09 mai 2015

La guerre est morte, vive la guerre !

Hier matin, le blogueur de gouvernement avait quelques temps devant lui avant de partir de chez lui pour prendre le train et se dit qu'il aurait pu faire un joli billet pour fêter l'anniversaire de la fin de la seconde guerre mondial, dire combien il était important de faire ce genre de manifestation pour la mémoire et tout ça... Il se mit à réfléchir à une trame, un angle d'attaque et ne trouva rien.

Oui, je parle de moi à la troisième personne, c'est pour éviter que je passe pour un enfoiré d'ici la fin de ce billet.

Des événements récents lui tournaient en tête, comme les propos d'Emmanuel Todd, le matin, qui, au fond, compare la France du 11 janvier à Vichy. Tiens ! Le 11 janvier, il y est allé parce qu'il sentait qu'il fallait qu'il y soit, le blogueur de gouvernement. Il n'a jamais dit « #jesuischarlie » sauf pour déconner après un abus de boisson dont il faudrait songer à baisser la taxation car il n'est pas Charlie et en a marre de ses expressions. Il aimait Charb et tous les autres mais ne lisait pas le canard en question. Un jour on est Charlie, l'autre jour on est Népalais. Tiens ! Aujourd'hui je suis Rajoy (qui a eu un accident d'avion cette après-midi). Alors on oublie qu'on a été Charlie.

C'est peut-être pour ça qu'il est important de célébrer la fin de la guerre mondiale mais on va oublier qu'on est en guerre un partout dans le monde depuis, qu'il va probablement y avoir la guerre en Ukraine avant le 11 novembre 2018, que nous sommes en guerre contre le terrorisme. Qu'on fête une victoire contre le nazisme et le fascisme, mot souvent utilisés depuis pour qualifier l'ennemi mais qu'on part en guerre contre des terroristes mais qu'on se fait engueuler parce que qui qualifie les autres de fascistes quand on parle d'islamofascisme.

Alors qu'avons-nous fait, à part naître, pour ce qui concerne le blogueur de gouvernement, depuis ce 8 mai 1945 ? Belle question ! La démocratie y a certainement gagné mais nous voilà aux mains des marchés financiers et d'une Europe, symbole de ces 70 ans de paix, dont on ne comprend rien.

Alors, le blogueur de gouvernement renonça à faire son billet de blog et alla lire ceux des copains. Il tomba d'abord, le hasard !, sur le billet de Didier Goux qui est peu sur la même ligne sauf que le blogueur de gouvernement continue à penser qu'il faut lutter contre tous les extrémismes tout en arrêtant de faire des conneries avec des hashtags...

Alors le blogueur de gouvernement s'est rappelé qu'il y était allé évidemment pour la mémoire de ceux morts pour la liberté d'expression, pour faire partie de la foule qui disait non au terrorisme. Mais il s'est rappelé, aussi, qu'il y était allé tout seul, pas en famille, pas avec des potes,... Il y est allé pour communier, lui l'athée absolu.

Peu après, le blogueur de gouvernement est tombé sur le billet d'El Camino qui se fout de la gueule de Didier Goux. Il a raison. Rien n'est jamais tout blanc. Rien n'est jamais tout noir. Il faut commémorer aussi pour se rappeler que toute forme de fascisme, de nazisme ou d'autres cochonneries est à combattre.

Alors le blogueur de gouvernement a pris son train et est rentré chez sa mère dans la province profonde. Il passa la soirée au bistro puis rentra chez lui vers une heure du matin. Il sortit Facebook et est tombé sur un article intéressant sur la perception de la victoire de 1945. Il m'a chargé de vous en résumer une partie : en 1945, 57% des Français pensaient que la nation qui a le plus contribué à l'échec de l'Allemagne est l'URSS contre 20% pour les USA. Aujourd'hui, le résultat est inverse. Effet de la propagande de l'époque ou l'échec de la formation à l'histoire depuis ?

A la limite, cela importe peu. Il est plus intéressant de se pencher sur les causes de la guerre que les raisons de la paix...

Toujours est-il que le blogueur de gouvernement était abonné aux commentaires du blog de Didier Goux, essentiellement fréquentés par des réactionnaires avec du poil dans les oreilles et était circonspect.

En prenant son café, ce matin, il lisait le Télégramme de Brest, avec l'article sur les cérémonies d'hier illustré par des photos de François Hollande qui serait la main à des anciens combattants (90 ans ?) bardés de médailles.

Le blogueur de gouvernement n'aime pas les anciens combattants avec des médailles ce qui ne veut pas dire qu'il n'a pas un profond respect pour eux, qui ont osé prendre les armes pour notre liberté. Il voudrait présenter ses excuses : il n'a pas eu l'occasion de prendre les armes pour sauver la France. Il se demande ce qu'il ferait aujourd'hui si nous étions envahis par des islamofascistes, par exemple. Il est probable qu'il se laisserait pousser la barbe, tiens ! Le salopard. Et le jour où nous serions libérés, beaucoup de gens revendiqueront cette libération et crieront partout : on a résisté ! Sans même se poser des questions quant à l'origine de la guerre, de l'invasion...

Le blogueur de gouvernement me précise qu'il prend cet exemple au hasard, hein !

Et me dit qu'il n'a pas fait que cela, hier matin, il a survolé un rapport parlementaire (à sortir) qui critiquait la politique africaine de la France : l'aide au développement est trop fort par rapport à l'effort de guerre. Ou, plutôt, l'Afrique n'est plus du ressort du ministère des affaires étrangères mais de celui de la défense. Alors je vais rappeler que cela fait des années que la politique africaine de la France est mauvaise. Déjà, on n'avait pas à coloniser ces braves gens. Et plus tard, un de nos hommes politiques n'avait pas à dire que l'Afrique n'était pas entrée dans l'histoire. Toujours est-il que depuis la fin de la guerre, on merde. On a loupé la décolonisation tout en tentant d'imposer de la démocratie comme chez nous. L'aide au développement est probablement insuffisante mais pourrait-elle fonctionner ? Certes, nous intervenons là-bas aussi pour nos intérêts financiers.

Mais si nous envoyons des militaires, c'est parce que nous avons le devoir d'empêcher des turies (ce qui peut se discuter, après-tout !, mais après le bordel qu'on a foutu là-bas, hein ?) mais aussi parce qu'il nous faut lutter contre l'islamofascisme et le terrorisme en général. Du coup, le blogueur de gouvernement est assez fier de son président qui part en guerre, qui tranche, qui décide, contrairement à l'image qu'il a... Nous sommes en guerre.

Le blogueur de gouvernement était mal à l'aise avec ses photos d'anciens combattants plein de médaille d'autant que la Russie (l'URSS, à l'époque) a payé bien plus cher la France (une dizaine de millions de militaires morts contre 200 000 pour nous, 400 000 pour les USA et 300 000 pour les rosbifs...).

Et les dirigeants « occidentaux » ne peuvent pas aller en Russie, aujourd'hui, le 9 mars, pour fêter la fin de cette guerre car nous sommes à deux doigts d'en lancer une autre.

4 commentaires:

  1. J'avais raté le billet de M. Chemin. Du coup, je suis allé troller chez lui plutôt qu'ici…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens ! Pas vu. J'ai du oublier de m'abonner aux commentaires.

      Supprimer
  2. J'aimerais juste apporter une précision : je n'ai pas de poil dans les oreilles.. enfin pas trop.

    RépondreSupprimer
  3. D'aucuns disent qu'il aurait fallu honorer la mémoire des Russes tombés au front, façon Merkel, sans assister à la parade militaire.
    Que t'en semble ?

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.