18 mars 2015

Porc en campagne

Cochon très stigmatisé
On ne pouvait évidemment pas avoir une campagne électorale sans une dose de stigmatisation des musulmans avec cette histoire du maire de Châlons-sur-Saône qui a décidé de supprimer le menu de substitution pour les gamins qui ne mangent pas de porc dans les cantines scolaires.  Ni ailleurs, d’ailleurs, mais la question n’est pas là. Evidemment, il a fait ça juste avant une intervention de Nicolas Sarkozy au journal de TF1. Ce dernier (Sarko, pas le journal, essayez de suivre) a donc pu rebondir.

« Si vous voulez que vos enfants aient des habitudes alimentaires confessionnelles, vous allez dans l'enseignement privé confessionnel ». « Quand vous allez dans un établissement public (...), c'est l'enseignement de la République, la République est laïque, et nous refusons absolument – c'est notre tradition, c'est notre façon de vivre, c'est notre idéal – qu'on fasse la différence entre des personnes, dans le service public, en fonction de leur appartenance religieuse ou de leur origine. »

Je vous passe le fait que l’heure devrait être à l’apaisement et un responsable politique prétendant avoir une stature de chef d’Etat devrait éviter ce genre de propos. Politiquement, c’est idiot. Il aurait pu dire une connerie du genre : « il est dommage que cette décision ait été prise en période électorale. J’appelle au discernement »

Sur le fond, je m’en fous un peu. Il ne coûte pas très cher à une école d’avoir des œufs ou des steaks hachés en réserve. Il ne faut pas confondre ce problème avec celui du voile, par exemple, qui est un signe ostensible d’appartenance à une religion et de soumission des femmes.

Je suis donc parfaitement d’accord avec l’ami Sarkofrance.

La position du blogueur de droite Pierre Parrillo est plus rigolote puisqu’il arrive à taper sur le gouvernement. Il commence fort : « Le truc est tellement gros que je ne peux pas ne pas en parler ! » Cela veut dire qu’il n’a rien à dire.  Gageons que si Najat Vallaud-Belkacem avait soutenu le maire de Châlons, PP lui serait rentré dans le lard, au nom de la protection de l’enfance, du vivre-ensemble et de je ne sais quelle connerie.


La réflexion n’est pas le fort de la Sarkozie.

Après, le président de l'UMP accuse la gauche de faire monter le Front National... On croit rêver.

21 commentaires:

  1. Au contraire, les gens se tournent vers le fn parce qu'ils ont le sentiment que l'ump et le ps n'ont pas les couilles de réagir.
    Dans mon coin, les écoles ont toujours proposé une alternative au porc, alternative qui coûte plus cher et qui demande une organisation spécifique pour deux religions, donc contraire à la neutralité religieuse de l'école. Mais bon voilà on a voulu "apaiser".
    Et maintenant les parents d'élève ont exigé que soit déplacé le jour du poisson au nom de la laïcité (qui tenait plus d'une tradition que de la religion et qui n'a pas d'impact sur le coût ou l'organisation) tout en gardant le principe d'alternative au porc (comprenne qui pourra)...
    et maintenant certains ont même demandé des repas hallal!
    donc bon ça commence serieusement à agacer les gens qui se tournent vers le fn...
    Après tout toi tu acceptes une laïcité à la carte, qu'une personne affiche sa religion via ses habitudes alimentaires ça ne te dérange pas mais via un voile si...en face d'autres personnes avec des desseins moins "apaisants" utilisent cette même ambivalence, ils ne veulent pas de poisson le vendredi mais une alternative au porc, on leur dit que le voile c'est être soumise alors qu'elles ne le voient pas comme ça et même si c'est le cas c'est pas interdit par la loi d'être soumise, on n'interdit pas les clubs sm, il ne faut chercher longtemps pour trouver une connerie sexiste sortie par un politique bien "laïc" et de tradition catho.
    Je ne dis pas que les risques sont comparables mais pour quelqu'un qui commence à se tourner vers l'intégrésisme, il ne passe pas directement à la case "je veux tuer les mécréants", il y a tout le cheminement avec des comparaisons, des ambivalences, des contradictions avec ceux du camp d'en face. Qui sont bien évidemment impardonnables de ce côté, jusqu'à ce que les gens se persuadent d'être des martyrs incompris (alors que leurs propres contradictions ne leur paraissent pas illogiques)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non. Tu délires. Je propose seulement que les gamins qui ne mangent pas de porc puissent manger autre chose.

      Supprimer
  2. Koltchak9112018 mars, 2015 11:14

    Les cantines scolaires n'ont pas le droit d'avoir des réserves. Ce qui complique un poil l'adéquation des menus au nombre de présents, ce qui inévitablement conduit à de la perte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bof. Arrêtons de de délirer. Les parents s'inscrivent en début d'année. Les cantines savent gérer le plat complémentaire.

