31 mai 2015

Libéralisme et rocardisme ?

Michel Rocard sort un bouquin : « Suicide de l’Occident, suicide de l’humanité. » C'est rigolo. Si je faisais un billet de blog avec ce titre, ma réputation de vil réac serait confirmée. Si c'était un de mes copains réacs, il passerait au rang des pires fascistes ! Peu importe. Michel Rocard donne une interview au Temps. Je suis assez d'accord avec lui mais je voudrais commenter deux passages avant l'apéritif dominical.

« Je redoute que, derrière ce terme «social-libéralisme» se cache un socialisme évanescent, et des entreprises de plus en plus faibles, happées par la finance. Je m’étonne d’ailleurs qu’en France, le libéralisme soit seulement considéré sous son angle économique. La tradition libérale, dans le monde anglo-saxon, est une tradition morale issue de l’esprit des Lumières. Elle véhicule l’idée que la liberté a des limites. Je le redis: social-démocrate oui, social-libéral non. »

Je crois qu'il est temps d'arrêter de jouer sur les mots et Michel Rocard fait très fort dans cette partie, notamment au début vu que ce sont ceux qui se revendiquent du « social-libéralisme » qui sont les seuls à défendre les entreprises, TOUS les autres les accusant de leur faire des cadeaux fiscaux.

Depuis le discours de début de l'année 2014 de François Hollande, on s'engueule sur les étiquettes. Finalement, je suis un libéral de gauche et me fous totalement des déclinaisons du mot « socialisme ».

« Le troisième est la réticence, toujours réelle, qu’ont les politiques français à parler et à s’occuper d’économie sur le long terme. C’est encore le cas pour une bonne moitié du PS français. Or c’est sur ce front-là que tout se joue ! » « J’ai toujours défendu l’économie de marché au nom de la liberté, alors qu’une partie du Parti socialiste français, tout au long de son histoire, a préféré la rejeter. »

Là, je suis parfaitement d'accord. Mais je doute que cette « bonne moitié du PS français » s'y reconnaisse. Comme j'étais d'accord, dans le premier extrait que je cite, à propos du libéralisme, considéré sous son angle économique uniquement.


8 commentaires:

  1. Je retiens que tu es un libéral de gauche !
    J'ai du mal à comprendre l'idée selon laquelle le libéralisme accepterait des limites à la liberté

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lis bien l'interview de Rocard. La liberté s'arrête ou commence celle des autres et tout çà comme la liberté du renard dans le poulailler.

      Supprimer
  2. Test - Nicolas tu recois mes commentaires ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il semblerait en effet ... J'avais posté ce matin mais Google a du me prendre pour un robot parce que je suis pas foutu de cliquer sur des photos de glace.

      Bref, en substance je disais qu'on ferait bien de fournir une retraite digne à nos dinosaures de la politique, à droite comme à gauche... Rocard a fait son temps. Juppé n'incarne pas un renouveau à droite. Triste.

      Supprimer
    2. Sauf que Rocard a raison mais n'est pas clair. EtJuppé apporte plus de renouveau que les autres guignols.

      Supprimer
  3. il faut lire son bouquin, il est très bon ,avec ds chapitres excellents...

    Castor

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.