29 mai 2015

Tous à la ramasse !

iPhone 6 fier d'être pris en exemple par Partageons mon Avis
L'autre jour, j'étais à une conférence à propos des nouveaux moyens de paiement, dont celui proposé sur l'iPhone 6. J'en suis sorti presque déprimé tant il m'est apparu que nos dirigeants politiques et économiques, de même que les militants que l'on peut rencontrer sur internet, sont à la ramasse de l'évolution du monde, dont la fameuse transformation numérique qu'ils ne maîtrisent absolument pas du tout. Depuis, je regarde chaque information avec un œil suspicieux.

Tiens ! Hier, un rapport est sorti : il faut fermer des lignes de train, celles qui ne sont pas rentables. Aussitôt, les militants de gauche ont crié à la casse du service public. Je me suis demandé : ben quoi, si plus personne ne prend ces lignes, il faut bien revoir le fonctionnement. Je ne sais pas quoi. Changer les itinéraires, remplacer le train par un bus, des taxis subventionnés,... Tant pis s'il est assuré par des compagnies privées subventionnées par les collectivités territoriales, l'important est que le service au public soit assuré. Un type veut aller d'un point A à un point B, il faut qu'il puisse le faire. C'est comme les gens qui gueulent quand les bureaux de poste ferment. Le problème, c'est qu'ils n'y vont plus et n'hésitent pas à faire 20 kilomètre pour faire leurs achats dans le privé...

Pourquoi je fais ce billet ? D'une part, j'en ai eu l'idée lors de cette conférence et je l'avais promis à des potes. D'autre part, je suis rentré en train et mon TGV a fait arrêt à Laval et Vitré. Laval, à la limite, mais Vitré, non mais sans blague. C'est Méhaignerie qu'a fait du lobbying ? Si le train n'est pas rentable, c'est bien qu'on fait des conneries. Pour aller de Loudéac à ma préfecture où passe la ligne Paris Brest, je prends le car... Mais l'événement déclencheur a été la lecture de ce billet de Des Pas Perdus qui m'a rappelé d'autres billets de blogueurs de la vraie gauche qui commémorent les ans de l'échec du referendum de 2005. Les gars sont fiers d'avoir fait voter contre la Constitution européenne mais se plaignent des actions menées par nos dirigeants depuis. Pire ! Ils les mettent sur le dos de cette Constitution (qu'ils appellent le traité de Lisbonne vu que ce n'est pas une Constitution, et qui n'y est pour rien, c'est Maastricht le fautif mais il ne faut pas taper sur Mitterrand et c'est plus facile de réécrire l'histoire récente).

Or l'Europe est à peu près le seul coin du monde qui aillent mal. Je me posais la question, en lisant, de savoir s'il s'étaient interrogés sur le fait que notre décrépitude n'est pas lié à l'absence de Constitution, donc du déficit de démocratie, plutôt qu'à la Constitution qui n'existe pas... Je disais totalement à la ramasse. Je comprends qu'on soit contre une Europe telle qu'elle est dessinée par les textes mais pas qu'on puisse critiquer l'évolution de l'Europe alors qu'on a milité contre sa construction et fait échoué un texte fondateur.

Bah ! Revenons à notre conférence sur le paiement par iPhone 6, c'est plus rigolo.

J'ai appris plein de trucs dont deux que je vais citer ici. Apple garantit la liberté du consommateur, le respect de ses données privées (les achats effectués, les commerces visitées) et surtout leur non exploitation... Ainsi, à l'heure où l'état de gauche qualifié de libéral met en œuvre des pratiques étatiques réactionnaires de surveillance du web, un géant mondial du libéralisme donne des leçons de liberté !

A la ramasse les antilibéraux.

Mais le plus drôle est que j'ai lu dans la presse que Michel Sapin, notre bon ministre des finances, va rencontrer les banquiers pour leur faire baisser les commissions de paiement payés par les commerçants sur les transactions de petits montants. De quoi se mêle-t-il, d'ailleurs ? A la ramasse, les soi disant libéraux de gauche.

Apple, dans sa grande bonté, va non seulement piquer le marché des paiements aux banques mais, en plus, ne fait pas payer de commission aux commerçants. Et c'est un ministre de gauche qui va donner des leçons aux banques pour leur montrer ce qu'elles doivent faire pour ne pas couler.

A la ramasse, les banquiers, les figures incarnées du libéralisme à la Française.

Et tous ces braves gens nous parlent de transition numérique sans savoir ce que cela veut dire : c'est pourtant simple de trouver un exemple. Les banques vont arrêter de percevoir des commissions pour les paiements (Pire ! Elles vont même en verser à Apple, allié à Mastercard, Visa et American Express, pour le service rendu à ses clients. Ils sont très forts). Elles doivent donc changer de modèle économique.

Et on continue à se tripoter au sujet du sexe des anges, du travail dominical., DPP en parle, ou d'une ligne de train pas utilisée...

Vils réactionnaires, va !

10 commentaires:

  1. En effet, je dois être complètement à la ramasse par rapport à ce que tu écris...Mais bon, comme il me reste moins à vivre que ce je n'ai déjà vécu, je vous souhaite bon courage pour la suite à venir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vois le commentaire de Juan et ma réponse.

      Supprimer
  2. ah je suis assez d'accord avec toi pour une fois. Les Nonistes clamaient qu'il y aurait un plan B si le TCE était refusé. Il n'y eut rien, ou plutot pire: des traités moins politiques et plus économiques, adoptés sans référendum. Tout le monde a perdu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Le non a été une catastrophe. Seule la Constitution aurait pu permettre de corriger les erreurs de Maastricht.

      Supprimer
  3. H16,sors de ce corps!
    rocardo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voila typiquement le commentaire d'un type qui n'a rien compris et qui va ainsi continuer à s'enfoncer.

      Supprimer
  4. J'ai mis du temps à commenter, réfléchissant au sujet. Je dois admettre que malheureusement, je fais parfois les mêmes constatations. C'est une révolution industrielle et les Français ne regardent pas dans les bonnes directions. Je n'avais jamais vu l'Europe sous cet angle. Une constitution aurait été meilleure, peut être ! Ce qui est certain, c'est que nous faire imposer des choix sans vote est juste intenable ! Du coup, nos gouvernants ne gouvernent plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais il y a toujours un vote du Parlement et un vote du Conseil. La Commission agit dans le cadre de ce qui a été voté.

      Supprimer
  5. Au Canada, c'est le gouvernement conservateur qui a demandé aux banquiers de baisser les prélèvements sur les transactions.
    Ce sont aussi les conservateurs qui ont imposé la limitation des frais d'itinérance pour le téléphone cellulaire.
    Il s'agit me démesurés de bon sens, qui n'ont pas à mes yeux de couleur politique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si ! Elles sont antiliberales. Les conservateurs sont étatistes mais sont appelés libéraux en France... D'où le titre et le thème de mon billet.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.