13 février 2015

L'ultime testament

On l’a bien vu avec ces histoires d’attentats et de machins : les religions existantes ne sont pas parfaites. Chacune a ses défauts, ne le nions pas mais ne stigmatisons personnes, c’est plus prudent. Toujours est-il que j’ai décidé de me dévouer et de créer une nouvelle religion qui pourra être adoptée par tout le monde. Soyez indulgent, hein ! C’est la première fois que je crée une religion. C’est l’occasion rêvée de corriger quelques inexactitudes flagrantes des textes actuels tout en en piquant une partie. Tout ne peut y être mauvais.

Commençons par introduire un nouveau personnage, tout neuf, le Rédacteur. Peut-importe qu’il soit apôtre ou sodomite, canonisé ou pas, nous n’en sommes pas encore là. Nous avons une religion à créer donc des livres à écrire et il est hors de question que je me tape tout le boulot. Je me réserve le personnage de Saint-Nicolas, celui qui va faire guili-guili aux enfants pour leur offrir des cadeaux. Après tout, une religion sans un minimum de vices ne serait pas une bonne religion. Néanmoins, on ne va pas s’appesantir sur le sujet, je ne tiens pas à me retrouver au gnouf. En plus, je veux bien être pédophile à titre professionnel pour garantir un peu d’amoralité dans un récit, mais à titre privé, non. Nous en étions au Rédacteur. On va l’appeler Josiane, pour faire simple.

Je rédige la trame et Josiane devra rédiger le reste, introduire des détails amusants comme la multiplication des pains et ces choses-là. Elle veillera à soigner les détails. Par exemple, s’il y a un messie fils de dieu qui descend sur terre, il ne sera pas crucifié mais empalé et nos églises seront plus rigolotes que celles des catholiques avec leur crucifix partout.

Monothéisme

Je dois avouer une certaine admiration pour les religions anciennes, comme chez les Grecs et les Romains avec un tas de déesses à poil mais il y a toujours un chef, Zeus ou Jupiter, et les gamins sont drôlement emmerdés quand ils doivent apprendre tout ça. En plus, ça permet le développement de cultes parallèles. Regardez le bordel que c’était en Egypte, par exemple. Notre religion sera monothéiste. A titre personnel, j’aurais même bien créé une religion sans dieu mais il faut que je justifie mon salaire.

La genèse

Nous voilà dans un chapitre très important. Dieu est éternel ce qui est une notion particulièrement difficile à appréhender. Par exemple, pour un scientifique athée malgré toute son intelligence, il n’y avait rien avant le big bang ce qui, admettons-le, est complètement con. L’intelligence n’empêche pas l’alcoolisme.

Alors il y avait Dieu, dans le ciel qui n’était pas encore le ciel. Lui-même n’était pas trop sûr d’être Dieu. Il s’en foutait. Il était là depuis l’éternité, à savoir des milliards de milliards de milliards d’années. A un moment, il a commencé à s’emmerder. On ne sait pas encore pourquoi, il s’emmerdait. Je vous préviens, je ne vous prépare pas une genèse pour bande dessinée avec deux lascars, une pomme et un serpent puis un petit vieux avec une arche. Une vraie genèse. Et pas une genèse de bête créationniste, il faut laisser de la place à la science.

Nous sommes quelques minutes ou quelques siècles avant le big bang, ça a peu d’importance puisque les secondes démarrèrent après. Dieu dit : bon, ben je m’emmerde. Il n’y a pas à chier, je m’emmerde. Il faut que je crée un truc pour m’occuper. Alors, il eut une idée de génie, il péta. Je ne dis pas que ma religion n’a pas quelques doses de vulgarité mais c’est quand même mon blog, bordel.

Alors, un grand séisme éclata dans les entrailles de Dieu. Le pet générera ce que les scientifiques de nos jours appellent le bigbang. Une grosse explosion dans les entrailles en questions qui en quelques centièmes de secondes générèrent des étoiles, des machins qui tournaient autour. C’était en plus très joli mais ça, seul Dieu peut le savoir. Il était content. C’était quand même un peu le bordel alors il a rangé un peu ça, créé une hiérarchie entre les astres, fit la voie lactée et ces trucs-là.

