26 juin 2015

J'arrête le blogage politique !

Et je vous préviens : cela risque de durer au moins une douzaine d'heures sauf si je trouve une idée de billet d'ici là. Je veux bien passer pour un type de droite en défendant Valls, Macron, Hollande et Alain Lambert (là je déconne) mais quand je vois toute la gauche tomber sur Uber et le gouvernement vouloir interdire ces glandus pour défendre les pires escrocs capitalistes possesseurs de licences en critiquant les conditions d'embauche des "conducteur Uber" sans se préoccuper de celles des honorables salariés des BIN moins honorables entreprises que sont la G7 et Taxis Bleus, j'ai envie de tirer ma révérence à défaut de tirer la bonne pour fêter l'arrivée de DSK dans Twitter. 

Adieu, donc. Jusqu'à demain. Non ! Ne criez pas, ne pleurez pas, ne suppliez pas. Cela ne changera rien. A la limite, payez moi des bières. Ou donnez une messe (pour faire plaisir au dit Lambert). 

Je vais fonder un parti politique chargé de défendre mes idées. Voire de gagner les présidentielles au Congo (ce qui est pas une pique à "qui tu sais" mais une private joke entre moi et un copain n'ayant rien à voir avec "qui tu sais" à qui je vais envoyer un mail).  

Toujours est-il qu'un point précis mis en évidence par Uber mais dont je parlais dans mon billet de samedi dernier. Le travail salarié va disparaître. Prenez la gauche qui défend les intermittents du spectacle au nom de la culture alors que ces types sont utilisés par des grosses boîtes à leur convenance. Ils ne bossent pas majoritairement dans la culture mais, comme on dit maintenant, dans l'événementiel. 

Qu'est-ce que tu fais, toi ? Moi ? Je bosse dans l'événementiel. Ah. Donc tu bosses pour TF1 et le salon de l'auto tout en étant payé par le chômage quand ils n'ont rien à te proposer. 

Dites, les copains, de droite, de gauche, de l'extrême centre ou du centre Lambertiste, c'est quand qu'on parle des évolutions de la société, du travail et des taxes sur la bière et l'eau bénite, seuls sujets importants ? 

33 commentaires:

  1. Réponses
    1. En passant, je vais le mettre là. P’tit rappel en guise de "félicitations" car on avait dit : « Le nom de «QuiTuSais » désormais avec respect tu citeras ». Ça c’est (presque) fait, et c'est bien. to be continued (Ouf!)...

      @QuiTuSais (incognito)

      Supprimer
    2. Tu as reçu mon mail pour cette histoire à traiter indépendamment de nos querelles bêtes ?

      Supprimer
  2. Tu vois Nicolas, ce soir je vais encore te donner raison : je dois être con. Non, pas con : très con. Je ne comprends pas très bien le rapport entre Uber, les chauffeurs de taxi et les intermittents. Alors quand je lis dans tes commentaires "et toc" auquel tu réponds laconiquement "paf", j'enrage. Je me dis que je ne parle pas le Nicolas, que je ne lis pas le Nicolas dans le texte sans traducteur, que je ne le saisis pas à demi-mot sans avoir besoin d'en rajouter. C'est très frustrant, j'ai l'impression d'être discriminé.
    Mais comme je te sais magnanime, je ne doute pas que tu vas éclairer ma lanterne. Que tu as par exemple beaucoup à m'apprendre des intermittents.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. Tu es con naturellement.

      Supprimer
    2. Vi.
      Et bien ça c'est une réponse d'enculé si tu veux mon avis.

      Supprimer
    3. Si je peux rendre service. Cela étant si tu as pas constaté que les intermittents et les employés de Uber ne sont pas en CDI, je te laisse.

      Supprimer
    4. Les intermittents ont des droits que les salariés d'Uber jugeraient enviables.
      Je te laisse.

      Supprimer
    5. Je n'ai pas dit le contraire. Tu es très con. C'est infernal. Je dis dans mon billet que les types de gauche devraient défendre des droits pour les Uber plus que pour les intermittents.

      Supprimer
    6. Le jour où tu parleras plus clairement ça lèvera pas mal de malentendus.

      Supprimer
    7. Non. Par définition tu ne comprends rien.

      Supprimer
  3. Ouais ! Intermittons la droite et foutons la au chomedu 6 mois par an, de préférence pendant les élections. Lambert président !

    RépondreSupprimer
  4. Il n'y a pas de grève sérieuse si vous ne renversez pas au moins 4 ou 5 voitures.
    Finie, l'époque où on passait les journées de grève devant sa télé !

    RépondreSupprimer
  5. C'est horrible: entre Uber et les taxis, je ne sais pas qui il faut défendre. C'est comme la corrida ou la prostitution, un coup je suis anti, un coup je suis anti-antis, un coup je m'en fiche..
    Par contre, que vous ne fassiez plus de billets politiques, je ne m'en fiche pas. Je prendrais ça comme un signe néfaste. Comme un intersigne, même. (Voir "La légende de la Mort", d'Anatole Le Braz)
    Je pense qu'il faudrait mettre N.Vallaud Belkacem et son équipe de bras cassés à la réforme des taxis, et lancer pour l'été 2015, un grand projet "Paris-rickshaws", avec 3000 emplois jeunes à la clé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais je veux un mettre Mme Belkacem.

      Supprimer
    2. Mais les deux sont défendables justement.
      A conditions de bien vouloir fixer les règles, de ne pas passer par pertes et profits toute une profession.

      Supprimer
    3. Mme Belkacem a ses règles ? Je me retire.

      Supprimer
  6. un petit ramadan de blogage ne peut pas faire de mal. ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Te retirer pendant les règles, je te suis sang pour sang. Oups les féministes vont me tomber sur le rable.

    RépondreSupprimer
  8. Ouf me voilà rassurée, l'abstinence sera de courte durée …

    RépondreSupprimer
  9. C'est toujours ce genre de billet qui attire le plus de commentaires....une preuve supplémentaire que la nature a horreur du vide !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.