13 mars 2015

Alerte ! Les rouges sont à nos portes !

Le Canard Enchaîné a épluché pour nous le programme du FN et la photo de l'article fait le tour de Twitter. 
J'ai deux messages à faire passer. 

Le premier à mes habituels potes des réseaux sociaux : à part le volet nationaliste, le projet est profondément à gauche. Évidemment, on n'oublie pas d'où vient le FN. Mais..

Le deuxième aux électeurs : les gars, avant de voter, lisez le programme et interprétez-le. Il est inapplicable et serait mortel pour le pays. 

J'espère que le commissariat au plan que veut mettre madame Le Pen, je suppose, aura aussi en charge de supprimer le droit de vote aux gens qui votent pour le FN. 

Mais les électeurs du FN ne votent pas pour ça mais pour foutre dehors les autres partis qui ont tout fait foirer, notamment. 40 ans de crise, de chômage, d'incertitude pour son avis, celui de ses enfants, celui de ses petits enfants,... 

Manuel Valls a raison : il faut rentrer dans le lard. Mais c'est trop tard pour les prochaines élections et les blogueurs politoques de droite ou de vrauche qui lui donnent tort oublient qu'ils sont eux aussi responsables. 

41 commentaires:

  1. Mince, j'ai vu le Canard à ma médiathèque, j'aurais du le lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Ma médiathèque", c'est ton nouveau bistro ?

      Supprimer
    2. Il y a déjà des canapés confortables qui m’empêche de décoller alors si en plus il y avait de quoi boire...

      Supprimer
  2. Koltchak9112013 mars, 2015 22:06

    "Mais les électeurs du FN ne votent pas pour ça...."

    Mais pas que. La dernière lubie de Valls sur la mixité (ethnique dans les faits et non sociale) par le peuplement des zones épargnées par cette belle et enrichissante diversité, elle va avoir quel effet dans les campagnes ? Vous croyez sincèrement que les pécores vont applaudir à l'arrivée de barbus ou de blacks ? Allez demander aux habitants de Pouilly-en-Auxois s'ils sont ravis de voir débarquer des illégaux. M'est avis qu'avec ce genre de conneries le FN a encore de beaux jours devant lui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais ça revient au même. Ils s'en foutraient, des immigrés, s'il n'y avait pas l'inquiétude.

      Supprimer
    2. Koltchak9112013 mars, 2015 22:34

      Je crois que vous vous faites des idées. Gamin, au début des années 70, lorsque nous descendions dans le Cantal, il n'y avait pas le moindre immigré extra-européen, et les rares espagnols et portugais faisaient profil bas. Lorsqu'un noir ou un arabe de passage s'arrêtait, tout le village était aux fenêtres, on faisait rentrer les gosses, et ça donnait quelques journées de discussions animées après son départ.

      C'est une erreur, et une forme d'aberration mentale, que de croire que naturellement l'homme est gentil et ouvert sur les autres. Il n'y a rien de plus faux. C'est un animal social et politique, donc territorial, et il n'aime pas que l'on y entre comme ça, sans qu'il ait été accepté. Même en période de plein emploi, en dehors des grandes et moyennes villes, les étrangers ont toujours été considéré avec la plus grande méfiance. C'est un réflexe humain naturel et plutôt sain.

      Supprimer
    3. Mais je ne me fais aucune idée. Je viens du centre Bretagne.

      Supprimer
    4. Koltchak,

      Je reviens avec un vrai clavier et pas que seulement mon iPhone. A Loudéac nous avons des immigrés, moins qu'en région parisienne mais il y en a toujours eu (nous avons un centre de formation AFPA important). Ils ont "toujours" été là. Il n'y en a maintenant pas beaucoup plus qu'avant. Et tout le monde s'en fout (sauf moi, vu que je débarque de Paris : je n'y remarque plus les immigrés). La taux de chômage y est relativement bas mais le taux de smicards est élevé. Il y a rarement des candidats du FN aux élections locales (j'ignore s'il y en a cette fois), et ils font un score dérisoire (ou faisaient, je n'ai pas encore le résultat de la prochaine élection et j'ai la flemme de regarder ce qu'ils ont fait en 2012).

      Dans les années 70, la présence des immigrés ne faisaient pas un vote mais, à cette époque, c'est la gauche qui gueulait contre l'immigration, imposée par les méchants patrons qui voulaient une concurrence sur les salaires.C'est exactement la position actuelle de Marine Le Pen.

      Ils ne faisaient pas le vote et étaient vu comme des immigrés et tout ça, avec l'interrogation que vous décrivez.