Néanmoins, Dieu vieillissant dans son éternité, il s’emmerdait toujours. Il s’est dit : bon, l’autre jour, j’ai créé un truc, ça m’a occupé quelques milliards d’années mais il faut bien que je franchisse l’étape suivante. Je vais créer quelque chose d’autre, je ne sais pas quoi, il faudrait un truc qui puisse bouger, à qui je puisse parler,… Tiens ! Je vais créer une cellule vivante.

Ce qu’il fit. Il l’appela Roger. Il lui dit : tiens ! Fais ce que tu veux, si tu veux des copains, tu te coupes en deux, tu grossis, tu te développes, quand vous serez nombreux, vous ferez ce que vous voudrez mais seuls les plus forts auront une chance de s’en sortir, vous vous unirez entre cellules et vous adapterez à l’environnement.

Alors, vous avez vu ça, je viens d’inventer une religion à la fois créationniste et évolutionniste. Dieu intervint peu ensuite. Roger avait retenu la leçon et créé un tas de copains qui engendrèrent des êtres vivants. Dieu créa les sexes, pour rigoler sans trop savoir comment, puis la reproduction sexuée. Un jour, il donna un nouveau coup de pouce en créant les mammifères qui avaient pour particularité de pratiquer la reproduction sexuée en copulant ouvertement même si la définition scientifique a un peu varié depuis, les scientifiques ne peuvent pas tout savoir.

Il était bien content de lui, il y avait même une catégorie de mammifères qui avait particulièrement évolué et qui marchait sur ses deux jambes. Il les avait à la bonne et a commencé à observer particulièrement leur fonctionnement. Il ne put que constater que c’était le bordel. Ils faisaient n’importe quoi, sans règle. Des plus rusés avaient même inventé des religions pour pouvoir maitriser le peuple alors que la seule religion était la sienne, il avait créé tout ça et d’autres s’imaginaient qu’il en était autrement. En plus, ces abrutis avaient créer la morale mais mis n’importe quoi derrière.

Alors il se dit : ah ben vous voulez savoir ce qu’est une religion, une morale, des règles de vie, je vais vous en refiler moi ! Fini de rigoler.

LA religion

Alors il chercha un type un peu moins con que les autres et tomba sur une certain Moïse. Il lui chuchota quelques instructions, du genre : tu vas te barrer de là avec le peuple élu et on se retrouvera dans quelques dizaines d’années. Je te donnerai alors les règles à respecter sur des tablettes.

Je laisse Josiane romancer cette partie. Beaucoup de religions actuelles partagent à peu près cette histoire. Le peuple évolua et tout ça… Au cours des milliers d’années qui ont suivi, on a vu quelques prophètes ou messie qui, se faisant passer pour l’envoyé de Dieu ou son fils, ont tenté de structurer les religions. Certains ont pas mal réussi. L’histoire en retiendra quelques-uns comme Jésus et Mahomet. Dieu était magnanime et ne leur en tenait pas rigueur mais ils étaient dans l’erreur et Dieu commençait à s’énerver de les voir se foutre sur la tronche, d’adopter des préceptes moraux idiots, de se fixer des règles de vie délirantes. Il sentait bien que le peuple, celui qu’il avait généré en s’amusant, en créant quelques trucs avec Roger et la suite, n’était pas heureux.

En 1950, il y a eu une grosse guerre dans le monde avec des massacres abominables au nom de la religion. Le peuple réussit à s’en sortir plus ou moins s’en sortir mais les conneries continuèrent, jusqu’à ce 7 janvier 2015 où un tragique attentat eu lieu à Paris. Quelques jours après, le peuple était massivement dans la rue, à Paris mais aussi, un peu partout dans le monde.

Dieu dit : ce peuple a bien mérité un coup de main. On va les aider à s’en sortir, on va le faire à partir de Paris, je vais réfléchir.

