21 juillet 2015

Le report de la loi sur l'accessibilité des lieux publics



Dominique Farrugia est en colère. Je le comprends mais il faut arrêter d'être plus basique que moi : c'est la loi de 2005 qui était mal branlée. Les quatre bistros dont je parle sur mes blogs (la Comète, le 1880, l'Aéro et l'Amandine) n'ont aucun moyen de se mettre en règle sans perdre du chiffre d'affaire en engageant des frais monstrueux (mise en place d'un ascenseur,...). 

Chions allègrement sur les lois gauchistes mises en place par la droite. 

Et après, on réfléchit et on met en œuvre les bonnes lois : quand un lieu public subit d'importantes modifications il doit être mis aux normes sauf s'il s'agit d'un truc classé monument historique. 

Hop. 

30 commentaires:

  1. Quelle grossièreté !
    Pas très malin d'avoir mis une photographie de Jean d'Ormesson pour illustrer une pétition honorant Paul Leautaud.
    Buvez de l'eau
    Et pensez que vous serez peut-être un jour invalide en fauteuil roulant.
    Il n' y a pas que le fric, les gauchisants- perdants !

    RépondreSupprimer
  2. Il n'était pas prévu pour les établissements qui ne pouvaient le faire techniquement de les obliger à se mettre aux normes, ça c'était aussi dans la loi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je voulais vérifier le texte avant de te répondre mais je n'ai pas eu le temps. Il ne s'agit pas que de l'impossibilité technique mais du coût et de la perte de chiffres d'affaire. Prends le 1880, les travaux sont relativement faibles (sauf qu'il faut déplacer un radiateur). Et imagine la perte de chiffre d'affaire avec une partie de la salle en moins.

      Supprimer
    2. pour avoir participé avec 2 CCI, le problème soulevé aussi bien par ces CCI que par les préfectures était de l'ordre du technique.
      Peut être ne voulaient pas parler gros sous devant des personnes concernées

      Supprimer
  3. Il y a plus simple : faisons une loi qui obligerait les invalides à picoler chez eux et à regarder les œuvres d'art sur internet, et seulement là.

    C'est vrai, quoi, merde…

    (Sinon, mauvaise nouvelle, je suis d'accord avec ce billet.)

    RépondreSupprimer
  4. "Il n'était pas prévu pour les établissements qui ne pouvaient le faire techniquement de les obliger à se mettre aux normes, ça c'était aussi dans la loi"

    Oui, mais il y a beaucoup d'endroits où il suffirait d'un petit quelque chose pas très coûteux.
    Les lignes de bus et autres transports en communs devraient faire un effort, déjà. Une ligne de bus sur 5, en moyenne, est praticable par les personnes en fauteuil roulant.

    Les bistros, ça vient assez loin après les écoles, non mais...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai jamais dit le contraire
      Alors commencer votre comm par "Oui, mais ........." est très étrange voire superfétatoire

      Supprimer
    2. (se souvenir: ne pas citer les gros cons)

      Supprimer
    3. elle est mignonne...

      Supprimer
    4. Flagrant délit de contradiction : il vous est déjà arrivé de me citer. Ou Nicolas.

      Supprimer
    5. Jacques, Suzanne t'envoie une baffe qui ne me paraît illégitime d'autant qu'elle va dans ton sens. Cette loi n'est que de l'affichage. Les législateurs savaient qu'elle ne serait pas applicable. Alors qu'en travaillant point par point à chaque truc qui bloque, tout était possible. Prends Bicetre. Le métro n'est pas accessibles aux fauteuils (si je puis me permettre) alors que pendant la période, ils ont refait l'avenue et construit un centre commercial. En pourcentage du coût, des travaux, mettre des ascenseurs auraient été dérisoire.

      Supprimer
  5. Pas du tout. Et je n'ai pas envie d'expliquer. Je pourrais répondre à la mode Jégoun, mais mon.

    RépondreSupprimer
  6. Ah ! Les handicapés n'ont pas les mêmes droits d'accès que les non handicapés.
    Quand tu finiras avec une cane ou un fauteuil, je rigolerais bien à te voir ne pas avoir accès à tes bistrots.
    La "vraie gauche" et ses soucis de l'humain, je rigole doucettement !

    J'imagine si le mec est handicapé et en plus noir avec une descendance juive ! (Hein le gros !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien ce que je dis : tu es un trou du cul qui dit ce qu'il faudrait faire sans réfléchir aux conséquences.

      Avec en plus un antisémitisme délirant : tu m'expliqueras comment on peut avoir une descendance juive. Plus con que toi, j'ai rarement vu.

      Supprimer
  7. @Suzanne: gardez la bien celle là, comme il se doit quand on sait compter jusqu'à 36.

    RépondreSupprimer
  8. "il faudrait en effet pouvoir apprécier à sa juste valeur la notion de protection des personnes à mobilité réduite mais cela coute tellement cher. Ne faut-il pas compter sur la capacité de discernement du plus grand nombre?" C'est un point de vue très partagé en effet. Peu de risques de se tromper, il suffit d'annoncer le prix après évaluation et tout le monde tombe d'accord: on ferme. Il paraitrait même que ce serait une occasion de prise de conscience, une sorte de naissance d'une nouvelle forme de militantisme, d'indignation contre l'injustice. Il y a alors protestation, discussion sur les normes d'ouverture qui auraient mal été conçues dès le départ etc etc...
    Il en faut du courage pour publier un tel billet. Bravo.

    RépondreSupprimer
  9. Réponses
    1. Je ne sais pas si le même (ou la même…) imbécile, mais j'ai moi aussi, depuis quelques jours, une attaque trollesque de ce genre-là. Sauf que, moi, je ne les valide pas…

      Supprimer
    2. consolation maternelle: la machine à laver est au sous-sol et à manivelle.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.