24 mars 2015

Vous voulez des chiffres ?

On continue à lire des analyses diverses au sujet du résultat des élections. Par exemple, je voyais un papier, ce matin, où le rédacteur tentait d’expliquer que le Front National n’a pas réellement réussi. C’est évidement n’importe quoi. Quand je vois qu’il est 15% dans mon canton de Centre Bretagne, je suis sidéré. Certains lascars vont jusqu’à prétendre que le vote frontiste dans les zones urbaines n’a pas de rapport avec l’immigration. Je leur conseille d’aller y faire un tour et de discuter avec les braves gens dans les commerces.

Par exemple, ce matin, je lisais un article qui expliquait que les écolos se disaient avoir été volés par le ministère de l’intérêt qui leur donne un résultat de 2% parce que ce chiffre ne prend pas en compte les circonscriptions où ils ont fait « liste commune », soit avec le Front de Gauche soit avec les socialos. Qu’ils nous expliquent ce que le ministère aurait du faire ! Ils nous disent que dans les cantons où ils se sont présentés avec une étiquette EELV, ils sont à près de 10%. Je peux leur répondre qu’ils se présentent à leur couleur dans les patelins où ils font habituellement de bons scores et font donc naturellement de meilleurs scores…

Avec des raisonnements comme cela, il est assez facile de démontrer que l’UMP a fait un bide complet puisqu’ils ont fait seulement 6,57%.  Or l’ensemble de la droite de gouvernement fait 36,6%. Certains n’ont pas encore compris le système électoral en France… Vous me direz que la proportionnelle serait bienvenue en France mais on arrivait à la situation allemande avec l’obligation de faire des coalitions entre les deux plus grands partis…

Ce qui importe est l’évolution globale des scores aux élections locales. Heureusement pour vous : je suis là. On va regarder l’évolution depuis belle lurette des scores aux cantonales en séparant trois groupes de candidats : la gauche dite parlementaire, la droite dite de gouvernement incluant le centre et la droite de la droite. Appelons-les gauche, droite et Front National.

Gauche
Droite
Front National
Cantonales 1973
53,94
46,06
Cantonales 1976
55,8
42,86
0,61
Cantonales 1979
51,31
43,52
0,69
Cantonales 1982
49,06
49,73
0,2
Cantonales 1985
40,64
49,07
8,84
Cantonales 1988
47,42
45,43
5,39
Cantonales 1992
Non disponible
Cantonales 1994
43,77
44,64
10,03
Cantonales 1998
44,29
40,11
13,66
Cantonales 2001
45,85
41,85
9,9
Cantonales 2004
45,43
37,07
12,13
Cantonales 2008
47,77
45,13
4,85
Cantonales 2011
48,97
32,96
15,06
Départementales 2015
36,7
36,6
25,31


N’oublions pas que d’une année à l’autre, ce ne sont pas les mêmes cantons qui votaient et que le mode de scrutin a changé pour la dernière fois. Avec ceci, on peut en tirer un tas de conclusions. Par exemple, les chiffres sont clairs : la gauche était en tête dimanche mais elle a fait le pire score de son histoire récente. Son précédent plus mauvais score était en 1985 alors qu’elle était au pouvoir depuis quelques années. Elle a fait son meilleur score des 30 dernières années en 2001 alors qu’elle était au pouvoir dans une conjoncture économique sacrément bonne.

Regardons entre 1982 et 1985. La droite ne bouge pas. La gauche perd 8,5. Le FN gagne 8.5. Regardons entre 2008 et 2011 : en 2008, la droite (comme à la présidentielle de 2007, l’effet « Sarkozy ») avait siphonné l’électorat du FN et l’a perdu ensuite (comme à la présidentielle de 2012).

En 2014, la gauche perd 12 points au profit de l’UMP et surtout du FN. La gauche est la grande perdante, comme elle l’est à chaque fois qu’elle est au gouvernement pour une longue période. C’est dommage que Wikipedia ne donne pas plus de précisions sur les chiffres de 1992 mais rappelle qu’ils avaient été catastrophique au point que François Mitterrand a du virer le premier ministre, Edith Cresson, à leur issue.

Si la droite gagne un peu, elle reste à un niveau exceptionnellement bas.

En 40 ans, la gauche a perdu 15 « points » dans son électorat et la droite 10. Le Front National en a pris 25. Le compte est bon. Ou pas. Et en 2011, on aurait pu démontrer que la gauche a perdu 5 point et la droite 10 sur cette longue période et que le FN en a pris 15. 


