07 avril 2015

Un homme d'honneur

J'ai très peu suivi l'actualité aujourd'hui mais ce qui domine, en politique, est le suicide de Jean Germain le jour du début de son procès. Je n'ai rien à ajouter au propos tenus par Gérard Larcher, le président du Sénat.

"Jean Germain s'est senti condamné avant même d'être jugé, par un système qui n'a finalement jamais rien retenu depuis Pierre Bérégovoy. Ce système qui s'emballe sans discernement, sans considération pour l'honneur peut amener un homme à commettre l'irréparable». «Un homme public, a conclu Larcher, a droit au respect de sa dignité comme tout autre citoyen."

Mes condoléances aux proches et à la famille.

8 commentaires:

  1. On n'oublie un peu vite qu'un élu ou une personne politique est aussi un être humain.

    C'est vrai que tout homme public a droit au respect de sa dignité comme tout autre citoyen. A rappeler à beaucoup de militants politiques... (beaucoup beaucoup beaucoup)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Mais le sujet n'est pas facile. Pourquoi médiatiser certaines affaires judiciaires (pour Guérini, Sarkozy ou Balkany, ça me paraît nécessaire mais pas pour des trucs comme celui de Tron ou Germain. Je ne sais pas ce qui fait la différence).(enfin si, je crois savoir par exemple Tron aurait mérité le silence complet s'il n'était pas revenu en politique et Germain semble n'avoir rien fait de mal alors que les trois autres...).

      Supprimer
  2. Honneur et politique, curieux mélange, un peu comme l'huile et l'eau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le pense sincèrement. Après, je suis sûr qu'il y en a d'honnêtes et honorables, mais ils se nichent surtout parmi les élus locaux. Pour arriver à un certain niveau, il faut oublier ses idéaux, accepter compromis et arrangements.

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Blois pour oublier aurait été plus approprié.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.