      Les frontières ont bien bougé. C'est quand même rigolo de voir des libéraux soutenir MLP qui a un programme proche de celui du PC et vous verrez que dans dix ans, MLP sera classée à la gauche de la gauche.

      Supprimer
  3. Ça fait peur ! C'est pour ça que Mélanchon soutient Poutine ! Ou je ne comprends plus rien alors !
    Finalement les fronts sont bien cons...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Ou je ne comprends plus rien alors ! »

      Oui, ça peut être ça, aussi…

      Supprimer
    2. C'est malin de commenter là, du coup, mon "bah" est passé après et on n'y comprend plus rien.

      Supprimer
  4. Un affrontement intéressant hier sur la 2 entre Macron et Phillipot, mondialisation contre protectionnisme.
    Je suis sûr que les solutions proposées par Phillipot sont dangereuses, mais je suis tout aussi sûr que des tas de gens doivent les trouver géniales. Le problème est là..!

    RépondreSupprimer
  5. Koltchak, "C'est une erreur, et une forme d'aberration mentale, que de croire que naturellement l'homme est gentil et ouvert sur les autres." Vous prenez votre cas pour la généralité, pourtant tant de vos semblables se font expatrier pour diverses raisons dont économiques, trouvent les nègres et les bougnoules chez qui ils vont, tout à fait "gentils et ouverts à vous". C'est pitoyable !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le suis d'accord avec Captain pour cette phrase de Koltchak mais je comprends ce que ce dernier veut dire avec la suite. En gros, s'il y a deux types qui entrent à la Comète après 21 heures et que je ne les connais pas, je vais être hostile, de prime abord, s'ils se mettent au comptoir (pas en salle : les gens ont le droit de manger). Au comptoir, c'est mon territoire.

      Tiens ! Je vais faire un billet dans mon blog bistro... Laissez moi une demi heure, il faut que je trouve le lien.

      Supprimer
    2. Il va de soi, à mon sens, que Koltchak a parfaitement raison, l'histoire entière de l'humanité étant là pour le montrer. Mais ça ne sert à rien de discuter avec ceux à qui leur idéologie tient lieu de lunette d'approche.

      Supprimer
    3. Le coup de l'idéologie, maintenant ! Pas vous ! Ce sont toujours les autres qui sont idéologues. L'histoire entière de l'humanité montre que "l'amitié entre les peuples" a toujours prévalu.Avec cette introduction "l'histoire entière de l'humanité montre", on doit pouvoir démontrer à peu près n'importe quoi.

      Supprimer
    4. Koltchak9112014 mars, 2015 10:21

      Regardez vraiment l'histoire et vous verres que l'amitié entre les peuples se manifeste généralement après une bonne guerre. Sinon elle intervient généralement avant une guerre, comme ça on part entre amis foutre sur la gueule du méchant pays voisin qui fait chier. D'ailleurs, vous le dites vous même, la gauche aimait tellement les gens qu'elle préférait voir les étrangers rester dans leurs pays plutôt que de venir piquer la croûte de ses adhérents. Moi aussi, comme la gauche des années 70, j'aime les étrangers lorsqu'ils sont chez eux, c'est d'ailleurs ainsi que l'on préserve vraiment la diversité, parce que le métissage, c'est justement la négation de cette diversité.

      Supprimer
    5. Voila ! Les commentaires sont décousus. Passants, lisez les en fonction de l'heure.

      Toujours est-il que "se faire la guerre" est ce que j'appelle "se foutre sur la tronche" dans la réponse que je fais à Didier, ci-dessous. Pour le reste, ce n'est pas ce que je dis ou, du moins, je le formule différemment et pour rappeler à la gauche d'où elle vient et pourquoi elle perd des élections.

      Quant au métissage et à la diversité, il me semble que l'on commence à être hors sujet. On est tous issu du métissage (à l'échelle de l'histoire de l'humanité, comme dirait Didier).

      Supprimer
    6. Désolé. J'ai lu votre com de travers.

      Supprimer
    7. Didier, finalement vous jetez systématiquement à la figure des autres votre prêt-à-penser habituel de droite réac et en cela, je vous trouve plus de points communs avec un type de vrauche de type GDC. C'est finalement vous qui voyez tout sous l'angle gauche/droite alors qu'ici je ne parlais en somme que d'humanité, qualité qui n'est dévolue ni à un camp ni à un autre, tellement les cons sont des deux côtés.
      Finalement, vous auriez eu raison, le vouvoiement éloigne.

      Supprimer
    8. Putain ! J'ai encore répondu au mauvais commentaire. C'est pas le jour, visiblement.

      Captain, ne m'énerve pas le vieux. Comme je le signalais plus haut ou plus bas, avec tout ça je ne sais plus, pour un type de droite tous ceux qui ne sont pas d'accord avec lui sont des idéologues. C'est un peu le drame de la gauche.

