22 juillet 2015

Le naufrage de la vrauche


Dans mon billet d'hier, je critiquais la loi de 2005 sur l'accès aux lieux publics par les personnes à mobilité réduite. L'ami DPP tweete mon billet en disant "un peu court". Voilà le genre d'argument que l'on trouve dans Twitter. 

Je vais lui rappeler un détail : le rôle du législateur n'est pas que de légiférer mais aussi de faire des lois applicables qui aillent dans le sens de l'intérêt des citoyens. En d'autres termes, il faut travailler et tenir des positions de principe  n'est pas suffisant. 

Dans ma boîte, ils ont construits des toilettes aux normes "PMR". Du coup, ils ont utilisé l'espace réservé au personnel d'entretien pour ranger son matériel. Du coup, tous les jours ce dernier fait des allers retours avec le sixième sous-sol où est dorénavant entreposé son bordel pour aller chercher le moindre rouleau de PQ. Nous sommes "aux normes" mais le petit personnel l'a dans le cul. La conséquence d'une loi mal faite. 

D'un autre côté, le petit personnel est composé de pauvres sous-traitants d'une boîte d'entretien, visiblement d'origine étrangère pour ne pas dire des noires pour éviter les foudres d'andouilles. Mais, pour ma part, je me préoccupe du sort de ces braves gens que je vois soupirer quand ils se rendent compte qu'ils doivent prendre l'ascenseur quand il n'y a plus de PQ. 

Alors, les guignols qui pérorent en 140 caractères en me me disant "un peu court" me font rigoler, jaune, et deprimer, noir, sur l'état de la gauche en France. Continuer de taper sur le PS et de défendre les "lois d'affichage" de la droite. 

Et rappelez-vous quand vous étiez des blogueurs d'opposition à la droite. 


31 commentaires:

  1. Et alors, on fait bien bosser des ingénieurs géniaux comme moi dans des open space où je dois subir le bavardage grotesque de ces pseudos êtres humains qui m'environnent.

    Tout le monde doit en chier, bordel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malgré ton anonymat, je suis entièrement d'accord avec toi. J'en ai fait plusieurs billets. Tiens ! En déjeunant, ce midi, les collègues parlaient de conneries dont je n'avais rien à cirer quand un autre a commencé à me parler de boulot ce qui nous a évité d'ajouter une réunion à nos agendas. Voir mon billet de ce soir.

      Supprimer
  2. Et imaginons une seconde, des petits personnels, PMR et noirs...
    Heu, je sors, je crois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça m'est arrivé d'être les deux, PMR en CDI et encore noir certains matins

      Supprimer
  3. "Je vais lui rappeler un détail : le rôle du législateur n'est pas que de légiférer mais aussi de faire des lois applicables qui aillent dans le sens de l'intérêt des citoyens..." En effet,c'est bien le rôle des "représentants du peuple"...Je voudrais tant que ça se passe comme ça dans la "vraie vie.."
    Quant à ce qui se passe dans ta boîte, je partage ton indignation...Mais est-ce la faute de la loi, ou celle de ton taulier, qui est quand même responsable de l'organisation du travail, y compris si ce sont des entreprises sous-traitantes qui interviennent dans son entreprise...Je ne développe pas, mais je pense que ton CHSCT a certainement un boulot à faire là dessus....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas indigné, je constate et suis représentant du personnel (ce que je ne voulais pas vue ma position hiérarchique mais il n'y avait pas de valontaires : j'essaie donc de défendre les intérêts "de la base" tout en étant cadre sup. Le CHSCT n'a rien à faire : ce sont des sous-traitants qui sont concernés.
      Pas le temps de développer surtout que je n'ai pas le droit de le faire en public.

      Supprimer
    2. Je ne développe pas non plus, mais le CHSCT est compétent également pour les entreprises sous-traitantes qui interviennent dans l'entreprise (Cf art L 4612-1-1 du code du travail)...D'autres articles réglementent également l'intervention d’entreprises extérieures en matière de conditions de travail...

      Supprimer
    3. Renseigne-toi auprès de ton syndicat mais en principe, le CHSCT compétent est celui du lieu de travail habituel des salariés et non celui de leur employeur. Dans mon entreprise, le CHSCT traite aussi des conditions de travail des hôtesses d'accueil, des employés de ménage et de ceux du restaurant d'entreprise et ce sont tous des sous-traitants. Courage.

      Supprimer
    4. C'est de la pure théorie. Comment veux-tu que ça marche ? On a étage d'une tour...

      Supprimer
  4. "je constate et suis représentant du personnel"
    Y doit être tranquille ton Taulier avec un représentant du personnel buveur de bière! Pauvres salariés!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as un problème avec la bière, pauvre con ? C'est une boisson populaire. Et s'il fallait que tous les reprenants du personnel arrêtent de boire, les syndicats seraient mal barrés.

      Supprimer
    2. "tous les reprenants du personnel arrêtent de boire"
      Pas mal le lapsus : les reprenants... (une tournée de demis, patron! ). Ah l'eau ferrugineuse de la sociale démocratie c'est une dure lutte!

      Supprimer
    3. Étonnant, on dirait qu'il reste un fond d'humour dans le reste de mousse!

      Supprimer
    4. C''est à cela qu'on reconnait les vrais cons : ils mettent l'humour sur le compte de l'alcool.

      Supprimer
    5. Ouf le vrai, le seul, l'unique Jégou est de retour, ouaiiiis!
      http://brestois.pagespro-orange.fr/cadresdef.htm Bye bye!