Le futur testament

Il décida de lancer les opérations le 12 février 2015. Son plan était simple. A une des portes de Paris, il allait prendre possession du corps d’un homme pour tenter d’en convaincre un autre de sauver le monde en bâtissant les bases d’une vraie religion où il serait le seul Dieu, mais un vrai Dieu altruiste qui ne serait pas le centre du monde, simplement un guide, un créateur. Alors, il choisit un peu par hasard la Porte d’Italie où il vit un gros noir à barbe blanche. Il se dit : il sera l’élu, la base de la renaissance, il est facilement reconnaissance mais je me demande si sa surcharge pondérale n’est pas liée à une consommation excessive de produits viticoles, à force de laisser ces andouilles créer n’importe quoi, je me suis un peu laissé aller mais il faut bien rigoler. Dieu entra dans le corps et l’esprit de ce gros noir.

Vous remarquerez qu’à ce moment, je deviens de plus en plus précis. Pour ce qui s’est passé avant, on laissera Josiane ce débrouiller pour broder un peu. On va lui donner un seul impératif : soigner le personnage de Saint Nicolas que j’évoquais au début et trouver le chainon manquant entre lui et la suite du récit, ça m’apprendra à improviser des conneries.

Josiane, je te laisse, je reprends la main pour la suite (qui sera courte, nous sommes le 13 février 2015, un vendredi 13, alors qu’on vient de voir défiler des milliards de milliards d’années).

Le troisième livre

J’étais tranquillement au comptoir d’un bistro, la Comète, au Kremlin-Bicêtre. J’avais rendez-vous avec une rousse plantureuse pour parler philosophie et la faire boire pour la retourner dans la salle du fond quand Tonnégrande est arrivé. Il me dit : Tiens ! Tu es déjà là, je t’ai choisi, finalement. Je lui réponds : choisi, hein ? Pas de ça entre nous, je t’ai dit.

Alors, il sort : je ne suis pas Tonnégrande. Je suis Dieu. J’ai pris possession de son corps, je sortirai bientôt et le libérerai. Il sera saoul et aura tout oublié.

Moi : hé ho ! Tu m’as l’air déjà bien allumé, gros.

Il me dit : ah commence pas, je vais te le prouver. Il prit le Parisien et me fit lire la une. Il claqua des doigts et me refit relire la une. Le titre était devenu : « Le gouvernement renonce à toute fiscalité sur la bière ». Tonnégrande était bien Dieu. En quelques secondes, il m’avait sorti un putain de miracle ! J’ai dit au vieux Joël : putain, l’apôtre, t’as vu ça ?

J’ai dit : « causons ». Puis à Joël : « t’as qu’à venir aussi, il me faudra un témoin. » Il me dit « non ». Je réponds : « ah si, il me faut un témoin, Joël, va ! ». Nous allâmes nous asseoir en terrasse. Il y avait Geneviève qui ne disait pas de connerie. C’était un deuxième miracle.

Tonnégrande pris la parole : je sais gros, tu permets que je t’appelle gros ?, je sais que tu es athée. Je suis réellement Dieu, tu connais un peu l’histoire de la création et tout ça. Le monde part en couilles. J’ai créé ça comme ça, pour m’occuper, tu n’y croyais pas trop car ces imbéciles d’hommes ont ajouté des couches inouïes mais c’est la vérité, en gros. Par contre, tes congénères n’arrêtent pas de s’entre tuer, on a encore échappé à une guerre. Il me faut réparer ces conneries mais je n’ai pas que ça à foutre. Je t’ai choisi comme représentant. Tu as une bonne tête et tu as la plume facile, la preuve, tu es déjà à quatre page en deux heures pour une idée de billet qui t’es passée par la tête hier.

Dieu continua : je t’ai choisi. Dans un premier temps, tu écriras les bases, les principes de la nouvelle religion, ses rites, tout ça. Je compte sur ton bon sens. Tu fais avec les religions qui existent, il ne s’agit pas de perturber les braves gens. Tiens ! Par exemple, tu nous ponds un premier sacrement à la puberté où les types ne mangeront que lorsque le soleil sera couché et exclusivement des hosties en portant un bout de tissus sur le haut de la tête. Des trucs rigolos, quoi ! Je te fais confiance.