      Supprimer
    9. Parlez d'humanité dans le sens où vous l'entendez équivaut à peu près à ne rien dire du tout, mais à le faire bruyamment et avec emphase.

      Pour ce qui est de ma prétendue "vision gauche/droite", vous me faites bien rire : je passe mon temps, notamment ici, à dire que ces mots n'ont plus le moindre sens, qu'il n'y a aucune différence de nature entre un Sarkozy et un Hollande, etc.. Et, en général, c'est Nicolas qui m'assure que si, la gauche et la droite ça existe toujours.

      Supprimer
    10. Qu'est ce que je viens foutre dans cette affaire, moi ?

      Je me tue à dire que les mots ont un sens. Marine Le Pen est d'extrême droite et affiche un programme d'extrême gauche. Que les extrêmes se débrouillent. C'est tout ce que je me tue à dire.

      Supprimer
    11. Et pendant que les extrêmes se rejoignent (sauf sur la question, essentielle, première, de l'immigration, tout de même), Valls et son majordome Macron mènent une politique que Juppé ou Sarkozy pourraient endosser sans problème.

      À part ça, Madame la marquise, le clivage gauche/droite va très bien.

      Supprimer
    12. Les extrême vont et viennent. Voir ce qu'on disait là haut, les communistes tapaient sur l'immigration avant la droite. Et si vous traiter Macron de majordome, vous allez bientôt parler d'oligarchie et de médias dominants, faites gaffe.

      Supprimer
  6. « L'histoire entière de l'humanité montre que "l'amitié entre les peuples" a toujours prévalu. »

    Si c'était de l'humour, c'est parfaitement réussi ! Sinon, c'est inquiétant, soit pour vos connaissances historiques, soit même pour votre santé mentale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah vous répondez encore où il ne faut pas (je sais, c'est moi qui ai commencé). Après "l'idéologie", vous passez au "si c'était de l'humour". Bravo.

      Au début de l'histoire de l'humanité, il y avait des glandus qui vivaient dans des cavernes et qui se foutaient sur la tronche d'une grotte à l'autre. A force de se foutre sur la gueule, les plus forts devaient les chefs et ainsi de suite, jusqu'à ce qu'on se retrouve avec des royaumes et des nations. Des peuples, si vous voulez.

      Et on se retrouve avec un gros noirs et un gros bretons qui boivent des verres ensemble dans un bistro de banlieue, sans se foutre sur la gueule.

      Supprimer
    2. C'est ça. Et tous les peuples de la terre vivent en parfaite harmonie les uns avec les autres, et la petite marmotte emballe le chocolat dans du joli papier.

      Supprimer
    3. Ben non, mais on peut affirmer que nos contrées, on se fout moins sur la gueule qu'à une époque...

      Supprimer
    4. À une époque ? Mais quelle époque ? De plus, je ne crois pas qu'on se batte moins : on se bat différemment et en refusant d'admettre qu'on le fait, c'est différent. Si vous prenez l'histoire européenne des cent dernières années, à aucune autre époque elle n'a connu autant de massacres et de destruction, absolument aucune. Quant aux trente dernières années, c'est sans doute encore pis : jamais nous n'avons à ce point refusé de considérer nos ennemis comme tels, de répondre à la violence par des invocations aux bisous et aux câlins (Je suis Charlie ! je suis Charlie ! Pas taper !).

      Supprimer
    5. Heureux d'apprendre qu'il n'y a pas eu de massacre pendant la guerre de 39.

      Supprimer
    6. Oups désole j'ai lu votre commentaire de travers.

      Supprimer
    7. Bon. Je reviens. Donc désolé. J'étais entre deux bistros en vous lisant et arrivant au fief j'ai parlé avec des vrais gens.

      Tout d'abord ne pourrait-on pas dire çà après chaque période de 100 ans (enfin, pas en 2045, hein !). Toujours est-il que depuis 1945 on vit relativement en paix en Europe. La paix n'évite pas le danger, on l'a vu le 7 janvier. Toujours est-il que depuis 70 ans, 450 millions d'européens vivent en harmonie, avec un tas de peuples amis,... Depuis le début de l'humanité, je ne sais pas si on avait vu ça (mais je reconnais que 70 ans, par rapport à l'humanité, c'est peu).

      On n'est pas hors sujet par rapport au billet, les communistes étaient internationalistes mais ont tout foiré.

      Supprimer
  7. Du véritable national communisme, pire que le programme de Georges Marchais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. reste à voir si bcp de ces nationaux communistes prendraient les armes pour défendre la patrie

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.