et je ne m'extasie pas. Et le pb n'est pas là : je n'ai jamais été indulgent envers l'islam.

      Et je n'ai pas non plus été indulgent avec Charlie (vous pouvez relire mes billets à ce sujet) ou toute forme de blasphème. Des gens sont croyant, on a pas à les blesser. Par contre on doit avoir le droit de le faire.

      Supprimer

    2. "George W. Bush l’a récemment assimilé au fascisme, tandis que certains parlent d’ « islamo-fascisme ».
      Cette assimilation abusive risque à terme d’être contre-productive parce qu’elle n’est pas exacte. L’islamisme n’est pas un fascisme, mais comme lui pourrait être classé dans la catégorie totalitarisme, dans une nouvelle version, théocratique. On pourrait lui associer d’autres mots : panislamisme, intégrisme, djihad, prosélytisme (voir le billet de L.Monnerat), fanatisme, on a l’embarras du choix… Guy Sorman a fait un billet très intéressant sur le sujet : L’islamisme, ce n’est pas le fascisme."

      Polluxe, sur son blog, en 2006

      (il y a plein plein plein d'exemples, en fait)

      Et enfin, Wikipedia nous dit:

      Le terme « islamo-fascisme » est apparu dans les années 1990. Pour ses défenseurs, le concept traduit que le monde musulman et les sociétés islamiques présentent des difficultés particulières à institutionnaliser la diversité politique et qu'en conséquence elles se réfugient dans des gouvernements autoritaires où le « fascisme islamique est la règle plutôt que l'exception ». Michel Onfray donne ainsi pour exemple la révolution iranienne et le régime de Khomeini qui donna naissance à un « authentique fascisme islamiste » en Iran.

      Supprimer
    3. " Des gens sont croyant, on a pas à les blesser. Par contre on doit avoir le droit de le faire."

      J'ai du mal à vous suivre , là : qu'est-ce qu'un droit dont on ne devrait pas user ?

      Supprimer
  7. Les gens, merci pour vos commentaires.

    RépondreSupprimer
  8. Elie,

    Ma phrase est en effet bancale. La liberté de la presse est importante et elle doit pouvoir dire tout ce qu’elle veut (dans le cadre de la loi). Il n’empêche que je ne vois pas l’intérêt de blesser des pauvres gens à cause de leur croyance. Charlie Hebdo peut écrire ce qu’il veut mais je ne vais pas renier ce que j’ai écrit par le passé, à propos des caricatures, il me faudrait supprimer des anciens billets.

    Tiens ! Ca n’a rien à voir mais j’avais préparé un billet pour dire qu’il serait temps que certains dessinateurs de presse laissent la main à de plus jeunes, notamment Plantu et Cabu, parce qu’ils ne me font plus du tout rire. Je ne l’ai pas diffusé quand j’ai découvert que Plantu n’était pas vieux… Dans Twitter, hier, je voyais des messages de gens qui disaient adorer Cabu et rire à ses dessins, ça m’énervait prodigieusement ce qui n’enlève absolument rien à tout le respect que j’ai pour le bonhomme, son immense carrière,… Mais dans mon billet d’hier en début d’après-midi, je comparais Charb à deux dessinateurs phares du Canard Enchaîné, pas à Cabu.



    Suzanne (et Didier),

    J’ai mal causé : j’ai dit que je n’avais jamais entendu parler d’islamofaschistes, j’aurais du dire que je ne me souvenais pas en avoir entendu parler (mais c’est à force de commenter avec l’iPhone, je fais court, là, je suis sur PC mais je vais faire court aussi, il faut que j’aille déjeuner).

    Peu importe les mots employés (je n’ai jamais été conciliant avec les marques visibles de l’islam), il n’empêche que certains, à gauche, n’aiment pas le mot « islamiste » alors que, pour moi, c’est parfaitement clair et je ne fais pas l’amalgame entre islamiste et musulmans. Alors s’il faut trouver un nouveau mot, islamofaschiste, très bien.