J’étais dubitatif. Je voyais bien écrire un tas de conneries, j’arrive bien à soutenir François Hollande dans mon blog. Il n’empêche que c’est le côté marketing, à l’échelle mondial, que je ne voyais pas.

Alors Dieu me dit : aide-toi, le ciel t’aidera. Je reviendrai.

Le vieux Joël eut alors cette première parole sublime de ce nouveau livre que nous sommes en train d’écrire : « Je suis avec vous ! La prochaine tournée est pour moi, vous buvez quoi ? Roger, tu peux prendre les commandes ? »

Le serveur de la Comète avait le même prénom que la première cellule créée par Dieu. C’était parti et ça commençait bien. Tonnégrande dit « burp ». Dieu avait quitté son corps.

Au boulot !

Dieu nous avait confié une drôle de mission, à moi mais aussi au vieux Joël. Refondre les base de LA religion sans trop se fâcher avec les autres. Par exemple, je ne me voyais pas créer une religion où l'on baptise de force les gamins mais je ne pouvais pas éliminer le baptême, une des base du christianisme.

Tonnégrande reprenait peu à peu ses esprits. Nous lui racontâmes l'histoire et il proposa immédiatement de nous filer un coup de main. Après tout, son nom serait dans le livre. Autant qu'il participe réellement. Geneviève avait écouté notre conversation avec Dieu et se porta volontaire dans la mesure de ses moyens. Il fut décidé qu'elle ferait les pipes et le ménage. La rousse plantureuse avec qui j'avais rendez-vous avait fini par arriver. Elle comprit rapidement qu'on ne ne baiserait pas ce soir. Elle dit : "alors, j'ai tout mon temps pour créer une religion". C'était tout Fiso. Enfin, la patronne de la Comète passa par là : "dites, il n'y a pas trop de clients, je peux m'asseoir avec vous ?" J'acceptais volontiers mais la prévenais que c'était une soirée sérieuse. Nous devions créer une religion. Elle était auvergnate et imaginait déjà les profits qu'elle pouvait en tirer.
Nous étions donc trois mecs et trois filles. Parfait pour créer une religion égalitariste. Ben oui, je veux bien devenir bigot mais pas me fâcher avec mes copains gauchistes. De toute manière, j'étais le chef. L'égalité avait déjà un coup dans l'œil.

Je dégrossis la situation auprès de mes cinq disciples. Oui ! On va les appeler ainsi même si je ne suis pas le phophète ou le Messie mais seulement le chargé de mission. Tiens ! On va les appeler les consultants. Ça aura de la gueule dans le futur livre : Nicolas, le chargé de mission de Dieu, et ses cinq consultants : la patronne, Fiso, Geneviève, le vieux Joel et Tonnégrande. On a trois gonzesses dont deux cochonnes, un représentant des minorités visibles sauf dans les tunnels, un intermittent du spectacle sénile et moi, gros normal. Côté diversité, nous étions au top. On va vous sortir une putain de religion du vivre ensemble. On va s'appeler Comité de pilotage. Ça fera plaisir aux manageurs modernes.

L’image de Dieu

Dieu n’a pas d’image. Dieu n’est pas quelque chose mais Dieu. Néanmoins, les hommes pourront représenter Dieu à leur image ou à toute image qui leur fera plaisir : un cochon d’Inde, une pute de luxe ou un barbu.

Les principes moraux

C'est bien triste mais une religion doit s'articuler autour de valeurs sinon elle ne sert pas grand-chose. Le boulot est déjà fait. On a les dix commandements. On va se baser dessus mais en introduisant quelques variantes. Je ne vois pas pourquoi il serait mal de faire des orgies ou de partouzer. Comment voulez-vous convaincre les gens si vous les emmerdez ?

