27 mars 2015

La politique pour les nuls

"Je trouve dommageable qu’un Premier Ministre, Chef du Gouvernement d’une Nation et de tous les français, juge plus important de s’occuper de la campagne du Parti Socialiste, plutôt que de s’occuper en priorité des français… Devons-nous donc comprendre que Manuel Valls est le Premier Ministre des (rares) électeurs socialistes, mais pas de tous les français ?"

C'est Pierre Parrillo qui le dit ! Il ne sait pas que premier ministre est aussi traditionnellement le chef de la majorité et peut difficilement être critiqué pour cela (contrairement au président de la République quand il reçoit des députés). Peu importe. C'est de la polémique à la petite semaine et je ne peux pas ne taper que sur Corto et Gauche de Combat. 

Je vais néanmoins répondre sur un détail qu'oublient beaucoup de militants politiques de tous les côtés. Faire en sorte que son camp gagne les élections pour gérer une collectivité territoriale est "s'occuper des Français". 

Surtout, j'imagine bien Parrillo faire un billet pour expliquer que les socialistes ont perdu les élections à cause de la politique menée par le gouvernement donc par le premier ministre mais dans l'attente il voudrait que le premier ministre ne se mêle pas des élections. C'est fort. 

Il est par ailleurs invité à parler correctement le français. La première phrase veut dire explicitement que le premier ministre est le chef de tous les Français ! Non ! Il n'est que le chef du gouvernement (et de la majorité) mais ce gouvernement n'est pas celui d'une nation mais d'un État ou de la République. 

24 commentaires:

  1. Koltchak9112027 mars, 2015 13:58

    "ce gouvernement n'est pas celui d'une nation mais d'un État ou de la République.
    "

    Félicitations. Vous êtes le premier type de gauche qui reconnait clairement que la carte n'est pas le territoire. Suffisamment rare pour être relevé. Même votre champion qui crèche à l'Elysée ne semblait pas l'avoir compris, il fut un temps où il usait et abusait de de l'imbécile expression "président de la France". Comme il ne semble plus y recourir, je gage qu'un communicant (comme on dit) lui a glissé une note à ce sujet.

    RépondreSupprimer
  2. Avant de donner des avis politiques, M. Parillo serait bien inspiré de commencer par apprendre le français, et notamment l'emploi qui y est fait, ou non, des majuscules initiales. Reprenons la phrase de lui que vous citez :

    « Je trouve dommageable qu’un Premier Ministre, Chef du Gouvernement d’une Nation et de tous les français, juge plus important de s’occuper de la campagne du Parti Socialiste, plutôt que de s’occuper en priorité des français… »

    Il fallait, dans ces trois lignes, exactement deux majuscules : l'une à Premier et l'autre à… Français. M. Parillo en a mis absolument partout sauf à ce dernier mot qui en réclamait une. Et ce n'est pas une faute de frappe, puisqu'il récidive dès la phrase suivante.

    M. Parillo est ce qu'on appelle un âne couronné.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A la critique de l'orthographe, ajoutons alors une critique du style.
      L'emploi de "dommageable" ne se justifierait que si l'auteur indiquait à quoi ont été faits les dommages, "dommageable pour son image, son action, la république, etc. "
      Il eut mieux valu employer la tournure: "je trouve dommage que" ou plutôt "je trouve regrettable que".
      Ce commentaire n'a d'intérêt que pendant le mois de mars, mois de la langue française dans les medias.
      A partid d'Avril, on s'en fout.

      Supprimer
  3. Quant à vous, vous écrivez "premier ministre" sans majuscule du tout et vous mériteriez que je vous fourre dans le même sac que lui, avant de vous noyer tous les deux !

    RépondreSupprimer
  4. J'ai rédigé mon premier commentaire avant d'avoir lu votre dernier paragraphe : il va sans dire (mais sans doute mieux en le disant) que, sur le fond, c'est un tissu de sottises. On créditera donc M. Parillo d'une certaine forme de cohérence, puisque sa forme égale son fond.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour ca que je lis je crois. C'est fascinant. Presque irritant, dans certains cas.

      Supprimer
  5. Il est où le commentaire de Koltchak ?

    J'irai à la pêche après. je réponds d'abord comme ca les autres ne vont rien comprendre.

    Je ne suis pas sur qu'Hollande ait fait l'erreur plus que d'autres. Cela étant, c'est un truc qui me tient à cœur. Séparer la nation ou les peuples de la géographie et surtout de la gestion administrative des territoires.

    RépondreSupprimer
  6. Didier Goux -> Je suis fasciné par votre sens de la majuscule. Pourriez-vous me conseiller un site où l'on m'expliquera ce qu'il convient d'écrire ou non. J'ai tendance à mettre des majuscules partout de peur d'en oublier...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu en mets aux noms propres. Par exemple "Français" désigne un habitant du pays alors que "français" désigne la langue.

      Tu en mets aux trucs uniques. Par exemple "République" dans notre contexte, c'est notre République. Si tu parles de république comme mode de "gouvernement", par opposition à royauté, tu ne mets pas de majuscule.

      Tu mets "Premier ministre" parce qu'il y en a un seul mais plusieurs ministres.

      En gros.

      Supprimer
    2. En gros toi-même !

      Tout ce que dit Nicolas est juste. Malheureusement, il y a des complications et des illogismes.

      Le conseil de la maison Goux : en dehors des noms propres, vous avez beaucoup moins de risques de vous tromper en ne mettant de majuscules nulle part qu'en en mettant partout. C'est statistique, cherchez pas.

      Supprimer
    3. Cela dit, Nicolas, Français n'est nullement un nom propre… Mais il se trouve en effet que les noms de nationalités réclament la majuscule.

      Supprimer
    4. Putain. Après avoir rédigé cela (que je tiens de Didier dans les commentaires d'un blog), je suis allé voir la page Wikipedia qui traite du sujet. Il y en a une tartine.

      Supprimer
    5. Et français en tant qu adjectif. La République française, par exemple. C'est étrange.

      Supprimer
    6. C'est parce que les adjectifs ne prennent pas la majuscule. (Je suis français, mais : je suis un Français comme les autres) Sauf que l'on écrit Premier ministre, et que "premier" est un adjectif.

      Il y a aussi les majuscules dans les titres d'œuvres, mais là, je sens que René-Paul va nous faire un burn out.

      Supprimer
  7. C'est monstrueux.. Je vais continuer à faire n'importe quoi et tant pis pour vous, cher Didier...... http://fr.wikipedia.org/wiki/Usage_des_majuscules_en_fran%C3%A7ais

    RépondreSupprimer
  8. Et le plus chiant c'est pas ça; C'est quand vous parlez de musulmans, de juifs ou de cathos ou chrétiens.

    Il y a des règles, mais elles ne sont pas égalitaires. Dans le doute, collez une majuscule à tout le monde, pour ne froisser personne. Sauf les puristes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, les religions c'est facile : jamais de majuscule. Le problème vient des juifs ("forcément !", vont dire les antisémites qui traînent sur ce blog valeureux) : minuscule s'il s'agit des adeptes de la religion judaïque et majuscule si l'on parle des représentants du peuple juif. Donc, je serais plutôt partisan, dans ce cas, de coller des minuscules à tout le monde.

      De toute façon, je le répète, d'une manière générale la tendance générale est à trop de majuscules.

      Supprimer
    2. Ma dernière phrase mériterait le tableau d'honneur des Modernœuds…

      Supprimer
    3. Et épinglez vous ! Un peu d'autodérision.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.