    Juan,

    De mémoire, ma réponse n’est pas assez précise. Tu dis qu’il faut éviter de faire l’amalgame et on est d’accord, mais dans ton billet de ce matin, tu rappelles que le policier s’appelle Ahmed. En français, on appelle un agent de police par son grade suivi de son nom de famille. Tu soulignes qu’il s’appelle Ahmed pour montrer qu’il est d’origine maghrébine, probablement musulmans. Or ça ne change rien. Ca aurait pu être Roger. Là, ce n’est pas moi qui fais l’amalgame.

    En soulignant ce mot sans cesse, « vous » faites l’amalgame. Tiens ! Quand « vous » traitez de raciste un type qui n’aime pas les musulmans, « vous » faites l’amalgame entre musulman et arabe. Tout le drame vient de là, c’est qu’on ne peut plus critiquer une religion (à part le catholicisme !) sans passer pour raciste ce qui fait le « terreau » du Front National : quand il critique une mosquée, par exemple, il n’est pas raciste mais fait plaisir à un cœur d’électorat « raciste » qui assimile très bien l’islam à l’immigration (ce qui est normal !) mais aussi aux types aux tronches d’arabes (ce qui est aussi normal, l’islam ne vient pas de chez nous…).

    Le jour où l’on pourra, à gauche, critiquer les mosquées, leur financement public (et le fait qu’elles abritent des extrémistes et un tas de saloperies diverses), on pourra peut-être progresser.

    Et si, pour ça, il faut employer des mots empruntés « à l’autre bord », comme islamofaschiste, tant pis…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ma part, je trouve le terme d'islamofasciste redondant et inutile, si l'on en juge par les régimes politiques en vigueur dans les pays tenus par les musulmans. À la place, je parlerais simplement d'islam.

      Supprimer
    2. Oui mais la question n'est pas là. S'il faut changer un mot pour contourner des abrutis, changeons le mot.

      Supprimer
  9. Juan ne veut pas qu'on souligne que les tueurs sont des islamistes, parce qu'admettre cela, c'est admettre qu'il y a d'autres tueurs en puissance chez les les islamistes de chez nous.
    C'était le même phénomène avec Merah. Merah avait dérapé, Merah n'avait rien d'un islamiste, Merah était un pauvre type ayant grandi dans une banlieue défavorisée et s'était retrouvé meurtrier sur un coup de folie. D'ailleurs, puisque Merah avait tué des musulmans, ça prouvait bien que ça ne prouvait rien du tout. Depuis, la famille Merah (des gens bien islamistes, bien violents et bien allumés) est partie faire le jihad en Syrie. Sans doute ne voulait-elle pas vivre dans une France xénophobe et islamophobe.
    Il est gentil, Juan. Le péril, pour lui, c'est ceux qui font leur miel politique du danger islamiste. Enfin, du fantasme de danger islamiste. S'ils n'étaient pas là, il n'y aurait pas de danger islamiste.
    Eh, secouez-vous, les gars. Je ne dis pas de sortir de la paille les fusils les mitrailles les grenades, je conteste l'idée qu'on soit en guerre contre qui que ce soit, mais ce n'est pas avec des plans vigipirates qu'on va combattre ces allumés. Un peu de ménage dans les banlieues, (virer tous les imams intégristes déclarés ne me parait pas antidémocratique pour deux sous) une ferme application des lois sur la laïcité et une mise au pas de ceux qui, actuellement, en ce moment, font péter des pétards de joie dans les cités ou sur leur compte facebook me semblerait un léger minimum incompressible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais on est d'accord ! Et c'est pour ça que vous m'aimez bien, avouez !

      Alors pour l'instant, séchons les larmes. Après on reprendra. Cet amalgame est un très bel angle pour refaire des billets. Tiens ! Lisez le billet de Didier à propos de Houellebecq, et ceux d'Alter-Oueb et Yann Savidan et mes commentaires.