Petit 1 : tu ne tueras point. Hop. Ça commence bien.
Petit 2 : tu ne voleras point si tu n'es pas sûr de ne pas te faire prendre et si le volé n'est pas riches.
Petit 3 : tu ne pratiqueras pas la copulation sauf pour le plaisir.
Petit 4 : si tu as des partenaires humains pour la copulation, tu les prendras consentants et si possible pas sentant du con. Il faut de l'hygiène.
Petit 5 : tu n'oublieras jamais qu'un trou est un trou.
Petit 6 : tu ne feras pas de mal à autrui sauf s'il te fait chier pendant l'apéro ou la sieste.
Petit 7 : tu t'habilleras de façon décente, c'est à dire sans survêtement, burqa ou casquette à l'envers. Si tu as un beau cul, tu le mettras en valeur. Si tu as un gros cul et tu es une gonzesse, tu ne mettras pas de pantalon court moulant.
Petit 8 : tu ne t'épileras pas le maillot mais tu ne te laisseras pas aller, non plus, hein. Le juste milieu. (Je dis ça parce que je rédige mon billet avec mon iPhone dans le métro et qu'on passe Porte Maillot. Les principes religieux tiennent à peu de chose).
Petit 9 : tu ne forceras pas les autres à écouter ta musique débile. Tu respecteras le silence plus que tout.
Petit 10 : tu ne donneras pas des baffes à tes partenaires même s’ils ne veulent pas se laisser aller aux pratiques sexuelles qui te passent par la tête.
Petit 11 : tu n’auras pas d’autre Dieu que moi, bordel. Par contre, tu peux imaginer des prophètes, des messies et tout ça si ça t’amuse mais à travers eux, ce sera moi que tu vénéreras si tu veux vénérer quelqu’un.
Petit 12 : tu ne confondras pas les messies et les badernes.
Petit 13 : tu n’invoqueras pas le nom de l’éternel pour des conneries, non de dieu !
Petit 14 : tu passeras une journée sur sept à glander, sans aucune tâche à part faire à manger et tondre la pelouse à l’heure de la sieste des voisins.
Petit 15 : tu ne commettras pas l’adultère sauf en cachette de ton conjoint.
Petit 16 : tu ne te comporteras pas comme un gros con au volant de ta voiture.
Petit 17 : tu ne confondras pas ce qui est du ressort de la religion et donc de la vie privée et de ce qui est du ressort de la loi, nécessaire à la vie en collectivité. Par exemple, le mariage religieux n’a rien à voir avec le mariage civil, arrête de nous casser les burnes.
Petit 18 : en vertu du petit 3, si des enfants naisse de la copulation, tu ne les donneras pas à manger aux cochons sauf si tu en as déjà plusieurs. Tu pourras aussi les donner à des couples qui malgré des copulations sous toutes formes que ce soit n’ont pas eu le malheur d’avoir des rejetons.
Petit 19 : tu ne chercheras pas à gagner de l’argent par d’autres moyens que par le travail mais si ça arrive, tu ne pleureras pas non plus.
Petit 20 : tu ne chercheras pas à imposer de loi au nom de Dieu, tu n’es pas son représentant.

L’organisation

Il n’y a pas d’intermédiaire entre Dieu et le peuple. Nul ne peut recueillir les propos d’un croyant au nom de Dieu. Nul ne peut parler au nom de Dieu aux croyants. Des imams, pasteurs, curés, rabbins, popes et autres tartiflettes pourront être nommés pour assurer la formation des écrits du présent texte (et des considérations de Josiane) auprès du peuple et pour organiser les cultes et rites.

Dieu invente le paradoxe et reconnait l’existence d’Etats laïques et démocratiques chargés d’organisés la vie civil car nul n’étant le représentant de Dieu, seul la volonté de tous les membres du peuple peuvent traduire ses propres souhaits. Dieu invente la démocratie représentative et, les soirs de cuite, la démocratie participative. Si des peuples veulent des rois, des reines, des papes, des empereurs et des machins comme ça, qu’ils soient l’expression de la démocratie. Le paradoxe n’est pas la moindre des inventions de Dieu.

Les Etats laïques et démocratiques auront la responsabilité de donner des agréments aux imams, pasteurs, curés, rabbins, popes et autres tartiflettes pour s’assurer que leur enseignement ne porte que sur les écrits du présent livre voire quelques variantes qui seraient tolérées par les Etats laïques et démocratiques.