Ces querelles de chiffres ne servent qu’à masquer une évidence… Les écolos peuvent toujours prétendre qu’ils représentent 10% et pas 2 et les blogueurs de gauche gouvernementale expliquer que la baisse n'est que conjoncturelle... On peut analyser la défaite du PS par ses divisions et relativiser cette défaite par le fait que des primaires permettront de ne pas trop perdre.

Pendant ce temps, le Front National s’installe.

26 commentaires:

  1. Et le titre du billet ? C'est le lecteur qui doit le faire tout seul, le titre du billet ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "François Hollande a du virer le premier ministre, Edith Cresson, à leur issue" Ah ?

      Supprimer
    2. C'était pour avoir la preuve que Didier Goux ne lit pas tout.

      Supprimer
    3. Tiens ! J'ai oublié de dire que c'était en 1992. Ça faut beaucoup d'erreurs pour ce billet.

      Supprimer
    4. Et en plus j'avais mis 2014 au lieu de 2015 dans le tableau.

      Supprimer
    5. Ça passe pour cette fois !

      (Et, effectivement, j'ai réagi avant d'avoir lu le billet.)

      Supprimer
    6. Tel que c'est parti, je vais dépasser le record de commentaire pour ce billet.

      Supprimer
  2. Koltchak9112024 mars, 2015 20:23

    "Certains lascars vont jusqu’à prétendre que le vote frontiste dans les zones urbaines n’a pas de rapport avec l’immigration."

    Dans ma commune qui a été très longtemps, trop même, communiste, puis socialiste, on a pu constater, ô divin hasard, que là où le FN a fait de 15% à 24%, c'était justement les bureaux proches de cités à fort taux d'immigrés ou de divers enrichissants.

    Dommage, bien essayé mais c'est encore un coup de pédalo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est ce que je dis ! C'est bien l'immigration qui fait le vote FN, en plus du reste. Y compris dans un coin où il n'y a pas d'immigration (ou peu) comme Loudéac. C'est pourquoi j'invite les gens à écouter les conversations. par contre votre raisonnement n'est pas valable partout. À Paris (donc hors cantonales !), le vote FN est pas dans les bureaux de quartier à forte présence d'immigrés (d'autant qu'une partie vote aussi). Les gens ont peur de l'immigration qui pourrait arriver et pas uniquement de celle qui y est.

      Supprimer
    2. Koltchak9112024 mars, 2015 20:46

      J'allais dans votre sens, je ne cherchais pas à vous donner tort.

      Et oui, les gens ne veulent pas de ce supposé enrichissement. Ils peuvent en voir les "avantages" aux infos quasiment tous les jours. Et ce n'est pas la politique de colonisation de Valls, sous couvert de mixité ethnique (et non pas sociale), pour lutter contre un apartheid fantasmé, qui va inverser la tendance. Je gage que pour les prochaines élections le FN va accuser une nette progression à Pouilly-en-Auxois. Les habitants sauront montrer leur plaisir et leur gratitude à ce gouvernement qui les a obligés à accueillir des illégaux de Calais.

      Quant au fantasme des ghettos de l'insupportable apartheid tricolore, c'est lamentable de stupidité. Je connais pas mal de maghrébins ou d'origine maghrébine qui vivent très bien dans des quartiers très très leucodermes sans avoir à subir quelque ostracisme. Mais ils travaillent, ne foutent pas le bordel, vivent et s'habillent à l'européenne. En revanche, ce qu'on oublie de dire, c'est que ceux qui sont restés dans les cités c'est qu'en général ils ne veulent pas en sortir, par refus de nos standards sociaux et culturels, préférant vivre entre eux dans une sorte de patrie originelle recrée. Après tout, les asiatiques vivent bien entre eux dans le 13ème arrondissement depuis des décennies sans que quiconque ne hurle à l'apartheid, pourquoi en irait-il différemment pour les maghrébins et africains ? Seraient-ils des über-immigrés qui devraient mériter une attention particulière ?

      Supprimer
    3. Mais c'est ce que je dis ! C'est bien l'immigration qui fait le vote FN, en plus du reste.

      Vous n'y êtes pas mais alors pas du tout : c'est le prix du baril de brut et de sa répercussion à la pompe qui fait le vote FN. Jean Marie le Guen en est convaincu. Il n'est pas tout seul d'ailleurs : lui et beaucoup d'autres pensent qu'il suffirait que quelques courbes s'inversent pour que celle du vote FN suive la même pente.
      Je crois qu'ils font semblant de ne pas comprendre.

