27 juin 2015

J'ai la solution pour la Grèce

Dans les réseaux sociaux, la vraie gauche est aux anges : la Grece va faire un référendum pour consulter le peuple. Vive le peuple. Je ne sais pas quelle sera la question posée. J'imagine : "devons nous rembourser notre dette ?"  

Le peuple, dans sa grande sagesse va répondre : "non". Malheureusement, j'ai fini de payer mon appartement. Sinon, j'aurais pu organiser un sondage pour savoir si je devais rembourser ma banque. 

Je présente par avance mes excuses à mon aimable lectorat mais je me pose des questions. J'imagine bien les types de vrauche me traiter d'éditocrate à la solde du libéralisme mondial. La question est : et si le peuple dit non, on fait quoi ? Je pose la question. 

Parce que s'ils ne remboursent pas, on ne prête plus. C'est logique. Donc chaque citoyen français s'assoit sur 700 euros si ma mémoire est bonne. Pas grave. Cela sera ajouté à notre propre dette. 

Bon. On ne prête plus à la Grêce. Le peuple grec a décidé.  

4 commentaires:

  1. C'est plutôt 4000 euros l'ardoise grecque pour les français qui auront tout loisir ensuite de refiler l'ardoise à leurs créanciers privés, ça va être houleux.

    La question du greférendum, si c'est plus de TVA et moins de retraites, ils vont dire non, mais en sortant de l'Euro, c'est ce qu'ils auront.

    Si la question, c'est sortir de l'Euro, ils diront non aussi et la TVA augmentera, les retraites baisseront...

    RépondreSupprimer
  2. c'est la fin de l'utopie pour la vrauche

    RépondreSupprimer
  3. C'est le début du #grexit d'autant plus que Tsipras appelle à voter non !

    RépondreSupprimer
  4. C'est plus probablement le Tsiprexit. Les grecs n'ont pas vraiment envie de sortir de l'Euro, ils ne sont pas idiots et savent qu'une sortie leur couterait un ou plusieurs bras.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.