      Supprimer
    6. J'espère que tu te rends compte que ton argumentation ne fait que prouver que tu n'es qu'un trou du cul.

      Supprimer
  5. Je constate que le personnel chargé de l'entretien est autorisé à prendre l'ascenseur : c'est d'un laxisme à peine supportable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. Il a un monte charge dédié. C'est ignoble (et grotesque : il bosse de nuit, je les croise quand j'arrive avant 8 heures).

      Supprimer
    2. De nuit, de nuit : je pense que vous exagérez. Ils embauche tôt le matin, ça c'est vrai ; mais, "de nuit", il ne faut pas pousser. Quand il m'arrive (c'est très rare…) d'arriver à Levallois vers huit heures, la femme de ménage est effectivement là. Mais, vu le peu de ménage qu'elle fait (c'est une constatation objective, dont je me fous par ailleurs), elle ne doit pas être là depuis plus d'une heure, deux maximum.

      Supprimer
    3. Justement. Elles ont un boulot à la con. Elles bossent de 6 à 8.

      Supprimer
  6. Les lois sont concoctées par des ingénieurs demi professionnels, modifiées par des politiques non professionnels et supportées par des professionnels qui ne comprennent pas à quoi voulaient arriver les deux premières catégories
    Par exemple à Loudéac c'est un guignol qui a testé les "avancées" faites par la municipalité en matière de circulation des PMR dans des endroits qui leur étaient déjà accessibles en oubliant (volontairement) les pentes trop fortes ou les passages trop étroits

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les lois doivent être faites par des politiciens. Ce qui relève des ingénieurs sont les décrets d'application. Cela explique pourquoi on se retrouve avec des codes (civil, du travail,...) de milliers de pages et des députés et sénateurs largués.

      Supprimer
  7. Et puis c'est pas comme si l'argent ne coulait pas à flot, hein ! Tout ça, ça ne coûte rien ou presque. Bande de guignols qui veulent le beurre, l'argent du beurre, et le cul de la crémière. Le tout sans avoir le moindre fifrelin à sortir et surtout pas d'augmentation des impôts. Sombres connards. Il faudra un jour qu'ils comprennent qu'en politique l'émotion, la morale, les bons sentiments n'ont rien à foutre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord. Je le dirais autrement : il y a des sujets pour lesquels le rapport droite gauche ne doit pas entrer en compte. Et cela est valable pour les deux camps. La preuve : c'est un ancien ministre de droite qui critique les flash ball, ce qu'il fait à juste titre vu la position qu'il occupe. Il dit le flash ball c'est mal mais ne dit pas ce qu'il faudrait faire. Ce n'est pas son job.

      Supprimer
    2. Cette espèce de con n'a pas la plus petite idée de ce qu'est une situation d'engagement au flashball, il n'a jamais été pris à partie par un groupe hostile, mais il donne son avis. C'est le problème de la politique, entre autres, il y a plein de types qui causent de choses dont ils n'ont pas la moindre idée. C'est quoi l'alternative ? Sortir le rigolo et faire un carton ?

      Supprimer
    3. Vaste sujet. Dans mon billet du jour je parle du numérique. Un tas d'abrutis donne leurs avis mais je suis le seul à bosser dans l'informatique et à savoir de quoi je parle.

      Ou alors quand je parle de la réforme territoriale (qui vous concerne plus que moi). Je passe des heures à étudier le sujet et des connards me répondent par posture politique.

      Supprimer
    4. Le risque zéro n'existe pas, et on ne fait pas du maintien de l'ordre en brandissant le principe de précaution. A chaque fois que l'on parle du flashball, on oublie toujours un point central : les gugusses qui peuvent s'en prendre une sont venus chercher l'affrontement de leur plein gré. Quand on se lance dans une opération risquée il faut savoir en accepter les conséquences, sinon on est jamais qu'un pauvre type qui part pleurer dans les jupes de sa mère pour se plaindre de ce que les autres ont été méchants, en oubliant qu'ils ont été à l'origine du bordel. C'est comme les petits connards qui s'habillent en racailles et se plaignent de se faire contrôler, juste des petits merdeux qui ne veulent pas jouer le jeu selon les règles.

      Le flashball sort lorsqu'il y a nécessité de disperse un groupe hostile ou de neutraliser un lanceur de projectiles. Si on le supprime, il ne reste que deux alternatives. Soit les forces de l'ordre reculent et abandonnent le terrain, dans ce cas pourquoi continuer à payer un police. Soit on sort l'artillerie, mais ce n'est pas possible eu égard à la manière dont la légitime défense est envisagée dans notre pays.

      La question est donc : on fait quoi M. Toucon ? On continue à pleurer sur la racaille qui s'est brûlée en mettant sa main sur une plaque chauffante ou on fait du maintien de l'ordre ? C'est d'ailleurs amusant de voir que les types qui gueulent contre le flashball sont ceux qui ne vivent pas dans les coins où ça pète, parce que la population qui vit la merde au quotidien est plutôt contente de voir que la punition peut encore être donnée. Bien sûr, je mets de côté les enragés de l'extrême gauche qui détestant l'uniforme se rangent du côté de la racaille interlope et cosmopolite, tout en affirmant être du côté du peuple qui lui doit subir la loi des bandes.

      Supprimer
  8. Cher collègue de drauche, plains toi, je RT ! en y mettant un petit commentaire. Quelle ingratitude.
    Tu serais sans doute surpris en regardant qui a voté cette loi... 😁

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux nous le faire de façon compréhensible.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.