      Supprimer
  3. Et, je ne vous parle pas la valse maison que la gauche aurait pris dans la figure, si, d’aventure, le gouvernement avait voté la loi sur le droit de vote des étrangers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'était une des proposition d'un nouveau parti islamiste Mais ce parti ne va pas assez loin Je propose qu'en réparation des méfaits de la colonisation l'ensemble des habitants de l'afrique francophone bénéficient de la nationalité française et que pour favoriser l'accueil des nouveaux arrivants la loi de 1905 soit abolie (on est en 2015, merde), que la liberté religieuse soit quasi totale (ex les états-unis) et que le délit de blasphème et la polygamie soit rétablis

      Supprimer
  4. Non seulement le FN s'installe mais plus personne ne trouve ça choquant. Dire qu'en 2002 c'était la fin du monde...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le pire. Ils oublient.

      Supprimer
    2. Koltchak9112025 mars, 2015 08:21

      2002, un grand moment de rigolade. Dieu que c'était beau tous ces cons défilant contre le fascisme imaginaire. Même Jospin a fini par reconnaître que ces gesticulations n'étaient bouffonneries. Mais pourquoi laisser tomber les vieilles ficelles ? Plus c'est gros, plus ça passe.

      Supprimer
    3. Koltchak, vous avez raison quelque part, je ne voterais plus jamais UMP même pour battre le FN.

      Supprimer
    4. Koltchak9112025 mars, 2015 12:41

      Vous faites ce que vous voulez, cela ne me regarde pas. Pour ma part, je me contente d'aller à l'isoloir pour élire le maire de ma commune. La suite du cirque républicain ne me concerne pas. Devoir choisir entre la peste, le choléra et ebola, c'est un exercice que je laisse volontiers à ceux qui croient encore au père Noël. Il fut un temps où je croyais aux programmes, puis j'ai fini par m'apercevoir que droite et gauche n'ont rien fait, sinon continuer à nous enfoncer, et que la seule chose qui les intéresse tous, c'est une place, un confortable trou dans le fromage. Je ne vois pas en quoi le FN pourrait faire pire, ni même mieux d'ailleurs. Dans le fond, leur programme n'est pas moins inepte que ceux des autres. Il y a juste que sa nocivité est différente.

      Supprimer
    5. pas le meme contexte vous comparez ce qui n'est pas comparable En 2002, le haut score du FN était plutot une surprise contrairement aux élections suivantes (période autour de 2007 exceptée) ou les hauts scores du FN était plutot attendus Remarquez ce n'était hélas pas la première fois que les sondages se sont plantés puisqu'au premier tour des présidentielles précedentes, Jospin avait fini en tete a la surprise générale (il ne devait meme pas prendre part au second tour selon la plupart des estimations décidemment ce type aimait surprendre lol) En plus le FN s'est encore une création de tonton Pour légitimer la prééminence du sociétal sur l'économique et le politique (le droit des "minorités" la lutte contre le racisme et les discriminations) et imposer a tous l'idée d'une construction européenne quasi intégrale, il fallait crée un épouvantail, un golem, un monstre, un loup garou qui légitimerait ces nouveaux choix politiques Ce fut JEAN MARIE (quasi inconnu avant le milieu des années 80), qui avec son nationalisme anti-sémite anti-gaullisme colonialiste négationniste a permis de faire croire aux médias et au bon peuple que tout nationalisme tout anti-européisme tout populisme tout anti-gauchisme est d'essence fasciste De plus cette habile manoeuvre a permis de diviser durablement la droite et de faire tout aussi durablement pesé sur elle le soupçon d'infamie (on accusait souvent chirac et sarko de "faire le jeu du FN" alors que c'est mitterrand qui a fait monté la mayonnaise frontiste pour assurer sa réélection en 1988) Ainsi la droite au pouvoir ne fut plus qu'une pale copie de la gauche (chirac a mené une politique de centre-gauche durant la majeure partie de son mandat tandis que "sarko droite dure" une fois élu a pratiqué l'ouverture a gauche tout en continuant son alliance avec les centristes)

      Supprimer
    6. Bof. En 2002, on aurait du s'y attendre. Quant à la politique de centre gauche de Chirac c'est grotesque.

      Supprimer

  5. Ben...t'en as fait quoi de mon commentaire ?

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.