Si les imams, pasteurs, curés, rabbins, popes et autres tartiflettes doivent s’organiser au sein d’un clergé pour des raisons pratiques ou territoriales, qu’ils le fassent. S’ils veulent une hiérarchie, qu’ils le fassent, s’ils veulent désigner, entre eux, un grand chef que l’on pourrait appeler pape, qu’ils le fassent. Je m’en fous. Dieu encore plus. Mais il n’y a personne entre Dieu et le peuple.

Les différentes formes d’organisation ne se feront pas concurrence. Les différences sont issues de cultures variées, d’histoires particulières,… mais elles existent essentiellement parce que l’homme a tardé à inventer internet. D’ailleurs, maintenant que tous sont interconnectés avec Facebook, le moment est bienvenu d’améliorer l’organisation.

Dieu ne fait pas que n’importe quoi.

Les saints, les anges et les autres pingouins

Soyons clairs. Ma culture catholique est réduite au minimum et j’ignore ce qui se pratique dans les autres religions. Toujours est-il que nous avons une religion monothéiste sans intermédiaire entre dieu et le peuple. Les saints, les anges et les autres pingouins ne servent à rien. Seront appelé saints les grands hommes qui ont servi la religion ou le peuple de manière remarquable.

Le seul que nous citerons ici est Saint Nicolas parce qu’il le vaut surement bien et qu’il faut faciliter le travail de Josiane.

Le jour de repos

Par facilité et avec toutes nos excuses pour ceux qui préfèreraient le vendredi ou le samedi, le jour de repos prévu hebdomadaire par les commandements ci-dessus sera fixé au dimanche.

Les jours fériés et fêtes religieuses

Là, on ne me cassera pas les couilles. Les jours fériés religieux seront basés sur ceux des catholiques parce que, au fond, c’est ma culture. On va rajouter quelques trucs venant des autres religions, comme l’Aïd.

Commençons par le commencement.

Le 1er janvier : ce n’est pas une fête catholique me direz-vous. C’est presque faux, c’est l’anniversaire de la circoncision de Christ mais ce n’est pas grave. Dans la nouvelle religion, on se sera bourré la gueule la veille pour des raisons républicaines. Le 1er janvier sera le premier jour du mois de jeûne, qui remplacera le carême et le ramadan. Il sera interdit de manger, de boire, de fumer et de baiser sauf si on a soif ou les couilles qui nous grattent entre le lever et le coucher du soleil. Le mois de janvier est parfait pour cela, les jours sont encore court. On aurait pu choisir décembre ou, plus précisément, entre le 7 décembre, soit le lendemain de la Saint Nicolas et le 7 janvier, période au cours de laquelle les jours sont en moyenne les plus courts mais on ne va pas chipoter, il nous faut caser les deux réveillons.

Le mois de jeune est destiné à se reposer des fêtes de fin d’année et de se recueillir. Aucun gueuleton ne sera toléré. Il faut faire pénitence, penser aux pauvres qui n’ont pas à manger comme ça on pourra s’en foutre le reste de l’année. Comme en plus, c’est le mois le plus froid, autant en profiter. Seuls les abus sexuels et les abus d’alcool seront tolérés, voire encouragés.

Ensuite, les fêtes s’étaleront comme dans le tableau ci-dessous. La fête sera célébrée le dimanche qui suit la date indiquée, le jour férié étant, sauf exception, placé le lundi suivant.

Date
Appellation
Objets, pratiques, particularités
1er février
Aïd el-Fitr
Rupture du jeûne.
Grosse cuite en bouffant du couscous.
15 mars
Pâques
Fête des œufs par commémoration de la naissance de Roger, notre première cellule.
30 avril
Ascension
Aucune raison particulière à part celle de foutre un jour férié le jeudi pour faire chier les patrons.
15 juin
Pentecôte
Fête des belles mères, qui devront inviter la famille pour le week-end à la campagne.
Cuite d’usage avec les beaux-frères et les neveux en âge de se cuiter.
15 aout
Assomption
Anniversaire de la naissance de Josiane, notre Rédactrice bénévole des deux premiers livres.
Bals populaires dans tous les villages. Cuite à la Kronenbourg bouteille.
30 sept.
Yom Kippour
Jour de la repentance. Jeune et abstinence de rigueur sauf le soir où on peut se bourrer la gueule. Fête le samedi, pour changer. Ca s’arrose.
1er nov.
Toussaint
Fête des morts
Visite des cimetières où sont enterrés les morts de la famille. Apéro avec les vivants que l’on rencontre une seule fois par an, à cette occasion.
6 déc.
Saint Nicolas
Célébration de moi. Cadeaux aux enfants dans certaines régions.
Cuite d’usage sans jour férié pour récupérer. Une question d’habitude.
25 déc.
Noël
Fête des enfants, jour férié le 25, fête la veille avec gueuleton et possibilité d’une cérémonie religieuse à minuit pour ceux qui ne sont pas trop saouls.

