17 février 2015

La faute des frondeurs

La lecture de Twitter est amusante, cette après-midi, entre les types de gauche qui critiquent les frondeurs et ceux qui critiquent le gouvernement. Les frondeurs ont gagné : le gouvernement utilise le 49.3 aimablement fourni, main d’œuvre comprise, par notre constitution, qui permet au premier ministre de dire « vous me cassez les cerises ».

Vous prenez Google News, vous tapez « travail salarié » et vous tombez sur un tas d’articles, comme celui-ci, datant de la semaine dernière et reprenant une information de l’Insee. C’est important d’utiliser Google News, aussi, plutôt que de faire le guignol derrière un clavier. Je reprends cette dépêche. « Le nombre de travailleurs indépendants a nettement augmenté ces dernières années en France, où les non-salariés ne représentent cependant qu'une personne en emploi sur dix, selon une vaste enquête diffusée ce matin par l'Insee. » C’est une tendance à la hausse dans une courbe qui ne s’inversera pas.  « Cette proportion place l'Hexagone parmi les pays de l'Union européenne où le travail indépendant est le moins répandu, précise L'Institut national de la statistique et des études économiques. La moyenne européenne est de 15%. » Qu’on le veuille ou non… « La recrudescence du travail indépendant peut être aussi dans certains cas liée à des difficultés rencontrées dans la recherche d'un emploi salarié ». « Les non-salariés exercent des métiers très divers, exploitants agricoles, commerçants, artisans, professions libérales et sont sur-représentés dans des secteurs tels que la construction, la santé ou le commerce de détail, selon l'étude. »

Les frondeurs ont fait du travail le dimanche la mesure emblématique de la loi Macron préparée par Montebourg. Or le travail le dimanche n’est pas l’enjeu de société. L’enjeu de société est la pérennité du travail salarié (et la baisse du nombre de types qui restent sur le bord du chemin…).

Les frondeurs font une erreur, ils se trompent de combat. Ce n’est pas le fait d’avoir une posture de gauchiste qui fera le progrès social ou empêchera la régression. Ce n’est pas le fait d’avoir une posture de gauchiste qui permet de se prétendre à gauche. Surtout quand on pense essentiellement au prochain congrès du PS, pas à la France.

Ils font une faute politique, l’électeur ne s’y trompera pas, notamment s’il n’est pas salarié d’une grande entreprise. Ils font une faute politique en contraignant leur propre parti politique à faire appel au 49.3. Ils font une faute politique : ils ne gagneront pas et seront marginalisés.

Dans l’attente, ils peuvent aussi souligner ce qu’apporte la loi Macron.

Vous lui avez demandé à l’étudiant qui souhaite avoir des revenus s’il n’a pas envie de travailler le dimanche ? Et aux trois ou quatre millions de chômeurs à qui l’on dit « vous n’avez pas le droit de travailler le dimanche ».

Ils doivent bien rigoler.

Les frondeurs font une faute politique. Ils laissent Manuel Valls et François Hollande dire : « vous nous cassez les burnes, nous sommes les patrons, faites pas chier ». Et c’est peut-être bien ce qu’attend l’électeur. Les frondeurs politiques font une faute. Ils donnent l'occasion à l'opposition de défendre une motion de censure. Ils font une faute. Ils font porter le débat sur la forme et pas sur le fond.

Dans l’attente, je suis bien content, je vais pouvoir faire mes courses au Virgin sur les Champs Elysées. Ah, non ! Il a fermé. Parce que la société évolue.

"Qui se montre partisan d'un conservatisme étroit ou d'un retour vers un état social ou politique antérieur" C'est la définition que donne le Larousse du mot "réactionnaire". Je dis ça, hein...

29 commentaires:

  1. Je crois que j'ai un problème pour laisser mon commentaire : je le poste à nouveau. Ma foi, s'il apparait S'il apparaît en deuxième, il n'y aura qu'à le mettre à la poubelle.