      Supprimer
    2. Il y a cinquante ans qu'on sert des repas sans porc dans les écoles... Pourquoi faire machine arrière ?
      Tant qu'on ne sépare pas les enfants à table, que c'est juste un repas sans porc...
      Ce serait logique, dans les cantines qui peuvent se le permettre, de faire à côté du menu ordinaire un menu végétarien qui conviendrait aux végétariens et aux pasd'porc. Par contre, accepter le halal, non. Accepter la notion de pur et impur, d'animaux égorgés, saignés comme ci ou comme ça, en reversant des taxes aux mosquées pour obtenir de la viande consacrée, ce n'est vraiment pas possible.
      Comme le dit Nicolas, il faut être très ferme sur le voile, sur le prosélytisme, les interdits religieux incompatibles avec les codes de savoir-vivre ordinaire et sapant le principe de laïcité, mais on pourrait se permettre de ne pas ferrailler à propos d'un tabou alimentaire culturel, puissant et très ancien, et des compromis satisfaisants qui ont bien fonctionné jusque là.

      Supprimer
  3. Bientôt il va faire la chasse aux écoles dont les tableaux sont tournés vers La Mecque

    RépondreSupprimer
  4. Le problème est de savoir si la pratique religieuse doit se cantonner à la sphère privée ou si elle peut déborder dans le domaine public.
    Le petit père Combes avait cru trouver la réponse mais maintenant on remet tout ça en question.

    RépondreSupprimer
  5. Pourquoi eux et pas les hindous, végétaliens, végétariens ou ceux qui n'aiment pas les brocolis par exemple? L'alternative devrait être globale.
    Pour le coup sarkozy n'a pas fait une faute politique sur ce sujet. Pareil pour le pain au chocolat de copé à l'époque, les biens-pensants ont poussé des cris d'orfraie sauf que cela arrive vraiment dans certains endroits. Le fait d'évoquer des faits ne poussent pas à voter au fn mais au contraire à assumer et ne pas les cacher et donc à ne pas inciter ceux qui en ont ras-le-bol de voter fn car ils ont l'impression que les autres partis ne veulent pas régler leurs problèmes du quotidien.

    En fait c'est peut-être quand même une faute politique pour sarkozy, genre les grands de ce monde n'ont absolument aucune idée de ce qui se passe dans la vraie vie car bon ça fait genre 30 ans qu'une alternative au porc est proposée, maintenant le débat se porte de supprimer le père noël et sur les repas hallal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord sur la fin. Pas sur le reste. Il faut savoir gérer les exceptions. Un gamin diabétique n'aura pas droit au sucre et un végétarien à la viande. Ils auront plus de légumes, par exemple.

      Supprimer
  6. Oui peut-être, mais le halal, l'interdiction du porc et tout le bastringue me gavent grave de la part de tous ces moyenâgeux rétrogrades qui voudraient nous imposer leur mode de vie d'il y a mille ans... Sarkozy n'a pas tort sur ce sujet là...

    RépondreSupprimer
  7. Moi, je ne comprends déjà pas pourquoi on accepte les petits musulmans dans les écoles. Alors, à la cantine, hein…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il leur faudrait des écoles privées.

      Supprimer
    2. Ce serait moins coûteux de les priver d'école…

      Supprimer
    3. Koltchak9112018 mars, 2015 20:27

      Mais ils en ont des écoles, collèges et lycées privé. Sauf qu'ils sont financés majoritairement par des types qui gravitent autour de l'UOIF, donc salafistes.

      Supprimer
  8. Y'en a qui bouffent au râtelier, c'est plus élégant qu'à la cantine et meilleur pour la santé...

    RépondreSupprimer
  9. Si on veut vraiment vivre ensemble on ne peut pas faire sans arrêt des exceptions pour les uns et pour les autres. On dénonce la stigmatisation, mais qu'est-ce que c'est d'autre de faire toutes ces différences, sinon justement stigmatiser..?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas sans arrêt, c'est sur un seul truc. Il ne faut pas confondre les interdictions et les obligations. On peut interdire le port du voile mais obliger de manger du porc.

      Supprimer
  10. Comment ils se démerdaient l'an dernier à Chalons ?
    Ça coutait plus cher à la municipalité les "repas de substitution (quelle expression à la con, alors que "sans porc" suffirait) ?
    Je n'arrive pas à trouver l'info.

    Quelle polémique quand même ! Ils sont forts...Très forts.

    RépondreSupprimer
  11. Tant que je suis d'accord avec Suzanne et FCB.

    RépondreSupprimer
  12. Les gens, vous vous chamaillez pour rien : encore cinq ou six ans à ce train-là et, de toute façon, il n'y aura plus de porc dans aucune cantine de France. Mme Belkacem doit déjà être en train d'y réfléchir…

    RépondreSupprimer
  13. Que les cantines varient encore plus leur menu et il y aura peut être une fois du porc au menu dans le mois !!
    pas compliquer à gérer mais evidemment là n'est pas vraiment le problème ! on aime la bagarre et pis c'est tout.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.