J’espère qu’on n’a rien oublié d’important, dans cette histoire. Nous pourrons retravailler le sujet ultérieurement. Faudrait peut-être que j’ajoute une fête de la sodomie, pour rigoler ?

Sacrements

On va en mettre trois. La puberté, le mariage et la mort.

Pourquoi la puberté ? Parce que ce sera très rigolo d’observer les poils pousser pour savoir quand aura lieu la prochaine cuite. C’est en gros un âge où l’on rentre dans « la vie religieuse » et où l’on prend son indépendance spirituelle vis-à-vis des parents. Avant on est « en religion » par la volonté de ces derniers.

Pourquoi le mariage ? Parce que ça marque le moment où on se case pour l’éternité avec une greluche ou un lascar. A ce moment, on ne sait pas que l’éternité ne pourrait durer que quelques années.

Pourquoi la mort ? On aura fait croire aux braves gens qu’ils rejoindront le paradis après la mort s’ils ne font pas trop les cons. L’humain est faible et a besoin de croire à sa propre éternité. C’est une belle connerie. Seul Dieu est éternel. Il est donc naturel de fêter l’accession des proches à l’éternité.

Ces trois sacrements auront un point commun : le soir, on fait un gueuleton et on est saouls comme des cochons.

Les cérémonies

Les sacrements seront accompagnés de cérémonies rituelles au cours de laquelle une andouille désignée, des imams, pasteurs, curés, rabbins, popes et autres tartiflettes, diront des trucs sur une estrade en encourageant le peuple à se recueillir.

Ces cérémonies rituelles seront également organisées tous les dimanches matin avant le début de l’apéro ainsi que les jours des fêtes ci-dessus qui ne sont pas un dimanche.

Comme il n’y pas d’intermédiaire entre le peuple et Dieu, aucune autre cérémonie régulière ne sera rendue obligatoire, l’organisation de ces cérémonies collectives étant principalement due au désir légitime de communier de concert.

Hygiène alimentaire

Nous allons en finir là puisque c’est justement l’heure de l’apéro. Il n’empêche que certaines religions interdisent la consommation de porc ou l’alcool. Je viens bien participer à la création d’un truc et tolérer plein de conneries mais pas cela. Pas de vendredi avec du poisson, non plus. On bouffe et on picole ce que l’on veut sauf pendant le mois de jeûne. Et encore, je ne sais même pas pourquoi j’ai eu cette faiblesse.


Amen.

37 commentaires:

  1. C'est bien résumé. Il manque cependant le côté sado-maso. Toutes les religions ont un côté sado-maso....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déjà que je suis limité avec le volet pédophilie.

      Supprimer
  2. Non je veux dire un truc qui décoiffe, comme un mec qu'on torture et qu'on cloue à poil ensuite sur un bâti en bois pour voir si ça le fait bander... Et qu'on te dis après que c'est de ta faute...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Je parle d'empalement au début. Mais à la réflexion, je ne pouvais pas refaite l'histoire.

      Supprimer
  3. Tu ne dis rien sur le djihad et l'enculage des chiens de mécréants !

    RépondreSupprimer
  4. Tu as raison, le côté SM y était. Mais tu aurais dû un peu développer. C'est important pour que les fidèles se sentent coupables...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. Je n'ai ajouté aucun événement tels que le prophète. J'ai supprimé tout depuis 2000 ans, tout personnage remarquable. J'ai laissé Moise parce que j'avais besoin d'un truc pour faire admettre que la suite est romancée.