      Quelle est la frontière entre musulman modéré (ceux qu'on aime bien), musulman (ceux qu'on voudrait bien aimer mais qui boivent du café à la place de la bière et qui voilent leurs femmes), islamiste (ceux qu'on sent bien qu'ils sont méchants) et islamofascistes ?

      Pas d'amalgame : il n'y en a qu'une. Pas de signe extérieur de religion.

      Supprimer
    2. La laïcité, c'est du papier mâché. Il est surtout grand temps que l'Islam se réforme, ça lui éviterait de ne pas savoir comment combattre les assassins qui émergent en son sein. C'est d'ailleurs ce que réclament les musulmans les plus éclairés, aujourd'hui taxés d'hérésie. Quant au "pas d'amalgame", on verra l'année prochaine, hein. Je suis désolé, mais aujourd'hui, je ne vais pas aller au chevet de la population musulmane que l'on ne me fera pas considérer comme LA victime première de ces crimes. Et je ne vais pas verser une larme, y compris sur les modérés, qui se disent dégoutés de ce que l'on fait de leur religion. ça les révulse, les peine, très bien, tant mieux. Qu'ils grossissent les rangs de ceux qui refusent la violence et la terreur, ils seront bienvenus, mais pour le passage d'onguent apaisant, ils repasseront en ce qui me concerne.

      Supprimer
    3. Il n'y a aucune "frontière" entre les musulmans de modèles courant et ce que vous appelez des "islamistes" ; ou alors elle est extrêmement poreuse. Ce n'est pas du tout en ces termes qu'il faut poser le problème, mais en termes de rapport de forces et de pouvoir.

      Un exemple : dans les premiers mois de 1914, les bellicistes représentaient une toute petite minorité, rapportés aux populations française et allemande. Et, si les sondages d'opinions avaient existé, ils auraient dit que 90 ou 95 % des Français et des Allemands ne voulaient nullement faire la guerre à leurs voisins. Sauf que, quand les"bellicistes" ont décidé qu'il devait y avoir la guerre, tous ces braves gens y sont allés, ne serait-ce que pour ne pas s'exposer à de sévères représailles s'ils refusaient. Il en ira exactement de même, éventuellement, pour les musulmans "modérés".

      Par conséquent, s'il ne s'agit évidemment pas d'aller foutre le feu à l'épicerie du coin, sous prétexte qu'elle est tenue par Mohammed, il me semble qu'un petit peu plus d'amalgame serait le bienvenu.

      Supprimer
    4. Pas de signe extérieur de religion...

      Ok, mais je sais pas si tu es au courant: en hommage aux victimes de l'attentat, Notre Dame de Paris vient de donner de son glas. C'est un signal sonore qui se présente sous la forme d'une vibration dont la fréquence est assez basse.

      Avoue que ça fait drôle d'entendre le glas et de te lire en même temps.

      Je devine qu'en pratique on sera assez sélectif sur ces signes religieux qu'on se propose de supprimer: on va d'abord supprimer ceux des Musulmans et puis, ensuite, on se demandera si ça vaut vraiment la peine de s'attaquer à ceux de l'Eglise catho.

      J'ose une prévision: on se dira que finalement une crèche relève de la culture et pas de la religion, alors que c'est une construction, en général miniature, destinée à célébrer la naissance du Christ, donc qu'on ne peut pas faire plus religieux que ça. Mais on dira "nan, nan, c'est de la culture".

      C'est ce qu'on appelle la "laïcité catholique": on vire tous les autres signes religieux de la vie civile, mais on garde ceux des cathos.

      Bon, si tu veux.

      Supprimer
    5. « La laïcité, c'est du papier mâché. »

      C'est en gros ce que dit Houellebecq dans son dernier roman.

