24 mars 2015

Vive la peine de mort propre !


L'Utah fait face à une pénurie de produit pour tuer ses condamnés à mort et le gouverneur vient de rétablir les pelotons d'exécution pour faire face à ce grave problème probablement dû au libéralisme à outrance ou la mondialisation. Et cela fait scandale chez ceux qui pensent bien. 

Le débat ne porte plus sur la peine de mort mais sur la façon de tuer. C'est delirant. 

On sera d'accord qu'il est préférable d'éviter que le condamné ne périsse pas dans d'affreuses souffrances même s'il travaille à Levallois. Le pal ou la lapidation, l'éviscération et ces trucs ne sont drôles que pour les spectateurs.

Il n'empêche qu'au nom de l'honneur , le condamné pourrait exiger de voir la mort en face. Le peloton ou la pendaison pourrait lui permettre un certain épanouissement. Et hop ! 1. 2. 3. T'es mort. 

A la limite, l'injection létale, ça fait un peu tafiole. Ce propos n'est pas homophobe mais un tantinet provocateur. Volontairement. Genre : ah cher ami, ne vous inquiétez pas, on va vous faire une piqure et vous vous réveillez bien mort. Serrez bien les points qu'on trouve les veines plus facilement, sinon on vous fera un bobo pour rien. 

Quant à la chaise électrique, ça ne fonctionne pas toujours, ça pourrait créer des douleurs intolérables voire pire : une coupure d'électricité dans le quartier ce qui pourrait m'empêcher de tweeter des conneries. 

Les gens, remettez vous. Vous ne pouvez pas être contre la peine de mort et préférer des méthodes. 

10 commentaires:

  1. Koltchak9112024 mars, 2015 22:36

    Voilà un gouverneur qui a des couilles. Il ne pourrait pas faire sénateur à l'UMP.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord. Et ça me fait rigoler. C'est pour vous que je parle d'honneur dans le billet. ;-)

      Supprimer
  2. Toujours farouchement contre la peine de mort, j'en ai fait trois dessins https://undessinparjour.wordpress.com/tag/peine-de-mort/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, c'est important, les petits mickeys contre la peine de mort. Et puis, tant qu'on est là, donnons le lien vers la boutique : pendant l'exécution, le petit commerce continue.

      Supprimer
    2. Koltchak9112025 mars, 2015 08:17

      Je ne suis pas "farouchement" pour la peine de mort, mais pour un certain nombre de crimes, elle me paraît être le meilleur moyen de protéger la société contre des types irrécupérables. La perpétuité serait réelle que le problème ne se poserait pas, mais en l'état actuel du droit, elle équivaut à 30 ans TTC, ce qui dans les faits correspond à 22 ans si le gazier s'est bien tenu. Dans la majeure partie des cas, lorsqu'ils sortent ils sont encore en pleine possession de leurs moyens et finissent par récidiver, contrairement à ce qu'on tente de nous faire croire. D'ailleurs l'actualité nous l'a montré à de trop nombreuses reprises.

      Supprimer
    3. Pas d'accord, Messire Koltchak ! Il me semble que la peine de mort est un absolu : on est pour à 100 % ou contre à 100 %. Mais si vous êtes pour à 100 %, cela ne signifie évidemment pas que vous souhaitez la voir appliquée aux voleurs de scooters ni même aux cambrioleurs de villas.

      Me font toujours rire, ces gens qui se disent contre la peine de mort, sauf pour ceci et pour cela. Cela revient à dire qu'on est contre la peine de mort dans les cas où elle n'est pas méritée. Ce qui, a priori, doit être le cas d'à peu près tout le monde.

      Supprimer
    4. Didier, on est d'accord mais il ne dit pas qu'il est contre mais seulement qu'il n'est pas farouchement pour.

      Supprimer
    5. Koltchak9112025 mars, 2015 14:51

      Disons que je fais la différence entre le meurtrier qui a planifié son crime parce qu'il voulait zigouiller l'amant de son épouse, et le taré congénital qui ne peut que rechuter, car il faut bien se mettre dans la tête qu'il y a des types qui sont irrécupérables, qui ne pourront jamais être soignés et que pour l'instant on laisse sortir malgré tout. L'un a certes tué, mais il ne mérite pas pour autant la mort parce qu'il ne représente pas un danger pour la société compte tenu du mobile de son crime. L'autre devrait être exécuté faute de pouvoir rester en prison à perpétuité.

      Supprimer
  3. @ Koltchak,

    Non, vous avez des cas de perpétuité réelle en France qui sont certes rares, mais qui obligent l'administration pénitentiaire à gérer des problèmes de gériatrie.

    Par ailleurs, la récidive des condamnés à perpétuité libérés est relativement faible: 22% ou 14% selon qu'il y a condamnation à un emprisonnement ferme ou non.

    Remarque: cette population présente une surmortalité importante (15% des condamnés) et l'âge moyen de sortie est de 58 ans. Les infractions commises par ces condamnés libérés sont globalement moins graves que celles qui leur ont valu leur condamnation initiale.

    Si le sujet vous intéresse, cette étude qui date de 2008:

    http://www.justice.gouv.fr/art_pix/CahEtudesPenitCrim24.pdf

    Sinon, le problème de la peine de mort - au delà de l'aspect moral ou non de la chose - est son irréversibilité. Or, aucun système judiciaire ne peut se prémunir contre l'erreur.

    Donc, tout système judiciaire qui applique la peine de mort tolère des "pertes collatérales". Jusqu'à quel niveau? C'est le problème.

    Aux Etats-Unis, certains Etats ont suspendu l'exécution de cette peine lorsqu'on s'est rendu compte, grâce aux analyses ADN, que certains couloirs de la mort étaient vraisemblablement peuplés de 10% d'innocents (estimation à la louche). Ce taux a ensuite été affiné à 4%.

    Source: http://www.lefigaro.fr/international/2014/04/29/01003-20140429ARTFIG00151-etats-unis-plus-de-4-des-condamnes-a-mort-seraient-innocents.php

    Il semblerait donc que le taux de tolérance à l'erreur judiciaire en cas de peine de mort soit fixé à ce niveau, qui est relativement élevé, tout de même. De son côté, la justice US admet un taux d'erreur de 0,027%, plus acceptable dans le degré, mais pas dans le principe (le principe c'est 0% d'innocent condamné à mort).

    Enfin, la peine de mort ayant un caractère politique, on gère le stock de condamnés selon le principe "un fait divers, une exécution", pour calmer la colère des foules ou appuyer la campagne politique d'un candidat favorable au tout sécuritaire.

    C'est, il faut le dire, dégueulasse. Vous avez donc raison de ne pas être farouchement favorable à ce système.

    S'y ajoute les modalités de l'exécution. Les Américains, peuple hygiéniste, évitent traditionnellement les modes d'exécution qui font jaillir le sang, comme la décapitation (France) ou l'égorgement (Etat Islamique) par exemple. Néanmoins, leur amour des armes à feu doit peut-être leur rendre plus tolérable un mode d'exécution à l'aide de ce type d'armes (?).

    RépondreSupprimer
  4. ben ton billet m'a fait penser à ce stand-up américain de Georges Carlin. Ca aurait de la gueule non? Aux US, hein. En France, on n'aime pas la réal TV
    https://www.youtube.com/watch?v=qDO6HV6xTmI

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.