      Supprimer
  5. Vous aviez fumé quoi, avant de pondre cette tartine ?

    (Je ne lis pas les commentaires, m'attendant, vu le sujet, à des tsunamis de connerie.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien pourquoi ? (je me suis réveillé à quatre heures en pleine forme).

      (Pas trop de connerie)

      Supprimer
  6. Dommage que tu vires au monothéisme. Les dieux grecs étaient vachement sympas et ils copulaient à tout va avec des humaines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui intéresse est que les humains puissent copuler, pas les Dieux.

      Supprimer
    2. Très "sympas" en effet. Surtout lorsqu'ils exigeaient des sacrifices humains, pratique à laquelle seule le monothéisme a mis fin.

      Supprimer
    3. Oui mais à la copulation excessive aussi.

      Supprimer
  7. Je ne vous aurais pas un peu inspiré?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au sujet de l'idée du billet non (ca aurait pu mais j'ai commencé â l'écrire avant la sortie du votre mais je m'étais arreté au premier paragraphe). Pour le contenu peut-être mais inconsciemment (j'ai rédigé le reste ce matin alors j'avais lu votre billet hier).

      Allez savoir...? Notamment votre avant dernier paragraphe, du moins le début, a peut être déclenché un truc dans mon cerveau.

      Supprimer
    2. « Notamment votre avant dernier paragraphe, du moins le début, a peut être déclenché un truc dans mon cerveau. »

      C'est vraiment accorder à l'Amiral des pouvoirs excessifs !

      Supprimer
  8. Mais pourquoi avoir déplacé la fête des morts du 2 novembre au 1er novembre, fête de la Toussaint , que l' Eglise avait bien pris soin de séparer ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je n'est rien déplacé. J'ai tout mis un dimanche avec un lundi férié en gros. Et vous gueulez parce que vous êtes plus près de la mort que de la canonification, avouez !

      Supprimer
    2. Comme tout le monde, non ? Même les papes, canonisés d'office, doivent d'abord remplir cette petite formalité qu'est la mort.

      Supprimer
    3. Les papes, canonisés d'office ? Où avez-vous pêché cette ânerie ?

      Supprimer
    4. C'est en train de devenir un avantage acquis de la profession : pour Jean XXIII et Jean-Paul II , c'est fait; pour Paul VI, c'est en cours ; et Benoït XVI et François sont encore vivants, mais, à mon avis, ça se fera .

      Supprimer
    5. Oui, enfin, votre avis en matière d'affaires pontificales, n'est-ce pas…

      Supprimer
    6. Si tout le monde partageait tous mes avis sur tout, le monde serait quand même plus simple et plus agréable à vivre .

      Supprimer
    7. Bon. Je vais vous nommer pape. Du 12ème.

      Supprimer
  9. Pas tout lu c'est trop long et la religion m'emmerde, mais je veux bien faire gourou de province, je suis sûre d'avoir un talent caché pour ça, talent qui ne demande qu'à éclore. (bien payé, si possible)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non. Pas de gourou dans ma religion. Je peux te trouver un job de pape si tu veux mais il ne reste que Châteauroux.

      Supprimer
  10. Très jubilatoire ce billet...tu as un réel talent...ça me rappelle l'époque flamboyante d' Hara- Kiri. Je pense que tu aurais été pote avec le Professeur Choron...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci.

      Pour tout de dire, la plupart des conneries que je raconte ici le sont plus inspirées par Cavanna que Choron.

      Supprimer
    2. Exact, mais tout à fait aussi dans l'esprit du journal...http://hara-kiri-sepia.blogspot.fr/2010_11_01_archive.html

      Supprimer
    3. Bah. Je n'ai jamais aimé ce truc alors que j'adore les types qui le font.

      Supprimer
  11. Je dis MONSIEUR Jegoun.
    Tous les ingrédients y sont, vous l'avez votre univers.
    PUBLIEZ nom de ....dieu.

    RépondreSupprimer
  12. T'as oublié la Fête de la Circoncision, le 1er janvier.
    Qui pourrait devenir pour toi, vu la longueur de ton billet, celle de la Concision :)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.