29 avril 2015

La réforme du collège et ses mensonges

Les réacs de toutes les couleurs profitent de la réforme du collège pour raconter n’importe quoi. Voir par exemple ce Tweet de Marion Maréchal Le Pen qui nous dit, affligée, que l’enseignement de l’histoire de la chrétienté va être remplacé par celle de l’islamisme.

C’est évidemment faux.

« Ainsi, dans le projet de programmes du cycle 3 (CM1-CM2-6e), pour l’année de 6e, le thème obligatoire consacré à   « L’Empire romain dans le monde antique » prévoit l’étude des débuts du christianisme.
Dans le projet de programmes du cycle 4 (5e-4e-3 e), l’histoire du fait religieux complète et approfondit ce qui a été fait en classe de 6 e, avec notamment le thème obligatoire en 5ème intitulé   « Société, Eglise et pouvoir politique dans l’Occident chrétien : XIe-XVe siècles ».
Par ailleurs, le projet de programmes de 4e prévoit l’étude de la Révolution française comme celle de l’époque des Lumières au sein du thème obligatoire consacré à l’Europe et au Monde XVIIe – XIXe siècles, qui inclut   les « Sociétés et cultures au temps des Lumières ». »

Les réactionnaires ne sont pas les seuls à dire des bêtises. Par exemple, Bruno Roger-Petit dans sa chronique hier titrait : « Dieudonné ou Voltaire au collège, Najat Vallaud-Belkacem doit choisir ».

Le débat ne vole plus haut.


Un de ses jours, on va trouver des andouilles pour nous expliquer que l’Education Nationale fonctionne très bien, qu’aucun gamin sortant du collège n’ignore le latin et n’est persuadé que le siècle des Lumières ne doit pas son nom à Edison.

30 commentaires:

  1. Hier sur Inter Régis Debray était dans la même gamme d’âneries mais plutôt sur l'abandon du grec et du latin
    quand on veut tuer son chien on dit qu'il a la rage

    RépondreSupprimer
  2. « Sociétés et cultures au temps des Lumières » est facultatif . https://twitter.com/laurentbouvet/status/589372194733629440

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un document officiel ?

      Supprimer
    2. Ce que vous citez dans votre commentaire est extrait du communiqué officiel de la ministre (24 avril). Vous constaterez en allant ici http://cache.media.education.gouv.fr/file/CSP/04/3/Programme_C4_adopte_412043.pdf
      à la page 40, que le communiqué officiel ne reflète aucunement la réalité du projet de programme.

      Supprimer
  3. Votre commentaire est lui aussi inexact. Le thème "société, Eglise et pouvoir" est certes obligatoire, mais à l'intérieur, le chapitre "une société rurale encadrée par l'Eglise" est facultatif.
    En quatrième, le chapitre "sociétés et cultures au temps des Lumières" est de la même manière facultatif.
    Pour ce qui est de l'abandon du grec et du latin, je suppose que Bobcestmoi n'a pas eu le temps ou l'honnêteté de lire jusqu'au bout les projets de grilles horaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un trou du cul qui ne lit que Twitter nous donne des leçons.

      Supprimer
    2. Le problème est que je crois bien qu'il a raison. De toute façon, ces nouveaux "aménagements" sont tellement aberrants et stupidement provocateurs qu'ils ne seront sans doute pas mis en place (au moins pour l'instant), les plus abrutis, idéologiquement, des professeurs commençant eux-mêmes à se rendre compte vers quel gouffre on prétend les faire dégringoler.

      Supprimer
    3. Oui et non. Les aménagements sont interprétés de manière débile : personne ne sait ce qu'il y avait auparavant dans les programmes.

      J'ai des souvenirs assez flous de ce que j'ai appris à l'école mais j'étais un des seuls à ne pas avoir de culture religieuse vu qu'en Centre Bretagne tout le monde va au catéchisme. Du coup, ai le même souvenir de l'enseignement des deux religions. En outre, j'ai connu les Lumières (si je puis dire) au lycée, pas à cette époque.

      Tout ce qui est dit sur cette réforme est de la connerie. Par exemple l'enseignement du latin. Il était obligatoire en cinquième mais à un rythme tellement peu soutenu que c'était ridicule. Les profs ne savaient pas quoi faire. En quatrième, il y avait l'option "latin" avec un vrai enseignement pour ceux qui le choisissais. On assistait donc à une première "ségrégation" entre les littéraires et les scientifiques, franche et brutale qui ne correspond à rien. 40 ans ou presque après : on a les scientifiques qui gagnent de l'argent, les littéraires qui ont réussi parcs qu'il ont choisi le bon créneau et les autres. Qui ont appris le matin à l'école, comme les littéraires.

      Il se trouve que ce sont les littéraires qui gueulent contre la réforme et c'est logique. Ce sont eux qui écrivent. Voir le journaliste que je cite. Ils feraient mieux de se rappeler de leurs copains laissés sur le carreau parle que leurs parents ont dit : tu es intelligent, apprends le latin tu iras loin. Après les parents allaient traire les vaches (je parle toujours de mon Centre Bretagne). ../...

      Supprimer
    4. Ca me rappelle un truc : en seconde, je ne sais plus quel ministre abruti avait décidé de matières optionnelles. En gros, on avait le choix entre la dactylo et la mécanique. Les gonzesses prenaient dactylo et les locdus mécanique. J'avais choisi dactylo. C'était bien il y avait plein de gonzesses. J'étais le seul mec à choisir un truc utile, certes de tafiole.