      Supprimer
    6. Dorham, pourquoi veux tu que l'islam se reforme ? Ce n'est pas notre problème. Tu voudrais qu'ils aient un pape des évêques et des curés ? En outre, leur organisation actuelle leur permet de se développer. Alors que les cathos...

      Mon pote Djibril qui boit des bieres avec nous est musulman. On appelle ca avoir la foi et c'est un truc que tu pourrais mieux expliquer que moi. Il n'est pas responsable des folies meurtrières et ne peut rien y faire.

      Tshok,

      Prends un pseudo qu'on puisse écrire avex un iPhone et arrête de faire 15 lignes de commentaires à partir de 10 mots de mes propos. Quand je dis pas de signe visible, je fais allusion au voile ou aux prières de rue. Pour le reste, je me fous qu'ils fassent la fête pendant le ramadan.

      Supprimer
    7. La réforme de l'islam n'est en effet pas notre problème… à condition d'éradiquer d'Europe l'islam en question. sinon, que vous le vouliez ou non, et les événements le prouve presque chaque jour désormais, c'est cruellement notre problème.

      Supprimer
    8. Dodier,

      C'est bien parce qu'il n'y a pas de frontière qu'on doit en mettre une.

      Supprimer
    9. Mais enfin, c'est du délire ! On ne décide pas, comme ça, entre la poire et le fromage, de mettre une frontière quelque part ! Une frontière entre qui et qui d'abord ? Et qui va la poser ? Et comment ? Et surtout, qui empêchera les gens concernés de la franchir, dans un sens comme dans l'autre ? Ça n'a aucun sens, tout ça.

      Supprimer
    10. Mais non. On ne met pas des frontières chez les autres mais sur ce que l'on peut supporter chez nous.

      Supprimer
    11. Pourquoi ? Mais parce que sans réforme, l'Islam conservera son archaïsme et continuera d'engendrer des monstres. Ce n'est pas notre problème ? Non, c'est le leur avant tout, mais cela devient aussi le nôtre quand on subit la violence produit par cet archaïsme en pleine gueule. Et je ne comprends pas ta sortie sur ton pote Djibril… Je n'ai jamais dit que tous les musulmans étaient responsables de ces crimes, simplement, que j'avais autre chose en tête que de m'apitoyer sur leur sort en ce moment...

      Leur organisation actuelle leur permet de se développer ? ça c'est une bien courte vue. Le monde musulman est en pleine déliquescence, ravagé par les guerres, les famines, le doute, la division.

      Les catholiques, c'est autre chose. Moi, je ne pense évidemment pas que toutes les religions se valent. Je les respecte toutes mais je pense évidemment que la mienne est plus proche de la vérité (et sans aucun doute la seule qui puisse être considérée comme une religion de paix et d'amour), sans doute imparfaite mais je l'ai choisie, adulte, en ce sens. Les chrétiens sont encore le groupe religieux majoritaire dans le monde. Et pourtant, elle se distingue de l'Islam en ce sens qu'elle est une religion universaliste et non expansionniste.

      Aussi, les propos de Tschok un peu plus bas, ridiculement relativiste, me font bien marrer…

      Je vais résumer ma position ; vous réclamez plus de laïcité ? Moi, j'espère davantage de christianisme.

      Supprimer
    12. Je n'aurais pas un mot à changer à ce commentaire, même si je devrais en ôter la profession de foi, puisque ne croyant pas.

      Supprimer
    13. Mais je ne m'apitoie sur rien au contraire. Je dis à me confrères qu'ils devraient arrêter de parler d'amalgame.

      Supprimer
    14. Dorham, vous pouvez "évidemment" (sic) penser que votre religion est la meilleure du monde mais écrire que "le christianisme est la seule religion de paix et d'amour", c'est faire un incroyable déni des massacres perpétrés au nom de cette religion, en particulier sa branche catholique, qui a pillé, réduit en esclavage et anéanti des populations, sud-américaines et africaines par exemple.
      Toutes les fanatiques qui pensent détenir la vérité et se donnent pour mission de l'imposer partout sont des messagers de haine, de mort et de malheur.