    Reste que les travailleuses (eurs) du dimanche auront des difficultés à faire garder leurs enfants ce jour-là. En effet, à moins que les crèches ouvrent, je doute que la nounou du coin accepte, elle, de travailler 7j/7, voire même papy et mamie qui continueront de bosser au-delà de 60 ans.
    Ok ! Des gens vont travailler le dimanche, principalement dans le secteur du tourisme et de la vente. A condition toutefois, que de nouveaux acheteurs veuillent bien dépenser leurs sous, et non pas faire leur promenade dominicale. Ce n'est pas gagné, je vous le dit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai fait plusieurs billets contre le travail le dimanche et je n'ai pas changé d'avis. Je dis simplement que le combat est mauvais.

      Supprimer
    2. Il n'y a qu'à interdire aux femmes de travailler et à obliger les mères à rester à la maison. Comme ça, ça libérera des postes pour les jeunes des cités, victimes de l'exclusion sociale.

      Et vive le conservatisme étroit, bordel !

      Supprimer
  2. Ils m'ont vraiment mis en colère... Avec leurs combats d'arrière garde rétrograde et tout ça.
    Mais c'est bien : les chômeurs auront leur dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison, c'est tellement plus moderne de ne pas avoir un jour fixe de repos, d'être à la merci du planning de la semaine prochaine qui vous est parfois donné au dernier moment. Et comme il y a pratiquement 11% de chômeurs, les salariés, contents d'avoir un patron à l'avant-garde, la bouclent comme il faut et mangent leur chapeau. C'est ce que vit ma cadette, et elle n'est pas la seule dans ce cas, et pour une fois, j'avoue que je ne vais pas jeter la pierre aux frondeurs.

      Supprimer
    2. Si les communistes se mettent à défendre les jours chômés catholiques, je considère qu'ils ont été touchés par la grâce et qu'ils sont sur la voie de la rédemption. Ceci dit, je ne me fais guère d'illusions, c'est juste une manoeuvre politocarde.

      Sinon, pour les définitions, le Larousse n'est jamais qu'un dictionnaire du français usuel qui se contente d'avaliser toutes les conneries telles qu'on les cause dans les journaux. Si vous désirez obtenir le sens d'un mot, utilisez celui de l'Académie.
      Réactionnaire : adj. XVIIIe siècle. Dérivé de réaction.
      S'emploie péjorativement, et de manière polémique en politique. Qui prône le rétablissement d'un régime aboli ; par ext., qui s'oppose à ce qui est tenu pour un progrès social, une évolution des mœurs. Un député, un penseur réactionnaire. Un parti réactionnaire. Par méton. Un discours réactionnaire. Lois, mesures réactionnaires. Subst. Un, une réactionnaire.

      Vous sentez la nuance ?

      Supprimer
    3. Oui mais ça cadre assez bien avec la vraie gauche.

      Supprimer
    4. V'là maintenant que les réacs donnent dans la nuance!

      Pffffffff! Tout se perd.

      Supprimer
    5. V'là maintenant que les réacs donnent dans la nuance!

      Pffffffff! Tout se perd.

      Supprimer
  3. Moi je veux bien bosser tout les dimanches à conditions que ce soit à la buvette.

    #Burps

    RépondreSupprimer
  4. Décidément la gauche a bien changé. Elle a aujourd'hui une conception du progrès social qui en aurait fait bondir plus d'un hier.
    Deux articles que je propose à votre paresseuse réflexion :
    Libé.
    Le Figaro.
    Pour une fois je suis d'accord avec Libé et le Figaro.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand le Figaro est d'accord avec Libéral, je change j'essaie de réfléchir par moi même. Pas toi.

      Supprimer
    2. Ah parce qu'il t'arrive de réfléchir ?
      Mon impression générale, depuis que je fréquente ton blog, c'est que tu te fous à peu près de tout.
      Note que je comprends très bien ça.
      Mais au moins peux-tu me dire, nous dire, toi l'homme de gauche, si tu es d'accord peu ou prou avec Mme le Député qui parle dans Libé ?