      Bref, parmi toutes les critiques :
      1. Personne ne prend du recul.
      2. Personne (à part les profs concernés qui se retrouvent avec plus de libertés et gueulent pour la forme) ne sait ce qui est enseigné actuellement.

      Supprimer
    5. Bonsoir Nicolas,

      Je suis tombé sur ton blog par hasard en tapant "réforme du collège". Je vote Mélenchon et dans l'époque actuelle, je me sens pratiquement fier d'être conservateur.

      La réforme du collège est beaucoup plus grave que ce qui se dit. Certes, on parle du latin, de l'Allemand et des programmes d'Histoire, mais l'essentiel n'est pas là (sans aller jusqu'à dire que c'est un détail, il faut avouer que ce ne sont que des conséquences). L'essentiel est financier.

      La réforme prévoit que 20% des horaires des disciplines de 5, 4 et 3e vont être amputées. Cela ne veut pas dire que 20% des heures seront supprimées (cela serait trop visible). Cela veut dire que ces 20% sont réaffectés à des heures laissées à la disposition de l'établissement, c'est ce que j'appelle les heures de « flou ». Chaque collège va décider de ce qu'il en fait. Ces heures peuvent être affectées à n'importe quel prof. Et c'est là qu'est l'astuce : une heure d'Histoire doit être faite par un prof d'Histoire. Une heure de « flou » peut être faite par n'importe quel prof. Pour ceux qui ne sont pas dans le milieu, cela peut paraître difficilement compréhensible, mais dans la réalité, cela donne des marges de manœuvre extraordinaires en termes de gestion d'heures et de souplesse. Ce sont des centaines de millions d'euros d'économies. Le latin, l'Allemand, les programmes d'Histoire avec thèmes facultatifs découlent de là.

      La conséquence est que les élèves, d'un collège à l'autre, n'auront pas le même enseignement. Dans les collèges de riches, on continuera à faire du latin car, qu'on le veuille ou non, c'est un instrument de pouvoir. On y verra aussi la chrétienté en Histoire parce que même si cela devient facultatif dans le programme d'Histoire, on fera avec les heures de « flou » des vrais cours (donc on fait rien ne changera). Dans les collèges de pauvres (prenons, en caricaturant, un collège de banlieue à forte proportion d'élèves d'origine étrangère), on fera l'islam (pas la chrétienté, effectivement), et on fera de l'amusement avec les heures de flou (sur des projets bidon en terme d'acquis).

      Tout bénèf !

      Supprimer
    6. T devrais fumer autre chose et avoir les couilles de signer. Connard.

      Supprimer
    7. Je suis un connard ? Je ne vois pas trop pourquoi par rapport à ce que j'ai dit. J'aimerais que tu t'expliques. Idem sur "fumer autre chose". Je parle de choses concrètes. Sur mon identité : je ne tiens pas à ce qu'elle soit ad vitam eternam enregistrée par google. Mais si tu me donnes un moyen de te contacter en privé, je te la donnerai sans problème (nom, adresses, téléphone, mail).

      Supprimer
    8. De toute façon, un professeur qui s'appelle lui-même un "prof" ne mérite pas la moindre considération. Prof, c'est soit un nain dans Blanche-Neige, soit un professeur mais vu par les élèves.

      Quant à l'argument-mantra, comme quoi tout serait affaire d'argent, il est usé jusqu'à la corde et parfaitement pitoyable.

      Supprimer
    9. Le pire est qu'il commente pendant mes heures de cuite.

      Il me rappelle les andouilles qui commentaient mes billets "NDDL". Ils bavassaient n'importe quoi avec un air sérieux.

      Supprimer
    10. Didier Goux et Nicolas Jegou: asinus asinum fricat.

      Bye !

      Supprimer
  4. une contre vérité répétée 100 fois arrive à devenir une vérité même si elle est toujours une contre vérité

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fais gaffe ! Pierre Parrillo a probablement un fond latin.

      Supprimer
  5. Tu me zappes ? ça fait 2 com que tu ne me publies pas ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben non. Mais avec l'iPhone la modération est sportive (les messages s'entassent par conversation et c'est le bordel). Je vais à la pêche le matin en principe. Cette fois j'y vais de suite.

      Supprimer
    2. Tu as probablement merdé. Je n'ai rien de toi en instance (il me restait un commentaire de Bob et un d'un autre type).

      Supprimer
  6. Bonsoir
    Je trouve que l'approche de cette réforme se fait par un tout petit bout ... Certains aspects sont totalement occultés : AP, EPI. Je mets les sigles volontairement. Jargon abscons pour les non-professionnels. Pourtant, même si le sujet concerne tout le monde (formation des jeunes, avenir du pays, etc ...), il n'est pas étonnant de voir ressortir le latin et l'allemand des discussions, car c'est parlant pour tous.
    Mais si la société ne veut pas réserver ce débat à des professionnels, il faut informer en détail et non simplifier à outrance. Sinon c'est de la manipulation.
    Bonne soirée
    Pierre

    RépondreSupprimer
  7. Un peu de lecture. http://m.rue89.nouvelobs.com/note/234515

    Didier Goux est chargé de faire un joli lien. Ça lui apprendra.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut bien que vous serviez à quelque chose. Au fait, vous me ferez un résumé de l'article. Je veux bien bogueurdegouvernementer mais de là à lire les tartine de Rue89 avec mon iPhone au bistro...

      Supprimer
    2. Ah, parce que vous pensez que j'ai l'habitude de cliquer sur les liens qui conduisent à ce cloaque, vous ?

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.