      Supprimer
    15. Plutôt que de réciter du prêt à penser ou de me prêter des dénis que je suis loin d'avoir, lis donc un évangile et tu comprendras peut-être à quoi je faisais référence...

      Supprimer
    16. Dorham, Fiso est probablement aussi athée que moi (même si je regarde plus souvent son cul que son orientation religieuse), il est un peu trop facile de dire que "les autres ne récitent que du prêt à penser". Je n'ai pas lu d'évangile et tu n'as pas à forcer qui que ce soit d'en lire.

      Vous êtes tous en train de tourner fous... C'est affligeant.

      Supprimer
    17. Je ne force personne, Nicolas... Je précisais simplement à quoi je me référais. Et un athée peut bien lire un Evangile tout en conservant son athéisme intact. Concernant Fiso, j'aurais pu prendre le temps de rectifier ses approximations et démontrer en quoi son intervention constitue du prêt à penser, du rabâchage, mais je sais que tu n'aimes pas trop qu'on pollue tes fils de commentaires de longs débats. En ce sens, j'ai fait court et je me suis abstenu d'enrober mon commentaire des précautions d'usage (j'ai d'ailleurs failli ne rien répondre du tout, ce que j'aurais dû faire) - et puis aussi, je pense que c'est ni le lieu ni le débat de faire une petite Histoire rectifiée du catholicisme. Voilà tout. Et je ne deviens pas fou. Je suis triste, écoeuré, inquiet et j'espère plus d'amour et plus de paix. Je ne crois que l'on puisse les trouver sans le christianisme. C'est la base de ma foi.

      Supprimer
    18. J'avais du reste pris la précaution de dire que ma religion est imparfaite. Il me semble que cela aurait pu suffire à faire comprendre que je n'étais pas en train d'appeler à une croisade ou je ne sais quelle connerie du genre... Je me demande qui est fou maintenant, moi ? ou vous qui vous grattez à chaque fois qu'un catholique traine dans le coin. Ne vous embêtez pas, je vais bientôt reprendre mon occupation favorite des derniers mois : me taire.

      Supprimer
    19. Dorham,
      J'ai lu la Bible et même fait mes deux communions, si cela peut me donner légitimité à critiquer ce que les catholiques font ou ont fait de leur religion.
      Je pense d'ailleurs comme toi que pour pouvoir parler d'une religion, il faut en avoir lu les textes de référence, ce que j'ai fait.
      En tant qu'ex-catholique malgré moi, et athée, je m'intéresse aux religions et aime parfois discuter avec les croyants, quand ils ne se mettent pas en tête de m'imposer leur vérité, ce qui est rare, hélas. Donc désolée si tu t'es senti agressé, je ne critiquais que tes propos.

      Supprimer
  10. "je ne vois pas l’intérêt de blesser des pauvres gens à cause de leur croyance"

    Mais toute critique ou toute moquerie d'une religion blesse des gens - pauvres et aussi très riches - à cause de leur croyance ! Je crois que c'est , là, une position très dangereuse : il n' aurait donc pas non plus fallu se moquer de Staline ( titre du Canard Enchaîné, après le rapport Khrouchtchev de 1956 sur les crimes de Staline " Le petit père dépeuple ! ") pour ne pas " désespérer Billancourt" ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais on peut blesser Billancourt s'il soutient un meurtrier. C'est un acte politique de soutenir Staline.

      Par contre, croire en Dieu...

      Supprimer
    2. Blesser des pauvres gens dans leurs croyances, c'est ce que s'interdisent les laïcards de gauche depuis toujours, y compris ceux de Charlie Hebdo au premier chef : voilà des gens qui se feraient couper en morceaux plutôt que de prendre le risque de blesser ces pauvres catholiques…

      Supprimer
    3. Didier,

      Non. D'ailleurs ils se sont fait couper en morceau.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.