      Supprimer
    3. Rien à cirer. 9 ans que je tiens un blog politique où je donne mon avis.

      Supprimer
  5. De toutes façons, c'est un évènement parlementaire exceptionnel puisque l'alinéa 3 de l'article 49 est un fusil à un coup, pas plus. Il ne pourra pas être réutilisé, le gouvernement peut seulement y recourir pour un projet de loi par session. Valls va donc bien devoir reconstituer une majorité pour continuer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il peut être utilisé une fois par session. Deux extraordinaire et une normale chaque année.

      Supprimer
  6. "Ils laissent Manuel Valls et François Hollande dire : « vous nous cassez les burnes, nous sommes les patrons, faites pas chier ». Et c’est peut-être bien ce qu’attend l’électeur"
    Il convient tout de même de noter que "l'électeur" n'a pas élu Valls premier ministre, ni aucun membre de son gouvernement. Il a par contre bel et bien élu son député pour le représenter et, notamment, voter les lois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Connerie. On a élu un député pour donner une majorité à Hollande.

      Supprimer
    2. Dans les faits, oui. Mais pour ce qui est des principes, c'est Alix qui a raison.

      Ou l'on voit que la praxis politique ne fait que trahir l'esprit des institutions. Partant de là, oser encore parler de démocratie relève du foutage de gueule. Une contradiction de plus du système. Mais nous ne sommes plus à une près.

      Supprimer
    3. Ouep, d'autant plus que la démocratie est précisément le régime des contraires. Elle est pluraliste.

      Non seulement elle n'est pas à une contradiction près, mais en plus, elle les collectionne, ce en quoi elle réalise son objet social et politique.

      Le régime facho, au contraire, est mono: il recherche l'unité en regroupant les hommes et leurs armes en faisceaux sous la bannière d'un chef unique, d'une religion unique, d'une race unique, d'un seul ordre et tout le blabla.

      Votre fascination pour la Rome impériale, la même que Benito, sera de ce point de vue-là, toujours déçue lorsqu'elle contemplera la république et ce qui vous semble ses échecs.

      Vous vous êtes gouré de pays et d'époque. Mais, il vous reste la Russie de Poutine. Malheureusement, il n'y a pas dans la rhétorique du Kremlin d'équivalent de l'Alya, comme on la trouve dans le discours de Bibi.

      C'est dommage: la Russie a besoin qu'on revigore sa démographie et j'ai la faiblesse de croire que les réacs français pourrait utilement prêter leur concours à cette grande œuvre, ce qui nous délivrerait de leur ombrageuse présence.

      Comme une arrivée d'air frais.

      Supprimer
    4. Décidément vous n'êtes qu'un pauvre connard. Où donc avez-vous été pêché que j'avais le moindre goût pour le fascisme, sinon dans les tréfonds de votre pauvre cervelle d'abruti ? La Rome impériale ne me fascine pas, il y a juste que je m'intéresse à l'histoire antique, romaine, celtique, scandinave, russe, etc. Nous sommes des milliers à nous intéresser à autre chose qu'aux petits soubresauts de l'actualité. Il y a aussi que la compréhension de l'histoire permet de saisir certaines choses qui se jouent à l'heure actuelle, et surtout qu'a contrario de ce qu'affirment certains neuneus oubliés de l'évolution, il n'y a pas de sens de l'histoire. Mais ça, je gage que pour les tenants d'un certain matérialisme, c'est un truc incompréhensible.

      Supprimer
    5. Il ne s'appelle pas bordel, mais Koltchak.

      C'est frai qu'on peu confondre.

      Je donne juste la précision pour calmer le jeu.

      Supprimer
  7. Ce n'est pas aussi automatique, et heureusement. On élit des gens qui doivent en principe réfléchir et peser le pour et le contre avant de voter. Si c'est pour avoir une assemblée de godillots, autant alors se passer de députés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans un système présidentiel on pourrait presque. Néanmoins des centaines d'amendements ont été acceptés.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.