21 septembre 2015

Tu sais ce qu'il te dit, le peuple de gauche ?

C'est la gueguerre dans les réseaux sociaux pour savoir à qui revient la défaite de la gauche, hier. Je pense qu'on ne se pose pas les bonnes questions. La défaite du PS vient évidemment du maintien du FdG. La question est : ce dernier avait-il raison de se maintenir alors qu'il y a une tradition de désistement ?

Je veux bien tout entendre mais ça fait des dizaines d'année que le PC accuse le PS d'être à droite. C'est un peu son fond de commerce mais ça ne l'empêche pas de perdre des voix d'élections en élections. Méluche veut exister, il ira jusqu'à couler toute la gauche pour le faire. 

Je veux bien croire que les militants du Front de Gauche ne soient pas content de la politique menée par le gouvernement mais il s'agissait d'une élection locale. En outre, le Front de Gauche oublie qu'un nombre important de ses élus tient grâce au PS... Qui se désiste quand c'est nécessaire. 

Par ailleurs, nos amis de la vraie gauche oublient où est le centre de gravité de la politique en France. Avec un FN à 25%, une "UMP" proche, cela nous fait des centristes à gauche... de ce centre. A la limite, le PS est d'extrême gauche ! Lisez un peu les blogs de droite pour voir si je ne raconte que des conneries. 

Et beaucoup ont oublié un détail : la gauche est au pouvoir parce que les électeurs ont choisi de foutre dehors Nicolas Sarkozy. Pas pour le programme gauchiste de pépère. Ce n'est pas la peine de crier partout : les actions du gouvernement sont de droite, surtout si on n'a que ca comme argument. 

Il faut même aller voir plus. J'en ai vu qui prenaient en exemple les propos de Macron sur les fonctionnaires (propos que j'ai condamnés samedi dans mon blog). Ceux qui ont rué dans les brancards ne devraient pas oublier que la gauche devrait défendre les opprimés, ce que ne sont pas les fonctionnaires (je me répète : j'ai condamné ces propos). En plus, si on ne veut pas que Nicolas Sarkozy soit le prochain président, n'oublions pas qu'il faut aussi aller chercher des voix au centre et chez les libéraux qui détestent autant que vous et moi ce qu'est la droite française (quand Nicolas Sarkozy veut supprimer les RTT pour les cadres, cela ne paraît libéral que pour quelques gauchistes, pas pour un libéral : Sarko veut intervenir par la loi dans un contrat entre une entreprise et un particulier). 

Enfin, il reste des lascars qui s'autorisent à parler au nom du peuple de gauche. Je peux vous garantir que le peuple de gauche se fout totalement de nos querelles intestines. 

Le dernier bulletin que j'ai mis dans une urne était pour le Front de Gauche parce se je voulais marquer mon attachement à ce que mon canton et mon département restent à gauche. 

Les états d'âme de certains me fatiguent. Il est temps de faire de la politique et d'arrêter de jouer à celui qui a la plus grosse. 

6 commentaires:

  1. Macron ... faut le voir sur la durée !
    HtagMacaronLaDurée HtagJesors HtagCenestpasdemoi :-))

    RépondreSupprimer
  2. Tu sais la très mauvaise opinion que j'ai de Méluche que je connais très bien. Mon opinion est qu'on n'est plus dans le jeu politique mais dans le trouble d'une personnalité qui se désagrège ! Dommage que Shakespeare soit mort, il nous en ferait une superbe pièce de théâtre avec la roue qui précipite les pires et les bourreaux de la grandeur vers la chute, la subordination du sujet à son destin politique dont il est le jouet et non comme il le croît, le sujet ; l'impuissance et enfin le grotesque après l'effondrement des valeurs.
    Ce FdG est à pleurer !

    RépondreSupprimer
  3. Oui, je ne sais pas ce qui me fatigue le plus aussi, la montée de la droite extrême ou le jusqueboutisme de certains à gauche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande encore à la suite de quel coup de baguette magique ce qu'on avait toujours appelé l'extrême droite est, du jour au lendemain, devenue la droite extrême.

      Supprimer
  4. l'INSEE a confirmé ce matin les BONS résultats de la politique Hollande

    hausse du pouvoir d'achat des 30% inférieurs payée par la hausse des prélèvement sur les 30% supérieurs

    et donc RÉDUCTION des inégalités pour la première fois depuis 10 ans

    elle est où l'austérité , elle est où la politique de droite dénoncée par les extrêmes gauchistes , les frondeurs et les prétendus écolos, alliés objectifs de l'extrême droite ?

    RépondreSupprimer
  5. Si l'on extrapole le résultat de Noisy à la prochaine présidentielle , j'en déduis à ma profonde stupéfaction que pour le Front de gauche mieux vaut avaler un " Boa de Droite " à une " Couleuvre de Gauche " !!! .
    Bonne digestion tout de même .
    vincent

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.