05 mai 2015

Des sondages et une stratégie pour 2017

Président sympathique
Le blog Perdre la Raison du copain Jeff compare les cotes de popularité de François Hollande et Nicolas Sarkozy au bout de trois ans à l’Elysée. Les chiffres sont mauvais pour François Hollande. Mais c’est un autre sondage qui m’intéresse aujourd’hui, celui du Parisien, Bembelly, sur son blog, note que Manuel Valls serait éliminé au premier tour laissant en tête Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy.

Il semble occulter complètement un des enseignements de ce sondage : Manuel Valls fait mieux que François Hollande. Mais il y revient dans la conclusion que je partage : je pense que François Hollande ferait mieux que Manuel Valls.

L’avantage de Manuel Valls est vrai également chez les sympathisants du PS (je ne vois pas l’intérêt de faire un sondage auprès des électeurs de droite, d’ailleurs, tout comme je ne vois pas pourquoi des sondages veulent nous démontrer que l’électorat de gauche préfèrerait qu’Alain Juppé soit le candidat de la droite).

Voila la conclusion de l’article du Parisien : « Plus étonnant, le score est identique si l’on considère la gauche élargie — incluant donc les partisans de Jean-Luc Mélenchon ou du Parti communiste — qui étrille pourtant régulièrement les idées « social-libérales » du Premier ministre. « Ce qui prime dans l’opinion, c’est le sentiment de compétence et de volontarisme, plus que le positionnement idéologique », analyse Gaël Sliman, le président d’Odoxa. »

François Hollande a bien un problème d’image que j’admets volontairement mais ai du mal à comprendre. Pour moi, et je l’ai déjà dit dans le blog, c’est quelqu’un d’éminemment sympathique alors que je n’apprécie pas spécialement Manuel Valls (même si nos lignes politiques ne sont pas éloignées, si tant est que j’en aie une).

Sur ma lancée, je suis allé voir les sondages du premier tour d’il y a cinq ans pour la présidentielle de 2012. Ils sont assez justes pour le candidat de l’UMP, comme s’il avait un socle aux alentours de 26 ou 28% des voix, ce que donne, d’ailleurs celui du Parisien que je cite. Pour les autres candidats, ils sont farfelus.

J’en sors un au hasard, celui de mai 2010 avec Hollande candidat du PS : Sarkozy 27, Hollande 18, Le Pen 12, Bayrou 12, Villepin 9, Besancenot 7, Mélenchon 6, Duflot 5, Dupont-Aignan 2, Arthaud 2 ! On connaît les vrais scores maintenant : visiblement, les soutiens de Bayrou et de Villepin ont plus voté pour Hollande ou pour Marine Le Pen. Et les électeurs de gauche sont relativement plus disciplinés !

Les sondages pour le second tour sont, quant à eux, beaucoup plus précis : Hollande, début 2010, commençait à dépasser Nicolas Sarkozy mais personne ne donnait François Hollande candidat…  Mais une large partie des sondages donnait DSK largement en tête.

Alors que faire ? C’est un peu la question que pose Bembelly à la fin de son billet sans dire ce qu’il pense réellement. Charge au lecteur qu’on suppose qu’il pense qu’il faut virer Manuel Valls et changer de politique. A mon avis que je partage volontiers mais avec peu de monde, c’est exactement le contraire de ce qu’il faut faire.

Si je n’étais pas franchement athée et anticlérical, je dirais qu’il faut prier la vierge pour que les résultats économiques arrivent et que les Français s’en souviennent au moment de mettre le bulletin dans l’urne. On peut aussi parier sur le fait que Marine Le Pen s’essoufflera notamment à cause de toutes les affaires qui la cernent comme les bisbilles avec son daron ou les conneries à Bézier.

Petit 1 : il faut se mettre dans le crâne dès aujourd’hui que François Hollande est le seul à pouvoir remporter l’élection présidentielle à gauche. Non seulement c’est un excellent stratège électoral et, en plus, il aura en 2017 ce qui lui manquait en 2012 : l’expérience.

Ce n’est pas une question de positionnement politique : je conçois très bien que l’on puisse penser que la politique menée n’est pas assez à gauche, ce qui explique le manque de résultat et donc la désaffection des électeurs, même si je ne suis pas d’accord. C’est une question pratique : s’il n’est pas candidat, le PS n’aura pas le temps d’organiser des primaires et ne trouvera pas le candidat ad hoc. Donc, la droite gagnera. Je sais ! Tout peut se discuter… Mais les sondages indiquant que seuls 38% des Français envisagent de voter pour un candidat de gauche, penser qu’il faut être plus à gauche pour récupérer des voix est une erreur.

Il faut donc claironner dès aujourd’hui qu’il sera candidat en 2017 sauf si les résultats ne sont pas au rendez-vous, à savoir si la courbe du chômage ne s’inverse pas réellement.

Petit 2 : il faut continuer les réformes mais pas celles qui fâchent (on se fout du travail du dimanche, bordel !). Cesser tout ou presque est aussi ce qui a fait perdre Nicolas Sarkozy. Rappelez-vous ses deux dernières années : aucune réforme de structure visible et des hausses d’impôt, des retours sur ce qu’il avait fait, conformément à son programme, en début de mandat,… François Hollande, au moins, a pris les mesures difficiles en début de mandat.

Petit 3 : baisser le prix de la bière.

Petit 4 : ne pas analyser de travers la cote de popularité. Comme Nicolas Sarkozy mais dans des proportions bien plus importantes, François Hollande a perdu l’essentiel de sa popularité au cours de la première année. Après, ça va, ça vient…  Et on sait pourquoi il a perdu plus en début de mandat (les couacs, les vacances à Brégançon, la taxe à 75% retoquée par le Conseil Constitutionnel, l’affaire Cahuzac,…) Surtout, il n’a pas perdu beaucoup plus en début mandat… Il avait une cote de confiance déjà inférieure de près de 10 points lors de sa prise de fonctions.

Petit 5 : il ne faut rien changer dans sa manière d’être, de faire de la politique,… Le rôle du président de la République est de montrer un cap et d’agir à l’international. Nicolas Sarkozy a changé de cap et est passé pour un guignol à l’international, son activisme autour d’Angela Merkel lors de la crise, son discours de Dakar et les conneries Lybie… Il ne faut pas changer son image mais mettre dans l’esprit des gens que son comportement est normal.

Petit 6 : mettre une certaine distance avec le gouvernement, ce que n’a pas su faire Nicolas Sarkozy.


Petit 7 : ne pas partir perdant. 

2 commentaires:

  1. Complètement d'accord sauf la baisse du prix de la bière, c'est un point capital qui doit se discuter autour d'une....

    RépondreSupprimer
  2. Le sondage prend t-il en compte l'avis des différents juges qui instruisent les différentes affaires des différents candidats ?

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.